La consultation publique concernant la dérogation à la protection du campagnol amphibie ouverte par le Préfet de Loir Atlantique s’achèvera le 11 octobre 2015.

Les porteurs de projet de l’aéroport n’ayant pris que tardivement en compte la présence sur le site de cette espèce protégée depuis 2012, ils ont dû traiter à part sa dérogation.
Cet arrêté est le dernier qui peut être attaqué avant que les travaux ne débutent. Il est important de manifester son opposition à cette dérogation pour que le Préfet sache bien à quoi il doit s’attendre, s’il s’obstine : un nouveau recours en justice soutenu par un grand nombre de personnes.


Arrêté pour autoriser la destruction d’une espèce protégée à Notre Dame des Landes: dernier délai pour donner votre avis, le 11 octobre!
Pour se rendre sur le site et déposer son avis, c’est ici

Voici ci-dessous ma contribution à la consultation. Chacun peut s’en servir s’il le désire pour argumenter la sienne.

« Les naturalistes en lutte » ont présentés une contribution dont je me suis inspiré en partie ici

On peut aussi se référer à l’avis de la Société Française pour la Protection des mammifères ici

IL FAUT REFUSER LA DEMANDE DE DÉROGATION POUR LA DESTRUCTION, L’ALTÉRATION, OU LA DÉGRADATION DE SITES DE REPRODUCTION OU D’AIRES DE REPOS D’ANIMAUX D’ESPÈCES ANIMALES PROTÉGÉES DE VINCI ET DE LA DREAL DES PAYS DE LOIRE

Pour que la dérogation demandée puisse être accordée, il faut qu’elle satisfasse nécessairement à trois conditions : une raison impérative d’intérêt public majeur, l’absence d’une meilleure solution, l’obligation de maintenir dans un bon état de conservation l’espèce concernée dans son aire de répartition naturelle.

Il est évident qu’aucune de ces conditions n'est satisfaite.
Quoi qu’en disent les porteurs du projet, on voit mal où est l’intérêt public majeur d’un aéroport supplémentaire au moment où l’on veut limiter les transports qui rejettent de grandes quantités de gaz dits à « effet de serre » que l’on soupçonne d’être une des causes principales du réchauffement climatique en cours. Il y a une contradiction certaine à vouloir tout à la fois le succès de la COP 21 en décembre et s’obstiner à vouloir édifier cet aéroport. Est-ce trop demander que Monsieur le Préfet et son administration y soient sensibles ?

Si toutefois on s’obstine à vouloir comme on dit vulgairement "le beurre et l’argent du beurre", limiter le recours aux énergie fossiles et développer le transport aérien, il a été démontré qu’à bien des égards un aménagement de l’actuel aéroport était possible et qu’il s’agissait d’une meilleure solution. Avantage non des moindre, elle n’impacte pas une zone de bocage humide préservée jusqu’à présent. Nul besoin dans ce cas de dérogation pour détruire une population de campagnols amphibie dans un de ses territoires principaux.

Mais c’est sur la troisième condition que je souhaite plus particulièrement insister : l’obligation de maintenir dans un bon état de conservation l’espèce concernée dans son aire de répartition naturelle n’est pas respectée. C’est aussi ce qui a motivé l’avis négatif du Conseil national de protection de la Nature et les mesures avancées par les porteurs du projet pour surmonter cet avis ne tiennent pas.

1°) Les réponses de l’AGO et de la DREAL Pays de Loire à la demande du Préfet de la Région Pays de Loire ne sont pas de nature à surmonter l’avis défavorable du CNPV.

Le Conseil national de protection de la Nature a émis un avis défavorable à la demande de dérogation d’une espèce protégée, le campagnol amphibie. Elle ne pourrait être levée qu’au cas où les pétitionnaires s’engageraient à une obligation de résultats de leurs mesures de compensation, obligation de résultats que le CNPN exige compte tenu du mauvais état de conservation de l’espèce en France.

Or en l’état actuel des choses, cet engagement est impossible à tenir pour deux raisons au moins qui sont invoquées dans l’avis du CNPN : un manque de connaissance sur la biologie et l’écologie du campagnol amphibie d’une part et d’autre part une ignorance sur les causes de la différence d’état de conservation des populations qui vivent actuellement sur le site du projet avec celles qui sont autour, sur les territoires de la translocation prévue. Alors que sur le site du projet, il y a un fort noyau prospère, ce n’est pas le cas pour les territoires avoisinants sans que l’on sache pourquoi.

Les réponses apportées par l’AGO comme par la DREAL des Pays de Loire et qui sont en substance les mêmes ne sont pas satisfaisantes : les mesures proposées sont manifestement insuffisantes pour garantir l’obligation de résultats exigée par le CNPN.

En effet, il est proposé tout d’abord un « approfondissement » des inventaires réalisés en 2013 et 2014. Outre que cette proposition constitue une reconnaissance implicite de l’insuffisance des inventaires de 2013 et 2014, on ne voit pas très bien comment en tant que tels, ces seuls inventaires permettraient d’améliorer la connaissance de la biologie et de l’écologie du Campagnol terrestre, amélioration sans laquelle, il n’est pas possible de se prononcer sur les facteurs déterminants de la bonne santé d’une population de Campagnols terrestre et déterminer ce qui manque dans les territoires de substitution pour garantir la reconstitution d’un noyau fort de cette espèce.

D’ailleurs l’AGO et la DREAL écrivent que « l’approfondissement » de leur diagnostic des territoires permettrait «d’affiner » leurs analyses des «facteurs pouvant, dans l'état actuel des connaissances, limiter le développement ou au contraire favoriser le maintien de la population de l'espèce. » « Affiner » et non vérifier, ce qui qui pourtant serait nécessaire pour garantir l’obligation de résultat.
Cet affinage s’effectuerait « dans l’état actuel de nos connaissances».
Or, comme le précise le CNPN «dans l’état actuel de nos connaissances » concernant la biologie et l’écologie de l’espèce, il est impossible de savoir pourquoi le milieu qui serait détruit lui est favorable et le milieu de translocation défavorable ou moins favorable.

Le travail bibliographique que veulent entreprendre en réponse l’AGO et la DREAL ne permettra pas de combler ce manque de connaissances puisque ce sont de NOUVELLES connaissances sur l’espèce qu’il faudrait obtenir. En l’absence de celles-ci, le nécessaire travail de terrain sur «la typologie des habitats, de leur connectivité, l'influence des pratiques culturales, la régulation des nuisibles, et la densité en prédateurs» ne sera pas suffisant pour identifier à coup sûr ces facteurs.
En outre, il est reconnu par tous les protagonistes que les territoires de translocation doivent être restaurés.

2°) De manière générale, il est illusoire de croire que l’on peut détruire un écosystème existant sur un territoire donné et le recréer ailleurs parce que « les écosystèmes que nous connaissons sont généralement le fruit d’une longue histoire, faite de mécanismes écologiques complexes, d’interactions multiples entre systèmes naturels et sociétés humaines et d’aléas historiques non reproductibles » (Virginie Maris)
Ce qui est bien le cas en la circonstance où comme le note le CNPN dans son avis, malgré les apparences d’une ressemblance entre le milieu initial et le milieu de translocation qui peuvent être tous les deux caractérisés comme des bocages humides, les deux milieux restent différents, le second n’étant en aucun cas une réplique du premier, chacun étant le résultat d’une genèse singulière qui lui confère ses particularités. La zone qui devrait être détruite en cas de la réalisation des infrastructures projetées quant à elle tire sa singularité à la fois de son bon état de conservation, de sa situation géographique à la jonction de de deux régions hydrographiques et d’être le résultat de plusieurs siècles d’activités agricoles respectueuses de l’environnement.
De plus on peut allonger la durée du suivi envisagé du milieu restauré et des individus transloqués de la compensation, elle sera toujours ridiculement courte au regard du temps long des processus naturels. Le devenir de cette ingénierie écologique est incertain et sa pérennité problématique sans même parler des nouvelles extensions urbaines ou autres qui la détruiront sans doute.

Notons à ce sujet qu’il est pour le moins regrettable qu’une partie du périmètre attribué à la compensation soit dans le périmètre d'aménagement foncier, que les terrains alloués à cette compensation soient menacés par la réalisation de la liaison ferroviaire Nantes – Rennes. Il faut être bien naïf pour croire que la signature de conventions avec l’aménageur ou RFF seront des sauvegardes !

En bref, la compensation proposée serait inopérante à supposer même qu’elle puisse seulement être effectivement mise en œuvre, elle l’est tant pour des raisons principielles que pour des motifs tirés des enquêtes empiriques naturalistes sur le territoire.

3°) L’idée même de compensation est dangereuse en ce qu’elle porte à croire les décideurs que l’on peut transformer et façonner à notre guise les écosystèmes et que l’on peut les recréer. Ce qui n’est pas le cas.

En conclusion, il faut choisi entre la sauvegarde d’un noyau prospère d’une espèce par ailleurs mal en point et la construction d’un aéroport à l’utilité contestable. Ce sera l’une ou l’autre.

Avec le CNPN, il faut choisir la préservation de la population de campagnols terrestres. La survie d’une espèce est de loin plus importante que la construction de cette infrastructure. Sans compter que le choix de passer outre les insuffisances manifestes de la compensation proposée serait illégal au regard des textes cités en présentation de la consultation. Il existe un dispositif juridique de protection de la nature qu’il faut respecter.

La compensation proposée étant aléatoire quant à ses conditions de réussite, elle ne saurait en aucun cas être considérée comme satisfaisante. Dans ces conditions, le refus de la demande de dérogation s’impose.


Lundi 5 Octobre 2015 Commentaires (0)

L’association Agir pour l’environnement lance une cyberaction à l’adresse des dirigeants de l’enseigne « Intermarché » pour que leur société renonce à acheter les veaux engraissés dans la ferme usine des 1000 veaux étant entendu que s’ils ne le font pas, les participants n’auront plus envie de fréquenter les magasins d’une telle enseigne qui s’assoie sur la santé des gens et le bien-être animal.


La ferme usine en construction
La ferme usine en construction
Les veaux qui seront engraissés dans cette ferme usine n’auront vraiment pas eu de chance. Après une existence misérable dans un univers concentrationnaire, ils connaîtront une fin atroce, égorgés sans étourdissement, leur viande étant destinée à l’export dans des pays arabes à majorité de confession musulmane.

Dans sa présentation de la cyberaction, Agir pour l'environnement passe sous silence cet abattage halal, sans doute par peur de se faire accuser d’islamophobie. Bien qu’il soit regrettable que cet aspect de la question soit laissé dans l’ombre, il faut néanmoins participer à cette action pour faire pression sur Intermarché.

Pour cela il faut se rendre sur la page de la cyberaction ici

Je reproduis ci-dessous le texte d’Agir pour l’environnement présentant cette cyberaction.
___________________________________________________

Après la ferme-usine des 1000 vaches située dans la Somme (80), c’est au tour des "1000 veaux" de voir le jour - en fait, un atelier d'engraissement industriel de 1400 veaux (soutenu par intermarché) - sur le "plateau de Millevaches" dans la Creuse (23).

Oui aux projets locaux, non aux "Merde in France" !

Cette usine, nouvel exemple d’industrialisation de l’élevage, est présentée par ses promoteurs comme locale. Au lieu d’exporter les veaux en Italie pour les engraisser, ils le seraient sur le plateau des Millevaches.

Pourtant le « Made in France » n’a jamais été un gage de qualité !

Plutôt que d'être nourris à l'herbe des prairies et libres de mouvement, les animaux seront :
- parqués dans des espaces réduits,
- bourrés d’antibiotique à cause du confinement,
- gavés d'un concentré sur-protéiné engendrant de nombreuses maladies respiratoires,

L'objectif des promoteurs ? Un doublement du poids des veaux en à peine de 200 jours.

Ces conditions d'élevage industriel où le bien-être animal n'est pas respecté sont proprement scandaleuses !

Pire, la viande, d’une qualité finalement très inférieure au standard français, serait finalement exportée... en Italie et dans les pays du Sud pour être introduit dans des lasagnes et autres raviolis.

Le « made in France » semble ainsi se muer en « merde in France ».


Intermarché : stoppez la ferme-usine des 1000 veaux !

Intermarché, via sa filiale « viande » Jean Rozé, s’est engagé à acheter et écouler l’intégralité de la production à cette ferme-usine, soit 1400 veaux chaque année.

En s’engageant de la sorte, la grande distribution renforce encore un peu plus son emprise sur le monde paysan.

Progressivement, nous assistons à la disparition des petites exploitations locales et diversifiées au profit d'économies d’échelle via des fermes toujours plus grandes et uniformisées.

Le résultat ? Des règles élémentaires du bien-être animal qui ne sont pas respectées et une alimentation de mauvaise qualité.

Le « toujours plus » et « toujours plus vite » ont fait la preuve indiscutable de leur responsabilité dans la crise que traverse l’élevage actuellement.

Ce modèle est en crise... changeons de modèle !

► SIGNEZ la pétition pour interpeller le président d’Intermarché afin qu’il :
- renonce au contrat qu’il a signé avec les actionnaires de cette ferme-usine.
- ne soit pas surpris de voir les consommateurs rechercher des lieux de distribution de produits alimentaires plus éthiques !

L’équipe d’Agir pour l’Environnement

------------
Photos : Fr3 Limousin, Shaina http://www.photos-animaux.com




Signez pour lui ou ses frères
Signez pour lui ou ses frères

Vendredi 25 Septembre 2015 Commentaires (1)

Nature - environnement

A Notre dame des Landes, le préfet soumet à la consultation du public un projet d’arrêté pour autoriser la destruction du campagnol amphibie sur les emprises de l’hypothétique Aéroport, de ses abords et de ses accès alors que cette espèce protégée voit ses effectifs décliner sans cesse et est en mauvais état de conservation. De cette consultation, on peut prédire qu’il ne tiendra aucun compte comme il n’a tenu aucun compte de l’avis défavorable du Conseil National de la Protection de la Nature. Pire, il le déforme et dénature dans la présentation de ce projet d'arrêté qu’il semble bien décidé à publier!

En Haute-Savoie, dans le massif du Bargy, le préfet décide de faire tuer 200 à 250 bouquetins, espèce protégée, dès cet automne. Il décide cela unilatéralement contre l’avis défavorable du Conseil national de Protection de la Nature et en dépit des recommandations de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail. Ces deux instances jugeant ces tueries inefficaces, disproportionnées voire contre-productives pour juguler les risques de transmission de la brucellose dont sont atteints quelques-uns de ces bouquetins aux cheptels domestiques ou aux humains.

Dans les Landes, le Préfet refuse obstinément de prendre des mesures pour que cesse le braconnage d’ortolans et autres petits passereaux.

Qu’ont-ils donc sous leur casquette d’apparat pour à chaque fois, ou presque, être du mauvais côté de la barricade et privilégier les pollueurs, chasseurs, bétonneurs, promoteurs de tout poil et d’une façon plus générale être du côté de tous les destructeurs de nature?

Ces technocrates qui ne savent pas toujours distinguer un hêtre d’un charme ou d’un noisetier, déformés par les écoles dites « grandes » par lesquelles ils sont passés sont un reflet fidèle de l’État en France avec ces gouvernements parfois de gauche, plus souvent de droite mais toujours anti-natures que seuls peuvent parfois faire plier les lobbies les plus ringards qui savent utiliser la violence pour se faire entendre, craindre et parfois obéir.

Partout, ces représentants de l’état savent s’assoir sur les lois et promulguer des arrêtés qu’ils savent parfaitement illégaux : le cas du loup en est l’exemple caricatural. Mais la lenteur de la justice fait que les bouquetins seront tués, les loups aussi et l’un des rares riches noyaux de population du campagnol amphibie détruit à tout jamais.

À quoi servent lois et conventions si elles ne sont pas respectées ? À quoi bon avoir des institutions comme le Conseil national de Protection de la Nature ou de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail si leurs avis prennent la direction de la corbeille à papiers ?

Affligeant et désespérant !

Vendredi 18 Septembre 2015 Commentaires (1)

Plusieurs associations prétendant protéger les ours ont récemment cosigné une lettre adressée à Ségolène Royal la pressant de faire procéder à de nouveaux lâchers pour renforcer la population d’ours vivant dans les Pyrénées. Malgré les apparences, les précédents n’ont pas pu sauver la population originelle qui s’est éteinte. Ces translocations sont pour le moins discutables scientifiquement. Le seul intérêt qu’elles peuvent avoir est économique. Pour les ours, il s’agit ni plus ni moins que d’une déportation. C’est le bagne alors qu’ils n’ont rien fait pour le mériter. Tous ceux qui sont attachés au respect de l’animal sauvage et libre, à une Nature authentique débarrassée de gestionnaires doivent dire NON à ces translocations et ne pas les réclamer à cor et à cri.


Ourse endormie avant d'être relâchée en 2006, morte en 2007 !
Ourse endormie avant d'être relâchée en 2006, morte en 2007 !
La petite population d’une dizaine d’ours qui subsistait encore dans les Pyrénées dans les années 1990 s’est éteinte. Aujourd’hui s'il y a des ours dans les Pyrénées, Il n’y a plus d’Ours DES Pyrénées, seulement des ours originaires de Slovaquie et leur descendance, à l’exception d’un hybride né en 2004 mais qui ne semble pas s’être reproduit.

Le statut des populations d’ours et celui des populations de loups vivant en France sont donc très différents. L’existence des premières est le résultat d’interventions humaines répétées. En ce sens précis, son origine est artificielle. Mis à part le cas des loups des parcs de vision comme celui de Saint-Martin Vésubie, la population de loups en France s’est constituée et développée sans que les hommes interviennent, en partie à leur insu et dans certains cas malgré eux. C’est en ce sens que l’on peut la qualifier de naturelle en opposition avec celle des ours.

Bien entendu, même si la population d’ours qui vit dans les Pyrénées n’est là que par un artéfact humain, ses membres doivent être respectés et protégés. Responsables de leur présence, le gouvernement et les collectivités locales doivent prendre toutes les dispositions nécessaires à leur quiétude pour qu’ils puissent vivre leur vie en paix.


Des Ours pour développer le tourisme dans les vallées pyrénéennes

Les loups n’ont pas de nom sauf dans les parcs de vision et ces noms ne sont d’ailleurs connus que des soigneurs. À l’inverse, chaque ours vivant dans les Pyrénées a été baptisé dans le cadre de campagnes médiatiques. Cela n’a l’air que d’un détail, mais le rapport à un animal auquel les humains ont attribué un nom, ici un ours, n’est pas le même que pour un animal qui n’en a pas, un loup. Alors que l’on magnifie l’individualité du premier qui est ainsi personnalisé de façon très anthropomorphique, on néglige celle du second qui pourtant possède lui aussi une individualité bien marquée pour l’observateur attentif certes, mais aussi et surtout pour ses congénères puisque dans le cas des loups chaque individu a une place bien définie dans la meute. Nommer, c’est déjà posséder et domestiquer/apprivoiser symboliquement ces ours affublés de prénoms ridicules tels que Bambou, Caramelles, Caramellita, Pollen, Noisette, Plume, Moonboots… Même s’ils restent des animaux sauvages, les voilà ainsi réduits symboliquement à peluches, des doudous... C’est tellement vrai que certains de ces ours ont des peluches en effigie en vente à la boutique de l’association à l’origine des réintroductions d’ours slovènes « ADET Pays de l’Ours ».

On voit bien l’intérêt commercial et plus largement économique de ces « translocations » d’ours slovènes. D’ailleurs l’association à l’origine de ces lâchers ne s’en cache pas. Son acronyme «ADET – Pays de l’Ours» signifie «Association pour le Développement économique et Touristique» et elle se sert de la présence de l’ours sur son territoire, de sa perception dans l’opinion publique et des mythes qui lui sont associés pour « valoriser » ce territoire : développement d’un business touristique labélisé nature : « L’image de l’ours est également, pour Pays de l’Ours – Adet, un excellent moyen de valoriser le territoire, en particulier pour développer un tourisme responsable, axé sur la découverte de la nature. Les Italiens des Abruzzes et du Trentin, les Espagnols des Asturies ont réussi à dynamiser leur région en valorisant la présence ou le retour de l’ours, pourquoi pas nous !? » écrivent ses promoteurs sur leur site internet.

Pastoralisme contre Tourisme

Du point de vue économique cette association et ses communes adhérentes jouent la carte du tourisme. Elles sont favorables à la présence d’ours dans le massif et s’opposent aux communes qui jouent la carte du pastoralisme ainsi qu’aux sociétés de chasse et aux éleveurs ovins qui ne veulent pas entendre parler de ces réintroductions. Pour eux, l’ours est n’a rien d’une gentille peluche, ils le perçoivent soit comme un prédateur croqueur de brebis, soit comme un concurrent, dans tous les cas au moins comme un gêneur indésirable. Conflits d’intérêts et conflits d’usages expliquent les divergences de vue entre les acteurs économiques locaux.
Le Gouvernement actuel en la personne de Ségolène Royal a pris position en faveur du pastoralisme et ne semble pas vouloir autoriser de nouvelles translocations de plantigrades slovènes malgré les recommandations du Groupe Ours Brun de son ministère et les conclusions d’une expertise commandée par son prédécesseur au grand dam d’ADET – Pays de l’ours et d’associations qui se présentent comme des défenseurs de l’ours, Férus par exemple.

Biologie de la Conservation versus Biologie de l’évolution

D’un point de vue scientifique, il faut constater une divergence d’appréciation entre les « biologistes de la conservation » et les écologues d’un côté et les biologistes de l’évolution de l’autre. Ces derniers dont le Professeur Alain Dubois du MNHN n’ont pas bénéficié de la même écoute que les premiers lorsque furent décidées les translocations d’ours slovènes pour « renforcer »la population pyrénéenne.
Leurs arguments auraient pourtant mérité d’être pris en considération d’autant qu’il est évident que malgré les apparences, les réintroductions n’ont pas permis de sauver la population d’ours des Pyrénées. Leur souche est quasiment éteinte et on a affaire à une population de substitution. Si le but était de pérenniser cette petite population relictuelle, c’est un échec total.

Cliquez sur le tabeau pour l'agrandir
Cliquez sur le tabeau pour l'agrandir
Comme le montre bien l’arbre généalogique du Rapport du Groupe Ours de 2011, il n’existe plus d’ours de souche pyrénéenne. On fera remarquer au passage que les présentations ultérieures de ces mêmes données ne montrent plus ce fait aussi clairement. Alors qu’en 2011, les ours étaient catégorisés en ours de «souche slovène», «souche hybride» et «souche pyrénéenne», dans le tableau de 2014 ils sont catégorisés en «Ours de Slovénie», «Ours présent dans les Pyrénées» et «Ours mort», les deux dernières catégories mélangeant les ours de souche pyrénéenne et de souche slovène et leurs descendance. S’agit-il par cette nouvelle présentation de masquer la disparition des ours de souche pyrénéenne ?

En tout cas, croire que deux populations de la même espèce sont identiques et interchangeables est une erreur comme le démontre bien Alain Dubois (2008). En fait, «il n’existe pas deux populations [d’individus de la même espèce] qui possèdent exactement les mêmes compositions et fréquences alléliques, ni les mêmes particularités morphologiques, éthologiques, etc. ». La constitution de la population actuelle d’ours vivant dans les Pyrénées est donc totalement différente de celle d’origine et n’en n’est pas issue « naturellement » c’est-à-dire que sans l’intervention des hommes qui ont déplacé de façon répétée et volontairement dans ce cas des sujets de même espèce sur de longues distances : « Les populations ainsi mélangées sont tout aussi artificielles que celles de beaucoup de parcs zoologiques » (Dubois, 2008, p. 372)

Ici encore le cas du loup et celui de l’ours sont bien différents. Malgré les rumeurs infondées qui courent encore, parfois même relayées par des hommes politiques qui étaient pourtant bien placés pour savoir qu’il n’en n’est rien, le loup n’a pas été réintroduit en France. En provenance d’Italie, il a conquis NATURELLEMENT de nouveaux territoires d’abord dans les Alpes maritimes, les hautes vallées de la Tinée et de la Vésubie, puis l’ensemble des Alpes françaises et maintenant dans les autres massifs montagneux de l’Hexagone. C’est la dispersion des jeunes qui est à l’origine de cette conquête de territoires nouveaux.

Une consanguinité redoutable ?

Un argument qui revient fréquemment pour justifier ces translocations pour «renforcer» une population insiste sur les risques de dégénérescence que ferait courir la consanguinité lorsque cette population est de taille trop modeste. Si ceux qui se présentent comme des défenseurs de l’ours des Pyrénées (qui stricto sensu n’existe plus) exigent de nouvelles translocations, c’est pour ce motif. Ainsi, l’association Férus réclame de nouvelles translocations pour le limiter et rendre ainsi la population vivant dans le massif pyrénéen pérenne. En 2014, cette association tirait la sonnette d’alarme au sujet des risques liés à la consanguinité : « Dans les Pyrénées centrales se pose et se posera avec de plus en plus d’acuité, la question du problème (sic !) de consanguinité lié à un manque de diversité génétique : le mâle Pyros est le père de presque tous les ours nés depuis son arrivée, il en arrive à se reproduire avec ses filles, petites filles et arrières-petites filles. » (Férus 15 juin 2014)

Mais le gouvernement et notamment le ministre de l’écologie a fait la sourde oreille, préférant écouter les représentants des chasseurs et du pastoralisme. Aussi un an plus tard à l’occasion de l’annonce de la découverte de la naissance de nouveaux oursons, l’association stigmatise ce gouvernement : « le gouvernement français (…) ruine toute possibilité de se réjouir durablement. Il tourne le dos aux préconisations du Muséum d’Histoire Naturel (…) et refuse de lâcher quelques ourses, seule solution pour sauver l’espèce du risque de consanguinité pointé par les scientifiques : le problème est désormais beaucoup moins le nombre d’ours que leur variété génétique… »

L’association fait référence à l’étude de 2013 publiée sous le patronage du MNHN dans laquelle on peut lire : « « Les risques génétiques se traduisent par un accroissement de la consanguinité à moyen terme (10-15 ans). Cet accroissement de la consanguinité est lié au nombre réduit d’individus fondateurs, avec seulement 4 individus sur les 8 réintroduits qui ont participé à la reproduction, et au choix réduit du nombre de partenaires. Elle peut entraîner une baisse de la fécondité et de la survie des individus reproducteurs (Robert et al. 2007). » De plus « depuis 1997, un mâle adulte dominant âgé de 25 ans monopolise l’accès aux femelles dans le noyau central. Il est le père de 24 oursons sur les 28 identifiés entre 1997-2012 ». (p.13) L’impact sur la survie des populations varie : des études monterait qu’elle ne serait effective qu’à 10 – 15 ans, tandis que d’autres « suggèrent qu’on s’attend à des problèmes surtout liés à des mutations récessives à effets forts (Charlesworth & Willis 2009) et donc à des effets instantanés. » (p. 14)

Le risque de consanguinité est certes « pointé par les scientifiques » auteurs de ce rapport, mais il y en d’autres qui considèrent que ce risque est pour le moins surévalué, voire inexistant. Parmi eux le Professeur Alain Dubois, professeur au MNHN. Pour lui, « La crainte de la consanguinité qui motive certaines réintroductions d’individus au sein de populations de taille réduite s’appuie sur des modélisations mathématiques, mais elle est contredite par de nombreuses observations empiriques.» (Dubois, 2008, p.366) Celles-ci montrent au contraire que des populations de taille réduite avec un polymorphisme génétique également réduit peuvent survivre dans des conditions difficiles et se reconstituer ensuite dans des conditions favorables. Alain Dubois cite le cas rapporté par jean Dorst du Bison d’Amérique sauvés à partir de quelques individus qui avaient survécu dans une réserve de Pologne. Plus probants encore sont les cas d’espèces animales ou végétales «invasives» qui font preuve d’une expansion et d’une démographie explosive à partir de quelques individus introduits involontairement ou acclimatés volontairement. La raison en est que la sélection naturelle fait son œuvre en éliminant les porteurs de variations délétères eu égard le milieu et les circonstances car « si la consanguinité peut avoir des conséquences graves lorsqu’un grand nombre d’individus consanguins porteurs d’allèles délétères survivent, ce qui est le cas dans les sociétés humaines ou éventuellement dans des espèces domestiques où ces individus sont « protégés », il n’en va pas de même dans les populations sauvages soumises à la sélection naturelle, où les homozygotes pour de tels allèles sont contre-sélectionnés et pour la plupart éliminés» (Dubois, 2008, p. 367).

Ces données sont tellement contraignantes que l’on est en droit de se demander avec Alain Dubois si cette volonté d’éviter la consanguinité dans les populations animales n’a pas plus à voir avec le tabou de l’inceste, universel dans les sociétés humaines, qu’avec « un réel impact de celle-ci sur la valeur sélective et la survie des populations animales de petite taille. » Dans le cas des ours, c’est d’autant plus vraisemblable que tout est fait par les promoteurs des translocations pour qu’ils soient considérés comme des personnes, que depuis la nuit des temps les mythes qui leur sont associés les humanisent, qu’à l’inverse le mot désigne aussi des humains censés leur ressembler au moins par leur caractère et leur comportement. Alors quelle horreur lorsque ce malheureux Pyros « en arrive à se reproduire avec ses filles, petites filles et arrières-petites filles » !

Les translocations détruisent l’objet d’étude de la biologie de l’évolution

La translocation comporte des risques pour les populations réceptrices. Elle peut leur apporter des maladies par l’introduction de pathogènes ou bien encore introduire dans leurs pools géniques des allèles entraînant une moins bonne adaptation aux conditions régnant sur son territoire. Cependant cette modification du pool génique n’est pas toujours pénalisante. Elle peut aussi induire dans d’autres cas une meilleure adaptation puisqu’en général, contrairement ce que l’on pourrait supposer dans une perspective finaliste, l’adaptation d’une population aux conditions de son territoire n’est pas optimale. Aussi, ce n’est pas d’abord en fonction de ces risques qu’Alain Dubois critique les translocations : « les populations ainsi mélangées restent certes susceptibles d’apporter aux biologistes des informations générales sur « l’espèce », communes à toutes les populations de celles-ci, mais ne peuvent plus nous éclairer sur l’évolution fine au sein de celle-ci. Le risque est alors grand, par ignorance, d’attribuer à « l’espèce » des particularités qui ne valaient que pour certaines de ses populations. Pour le biologiste de l’évolution moderne, qui n’a plus une vision fixiste, essentialiste ou typologique de l’espèce mais qui s’intéresse à la phylogéographie, à l’adaptation locale, à l’évolution fine du comportement, elles ont perdu beaucoup de leur intérêt. » (Dubois, 2008, p. 372)

Ces réintroductions ou translocations sont donc à l’origine d’une perte d’information, voire d’une destruction de l’objet d’étude du biologiste de l’évolution et c’est d’abord à ce titre qu’Alain Dubois les dénonce. Il précise que cela « n’est néfaste que pour les hommes, ou plus exactement pour certains d’entre eux, les scientifiques, qui s’efforcent de répondre à diverses questions concernant l’histoire et le fonctionnement de la nature : comment les écosystèmes se sont-ils mis en place et ont-ils atteint la composition et la dynamique que nous observons aujourd’hui, quelle est la répartition actuelle des espèces qui y vivent, quelle a été leur histoire, celle de leurs caractères et de leurs adaptations ? Les modifications brutales de la composition des écosystèmes et de la répartition naturelle des espèces résultant de la pollution faunistique ou floristique rendent plus difficile, sinon impossible, ces reconstitutions du passé de la biosphère, et la compréhension des mécanismes de son évolution. » Elles ne se justifieraient donc, selon Alain Dubois que lorsque seraient en jeu «d’impérieuses raisons» concernant les populations humaines comme, par exemple, l’alimentation ou la santé publique. Ce qui n’est évidemment pas le cas en ce qui concerne l’ours des Pyrénées.

L’ours est le grand perdant de la translocation

Il est à remarquer que l’on n’a jamais envisagé dans les discussions entre partisans et adversaires des translocations, le point de vue de l’ours. Cela n’a rien d’étonnant en ce qui concerne les scientifiques qu’ils soient écologues, biologistes de la conservation ou de l’évolution, les technocrates des ministères, les ministres de tout bord, les députés, les maires et tous les élus des collectivités locales ou bien encore de la part de ceux que l’on désigne sous le vocable d’agents économiques. Par contre cela est beaucoup plus étrange en ce qui concerne certains parmi ceux qui se disent les protecteurs du plantigrade.

Il n’est bien sûr pas question de se mettre dans la peau de l’ours. Mais cela n’empêche pas de comprendre que l’ours ainsi «transloqué» n’est pas gagnant dans l’affaire. Il vivait tranquille dans sa forêt slovène sur un territoire qu’il connaissait parfaitement et pouvait exploiter sans trop se fatiguer, dans une réserve de chasse à l’abri des balles, des risques de collision avec une voiture… Le voilà capturé, anesthésié, mis en caisse et transporté entre douze et vingt-cinq heures (un de ces ours capturés n’a pas supporté le voyage : il en est mort). A l’arrivée, on insère dans son ventre un émetteur intraabdominal qui risque de le tuer en cas de chute ; on l’affuble d’un collier GPS/GMS et on le relâche dans un territoire inconnu qu’il doit explorer au risque de sa vie pour survivre, ce qui explique l’importance de ses déplacements la première année dans cette nouvelle contrée, un nouveau lieu de vie somme toute hostile, qui ne vaut pas l’ancien. Il va être en butte à l’animosité de bien des bipèdes autochtones : chasseurs, éleveurs, bergers, forestiers, élus démagos. Il risque une chute mortelle en parcourant des falaises inconnues, l’accident en traversant une des routes qui sillonnent son domaine vital et il sera bien seul face à un congénère qui monopolise l’accès aux femelles. Pour l’ours, c’est une déportation, c’est le bagne, et notre douce France, c’est Cayenne !

Comment se fait-il que l’on n’entende pas TOUS les défenseurs des droits des animaux condamner unanimement ce genre de pratique? Pire, comment se fait-il que des protecteurs de la Nature réclament de telles déportations en ne voyant midi qu’à leur porte. Ouvrez les yeux braves gens, laissez de côté le folklore des marchands de peluches et les boniments des offices de tourisme. Les ours dont vous réclamez l’introduction dans les Pyrénées ou ailleurs ne sont ni des peluches, ni des doudous. Laissons les vivre dans leur forêt natale et surtout respectons les !

Un dernier mot

Si fondamentalement, ce n’est pas pour les mêmes raisons que le chercheur et l’écologiste profond condamnent les translocations, il n’en reste pas moins qu’ils partagent bien des arguments. Il y a des pertes irréversibles et dans bien des cas les occidentaux ont commis des atteintes irréparables à la Nature. Or les translocations délivrent à ce sujet deux messages principaux comme le souligne avec lucidité et finesse Alain Dubois. Elles peuvent être porteuses d’un message positif « il affirme que, même si elles peuvent être à certains égards dangereuses, ou du moins non directement utiles à l’homme, toutes les espèces vivantes du globe ont le droit d’exister et de partager cette planète avec nous »

Mais ce n’est pas cela que va retenir le public. Le message qu’il va retenir « c’est que, ce que l’homme a détruit, il peut le réparer, que dans ce domaine rien n’est irréversible, que le deus ex machina peut toujours sortir de sa boîte pour restaurer ce qui a été abîmé par notre civilisation. Or ce message est fallacieux et dangereux. Sa conclusion logique immédiate est que, si nous pouvons réparer ce que nous avons cassé, il n’y a pas de raison de modifier la relation de notre société à la nature. D’un point de vue pédagogique, ce message convient très bien aux forces sociales qui dirigent notre société, et qui, principalement pour des raisons de profit immédiat, ne souhaitent nullement modifier la « gestion » actuelle de la nature, des ressources non renouvelables, de l’énergie, des espèces vivantes, etc. Il s’agit typiquement d’un de ces messages résolument optimistes et constructifs que notre société souhaite, appuie et même exige. Malheur en revanche à celui qui insistera sur le fait que chaque extinction d’espèce (fût-elle de sangsue, de moucheron ou de cloporte) sur notre planète est un fait irréversible et « sans consolation ». Désabusé peut-être, mais lucide, le Professeur Alain Dubois.

________________________________________________________________



Références

Dubois Alain (2008). « La notion de pollution biotique : pollutions faunistiques, floristiques, génétiques et culturelles » , Bull. Soc. zool. Fr., 2008, 133(4) : 357-382.ici :

Quenette Pierre-Yves, Rauer Georg, Huber Djuro, Kazensky Petra, Knauer Felix, Mustoni Andrea, Palazon Santiago & Zibordi Frederico (2006). « Comparaison du comportement spatial d’ours bruns réintroduits et non réintroduits en Europe », ONCFS Rapport scientifique 2006 : 21 - 25

BOITANI Luigi, CLOBERT Jean, LE MAHO Yvon, QUENETTE Pierre-Yves, SARRAZIN François, SAVOURÉ-SOUBELET Audrey (2013). Expertise collective scientifique « L’Ours brun dans les Pyrénées, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris.

Rapports Ours Brun 2011, 2014 accessible ici :

Lettre ouverte de la Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours (CAP Ours) à Madame la Ministre de l’Ecologie, mardi 1er septembre 2015. ici :

Illustrations

L’ourse Franska encore endormie avant son relâcher en 2006. Photo J.J. Camarra / ONCFS / ETO prise sur le site de Férus. (Cette ourse introduite en 2006 est morte en 2007 !)

Tableau en annexe du Rapport Ours 2011


Dimanche 6 Septembre 2015 Commentaires (0)

Elle avait bien raison la Fontenaisienne qui avait écrit sur un cahier d'enquête publique qu'avec la conversion du CEA de Fontenay aux Roses du nucléaire au biologique, les habitants des communes riveraines étaient passés du risque nucléaire au risque bactériologique sans que l'on ait demandé leur avis. En fait tant que les INB du site ne seront pas définitivement démantelées à une date qui, comme l'horizon, s'éloigne lorsque l'on croit l'approcher, les deux risques se cumuleront !

Les expériences de vivisection en préparation au sein du laboratoire Mircen 18, route du Panorama en sont la preuve.


Dans son «Dossier d'information destiné au public» le CEA informe a minima, au risque de se moquer des gens. Il se montre très disert pour expliquer ce qu'est un OGM, une information que tout un chacun peut se procurer sur une quelconque encyclopédie. Il est par contre avare d'informations tant sur les mesures de sécurité qu'en ce qui concerne les OGM en cause, les maladies qu'ils peuvent provoquer et le pourquoi de la nécessité de les modifier génétiquement.

Sur les mesures de sécurité qui seront prises, le texte se contente de renvoyer sans plus de détail aux arrêtés ministériels. Il se borne à préciser que ces mesures réglementaires seront appliquées ! Qu'elles soient appliquées, on l'espère mais qui ira contrôler, dans quel cadre ? Il n'y a rien au niveau biologique qui corresponde à l'ASN, le gendarme du nucléaire et ses fameuses lettres d'inspection ! Et l'on ne peut que s'inquiéter lorsque l'on lit que pour le CEA « le risque de dissémination accidentelle est théorique du fait des procédures opératoires mises en place »

Ce manque de contrôle externe est bien regrettable. En effet, la seule énumération de ces OGM fait froid dans le dos : «virus de la famille des lentiviridae (lentivirus HIV-1 et EIAV) et des paravoviridae (AAV)».
En note il est précisé que HIV est l'acronyme de «virus d'immunodéficience humaine» sans ajouter qu'il s'agit du sida, du «virus de l'anémie infectieuse équine» et du «virus adéno-associé».

C'est sur ces virus que l'on aurait aimé avoir des explications, sur le pourquoi de leur emploi et de leurs modifications génétiques mais le CEA se borne à nous répéter que génétiquement modifiés, ils ne seront pas dangereux pour l'homme et en tout cas, même si une personne est contaminée, il n'y a pas de risque d'épidémie. ( Je résume en français courant le jargon du texte).
Certes, mais il faudrait préciser que le virus de l'anémie infectieuse équine s'il n'est pas dangereux pour l'homme, l'est pour les chevaux chez qui il provoque une maladie infectieuse très contagieuse. Elle est actuellement classée comme un danger sanitaire de 1ère catégorie.

Quant au virus adéno-associé, son utilisation prouve que des primates (singes) seront utilisés dans ces recherches. Car il s'agit de vivisection, sophistiquée peut-être mais de vivisection pure et dure quand même. Le vocabulaire employé le masque parfaitement aux yeux d'une personne non avertie.

Dans le texte, il est fait référence à des «modèles» : «le premier pan de son activité concerne la mise au point de modèles permettant de reproduire fidèlement différentes maladies neurovégétatives» et «le deuxième grand versant de l'activité de Mircen concerne l'utilisation de ces modèles pour pour l'évaluation de nouveaux traitements par thérapie génique».
Pour comprendre ces textes il faut savoir que les modèles en question, ce ne sont pas des modèles mathématiques, ce sont des êtres vivants et souffrants : ce sont des animaux plus ou moins bricolés (génétiquement ou non) sur lesquels on s'efforce de reproduire les symptômes d'une maladie pour ensuite tester des substances pour tenter de les traiter. Ainsi explicitées, ces recherches cessent d'avoir un aspect aimable. C'est de la vivisection avec son lot de souffrances pour les souris, macaques que l'on a privé de liberté et que l'on torture pour des résultats des plus aléatoires !

Comme l’explique One Voice sur son site : «La plupart des maladies humaines n’affectant pas les animaux, on en simule les symptômes sur des “organismes modèles”. Pour simuler la maladie de Parkinson, par exemple, on injecte à des singes, à des rats ou à des souris une neurotoxine qui détruit les cellules du cerveau.»

Il semblerait que les méthodes pour rendre les macaques et les rongeurs malades soient dans le cas présent plus sophistiqués mais même dans ces cas, il devrait être évident que «ces symptômes provoqués de façon artificielle n’ont rien de commun avec les troubles chez l’être humain qu’ils sont censés simuler. D’importants aspects des origines de ces troubles, comme les habitudes alimentaires, le style de vie, la consommation de drogues, la pollution et autres nuisances, le stress et les facteurs psychologiques et sociaux, ne sont pas pris en compte. Les résultats d’études à base d’expérimentations sur des animaux sont donc trompeurs et inexploitables».

Il n'est donc pas étonnant que «parmi les médicaments potentiels – qui paraissent efficaces et sans danger quand ils sont testés sur des animaux – 92 % échouent aux tests cliniques, soit parce qu’ils ne sont finalement pas assez efficaces, soit en raison d’effets secondaires indésirables. Sur les 8 % de substances acceptées, la moitié sera par la suite retirée du marché une fois que des effets secondaires graves et souvent même létaux chez l’être humain seront devenus évidents.» selon les rapports de la «Food and Drug Administration» que cite One Voice.

Les nucléocrates du CEA sont de ceux qui nous ont précipités dans l'impasse de l'énergie nucléaire, et voila que sa branche biologie s'enferre dans une autre impasse : des animaux, même bricolés, ne peuvent pas être des "modèles" pour l'homme, chaque espèce étant différente. De plus, il existe aujourd'hui des méthodes de remplacement beaucoup plus fiables et qui représentent l'avenir ! Une fois encore le CEA avec Mircen se trompe de route. La route qu'il a choisit est rouge du sang des animaux martyrisés et massacrés pour rien.

Il est étonnant que ce haut lieu de la torture animale n'ait pas vu manifester devant ses barbelés des militants anti-vivisection. Il est vrai que le CEA est plus connu comme un centre d'étude atomique que comme un Centre d'Expérimentation Animale.

Ajout Le 28/08/2015

La pétition « Non au projet de laboratoire pratiquant des expérimentations sur les animaux au sein du CEA de Fontenay-aux-Roses ! » mise en ligne par Damien Tixier a reçue fin août près de 22 000 signatures. Vous pouvez encore la signer, si ce n’est déjà fait ici


Références :

Dossier d'information sur l'utilisation confinée d'OGM au CEA de Fontenay-aux-Roses : ce dossier est consultable sur le site de la ville jusqu'au 3 septembre 2015 ici

L'article de One voice sur l'expérimentation animale est ici

Mardi 25 Août 2015 Commentaires (0)

Le ministère de l'écologie a publié au cours de cet été une batterie d'arrêtés et de décrets autorisant des atteintes plus ou moins graves selon les cas à la Nature et à l'environnement. Avec Ségolène Royal à sa tête, ce ministère devrait changer de nom et se nommer le ministère de l'anti-écologie. Et dire qu'il y a des «verts» qui voudraient entrer dans ce gouvernement !
Le dernier en date de ces décrets ouvre la possibilité de dérogations à l'interdiction de circulation motorisée dans les espaces naturels pour l'accès à des établissements touristiques d'altitude offrant un service de restauration.


Il s'agit de véhiculer les clients de ces restaurants en motoneige entre la fermeture des pistes et 23 h. Ces dérogations sont la porte ouverte à tous les abus et dérives. La rentabilité économique de la haute montagne à n'importe quel prix : non, merci ! Il faut montrer que nous ne sommes pas d'accord. Ce projet de décret est soumis à consultation publique, nous devons nous exprimer !

Voici à titre indicatif voici ma contribution à la consultation publique. Quiconque, s'il le désire, peut s'en inspirer pour motiver son avis. La consultation est ouverte du 24 août au 14 septembre 2015.

Incohérences consternantes : non à ce projet de décret !

Alors que l'on veut simplifier le droit de l'environnement, ce projet de décret le complexifie. De plus il ouvre la porte aux abus et aux contentieux ; les décisions d'accorder ou non les dérogations par le maire pouvant être contestées devant les tribunaux. Faut-il en conclure que la simplification de ce droit n'est bonne que lorsqu'il s'agit d'assouplir les règles protégeant l'environnement et la nature?

En haute montagne la pratique actuelle du ski de descente fait assez de ravages. Inutile d'en rajouter pour aggraver encore les atteintes à la tranquillité de la faune vivant dans ce milieu hostile.Elles sont autant d'atteintes à la biodiversité.

La montagne et notamment la haute montagne ne peut être considérée exclusivement comme un terrain de jeu pour citadins, terrain de jeu à rentabiliser économiquement ! D'ailleurs comme l'avait remarqué en son temps France Nature Environnement les nuisances dues à ce supplément de circulation motorisée devraient l'emporter sur les avantages économiques. En effet, ce qui sera gagné par les restaurateurs en altitude sera perdu pour ceux de la station ou du village.

Enfin le ski de descente avec l'entretien des pistes notamment et parfois les remontées mécaniques est une activité qui utilise beaucoup de pétrole et son bilan carbone n'est pas bon. Pourquoi permettre ce qui n'est rien d'autre qu'un gaspillage d'énergie supplémentaire? Est-bien utile d'en rajouter avec la circulation de motoneiges une fois les pistes fermées ? À quelques mois de la fameuse COP 21, la permission d'un supplément d'émissions de « gaz à effet de serre» ne fait pas sérieux.

Je sais bien que les jeux sont faits et que donner son avis ne sert à rien sinon à marquer le coup comme le prouvent les nombreuses consultations passées notamment sur les question de protection de la nature et d'environnement et je trouve que le Conseil national pour la protection de la nature est bien trop accommodant avec les intérêts privés de directeurs de stations et de gargotiers!
Ne publiez pas ce décret,svp!

Pour accéder au texte du décret et déposer votre commentaire suivre ce lien 

Mardi 25 Août 2015 Commentaires (0)

Il serait question de fourguer à l'Arabie Saoudite les frégates qui nous restent sur les bras et nous coûtent une fortune en entretien et en gardiennage. Comme leur coût est élevé, l'Arabie Saoudite s'associerait à l'Égypte qui voudrait bien en disposer mais n'a pas les moyens de se les offrir.


Pour justifier ce fiasco financier, Michel Sapin à déclaré que ne pas vendre ces frégates était une décision politique "indispensable " car la France ne pouvait "livrer du matériel militaire à un pays qui aujourd'hui viole les règles internationale en occupant une partie de l'Ukraine".
Passons sur le fait que Monsieur Sapin oublie que la Crimée est de par son histoire une province russe ratachée à l'Ukraine au temps de l'empire soviétique. Son atlantisme qu'il partage avec Hollande et de nombreux PS l'égare.
Certes la Russie n'est peut - être pas une démocratie exemplaire dans l'absolu mais elle l'est incomparablement plus que l'Égypte, devenue une dictature militaire.
Avec l'Arabie Saoudite, la comparaison serait injurieuse pour la Russie.
Oubliée la condamnation à 1000 coups de fouet du blogueur Raif Badaoui, oubliées les décapitations au sabre, les amputations, le statut des femmes... Bref la charia en application dans cette monarchie qui fait bon marché des droits de l'homme ne la distingue guère du régime que veut instaurer l'état islamique!
Atlantisme quand tu les tiens, ce sont les américains qui font la loi et c'est nous qui payons !
La politique extérieure de Hollande est tout aussi condamnable que sa politique intérieure !

Vendredi 14 Août 2015 Commentaires (0)

Le Syndicat des Energies Renouvelables n’a rien d’écolo. Pour s’en convaincre il suffit de parcourir la liste des membres de son Conseil d’administration où l’on trouve des représentants des nucléocrates EDF et AREVA, de TOTAL dont la réputation n’est plus à faire mais aussi de SOFIPROTEOL.
SOFIPROTEOL, devenu groupe Avril en Janvier 2015 est un des opérateurs les plus puissants de l’agro-industrie française. Il est présidé par Xavier Beulin, l’anti-écolo de choc, président du syndicat agricole la FNSEA ! Sur ce groupe on lira l’enquête édifiante parue sur Reporterre .
C’est pourtant le lobby qui émane de ce SER et de France Energie Eolienne (FEE) qui tient la plume de Denis Baupin le député porte-parole matière d’énergie du groupe EELV, de même qu’il tient la plume de députés d’autres sensibilités comme les PS Jean-Jacques Cottel , élu du Pas-de-Calais ou Jean-Paul Chanteguet, élu de l’Indre. En voici la preuve, la preuve aussi qu’en voulant favoriser coûte que coûte l’essor de l’éolien industriel, les députés EELV bafouent des principes essentiels de l’écologie politique.


Le Sénat avait introduit dans la loi sur la transition énergétique des dispositions qui soumettaient l’édification des parcs d’éoliennes industrielles à des contraintes qui n’étaient pas du goût des promoteurs de ces installations. Le SER et FEE ont fait des pieds et des mains pour que ces dispositions soient exclues de la loi : communiqués de presse, intervention dans média audiovisuelles et lobbying intense auprès de députés.
Un lobbying qui a porté ses fruits puisque la plupart de ces dispositions ont été annulées par les députés lors de l’examen du texte devant la commission dénommée « commission spéciale sur la transition énergétique ». Pour certaines de ces dispositions des amendements de suppression aux exposés des motifs rigoureusement identiques rédigés par des juristes du lobby ont été proposés tels quels à la fois par des parlementaires PS et par le député EELV Denis Baupin au nom des 17 autres élus de son groupe, tous cosignataires avec une belle unanimité que l’on aurait bien aimé retrouver en d’autres occasion (projet de loi sur l’interdiction de la chasse à courre, interdiction de la tauromachie, contre la loi sur le renseignement….)

Contre l’allongement du délai de rétractation du signataire d’un bail : des amendements clé en main

C’est le cas notamment pour l’article 38 bis BB introduit par les sénateurs qui, allongeait à 30 jours le délai laissé à un propriétaire foncier pour exercer son droit de rétractation suite à la signature d’un bail avec un promoteur éolien et prévoyait en outre que ce dernier devait obligatoirement communiquer au bailleur une information sur « les avantages et les inconvénients » de l’éolien.

Les sénateurs avaient prévu ce dispositif en réponse aux témoignages multiples et concordants sur les méthodes de démarchages agressives des promoteurs éoliens et au vu des regrets parfois amers exprimés par des agriculteurs qui avaient signé le contrat sans avoir envisagé tous les aspects de la chose, appâtés par la manne financière que le démarcheur leur avait fait miroiter.

Les deux amendements de suppression, le n° 753 présenté par Jean-Jacques Cotel député PS du Pas de Calais et le n° 459 des 18 députés du groupe EELV ont un exposé des motifs strictement identique et ont été rédigés sans aucun doute par quelque juriste du SER ou de la FEE. Ces braves gens n’ont même pas pris la peine de personnaliser leur texte, acceptant ainsi d’apparaître aux yeux de tous comme la courroie de transmission de ce lobby au sein de la représentation nationale.

Contre l’autonomie des collectivités et le principe de subsidiarité : trois amendements identiques avec un même exposé des motifs

Autre exemple : le Sénat avait introduit un article qui prévoyait que, lorsqu’une commune ou une intercommunalité était en phase d’élaboration de son PLU/PLUI, l’implantation d’un projet éolien devait être soumise à délibération favorable de l’organe délibérant. Cet article permettait d’éviter qu’un promoteur ne « prenne de vitesse » la commune ou l’intercommunalité qui aurait voulu interdire, par le biais des documents d’urbanisme, l’implantation d’éoliennes sur son territoire. Tel que formulé, cet article donnait aussi la possibilité à une commune ou une intercommunalité de lancer les travaux d’élaboration du PLU pour bloquer un projet éolien, ce qui donnait à ces instances locales le pouvoir de s’opposer à l’implantation d’éoliennes industrielles sur son territoire.

Que les élus locaux aient droit de vie ou de mort sur les projets de promoteurs éoliens sur leur propre territoire ne pouvait plaire à ces derniers qui voyaient leurs projets en cours ou futurs en grand danger, les atteintes à l’environnement et au cadre de vie des habitants des endroits où sont implantées ces machines étant de plus en plus connus et de notoriété publique.

Dans ce cas, ce n’est pas deux mais trois amendements de suppression qui sont accompagnés d’un exposé des motifs identique, les amendements 297, 460 et 756 ! On ‘est jamais trop prudent et abondance de bien ne nuit pas aux affaires des promoteurs éoliens même s’il nuit à la réputation d’impartialité des députés qui signent ces textes. Ils peuvent à juste titre être suspectés de privilégier les intérêts particuliers des promoteurs contre l’intérêt général.
L’amendement 297 est dû au député PS Jean-Paul Chanteguet, le 460 à un autre PS, JJ Cotel qui se révèle un aussi zélé défenseur des promoteurs éoliens qu’il l’est des chasseurs et enfin, le 756 à Denis Baupin et ses 17 acolytes du groupe EELV.

Il n’est pas apparu une seule seconde à l’esprit de ces derniers que l’autonomie des communautés de base suppose que celles-ci disposent d’une certaine souveraineté sur leur territoire et qu’au nom du principe de subsidiarité, c’est à elles de décider qu’elle est la meilleure façon de faire de leur territoire un territoire à énergie positive. Autonomie des communautés de base, principe de subsidiarité sont pourtant des principes fondamentaux de l’écologisme qu’un Sénat (de droite !) favorisait par cet article en jouant, pour une fois, assez bien son rôle de représentant des collectivités locales.

Contre le droit à l’information des élus des petites communes : Baupin persiste et perd !

Voici enfin un dernier exemple pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus avec toujours les mêmes : Baupin et ses acolytes et Cotel, le défenseur des chasses traditionnelles comme la chasse à la glue. Pour les convaincus, ce cas est tout de même intéressant dans la mesure où il montre comment le fanatisme éolien peut conduire à bafouer les principes démocratiques élémentaires.

C’est l’article 38 bis E. Cet article concerne l’information des conseillers municipaux des petites communes sur les délibérations relatives à une installation ICPE (Installation classée pour la protection de l’environnement). Il exige que soit fournie aux élus une note explicative de synthèse sur les affaires concernant les ICPE qui sont soumises à délibération des conseils municipaux quel que soit le nombre d’habitants de la commune ; cette note devant être adressée avec la convocation aux membres du conseil municipal cinq jours francs avant la séance. Les éoliennes industrielles qui sont des ICPE entrent dans le champ d’application de cette disposition. Cet article est en fait une extension d’une disposition plus générale qui ne s’applique qu’aux communes de plus de 3500 habitants.

Informer les élus le mieux possible des questions sur lesquelles ils devront se prononcer quoi de plus normal ? Pourtant J.J. Cotel est contre et D. Baupin également, pour les mêmes raisons exposées dans ce cas en des termes analogues (sans être strictement identiques) dans l’exposé des motifs de leurs amendements de suppression, respectivement l’amendement 465 et 760. Mais alors qu’après débat, J.J. Cotel retire son amendement, Baupin au nom des députés EELV maintient le sien qui sera rejeté par la commission.
Baupin et consorts ont oublié dans leur promotion à tout prix de l’éolien industriel que la fin ne justifie pas les moyens.

L’information de l’élu, son droit à l’information dans le cadre de l’exercice de son mandat est une exigence de démocratie aussi basique que fondamentale.
En voulant passer outre au prétexte de simplification, Baupin et ses collègues d’EE/LV emploient les mêmes arguments que le gouvernement qui veut déconstruire le code de l’environnement, du travail, etc., au nom de cette simplification. Pourquoi s’y opposeraient-ils dans ces cas ? Lorsqu’il s’agit de l’éolien qu’ils veulent imposer aux ruraux qui n’en veulent pas, Baupin et les signataires de ces amendements font bon marché de cette démocratie et de la transparence qu’ils mettent en avant par ailleurs, quand cela les arrangent.
Baupin et ses suiveurs s’en prennent non seulement à l’exercice local de la démocratie représentative mais aussi celui de la démocratie participative, cherchant à éliminer tout ce qui pourrait être motif de recours pour des associations. De surcroît dans le cas présent, un motif de recours légitime. Pour défendre son amendement, il a déclaré que «L’article ouvrirait la voie à de multiples recours, par exemple si le document n’a pas été fourni ». Mais si le document n’a pas été fourni, cela veut dire que les conseillers auront voté sans être correctement informés. Position d’autant plus étrange venant d’un écologiste que les dossiers en cause concernent l’environnement, les ICPE !

EELV emploie pour l’essor de l’éolien les mêmes méthodes que les nucléocrates ont employé pour le développement de leur industrie

Lorsqu’il s’agit d’éolien industriel, EELV utilise les mêmes moyens que ceux qu’ont employés les nucléocrates pour implanter leurs centrales et imposer leur industrie aux gens. Ils rendent cet éolien aussi détestable que le nucléaire.
Certes, l’éolien industriel n’est pas gros de catastrophes comme l’est le nucléaire mais il pourrit la vie et la santé des riverains, massacre des paysages et nuit gravement à la Nature. Sur le long terme, de façon moins brutale mais plus insidieuse, un déploiement massif de cet éolien peut avoir des conséquences gravissimes en détruisant les équilibres naturels.

En voulant imposer par tous les moyens l’édification de parc d’éoliennes industrielles sur des territoires où les gens n’en veulent pas, en se faisant le porte-parole non critique des promoteurs de l’éolien industriel, le groupe des députés EELV rendent antiécologique un mode de production d’électricité qui aurait pu être écolo s’il prenait d’autres formes comme pourrait l’être l’éolien local avec une éolienne de dimension modeste intégrée dans un mix énergétique diversifié (panneaux solaires, déchets méthanisés, résidu de bois…) géré par les communautés de base en fonction de leurs ressources dans un cadre de sobriété énergétique mais aussi d’échange avec les autres communauté proches.
Des exemples existent où la population et les élus ont su en faisant preuve de créativité, trouver une solution originale à leurs besoins énergétiques.
C’est le cas de Locminé en Bretagne avec son projet déjà bien avancé de transition énergétique développée autour de la biomasse (voir l’article de Sophie Fabrégat sur le site d’Actu-environnement, ici .

A contrario toujours en Bretagne, dans la forêt de Lanouée qu’elle a achetée en 2007, la multinationale Louis Dreyfus défriche une douzaine d’hectare pour installer un parc éolien sans que les associations naturalistes aient réussi à y faire obstacle faute de résistance sur le terrain. Voir l’article de Reporterre, ici .

Cerise sur le gâteau : c’est nous qui permettront à cette multinationale de réaliser des profits juteux en acquittant avec notre facture d’électricité, la CSPE (Contribution au service public de l'électricité) qui lui permettra de revendre sa production à EDF à un prix bien supérieur à celui du marché, cette contribution étant utilisée par l’Etat pour rembourser à EDF le manque à gagner que lui occasionne ce rachat auquel la loi l’oblige.

L’éolien industriel n’a pas sa place dans une société écologique, respectueuse des hommes, des territoires et de la nature.



Samedi 27 Juin 2015 Commentaires (2)

Après la loi sur le renseignement, voici que la commission de l’Assemblée nationale sur le « Maintien de l’ordre et libertés publiques » qui avait été formée pour enquêter sur les conditions du maintien de l’ordre dans un contexte de respect des libertés et du droit accouche d’un rapport où il ne s’agit plus de garantir ces libertés et de comprendre comment elles peuvent être bafouée mais, au contraire, de tenter de les restreinte pour les soumettre au « maintien de l’ordre » jugé prioritaire par le rapporteur le député PS Pascal Popelin, rapport approuvé par la membres de la commission PS, UMP, UDI, confondus, à l’exception notable des élus d’EELV et du PC. Fait rarissime, le président de la commission, le député écologiste Noël Mamère a voté contre ce rapport. À cela s’ajoute des forces de l’ordre qui laissent faire les milices « pro-barrage » à Sivens ou « pro-center parc » à Roybon et une justice plus prompte à condamner lors de procès expéditifs des « zadistes », notamment à Sivens alors que les exactions de ces milices restent impunies, cela dénotant pour le moins d’une complaisance, voire d’une complicité telle que l’on peut se demander si Valls et Hollande ne se sont pas servi de ces milices pour tenter de faire plier les occupants de la zone.


Nous publions ci-dessous deux documents. Le premier est un communiqué de presse du Collectif pour la sauvegarde du Testet co-signé de son avocat dénonçant l’absence de poursuites et de sanctions des gendarmes et des pro-barrages violents.
Le second consiste en des extraits de l’analyse de Noël Mamère du rapport de la commission de l’Assemblée nationale sur le « Maintien de l’ordre et libertés publiques » dans lequel il exprime des désaccords fondamentaux avec le texte du rapport présenté par Pascal Popelin. Ils permettent de constater le danger des propositions contenues dans ce rapport pour les libertés et notamment celle de manifester qui ferait l’objet de sévères restrictions si elles étaient retenues. On voit là la volonté du PS appuyé par les partis de droite de faire taire toute contestation notamment mais pas seulement dans le but d’imposer plus facilement par la force des projets inutiles et écologiquement néfastes.

Non à l’impunité des gendarmes et des pro-barrages violents !

« Le jeudi 28 mai 2015, l’ancienne ferme Métairie Neuve, propriété du Conseil départemental qu’il a abandonnée depuis son acquisition en 2002, a été incendiée de manière volontaire. Selon les médias, toute la toiture aurait brûlé. Le Collectif dénonce cet acte criminel détruisant une ferme classée au patrimoine remarquable de Lisle sur Tarn et qui aurait pu être achetée pour une installation agricole.

Il ne fait pas de doutes qu’il a été mené par des partisans du barrage de Sivens ou tout au moins des anti-zadistes. Cela illustre bien à quel point certains d’entre eux ressentent un sentiment d’impunité totale du fait qu’aucune de leurs agressions en février et mars 2015 n’a été poursuivie malgré la présence fréquente de gendarmes sur les lieux. Déjà, un commando avait saccagé la Métairie Neuve en janvier 2014 sans qu’une enquête efficace n’ait eu lieu.

Ce même jour a eu lieu une audience de la chambre des Appels correctionnels de Toulouse concernant deux opposants au barrage de Sivens injustement condamnés le 17 septembre 2014 en comparution immédiate, pour des faits de violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

Une vidéo tournée par un opposant a été présentée en audience car elle contredit totalement la version présentée aux juges par les gendarmes. Ceux qui sont accusés de violences sont en fait les victimes de violences commises par des gendarmes. La vidéo montre que les gendarmes sur le site de Sivens le 15 septembre 2014 ont poussé la quarantaine d'opposants pacifistes jusqu'à la rivière. Acculés, les opposants ne pouvaient plus bouger. Des gendarmes du Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) s'en sont alors pris à un opposant qui filmait puis ont saisi un des opposants pour l'interpeller car il protestait en réaction à cette attitude. Dans la panique, son camarade a voulu le protéger des coups de matraques qu’il recevait ; il a lui-même alors reçu un coup de pied en plein thorax avant d’être lui aussi interpellé.
Alors que les deux opposants sont au sol, un gendarme du PSIG en roue un de coups de pied, tout en ayant son flashball à la main prêt à tirer. Son collègue met alors la main sur la tête de l'opposant, probablement pour lui éviter les coups et il prend l’un des coups de pied violents de son collègue. La vidéo montre alors le même gendarme qui donnait les coups, avancer et tirer à deux reprises avec son flashball sur un des opposants qui venait protester pacifiquement contre cette violence. Le tir de flashball est effectué à moins de 5 m alors que les règles de sécurité imposent un minimum de 7 mètres. Cet opposant sera blessé du fait de ce tir et évacué du site. Découragé par les gendarmes de porter plainte, il l’a fait ensuite directement auprès du Procureur de la République. Les deux défenseurs de la zone humide du Testet, injustement condamnés en première instance, ont demandé leur relaxe pour les faits reprochés. (NB : Après avoir visionné la vidéo, la cour d'appel de Toulouse qui a mis sa décision en délibéré au1er juillet 2015.)

Le 28 mai également, la commission d’enquête sur le « Maintien de l’ordre et libertés publiques » remet son rapport à Claude Bartolone, Président de l'Assemblée nationale. Le rapport de cette commission d’enquête parlementaire, initiée suite à la mort de Rémi Fraisse, a déclenché une polémique entre son rapporteur Pascal Popelin (PS) et son président Noël Mamère (écologiste) qui a voté contre le rapport. L’affaire jugée aujourd’hui illustre parfaitement la nécessité de confier les opérations d’ordre public à des agents spécialement formés, ce qui n’est pas le cas des agents du PSIG déjà mis en cause dans l’affaire de la grenade lancée dans une caravane le 7 octobre et qui a grièvement blessé une écologiste.

La vidéo montre également que le Flahsball est utilisé de manière irrégulière et extrêmement dangereuse, un tir à moins de 5 m pouvant entraîner la mort. Cela prouve la nécessité d’interdire l’usage de tout lanceur de balles de défense (LBD) dans le cadre de mouvements sociaux. Enfin, cette condamnation injuste d’opposants pacifiques montre le danger démocratique de vouloir, comme le propose le rapport, interdire a priori de participer à une manifestation pour les personnes condamnées. Au-delà de l’atteinte au droit fondamental de manifester, cette mesure risquerait d’entraîner encore plus d’accusations infondées dans le seul but d’affaiblir les mobilisations citoyennes.

Ben Lefetey et Maître Dujardin »

Vers une restriction du droit de manifester : Noël Mamère n’est pas d’accord! !

Voici des extraits de son texte, (les sous-titres gras et en italique ont été ajoutés pour une lecture plus aisée) :

Un glissement pervers de l’objet de la commission : du maintien de l’ordre dans le respect des libertés et du droit de manifester à la restriction et la subordination de ces libertés et de ces droits au maintien de l’ordre.

« L’objet de nos travaux, entre notre demande d’ouverture d’une commission d’enquête et la fin des auditions, s’est subtilement déplacé. Du constat qu’il était possible d’être blessé ou tué lors d’une manifestation en France aujourd’hui et, partant, de la volonté d’enquêter sur les conditions du maintien de l’ordre dans un contexte de respect des libertés et du droit de manifester, nous aboutissons à un rapport qui s’interroge sur la façon d’intégrer la possibilité de manifester dans le cadre de l’ordre public. Il n’est donc plus question de garantir un droit et de comprendre comment il peut être bafoué mais, au contraire, de tenter de le circonscrire pour qu’il s’ajuste au maintien de l’ordre, dont les modalités ont, par ailleurs, déjà été modifiées. Et cette inversion du prisme change pour beaucoup le sens et la raison d’être de ce travail. »

Non à une doctrine du maintien de l’ordre qui subordonne la réduction de la violence à la judiciarisation des délits

« La preuve n’est pas apportée que les manifestations d’aujourd’hui sont plus violentes que celles d’hier. En revanche, le changement de doctrine progressif des forces de maintien de l’ordre est radical, puisqu’elles doivent aujourd’hui « caler le degré de force qu’[elles] engagent sur le niveau de violence des manifestants » au lieu de réduire la violence à sa portion congrue, afin de « contraindre [les manifestants] à s’ajuster au niveau de violence des forces de l’ordre ». Ainsi des consignes d’interpellation et de la plus grande mobilité des forces de l’ordre qui, depuis 2005, ont provoqué une dislocation de l’action collective et un rapprochement physique sur le terrain, certes favorable à la judiciarisation des délits, mais néfaste à la réduction de la violence. »

Une manifestation n’est pas un match de foot : contre une interdiction administrative de manifester prononcées à l’encontre de personnes contraire à la liberté fondamentale de manifester


« Si l’interdiction judiciaire (proposition n°7) existe déjà, je m’oppose totalement à l’idée d’une
interdiction administrative de manifester (proposition n°8). Cette proposition doit être rapprochée de la réglementation et de la jurisprudence afférente à l’interdiction des supporters de spectacles sportifs et, notamment, la jurisprudence du Conseil d’Etat qui a annulé le fichier des supporters ainsi que la loi du 23 janvier 2006 qui a autorisé les interdictions individuelles pour les manifestations sportives. Or, un stade n’est pas une manifestation. Limiter l’accès à un lieu clos n’est pas limiter l’accès à une portion d’espace public, étendue et mouvante. Et le droit d’assister à un match n’est pas une liberté fondamentale, contrairement à celui de manifester.
Plus spécifiquement, le terme « d’individus connus en tant que casseurs violents » me semble hasardeux et sujet à débat. Si cette interdiction devait être autorisée, elle devrait, au minimum, ne s’appliquer qu’à des individus déjà condamnés. En outre, la mise en œuvre de ce type de mesures semble hautement improbable. Comment déterminer ab initio que telle ou telle personne pourrait participer à telle ou telle manifestation ? Autant les supporters de football peuvent être individualisés et se voir signifier une interdiction par un arrêté préfectoral, autant il semble improbable de cibler les manifestants de type violent sur l’ensemble du territoire pour tous types de manifestation. (…)Il existe, enfin un autre risque démocratique majeur, celui de cibler certains membres d’organisations politiques et syndicales.
Le Rapporteur écrit que « les dispositions permettant aux procureurs de requérir des contrôles d’identité en marge des manifestations servent d’ores et déjà aujourd’hui de fondement à des formes d’interdiction de manifester ». Or légiférer sur un procédé déjà pratiqué, via des biais administratifs, ne rend pas ce procédé légitime. Cela montre également que les contrôles d’identité sont détournés de leur objectif premier. »

Non à la généralisation de la vidéo qui porte atteinte à la liberté de manifester

S’agissant de la généralisation de la vidéo (proposition n°21), elle porte atteinte au droit de manifester et pourrait entraîner l’identification et la constitution de fichiers d’opposants politiques ou syndicaux.

Des interpellations uniquement sur les abords du cortège et visant des individus et non des groupes

« Les unités mixtes employées à Paris, avec des policiers en civil chargés des interpellations, sont déjà une forme dévoyée de maintien de l’ordre, qui ne peut qu’entraîner une suspicion de la part des manifestants. Il est impératif d’imposer le port de l’uniforme quelle que soit la vocation des forces en présence (maintien de l’ordre ou interpellation). Et ces interpellations doivent viser spécifiquement les abords et les individus et non pas des groupes (proposition n°22).


Des propositions qui sont contraires aux principes régissant les contrôles d’identité

« Quant à la systématisation d’un local de permanence pour les contrôles collectifs d’identité (proposition n°23), elle est contraire au principe de contrôle d’identité qui doit être individualisé et doit répondre à des troubles préalables. Le secret de la procédure pénale et son caractère individuel, s’opposent à la présentation groupée à un OPJ (proposition n°23). »

Une concertation préalable obligatoire sur les manifestations implique une restriction disproportionnée du droit de manifester


« Fixer le principe d’une concertation obligatoire (proposition n°9) implique de changer radicalement le fonctionnement du droit de manifester, qui est purement déclaratif. Il y aurait dès lors un contrôle a priori et systématique de toutes les manifestations, ce qui entraînerait une restriction manifestement disproportionnée du droit de manifester. Une concertation préalable peut, certes, être utile et bénéfique, mais les propos cités par le rapporteur ne justifient aucunement la nécessite de rendre cette concertation obligatoire. »

Remarque finale

Il ne faut pas compter sur l’opposition de l’UMP (LR) où sur une autre formation de droite qui attend avec impatience d’exercer le pouvoir en 2017 : ils ont voté le rapport Popelin et ses propositions et au Sénat, la loi sur le Renseignement est ressortie de son passage en commission sénatoriale encore plus attentatoire aux libertés avec un champ d’application encore plus élargi.

Il serait temps de se réveiller. Demain, il sera trop tard et toute contestation un peu radicale de la société actuelle sera étouffée par un appareil d’Etat aux moyens judiciaires et policiers renforcés.


Vendredi 19 Juin 2015 Commentaires (0)
Monsieur Le Député,

Lors des dernières élections législatives, je résidais à Fontenay-aux-Roses dans votre circonscription. Au second tour, j’ai dû me résoudre à vous apporter mon suffrage, la candidate écologiste ayant été devancée.

Je l’ai fait non sans hésitation car je n’aime pas voter pour un « parachuté » même dans le cas d’élections nationales. De plus, si au niveau local des alliances fructueuses sont parfois possibles avec le PS comme ce fut le cas à Fontenay, à l’échelon national l’expérience prouve qu’il n’en va pas de même.

J’avais bien raison d’hésiter !

Vous venez, Monsieur Germain, de voter la loi sur le Renseignement, loi qui porte atteinte à ma liberté comme à la liberté de tous les Français.

Vous venez d’approuver la surveillance de masse de nous tous à l’exception des avocats et journalistes, ce qui est la moindre des choses et de vous les députés, donnant ainsi une preuve supplémentaire de cet adage populaire : « on est jamais si bien servi que par soi-même ». Par ce vote vous cautionnez des mesures liberticides préparées de longue date, et ressorties opportunément en profitant du choc provoqué dans l’opinion par les évènements de janvier.

Vous permettez à ce gouvernement de mettre un terme à l’État de Droit, en offrant la vie privée des gens au pouvoir exécutif sans garde-fou ou presque et cela au mépris des mises en garde des associations et organisations qui se sont élevées contre ces mesures attentatoires à la liberté d'expression, de réunion, de pensée et d'action. Ce faisant vous avez choisi de rejoindre la sombre cohorte des ennemis de la démocratie.

Vous qui étiez classé naguère parmi les frondeurs, vous soutenez maintenant la dérive totalitaire de ce gouvernement. Ceci vous attirera sans aucun doute les bonnes grâces de l’appareil PS qui vous récompensera peut-être par un petit quelque chose ! Mais ce qui est certain, Monsieur Germain, c’est que ce vote vous déshonore.

Parce que malgré tout, je reste poli : salutations !

Jean-François DUMAS,
Ancien Maire Adjoint à l’environnement et ancien président du groupe des élus écologistes de Fontenay-aux-Roses.


Ajout : Sur le territoire de l’agglomération Sud de Seine, Julie Sommaruga la députée PS de la 11ième circonscription comprenant Bagneux et Malakoff a également voté cette loi scélérate.


Vendredi 8 Mai 2015 Commentaires (1)
1 ... « 5 6 7 8 9 10 11 » ... 35
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes