En snobant le Conseil Fédéral des Verts le samedi 19, Eva Joly a refusé à juste titre de se faire la VRP d’un accord qu’elle n’a pas négocié et qu’elle n’aurait pas signé. Elle au moins, ne sera pas passée sous les fourches caudines du PS. Trois jours plus tard la revoilà, plus virulente que jamais, elle vilipende un PS obéissant aux lobbies qu’elle a combattus toute sa vie, considère Hollande et son staff comme des ringards et campe sur ses positions. Bravo Éva ...


Les écologistes comptent sur Eva Joly
Quel meilleur hommage à son attitude que le discours de bienvenue que lui a adressé François Lotteau, maire de Rully et Secrétaire régional Europe Écologie les Verts Bourgogne lors de sa visite à Rully le jeudi 24 novembre 2011 ?

Madame,
Merci. Pour moi ce simple mot suffirait.
Mais je dois quelques mots d'explication devant l'impressionnante assemblée médiatique venue aujourd'hui dans mon village pour vous accueillir.
Je reprendrai un seul des qualificatifs dont vous affublent certains ces jours-ci : l'amateurisme. Saviez-vous, Madame, que vous êtes un amateur ? J'accorde à ceux que votre façon de faire de la politique désoriente, que vous n'êtes pas une professionnelle de la politique. Si l'on en juge par l'intensité de leur colère, je crois pouvoir dire qu'ils ont peur. Ils ont peur que les Françaises et les Français ne trouvent en vous celle qui porte le refus de la politique politicienne.
Ce matin, dans le Figaro, vous êtes une erreur de casting. Vous ne jouez pas le jeu, en effet. Ça tombe bien, le jeu politique n'amuse plus les électeurs.Ceux qui ne votaient plus choisiront celle qui dit : « stop ». Celle qui dit que la politique n'est pas une question de casting, ceux que la crise actuelle jette à la rue, perdent leur emploi, ne peuvent plus se soigner, sont victimes en première ligne des maladies professionnelles, celles et ceux dont les enfants subissent le plus durement les effets de la pollution de l'air ou de la dégradation de la qualité de l'alimentation.
Ceux qui ne votaient plus choisiront celle qui veut chasser Sarkozy, celle qui est prête sans aucune ambiguïté à apporter son soutien au PS pour y parvenir. Mais celle qui dit en même temps que cela ne suffit pas. Celle qui dit que le soutien des écologistes n'est pas un chèque en blanc. Qu'il sera au contraire une garantie pour que l'alternance ne soit pas qu'un jeu politicien mais une vraie alternative.
Je crois qu'autre chose encore vous met au ban de l'oligarchie et des barons de la politique.
Vous êtes une amatrice, Madame, une erreur dans leur jeu parce que vous en refusez les règles, mais pourquoi subissez-vous leur mépris, leurs sarcasmes, leur haine parfois, en tout cas leur agressive condescendance.
C'est que vous êtes une femme.
Vous ne pouvez donner de leçons aux hommes.
On en est encore là, en France, on ne peut confier de choses sérieuses à une femme.
Mais votre cas pose problème à la classe politique masculine. Votre métier, la manière dont vous l'avez exercé, vos engagements, montrent ce que vous savez faire, ce que vous savez être.
Une femme qui tient tête, qui lutte et qui gagne, contre la corruption, contre les paradis fiscaux, contre l'asservissement de la politique aux affaires. Une autre façon de faire de la politique, menée par une femme. Les Françaises et les Français peuvent voter pour vous, pour « l'erreur de casting » que les écologistes sont fiers de soutenir.
Un exemple aujourd'hui : pendant que d'autres soi-disant responsables de l'économie et de l'emploi montrent une proximité inquiétante avec le lobby nucléaire, vous, nous rencontrons les travailleurs du nucléaire, ceux qui subissent les conditions de travail et les risques sanitaires de leur métier difficile, ceux qui risquent de perdre leur emploi dans des entreprises qui se vantent d'être des fleurons mais qui sont incapables de prévenir leur évolution.
Les écologistes, avec vous Madame, ne cèdent pas aux lobbies, mais sont aux côtés de ceux qui luttent, dans l'industrie nucléaire, pour leur emploi et leur santé.Il faut sortir du nucléaire parce qu'il faut sortir de l'impasse.
Aujourd'hui, en Bourgogne, vous vanterez aussi la beauté, la culture transmise, l'art du goût, la saveur de la vie. Tout ce que l'écologie politique veut défendre et promouvoir. La qualité de la viticulture, la qualité de l'alimentation, produite par des paysans qui ont droit à la terre, droit à vivre de leur travail, leur lutte qui est la même dans toutes les parties du monde, nous en parlerons aussi cet après-midi.
Je vous souhaite, après les questions des journalistes, selon la tradition bourguignonne : 'Bon appétit et large soif


Photo : Gilles Dufour
Samedi 26 Novembre 2011 Commentaires (0)

Les nucléocrates qui dirigent EDF sont aux abois. EDF vient d’être condamnée à 1,5 millions d’euros par le tribunal correctionnel de Nanterre pour "complicité de piratage informatique" et de recel de documents confidentiels volés par un hacker, Alain Quiros, sur l'ordinateur de Yannick Jadot, qui était à l’époque dirigeant de Greenpeace et est aujourd’hui porte-parole d'Eva Joly, candidat écologiste à la présidentielle.


Une faillite morale

La présidente du tribunal, Isabelle Prévost-Desprez, a jugé "impossible" que les deux anciens plus hauts responsables de la sécurité d'EDF, l'ancien policier Pierre-Paul François et l'ancien contre-amiral Pascal Durieux, aient agi seuls, comme le dit EDF.
Déclarés coupables, ils ont été condamnés à trois ans de prison, dont six mois fermes pour Pierre-Paul François et un an ferme pour Pascal Durieux. Ce dernier est frappé en outre de 10.000 euros d'amende. EDF avait passé pour l'opération Greenpeace un contrat de "veille stratégique" en 2004 avec une société de renseignement privée, Kargus Consultant qui a pour gérant un ancien agent de la DGSE Thierry Lorhoest. Ce dernier a été condamné à un an de prison ferme et son « agent de recherche » , Jean-François Dominguez à trois dont deux avec sursis et 4000 euros d’amende. Le Hacker quant à lui a écopé de deux ans de prison dont dix-huit mois avec sursis et une amende de 4000 euros.
Yannick Jadot a déclaré que ce jugement était emblématique. « C'est le triple zéro d'EDF. Le nucléaire est une faillite industrielle, financière et clairement une faillite morale », a-t-il ajouté
Vendredi 11 Novembre 2011 Commentaires (0)

Dans une lettre ouverte aux syndicats de l’énergie auxquels elle propose une rencontre, Eva Joly dénonce les manipulations, les mensonges et la mauvaise foi d’Henri Proglio, le PDG d’EDF dans ses déclarations publiées dans le Parisien du 9/11/2011. Ce journal a offert à ce dernier sa une et une place disproportionnée dans le dossier qu’il a publié sur l’énergie. Voici la lettre d’Eva Joly dans son intégralité.


Manipulations, mensonges et mauvaise foi du PDG d'EDF : Eva Joly écrit aux syndicats de l'énergie pour les dénoncer.
Paris, le 9 novembre 2011
Chers amis,
L’élection présidentielle de 2012 est l’occasion d’un grand débat sur l’avenir énergétique de la France. Un débat crucial à l’heure où la France doit choisir entre deux chemins : persister dans le choix du nucléaire ou investir dans la transition énergétique que j’appelle de mes vœux.
En tant que travailleurs, professionnels du secteur de l’énergie, vous êtes au cœur de ce nécessaire grand débat. C’est vous qu’il concerne en premier lieu. La transition énergétique dont la France a besoin ne pourra se faire qu’avec vous. Pourtant depuis plusieurs jours, les partisans du renouvellement du parc nucléaire s’évertuent à montrer cette transition comme une impasse, voire comme une menace pour vos emplois et votre activité. Ils induisent pourtant les Français en erreur.
C’est dans ce sens que vont les dernières déclarations de M. Proglio dans Le Parisien. Il n’hésite pas à menacer les salariés : « sortir du nucléaire, ce serait mettre des centaines de milliers d’emplois en péril et tourner le dos à l’excellence industrielle française ». Loin de ces caricatures, de ces manipulations, je souhaite rétablir des faits et engager avec vous l’avenir énergétique de notre pays.
M. Proglio est d’une mauvaise foi terrible en affirmant que 400 000 emplois dans le nucléaire sont voués à disparaître. Les emplois directs sont de l’ordre de 125.000, et les salariés du nucléaire peuvent être les premiers à bénéficier des créations d’emplois de la transition énergétique. Cette transition permettra de garantir le nombre d’emplois actuels et d’en créer au moins 600 000 supplémentaires, dont une grande partie dans les énergies renouvelables. L’Allemagne nous a déjà ouvert la voie : pour 40 000 emplois dans l’industrie nucléaire, elle en a créé 370 000 dans les énergies renouvelables.
Vendredi 11 Novembre 2011 Commentaires (0)

En 2002 déjà, le torchon brûlait entre Verts et PS à cause du nucléaire. Jospin affirmait devant la presse qu’il « n’était pas pour que la France renonce au nucléaire », une « petite phrase » qui avait été vécue comme une provocation par les Verts. Noël Mamère, le candidat Vert de l’époque, y voyait une déclaration de guerre, un geste typiquement politicien adressé aux chevènementistes et aux communistes, farouches partisans de toujours du nucléaire…


La polémique fut un temps apaisée, Jospin ayant rappelé qu’il ne s’était jamais engagé à abandonner le nucléaire, les Verts ayant souligné que la sortie qu’ils voulaient n’était pas pour le lendemain. La porte-parole des Verts de l’époque, Maryse Arditi déclarait : « On pensait que Jospin, plutôt pro-nucléaire, se tairait sur la question pour ménager tout le monde. (…) Dans les négociations, on avait mis des mesures qui balisaient un chemin vers la sortie du nucléaire : gros efforts sur les économies d’énergie, report des crédits de recherche du nucléaire vers les énergies renouvelables, arrêt des centrales les plus vieilles, etc. Ces mesures sont autant d’étapes, irréversibles pour sortir, à terme du nucléaire » La direction des Verts prenait-elle Jospin pour un benêt ou cherchait-elle à faire avaler au mouvement un futur accord de gouvernement avec quelques circonscriptions offertes en prime ?
La question du nucléaire devait revenir rapidement au premier plan. Les nucléocrates du PS n’étaient pas restés l’arme au pied. Il ne faut pas oublier l’influence de l’inénarrable Allègre sur son ami Jospin. Christian Pierret, autre pro-nucléaire de choc affirmait « qu’une décision rapide dev(ait) intervenir en ce qui concerne la construction d’une installation pilote afin de relancer le « réacteur du futur » qui n’était autre que l’EPR, la pomme de discorde aujourd’hui. Tête de série d’une nouvelle lignée de réacteurs, on partait pour un siècle !
Maryse Arditi mettait en garde le candidat PS : « Le candidat socialiste se dessert lui-même avec cette polémique. Non pas tant vis-à-vis du parti lui-même, mais surtout vis-à-vis de l’électorat vert, très volatile : s’il campe sur ces positions pro-nucléaires, les gens qui auront voté Mamère ne le suivront pas » Avec un deuxième tour qui à l’époque s’annonçait des plus serrés, nul doute que Jospin aurait dû faire des grosses concessions aux écologistes. Pro-nucléaire avec un programme où il n’y avait de socialiste que le sigle, Jospin n’a su convaincre ni la gauche, ni les écologistes. Le deuxième tour s’est joué entre Le Pen et Chirac.
Aujourd’hui, si comme en 2002, la question du nucléaire peut faire achopper une nouvelle fois un accord entre les écologistes et le PS, la situation est un peu différente.
Jeudi 10 Novembre 2011 Commentaires (1)

Un ancien directeur de l’AIEA a déclaré au journal « Le monde » du 29 septembre 2011 « la transparence est la clé pour faire accepter le nucléaire à l’opinion ». Si c’était vrai, alors ladite opinion n’est pas prête à l’accepter car une totale transparence montrerait son extrême dangerosité. De même que le nucléaire est incompatible avec la démocratie, il l’est avec la transparence.


Quand le CEA de Fontenay-aux-Roses fait la sourde oreille

On peut l’expérimenter avec le CEA et son attitude envers la CLI de FAR et l’impossibilité d’avoir des réponses précises à des questions pourtant simples telles que celle sur le coût total des opérations réalisées depuis le début du démantèlement jusqu’à aujourd’hui, ou bien celle de savoir ce qu’il a répondu à la demande faite par l’ASN dans sa lettre du 13 octobre 2009, ( p.2) concernant les effluents de la cuve n°5 du bâtiment 18 de l’INB n°165 et quel a été le traitement retenu pour ces effluents*, etc. Et pourtant, il n’y a pour l’heure ni accident, ni situation de crise.

Un accident industriel ou un accident nucléaire ?

Lorsque cela est le cas, comme dans l’accident survenu au Centraco de Marcoule, même les faits ont bien du mal à être établis. On a parlé de l’explosion d’un four où étaient brulés des déchets dont on ignore toujours la provenance et dont on a ignoré longtemps le degré de radioactivité, explosion qui a fait un mort et quatre blessés dont un grave. Mais est-ce qu’il y a eu explosion ? Ce n’est même pas certain.
Mardi 4 Octobre 2011 Commentaires (0)

Le nucléaire civil n’est pas plus compatible avec une «transparence» tant de fois alléguée qu’il ne l’est avec le respect des droits démocratiques les plus élémentaires. Après la catastrophe de Tchernobyl, il y a eu la scandaleuse affaire Bandajevsky, ce médecin chercheur de l’institut médical de Gomel traité comme un criminel par l’état Belarus, incarcéré pendant 8 ans sous de fallacieuses accusations, torturé pour avoir publié les résultats de ses recherches sur les conséquences sur l’organisme de la contamination radioactive des sols par le Césium 137 consécutif à l’explosion du réacteur de la centrale nucléaire. Après la catastrophe de Fukushima, des violations semblables se reproduisent dans un pays supposé démocratique, avec l’arrestation et le passage à tabac du militant anti-nucléaire Sono RYOTA. Demain, qu’en sera-t-il en France, si se produisait une catastrophe nucléaire ? L’état d’urgence et toute transparence et démocratie seraient bafouées dans la «gestion» de la crise qui suivrait. Les conséquences d'une catastrophe nucléaire affectent la planète entière. Anti-nucléaires de tous les pays, unissons-nous, Il faut défendre Sono RYOTA !


Un nouvel exemple d’incompatibilité entre industrie nucléaire et démocratie
Sono RYOTA est l’un des organisateurs de plusieurs manifestations à Tokyo. Militant anti-nucléaire, syndicaliste, membre de No Vox Japon. Il a été arrêté le 23 septembre lors d’une manifestation pacifiste dans un quartier populaire de Tokyo. Les policiers ont tabassé les manifestants qui essayaient de le protéger. Son avocat qui a pu le rencontrer a déclaré qu’il était blessé au visage et avait le corps couvert de bleus. En contradiction avec les garanties dont bénéficie tout japonais lors d'une arrestation, les criminels exceptés, il a été menotté, photographié et ses empreintes digitales ont été relevées. Comme il protestait contre cette violation de ses droits humains fondamentaux, un policier lui a affirmé « Tu n’as pas de droits humains ».

Si vous voulez faire pression pour que ce militant des mouvements anti-nucléaires et des «Sans voix» du réseau «No vox Japon» soit libéré vous pouvez participer à la cyberaction organisée par cyberacteurs.org. en envoyant un message à l’ambassade du japon pour exiger sa remise en liberté.
Une cyberaction vous permet d'interpeller directement les décideurs (politiques ou économiques) en leur envoyant un courrier électronique. Dans le cas présent, il s’agit de la Cyber @ction 435 :appel contre arrestation à Tokyo d'un militant anti-nucléaire. Cliquez sur ce lien.
Vendredi 30 Septembre 2011 Commentaires (0)

Sur le nucléaire notamment… Ça ne vaut pas le coup de tenter de les départager et ce serait cautionner la marche vers un bipartisme. Pour les écologistes, c’est le premier tour qui compte. Laissons la primaire PS au PS.


Sortir du nucléaire?

Aubry serait pour. Hollande contre. Hollande veut simplement réduire la part du nucléaire pour la ramener à 50%. Lors du débat télévisé obligeamment organisé par France 2, il s’est évertué à démontrer que sa proposition n’était pas différente de celle de Martine Aubry si l’on raisonnait en fonction de la durée des mandats présidentiels. Ce qui est faux, bien entendu. Si l’on décide de sortir du nucléaire à échéance de vingt-cinq ou même quarante ans (position de Ségolène Royal), il y a des mesures à prendre dès maintenant pour réorienter la production d’électricité et elles ne consisteront pas seulement à fermer les centrales les plus vétustes. Mais peu importait à François Hollande. Ce qu’il voulait montrer, c’est que les anti-nucléaires n’avait pas de raison de choisir Aubry plutôt que lui. Il y a sans doute réussi en soulevant la question de l’EPR en construction à Flamanville. Une sortie du nucléaire si progressive soit-elle suppose que l’on arrête dès maintenant la construction de tout nouveau réacteur, fût-il en chantier, donc que l’on arrête de construire celui de Flamanville. La décision est d’autant plus facile à prendre que le chantier cumule les retards, les malfaçons et s’avère un gouffre financier pour un réacteur dont on sait déjà que du point de vue de la sûreté, il laisse à désirer autant, sinon plus que ses ainés. Martine Aubry n’a pas proposé d’arrêter le chantier ! Elle veut attendre les résultats des expertises. Comme Hollande…. Ce n’est pas en s’y prenant ainsi qu’elle verra « naître la première génération de l’après nucléaire » Si elle le veut vraiment, il faudra qu’elle aille bien au-delà du consensus de façade sur le nucléaire que les candidats à la primaire PS affichaient lors de cette émission, à la grande satisfaction d’un François Hollande tout sourire.
Lors de ce débat, seule Ségolène Royal semblait avoir véritablement étudié la question, avoir pris conscience de l’ampleur de la tâche et avoir sérieusement envisagé une sortie du nucléaire bien que les délais qu’elle propose soient trop longs. Elle exprimait l’opinion qu’elle s’est forgée sur la question et cherchait surtout à rassurer toute la filière en montrant le rôle capital qu’auront à jouer ses acteurs pour mener à bien cette sortie.
La formule de Martine Aubry « Je veux voir naître la première génération de l’après-nucléaire » est une jolie formule, mais on peut craindre qu’elle ne soit que cela.
Jeudi 22 Septembre 2011 Commentaires (0)

Au quotidien

FFC et UCI roulent sur la tête… Incapables hier d’interdire le Tour de France (homme) à de véritables pharmacies ambulantes, elles cherchent aujourd’hui des noises à une championne dont la longévité, le mode de vie sont là pour prouver qu’il est impensable qu’elle se dope. Jeannie Longo, est une championne que tous les écologistes devraient aimer…


Vas y Jeannie !
Jeannie Longo ne s’est jamais bien entendu avec la FFC. Elle préfère les pédales qu’elle a testées à celles que voulait lui imposer la FFC (pour quelle raison ?) Elle préfère aller loger à la campagne près de la nature que dans les hôtels réservés par ladite fédération. Elle s’entraine à sa façon et son entraineur est son mari, cela aussi est mal vu.
Pour être en bonne santé, elle conseille de «réduire les séances d’ordinateur, débrancher la carte Wi-Fi, se demander si c’est vraiment utile de s’exposer ainsi à ces ondes.» ici «Je fais partie des 4 % de Français qui ne possèdent pas de téléphone portable» ajoute-elle. C’est une femme indépendante, une femme libre. Comme l’a affirmé Laurent Jalabert sur RTL «C'est quelqu'un qui suit un programme en fonction de ses sensations, de ses envies, qui peut changer de lieu de résidence comme je l'ai déjà vu faire plusieurs fois sans ressentir forcément le besoin d'avertir la planète entière ». Le sélectionneur de l’équipe de France a ajouté : « Il y a probablement un décalage avec le milieu des contrôleurs et le style de vie de Jeannie Longo qui aujourd'hui l'amène dans une situation un peu improbable » C’est également ce que suggère un responsable de la Fédération : « Ce n'est peut-être pas trop son truc d'aller se localiser sur internet quand elle change d'hôtel »
Samedi 10 Septembre 2011 Commentaires (0)

« Mauvaise nouvelle », ce sont les termes même employés par Marie-Georges Buffet dans un communiqué courageux. Tous les féministes, femmes ou hommes devraient lui dire merci.


Marie-Georges Buffet
Marie-Georges Buffet
Avec plus ou moins de bonne foi, les leaders du PS se réjouissent et se disent soulagés par la décision du procureur américain de renoncer à poursuivre Dominique Strauss-Khan pour le viol de la femme de chambre venue faire le ménage dans sa luxueuse suite d’un hôtel newyorkais. À gauche, dans l’ensemble, la plupart des politiques interviewés tiennent le même discours. À une exception près : Marie-Georges Bufffet. Dans un communiqué, elle déclare : « Le refus de faire juger l'affaire dans laquelle l'ancien directeur du FMI est accusé de viol est une mauvaise nouvelle pour la justice et une mauvaise nouvelle pour les femmes. Car à ce jour la vérité n'est pas dite, ni pour le présumé innocent ni pour la présumée victime» Elle ajoute que la décision prise par le procureur américain « fait courir de grands risques au droit des femmes en revenant au temps où les victimes de viols étaient à priori coupables, au temps où le viol n'était pas considéré comme un crime » Elle termine son communiqué par une mise en garde : « La vigilance s'impose pour que le refus de faire passer la justice aux USA ne donne pas des ailes en France aux pourfendeurs d'une justice implacable envers les violences- sexuelles ou non - à l'encontre des femmes »
Vendredi 26 Août 2011 Commentaires (0)

Les Etats occidentaux sont trop endettés. Voici venir des temps de rigueur budgétaire. Comment augmenter les recettes mais surtout quelles sont les dépenses que l’on peut supprimer ? Il est tout de même étrange que ni les économistes qu’interrogent les médias, ni la plupart des politiques n’envisagent d’arrêter les guerres auxquelles se livrent les pays occidentaux dans le monde…. sans succès.


En Irak, à la dictature sanguinaire de Saddam Hussein ont succédé corruption et chaos, en Afghanistan les talibans sont en passe de reprendre le pouvoir, etc. Comme le déclare dans une tribune du Monde du 10 août l’ancien ministre britannique des affaires européennes Denis Macshane, « Le monde non-démocratique se délecte de voir les armées occidentales s’embourber dans des conflits ingagnables, qui pompent le sang et la richesse du renouveau économique et social dont la communauté euro-atlantique a besoin ». Sait-on qu’une bombe larguée en Syrie coûte 300 000 euros ? Que cette aventure dans laquelle Nicolas Sarkozy a entraîné le pays coûte 1 000 000 d’euros par jour ! Et pour quel résultat ? Je salue le courage de Denis Macshane de le dire sans ambages : « Quelqu’un a-t-il rappelé à MM. Cameron et Sarkozy à quel point la Lybie est grande ? Tripoli et Benghazi se détestent. Croire qu’un groupe de Benghazi serait le bienvenu à Tripoli est une aberration. Si les tribus et les islamistes l’emportent, ce n’est pas une démocratie « à la Suisse » mais plutôt une charia de type taliban qui s’imposera à Tripoli » Cela, je le pense depuis le début du conflit.
Lundi 22 Août 2011 Commentaires (0)
1 ... « 10 11 12 13 14 15 16
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes