Cette année, partout où l’été a été pluvieux, la cueillette des champignons est en avance et bat déjà son plein. Et avec elle, les intoxications ! 330 cas d’intoxication dont trois décès et trois de forte gravité pouvant engager le pronostic vital ont déjà été rapportés aux centres antipoison. Certaines intoxications nécessitent une greffe du foie ! Face à de tels empoisonnements, la question se pose : peut-on récolter des champignons et manger sa cueillette sans danger ?


Comme les méprises peuvent être fatales, faut-il être un mycologue averti pour être un cueilleur mycophage ? Pas nécessairement…

C’est ainsi que dans la France rurale d’hier, il y avait un savoir populaire sur les champignons,  comme sur les végétaux sauvages comestibles ou médicinaux. S’il n’est pas totalement oublié  partout, ce savoir tend à se perdre et la grande majorité des urbains ne le possèdent plus ou en sont exclus.  Il se transmettait oralement et sur le terrain. On « allait aux champignons » en famille ou avec des (très bons) amis car accepter d’être accompagné, c’était divulguer à un autre vos « coins » et « bons coins ». Il fallait que cet autre bénéficie de votre confiance et être sûr de sa discrétion. De plus, on ne ramassait que quelques espèces parfaitement connues, délaissant les autres. Enfin, il y avait des espèces que les gens d’une région récoltaient alors que dans une autre région, elles étaient considérées comme « mauvaises » et étaient délaissées.
 

Ce savoir populaire, pratique et régional, n’était sans doute pas suffisant pour être une garantie absolue, mais avec les champignons rien n’est totalement garanti : on compte même des mycologues imprudents qui furent victimes d’une intoxication mortelle. Le cas le plus connu est celui du mycologue allemand Julius Schäffer décédé après avoir consommé en octobre 1944 des paxilles enroulés ( Paxillus involutus) sans doute mal cuits et que l’on croyait comestibles à l’époque. Mais il y en a d’autres. Par exemple, au début du siècle précédent,  le belge Joseph Bodart auteur d’une publication sur les champignons comestibles de sa région !

******

Aujourd’hui pour tenter de pallier la perte de ce savoir, il existe à côté des ouvrages de détermination, des applications numériques de reconnaissance en ligne, payantes ou gratuites mais avec beaucoup d’annonces publicitaires intempestives dans ce dernier cas. Elles ont la côte, surtout celles qui proposent  des identifications à partir d’un ou plusieurs clichés. Elles sont particulièrement appréciées d’un public qui n’a que des connaissances très rudimentaires en mycologie et qui aimerait pourtant bien, lui aussi, « aller aux champignons » sans faire l’effort de connaître un minimum de choses sur leur morphologie !


On reproche à ces applications de n’être pas suffisamment fiables pour permettre de récolter sans danger. D’ailleurs l’ANSE constate que « la confusion entre espèces est parfois favorisée par l’utilisation d’applications de reconnaissance de champignons sur smartphone, qui donnent des identifications erronées sur les champignons cueillis. »  En réalité, c’est surtout parce qu’il en est fait un mauvais usage qu’elles peuvent s’avérer dangereuses. Elles ne permettent pas de tester la comestibilité d’une récolte et ne sont pas faites pour cela. Un mycologue averti comme certains pharmaciens ou référents déterminateurs d’association peut seul offrir une garantie suffisante. D’ailleurs ces applications mettent en garde les utilisateurs à ce sujet. Elles sont une aide à la détermination. Elles donnent des pistes et proposent des choix et c’est à l’utilisateur de les faire. Cela dit, même pour aider réellement l’apprenti mycologue à progresser dans la connaissance des champignons macroscopiques, elles ont encore beaucoup de progrès à faire. A leur décharge, on peut souligner la difficulté de trouver des critères discriminatifs visibles sur une ou des photos pour ces organismes d’autant que leur aspect peut être changeant.
 
Jeudi 16 Septembre 2021 Commentaires (0)

Habiter une région redessinée par le fait du prince, pure entité administrative et être écologiste sont les deux raisons pour lesquelles je n’ai pas voté aux élections régionales de 2015 et c’est pour ces mêmes raisons que je ne voterai pas en 2021. Rien n’ayant changé.


  Vous avez peut-être comme moi la malchance d’être électeur dans l’une de ces nouvelles régions découpées en dépit de la géographie, de l’histoire, faite de territoires rassemblés et séparés en vertu d’illusoires critères économiques sans que les sentiments d’appartenance des gens aient été pris en compte, sans que ceux qui y vivent aient été consultés. Ma région, celle des Arvernes, l’Auvergne, existait avant même que la France n’existe, la voilà rayée d’un trait de plume par un politicard menteur sans vergogne, hôte temporaire de l’Elysée, élu sur un malentendu grâce à de fausses promesses. Ma région n’existe plus administrativement et je ne me reconnais absolument pas dans la nouvelle entité abstraite délimitée par le fait du prince d’alors le président de la république  PS François Hollande. Aller voter, ce serait entériner implicitement cette réforme territoriale, reconnaître cette monstruosité baptisée d’un nom ridicule AURA et l’accepter.
Si vous êtes dans le même cas que moi habitant cette région ou une autre ayant subie le même sort, ne votez pas ! Ne cautionnez pas ces découpages administratifs issus de technocrates coupés des réalités de terrain ou ces tripatouillages à visée électoralistes. 
 
Mardi 15 Juin 2021 Commentaires (0)

J’aime les fourrés et les forêts férales même peu pénétrables. Il est temps de changer de regard sur ces friche et accrus. S’ils témoignent d’une déprise humaine, ils ne sont plus pour autant signe de malheur comme ils le furent par le passé. Mécanisation et productivité de l’agriculture actuelle les rendent peu propices à la culture. Le pâturage ovin sur ces collines n’est plus rentable, s’il l’a jamais été. Le renouveau du vignoble auvergnat ne peut les menacer qu’à la marge car ce sont les parcelles qui sont les moins accessibles, les moins productives et les plus mal exposées qui furent abandonnées, les autres sont encore cultivées…. ou pour certaines, en friche mais dans l’attente d’être vendues pour être loties. Car là est le danger qui menace ces terres en déprise : l’extension pavillonnaire autour des villages avec comme corollaire leur « mise en valeur » récréative pour les urbains et rurbains.


Non la Nature sauvage n’est pas morte, elle est même bien vivante ! Laissons là s’exprimer !
Prenons l’exemple des boisements de chênes pubescents qui sont en train de recoloniser les coteaux et bordures de la plaine de la Limagne. Ils sont naturellement adaptés à la chaleur et à la sécheresse.  Nul besoin d’expérimentation avec des ilots d’avenir pour le constater. Sauf là où perdure une pelouse riche en orchidées diverses sur des sols calcaires trop squelettiques ou des coteaux aux pentes trop abruptes, elle émerge naturellement des fruticées de ronces, aubépines, églantiers, cornouillers sanguins et  pruneliers impénétrables au sein desquelles les glands ont pu germer et les plantules croître en toute quiétude sur d’anciennes vignes, vergers ou pâtures abandonnés.  Evidemment, s’étant développés à la va comme je te pousse, ces chênes au tronc court et bien souvent tortueux n’ont que peu de valeur pour un sylviculteur. Il appelle ‘accrus’ ces boisements qui se reconstituent naturellement à la suite d’une déprise agricole.  S’il s’avisait tout de même de les exploiter – on ne sait jamais avec la transition énergétique ! – ces chênes finiraient en pellets ou en charbon de bois. Le charbon de bois ou le bois de chauffage pour des usages domestiques étaient le destin de leurs ancêtres avant que quelques-uns d’entre eux, survivants  laissés à eux même jouent le rôle de semenciers pour cette chênaie nouvelle.
Mercredi 9 Juin 2021 Commentaires (0)

À bien des égards la « transition énergétique » telle que déclinée en France est un cauchemar écologique, surtout lorsqu’elle est promue dans ses aspects les plus délétères par des individus et groupes associatifs ou politiques qui se disent écologistes.
La destruction de nos forêts naturelles avec la filière bois vient se rajouter aux dommages causés par l’industrie du vent avec ses éoliennes qui massacre les oiseaux, dénature des territoires jusqu’alors relativement peu touchés par l’emprise humaine et épargnés des laideurs de l’industrialisation.


En Auvergne comme ailleurs, pour les forêts naturelles, ça sent le sapin.
 Souvent la forêt privée fractionnée en de multiples petites propriétés comme en Auvergne était « laissée à l’abandon », c’est-à-dire à son évolution naturelle jusqu’au moment où la « transition énergétique » a jeté sur elle son dévolu, à la grande satisfaction de certains propriétaires qui pensaient que « ça ne valait rien ». Pour fixer le « méchant  CO2 » ravalé  au rang de « polluant » avec la théorie du changement climatique, il n’y a guère mieux qu’une forêt en évolution naturelle, mais même cela ne suffit pas pour  la protéger. En vertu de la « transition énergétique » Il faut valoriser tous ces bois qui croissaient tout doucement à l’abri des tronçonneuses et des gigantesques machines qui peuvent réduire un hêtre vénérable en copeaux en un rien de temps comme on le ferait d’un cure-dent.

Avec la transition énergétique, le bois devient une « énergie renouvelable » même si les chaufferies d’énergéticiens rapaces  ne se contenteront pas longtemps de prélever les « intérêts » et entameront le capital, (c’est-à-dire consommeront plus de bois que la régénération naturelle le permettrait) avec la même voracité que celle avec laquelle elles ont englouti palettes et autre résidus ligneux qui, nous avait-on dit, aurait dû  leur suffire mais qui ne leur suffisent plus. Leur besoin de bois  sans cesse grandissant, les industriels du bois énergie s’efforcent de mettre la forêt française (et d’autres aussi !) en coupe réglée.

Bref pour reprendre le titre d’un dossier du dernier numéro de La galipotte pour les forêts naturelles, ça sent le sapin.
Mardi 1 Juin 2021 Commentaires (0)

Comme je suppose que les lecteurs de ce blog sont des amateurs de sorties dans les forêts et de jardinage, je pense que sera utile une petite mise à jour sur les risques que nous font courir les tiques et les façons de s’en prémunir. Attention, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le risque existe aussi dans les jardins !


Gare aux tiques, dans les forêts et les jardins !
Piqûre de tiques et maladie de Lyme

Les piqures de tiques ne sont pas anodines parce que certaines espèces de ces bestioles peuvent transmettre des virus, bactéries ou parasites aux animaux et à l’homme lorsqu’elles s’accroche à la peau et la perfore pour se gorger de sang. Cette opération est en général indolore, la tique lorsqu’elle nous pique produit dans sa salive des petites protéines, les évasines qui stoppent la réaction inflammatoire qui, sinon ne manquerait pas de se produire comme dans le cas d’une piqure de moustique. Elle peut alors sucer notre sang en toute tranquillité. Son repas achevé, elle se détache. Ni vue, ni connue. Et c’est bien là qu’est le danger.

En France, la tique peut être le vecteur chez l’Homme mordu de l’encéphalite à tique, l’anaplasmose granulocytaire humaine, la tularémie, la fièvre Q, deux rickettsioses, TIBOLA (tick-borne lymphadenopathy) et LAR (lymphangitis-associated rickettsiosis) mais la principale maladie humaine transmise par les tiques est la maladie de Lyme due à une bactérie du groupe Borrelia burgdorferi. En cas d’infection, dans la plupart des cas mais pas toujours, un halo rouge, l’érythème migrant, apparaît sur la peau quelques jours après la piqûre, le plus souvent autour de cette dernière, et s’étend de façon circulaire. Il faut alors consulter un médecin qui prescrira une antibiothérapie et tout rentrera dans l’ordre, en pincipe. Par contre, si l’infection passe inaperçue à ce premier stade et en l’absence de traitement, la maladie peut provoquer des atteintes cutanées, musculaires, neurologiques et articulaires, parfois très invalidantes. Il est donc nécessaire de prendre des précautions et d’être vigilant pour éviter tout déboire futur.

 
Les précautions à prendre


L’ ANSES recommande de prendre les précautions suivantes :

- Utilisez des répulsifs, en privilégiant ceux disposant d’une autorisation de mise sur le marché et en respectant leurs conditions d’emploi. L’ensemble de ces informations figurent sur l’étiquette, l’emballage et/ou la notice des produits.


- Portez des chaussures fermées et des vêtements couvrants de couleur claire, pour mieux repérer les tiques sur la surface du tissu.


-  Evitez de marcher au milieu des herbes hautes, des buissons et des branches basses et privilégiez les chemins balisés.


Inspectez-vous au retour de vos promenades. En cas de piqûre, détachez immédiatement les tiques fixées à l’aide d’un tire-tique, d’une pince fine ou, à défaut, de vos ongles. N’utilisez en aucun cas de l’éther ou tout autre produit et désinfectez la plaie.


- Surveillez la zone de piqûre pendant plusieurs jours et consultez votre médecin en cas de symptômes.



« Evitez de marcher au milieu des herbes hautes, des buissons et des branches basses et privilégiez les chemins balisés. » : pour ceux qui sont comme moi adeptes du hors sentier, qu’il soit battu ou non, et qui pratiquent la botanique de terrain, ce conseil est impossible à appliquer sauf à renoncer à nos activités favorites. On ne le respectera donc pas. Ce n’est pas grave si l’on suit d’autant plus rigoureusement les autres recommandations.

Il faut noter qu’il existe deux sortes de répulsifs, les uns pour la peau et les autres pour les vêtements. Une bonne précaution est de traiter ses chaussures et vêtements avec ces répulsifs spécifiques. Cette imprégnation est efficace et résiste à plusieurs lavages.

Il est impératif de bien s’examiner le corps au retour de sa sortie notamment les plis (aine, aisselles, etc.) et les cheveux, si vous ne portiez pas de couvre-chef alors que vous l’auriez dû.

 
Pas de panique !


Il faut connaître le risque pour s’en préserver mais il ne faut pas pour autant l’exagérer. Toutes les tiques ne sont pas des vecteurs de ces maladies et même si l’on est piqué par une tique infectée, le risque d’être contaminé est quasi nul si la tique est enlevée dans les 24 à 72 heures qui suivent. Et dans le cas, où la tique infectée a pu achever son repas, le risque de transmission ne serait que de 14 % (voir l’article de Nathalie Boulanger et al.). Comme en général,on ne sait pas si on a évolué dans une région où les tiques sont infectées, mieux vaut prendre les précautions élémentaires rappelées ci-dessus, surtout bien s’examiner avant de prendre sa douche ou de se glisser dans son duvet et tout ira bien. Bonne balades et pour les naturalistes de terrain, bonnes observations et découvertes.


Bonus


Je laisse de côté les controverses sur la question de l’existence d’une maladie de Lyme chronique post traitement (voir l’article de Doctissimo ) mais je m’en voudrais de terminer cet article sans indiquer que les évasines contenues dans la salive de ces bestioles, bien isolées et synthétisées, pourraient aider à soigner les formes graves des infections au Covid 19. Je rappelle que ces molécules stoppent la réaction inflammatoire consécutive à la piqûre de la tique et permet à cette dernière de sucer le sang de sa victime sans que celle-ci s’en rende compte. Or les formes graves du Covid-19 sont due au fait que la réponse inflammatoire de l’organisme s'emballe et provoque des dégâts sur les organes pouvant conduire à la mort du patient. Pouvoir disposer de molécules qui pourraient la freiner, voire l’arrêter aurait un intérêt thérapeutique majeur (pour en savoir plus, voir l’article de Futura Science ).


OOOO

 

 Illustration : Le physique d'une tique © Tous droits réservés - Laboratoire Spiez [ extrait de Service du médecin cantonal « Tout sur les tiques » Etat de Fribourg]
 

OOOO


Pour en savoir plus sur les tiques : S. Bonnet et N. Boulanger, 2019.Tiques, Lyme et Cie, éditions Scitep
 


 


 

Samedi 29 Mai 2021 Commentaires (0)

Voici le communiqué de presse de la LPO. Exprimons notre désaccord en participant à la consultation publique


Le Tétras Lyre à nouveau dans le viseur des chasseurs : consultation du public dans les Hautes-Alpes du 6 au 26 avril 2021

Tétras lyre © Aurélien Audevard Malgré le caractère emblématique de cette espèce inféodée à la montagne et son caractère patrimonial, la chasse du Tétras lyre est à nouveau proposée par la Préfète des Hautes-Alpes dans une consultation publique qui se tiendra jusqu’au 26 avril 2021 sur le site de la Préfecture des Hautes-Alpes.

http://www.hautes-alpes.gouv.fr/consultation-du-public-les-3-plans-de-gestion-a2940.html
Alors même que la chasse du Lagopède alpin ne sera pas ouverte en 2021 dans le Département sur la demande insistante des membres de la LPO et de la SAPN-FNE05 qui siègent en Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS), alors même qu’une suspension similaire de la chasse a été demandée pour les autres espèces de galliformes, 135 Tétras lyre et 162 Perdrix bartavelles pourront être tués à l’automne 2021 dans les Hautes-Alpes.
Malgré que leur chasse ait été annulée ou suspendue par le Tribunal administratif de Marseille en 2017, 2019 puis 2020, bien que la Direction départementale des territoires a proposé de ramener le nombre d’attributions de 135 à 98 tétras-lyre cette année, la Fédération départementale des chasseurs a fini par obtenir le même quota que l’année précédente en dépit des décisions de justice concordantes de ces dernières années.
Les services de l’Etat ploient à nouveau sous le lobby de la chasse malgré l’inscription et le classement ‘‘vulnérable’’ du Tétras lyre sur la liste rouge de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN) des oiseaux menacés en 2020 en Provence Alpes Côte d’Azur et alors même que la France s’apprête à accueillir à l’automne à Marseille le Congrès mondial de l’UICN. Toutes les études scientifiques soulignent le déclin de ces espèces tant en termes de population que de répartition géographique et continuer à les chasser est un non-sens.
La LPO Paca et la SAPN-FNE 05 dénoncent vigoureusement cette nouvelle atteinte à la biodiversité et vous demandent de répondre en nombre à la consultation publique organisée jusqu’au 26 avril 2021 pour vous opposer à la chasse des Galliformes dans les Hautes-Alpes :

http://enqueteur.hautes-alpes.equipement-agriculture.gouv.fr/index.php/361986?lang=fr
 
Communiqué de presse du : 10 avril 2021
Contacts :
pays.gapencais@lpo.fr
contact@sapn05.org

 
Mardi 13 Avril 2021 Commentaires (0)

Dans quelques jours se termine l’enquête publique pour la modification du PLU de Châtenay-Malabry qui permettra une quasi destruction de la Cité Jardin de la Butte Rouge, patrimoine architectural remarquable et ensemble de logements à loyers modérés précieux dans une ville où le prix de l’immobilier et le montant des loyers dans le secteur « libre » sont exorbitants. L’objet de cet article est de présenter quelques éléments pour étoffer les avis défavorables et monter le bien-fondé et l’urgence qu’il y a à déposer de tels avis. On peut le faire en ligne( je donne le lien en fin d'article). Etant donné l'importance patrimoniale, il n'est pas nécessaire d'habiter la ville.


Châtenay-Malabry – Hauts-de-Seine : « La Butte rouge » en danger !
La Butte Rouge est une « Cité Jardin » construite dans les années 30 dans un style minimaliste Bauhaus pour loger les ouvriers de Paris. L’objectif des élus de droite à la tête de la ville a toujours été de « gentrifier » cette cité. Ils sont en passe de se donner les moyens  d’en démolir au moins les deux tiers,  une démolition d’envergure puisqu’elle concernerait 2800 logements dont une partie seulement serait reconstruite comme logements sociaux.  Pour l’ancien maire aujourd'hui président du Conseil départemental, Georges Siffredi et pour Carl Segaud, l’adjoint qui lui a succédé lorsqu’il a été obligé de démissionner en raison de cumul de mandats, il s’agit de densifier le site et de  remplacer les bâtiments remarquables actuels par des constructions nouvelles de style néo-francilien avec leurs toits mansard aux mauvaises proportions, au «  faux chic faux bourgeois, celui du nouveau riche parvenu, qui remplit toutes les revues de promotions immobilières », à plus de 50 000 € le m2 tout de même ! Pour mesurer toute l’horreur de cette tendance que l’on hésite à appeler architecturale, il suffit de se rendre dans la ville voisine au Plessis-Robinson et, hélas, bientôt aussi à Fontenay-aux-Roses. Seule une partie (1/3 ?) serait encore des logements locatifs à loyer modérés.

Cet entêtement obtus qui fait fi des arguments d’architectes du patrimoine et d’architectes urbanistes de premier plan a bien sûr des motivations électoralistes. La gentrification permet aux élus actuels de s’assurer une base électorale favorable. Mais il y a aussi cette idéologie de droite qui ne supporte pas que des gens dont le revenu est moyen ou modeste puissent vivre dans un environnement aussi agréable que le leur à quelques encablures de la capitale et qui de plus rejettent la mixité sociale pour l’entre soi. Certains parlent à ce sujet de « ghetto de riches », expression on ne peut plus malheureuse : on ne choisit pas de vivre dans un ghetto, on y est contraint et les riches le fuient. En revanche, dans  leur prétendus ghettos les gens aisés, les riches et nouveaux riches choisissent d’y vivre entre soi ; les autres en étant exclus de fait par les prix du m2 ou les loyers rédhibitoires. Bref, Siffredi et ses amis chercheront à liquider autant qu’ils le pourront ce qui reste d’ouvrier et de populaire de leur ville pour en faire un territoire de bourgeois et de bobos.

Et ils ne manquent pas de détermination : « Suite à l’action d’un collectif d’habitants soutenus par plusieurs associations dont Docomomo, Sites et Monuments, France Nature Environnement et de l’ordre des architectes, un courrier en date du 14/11/2019 signé du préfet de la région d’Ile-de-France et du préfet du département des Hauts de Seine est adressé au maire [de Châtenay]  lui demandant d’engager les études préalables à un classement de la Butte Rouge au titre des Sites Patrimoniaux Remarquables (SPR). En réponse, le maire a fait voter une procédure de démolition de 15 bâtiments par le conseil d’administration de Hautes-Bièvres Habitat, nouveau propriétaire de la Butte Rouge. Ce même propriétaire a entamé des démarches visant à faire partir les habitants de leurs logements. » (La Butte Rouge, Fiche Docomomo où l’on trouvera un dossier très complet sur la Butte Rouge, sur les projets de la ville de Châtenay-Malabry  et du département du 92 la concernant. )
 
Vendredi 8 Janvier 2021 Commentaires (0)

Les végétaliens et autres végans sont les principaux consommateurs de malbouffe pour le plus grand profit de l'industrie agroalimentaire : une démonstration implacable et imparable dans un article du Canard Enchaîné.



L'industrie  agroalimentaire enregistre des super profits grâce aux "simili' qu'elle met sur le marché : fausse viande, faux lait, etc.  Par exemple un faux steak végétal est vendu 13€ le kg alors que les vrais steaks coûtent en moyenne 10. 50 € !

La part des produits hypers industriels est beaucoup plus importante dans l’assiette des végans. La part des produits ultra-transformés y représente 39,5% de leurs apports énergétiques contre 33% chez les consommateurs omnivores.

Ces produits sont un important facteur de morbidité pour des maladies comme certains cancers, le diabète  sucré, les affections cardiovasculaires, ...

J'ai déjà eu l'occasion dans ce blog de montrer la fausseté des arguments de type écologiques en faveur du véganisme, l'imparticabilité de leur éthique et donc son inanité, voici un article qui complétera le tableau sur le plan de la santé.
Ne soyez pas végan et si vous l'êtes et que vous le restiez, tant pis pour vous. On vous aura prévenu.

 
Le Canard enchaîné jette  pavé dans la mare des végans
Dimanche 1 Novembre 2020 Commentaires (0)

VEOLIA grand ami de la nature participerait au sauvetage d’un papillon en danger, la laineuse du prunelier, en aménageant une partie de sa carrière à ciel ouvert d’extraction de basalte à Châteaugay. C’est ce message que délivre une des chroniques « écolo » diffusées avant chaque étape du Tour de France sur France 2. En 2019, c’était la carrière de VEOLIA à Lafitte dans les Landes, en 2020 c’est celle de Châteaugay dans le Puy-de-Dôme, en 2021 ?


Comme foutage de gueule, on ne fait pas mieux ! Des pruneliers, il en pousse naturellement tout autour ! Cette carrière n'a rien de paisible et ce n'est pas quelques poissons dans une flaque d'eau qui compensera le saccage de ces terrains qui en libre évolution donnent des chênaies pubescentes naturelles résistantes à la sécheresse riches en espèces et stockant du CO2! Sur le plateau, il existe des tas de petites mares naturelles, fossés, rigoles et points d'eau semi-permanents et les espèces d'oiseaux cités ne dépendent pas de cette mare. D'autant  que l’on oublie de dire qu'à côté l'exploitant a l'autorisation d'exploiter la plus grande partie de cette carrière comme une décharge. C'est ainsi d'ailleurs que la plupart du temps, on remblaie les carrières avec des déchets "inertes"... Déjà l'an dernier, dans ces épisodes de greenwashing avec lesquels le Tour de France espère se donner un vernis écolo, il y avait  aussi un épisode vantant les mérites des "réhabilitations" des carrières par Veolia avec un même discours !

Le choix de cette carrière de Châteaugay ne tient pas du hasard : Veolia veut ouvrir sur le plateau une autre carrière, celle-ci s'épuisant. Ce projet se heurte à une vive opposition des associations locales et des habitants, excepté le petit nombre intéressé financièrement. Et comme par hasard, Veolia est un "partenaire" du Tour de France, c'est-à-dire lui donne de l'argent.

Étrange que le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) accepte de faire cette promotion des carrières de Veolia? Pas tant que cela lorsque l'on sait que lui et Veolia ont signé un partenariat : du fric pour faire tourner le muséum contre le verdissement d'un des plus gros pollueurs de France, bétonneur, goudronneur face auquel se retrouvent les vrais défenseurs de la Nature, ici ou ailleurs comme à Notre Dame des Landes !  Cette infiltration de structures de recherches par ce genre de sociétés privées est un poison grave qu'il faut dénoncer car il décrédibilise gravement la recherche et la parole des chercheurs.
 
Vendredi 11 Septembre 2020 Commentaires (0)

Cet écrit « Qu’est-ce qu’une plante ? » n’est pas une simple mise au point sur et une élucidation philosophique de « l’essence du végétal », c’est un texte militant qui veut à toute force conserver une représentation traditionnelle des plantes qui remonte à Aristote et qui concorde avec celle qu’en ont les végans parce qu’elle justifie leur « zoocentrisme ». « Ce qu’une végane ne veut pas que soit une plante » eût été un titre plus à même de refléter le contenu de cet ouvrage car au terme de la lecture de l’ouvrage, c’est bien la seule chose que l’on aura apprise.


Un livre bien mal titré "Qu'est-ce qu'une plante? " de Florence Burgat (Partie 1)
Florence Burgat Qu’est-ce qu’une plante ? Essai sur la vie végétale, Seuil 2020, 204 pages, 20€. Bibliographie récapitulative des ouvrages cités. Pas d’index. Pas de date de publication des ouvrages originaux, ni des premières éditions.

Cette longue analyse critique a été divisée en trois articles :
 
Un livre bien mal titré "Qu'est-ce qu'une plante? " de Florence Burgat Partie 1
Un livre bien mal titré "Qu'est-ce qu'une plante? " de Florence Burgat (Suite)
Un livre bien mal titré "Qu'est-ce qu'une plante? " de Florence Burgat (Fin)

Avertissons les lecteurs d’emblée : ceux qui ne sont pas accoutumés à une certaine forme d’écriture philosophique trouveront bien des développements de cet ouvrage quelque peu amphigouriques, en tout cas d’un abord difficile.
 
Remarquons ensuite une absence. Aujourd’hui on demande à juste titre à l’auteur d’un ouvrage ou d’un article publié dans une revue scientifique  «une déclaration d’intérêt », les intérêts en question n’étant pas seulement financiers mais pouvant être aussi des intérêts de groupes, comme ceux d’une école de pensée, qui pourraient faire douter de son impartialité ou de son objectivité. Dans le cas de cet ouvrage, la présentation de l’auteure, en quatrième de couverture mentionne seulement qu’elle travaille sur la condition animale et non qu’elle défend la cause animale et qu’elle est végane. Concernant le sujet traité et la façon dont il l’est, le préciser aurait permis d’éclairer le lecteur sur le propos de l’auteure. Tous ceux qui seront intéressés par la question titre ne savent pas forcement qui est Florence Burgat (1)
 
Les récents progrès effectués dans la connaissance des plantes au cours de ces trente dernières années conduisent à un changement radical dans la représentation de ce l’on appelait le règne végétal. Les plantes ne peuvent plus être pensées comme des êtres passifs, immobiles, insensibles à leur environnement et inconscients d’eux-mêmes. Elles communiquent, se défendent, se meuvent. Conscientes de leur propre corps et de sa situation dans l’espace, les plantes ont aussi une mémoire. Leurs comportements sophistiqués impliquent qu’elles possèdent une intelligence comprise comme capacité de résoudre des problèmes. Cette sorte de réhabilitation des végétaux terrestres dans l’ordre du vivant ne fait pas du tout l’affaire des végans et de ceux qui se disent « antispécistes » mais qui sont en fait « zoospécistes ».
 
Florence Burgat est persuadée qu’il  rend plus difficile d’évoquer la souffrance animale et de prôner au nom de la morale un régime végétalien et un mode de vie excluant tout recours à des produits animaux ou utilisant leur force. Si cette réhabilitation est si populaire, ce serait parce que, selon les végans – et leurs idéologues dont l’auteure de cet ouvrage – elle  donne bonne conscience aux gens. Elle leur permettrait de ne pas culpabiliser en ne changeant rien à leurs habitudes alimentaires, vestimentaires, leur mode de vie. Ils pourraient continuer d’utiliser des animaux de rente et notamment de les tuer pour les manger sans problèmes, ni remords. Comme l’écrit l’auteure de cet ouvrage(2): « Cette curieuse générosité épistémologique banalise en tout cas l’idée que puisque tout souffre, dont ces grandes oubliées que sont les plantes, alors tout est permis » (p.13) notamment et surtout d’être « carniste »(3). Le dernier chapitre au titre explicite – « la souffrance des plantes, nouveau contrefeu à la cause des animaux » développe ce point avec véhémence. Disqualifier la possibilité même que les plantes puissent souffrir afin d’éteindre ce « contrefeu », tel est l’objectif de cet ouvrage, sa raison d’être. Pour cela il faut rejeter tout ce qui pourrait conduire à mettre la plante sur un pied d’égalité avec l’animal.
Dimanche 21 Juin 2020 Commentaires (0)
1 2 3 4 5 » ... 37
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes