On ne peut imaginer discours plus creux et plus langue de bois que celui que Cécile Duflot a prononcé sur le «Grand Paris» à l'occasion de l'inauguration de l'exposition « Architecture et Design des gares du Grand Paris ». Toute une sauce indigeste pour masquer une acceptation du projet et du super métro qui lui est associé, le Grand Paris express avec les 72 gares prévues. Ce reniement, car cela en est manifestement un, ne va pas faciliter la tâche de ceux qui se battent sur le terrain contre l’OIN de Saclay par exemple, avec les déménagements sur le Plateau d’entreprises et d’établissements comme la Faculté de pharmacie, l’École Centrale ou l’université de Paris XI Orsay.


Pique nique pour défendre les terres agricoles du plateau de Saclay
Pique nique pour défendre les terres agricoles du plateau de Saclay
Cette nouvelle capitulation n’est pas une surprise.
En effet, fin février dernier, Cécile Duflot avait fait cette étonnante déclaration : « J'ai été nommée en connaissance de cause mais je ne suis pas la ministre qui va obéir à Cécile Duflot, je suis celle qui va faire en sorte que le projet [du Grand Paris] soit sur de bons rails ». Curieuse gymnastique, grand écart schizophrénique préludant à tous les renoncements.
Soucieuse avant tout de ne pas déplaire pour ne pas risquer sa place, la nouvelle ministre ne se sera même pas battue pour l’abandon du Grand Paris. Dans son discours, elle annonce qu’elle appliquera les décisions du gouvernement, c’est-à-dire la volonté de François Hollande qui a affirmé que le projet Grand Paris serait poursuivi. «Les accords trouvés méritent d’être menés à bien» avait-il précisé. Il ne s’agissait évidemment pas d’accords trouvés avec Europe – Ecologie Les Verts qui s’opposait au projet, Cécile Duflot en tête. Elle considérait alors les accords auxquels se réfère François Hollande comme « une juxtaposition de compromis locaux, négociés à la seule initiative de l'Etat» À juste titre, elle reprochait à la gauche d’«avoir laissé l'avenir du Grand Paris se fractionner» en cette juxtaposition de compromis locaux !!!
Pour faire illusion, Cécile Duflot change l’habillage. En lieu et place de l’excellence et de la compétitivité d’hier, elle parle d’égalité et d’utilité. Comme si un même projet pouvait rester le même et changer de finalité… Bientôt elle nous fera prendre une centrale nucléaire pour un panneau solaire photovoltaïque… En attendant pour une concentration comme l’agglomération parisienne, elle ne voit d’autre rôle à l’agriculture de proximité que celui d’être «un espace de respiration» Il faut, dit-elle, «préserver les espaces de respiration qui sont notre patrimoine naturel, notamment les terres agricoles de proximité» Pour que les Parisiens puissent prendre un bol d’air sans doute ? Ici, l’arrivisme et l’opportunisme se mêlent à la cécité écologique dans une grande confusion entre nature et culture !!!!
Samedi 30 Juin 2012 Commentaires (0)

Le Parc national des Virunga au centre de l’Afrique est l’un des derniers refuges des gorilles de montagne espèce déclarée en danger d’extinction. Malgré cela, le gouvernement congolais a délivré un permis de prospection pétrolière dans ce parc à plusieurs entreprises dont Total, à la réputation déjà bien établie grâce, entre autres choses, à la catastrophe de l’Erika et son acharnement à vouloir exploiter les gaz de schiste en France.


Totalement inadmissible : le pétrole menace les derniers gorilles des montagnes. Il faut réagir !
Selon un recensement effectué en 2010 conjointement par la République Démocratique du Congo, l'Ouganda et le Rwanda, il y aurait 480 gorilles des montagnes (Gorilla beringei beringei) dans le massif des Virunga, soit plus d’un quart de la population mondiale de cette espèce qui était en légère expansion grâce aux mesures de protections prises, mesures que ces permis viennent remettre en question, la menace principale qui pèse sur ces gorilles étant la destruction de leur habitat. Avec ces permis, elle va encore s’aggraver.

Dans l’arbre généalogique des espèces, le Gorille est l’un de nos plus proches parents après le bonobo et le chimpanzé. Nos génomes ne diffèrent que de 2%.
Jeudi 24 Mai 2012 Commentaires (0)

Même les défenseurs de l’environnement et les responsables de leurs associations n’en veulent pas.


Ils ne veulent pas de guignols totalement discrédités non seulement par la campagne présidentielle calamiteuse qu’ils ont menée avec les résultats désastreux qui ont logiquement suivis, mais plus encore par leur soif de postes ministériels étalée au grand jour par des manifestations ostensibles et appuyées de leur fidélité toute neuve à François Hollande dès le soir du premier tour, reniant ainsi sans vergogne leur propre programme et donc se souciant comme d’une guigne que le futur président ait proclamé urbi et orbi qu’il ne se sentait pas engagé par l’accord que les Verts avaient conclu avec le PS et que seul, comptait son programme.

Atteints de ‘ministrite’ pour reprendre le terme de Gaby Cohn-Bendit, les leaders d’Europe-Ecologie Les Verts multiplient les actes d’allégeance envers le président élu avec la bénédiction du Conseil fédéral de leur Parti qui est bien le seul à croire en leur utilité. Et pour la faire admettre aux militants, certains d’entre eux jouent les Big Brother n’hésitant pas à réécrire l’histoire,
effaçant allégrement les couleuvres déjà avalées par les ministres de la majorité plurielle de Jospin et pire que les couleuvres, les véritables trahisons que sont, par exemple les décrets pour l’extension de La Hague, sur les OGM, etc. Tour de passe-passe facile à réaliser dans un parti affecté d’un turn-over chronique et dans lequel ceux qui restent ont la mémoire sélective !
Lundi 14 Mai 2012 Commentaires (0)

Il était temps que N. Sarkozy et son bras armé, la ministre de l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, s’en aillent. Pour les protecteurs et amis de la nature, pour les écologistes, leur bilan est accablant.
Mais maintenant, qu’en sera-t-il avec François Hollande ? Si les associations environnementalistes avaient décerné un « carton rouge » à N. Sarkozy, François Hollande, lui, avait eu droit à un carton jaune… loin des éloges dithyrambiques et des flagorneries pitoyables auxquelles se livrent la direction des Verts en mal de portefeuilles ministériels, l’intrigante Cécile Duflot et l’inénarrable Vincent Placé en tête. Il ne faut pas compter sur toute cette clique d’arrivistes pour infléchir la politique environnementale du nouveau président. Même si elle le voulait vraiment, elle ne le pourrait guère. Le score calamiteux de celle qui était supposée porter les couleurs de l’écologie à la présidentielle et les ambitions personnelles de sa direction réduit Europe-Ecologie Les Verts à l’impuissance.


Non, le 6 mai 2012 les protecteurs et amis de la nature n’avaient pas de victoire à fêter, ils avaient seulement à se réjouir de la défaite d’un de leurs adversaires les plus acharnés et le plus puissant jusqu’à ce jour où le verdict des urnes a réglé son sort. De façon définitive … du moins peut-on l’espérer…C’est pourquoi dans la première partie de cet article, il ne s’agira pas de «tirer sur l’ambulance» mais de faire le bilan d’une fin de règne pour montrer l’ampleur des dégâts à réparer. Cette ampleur jointe au manque probable de véritable soutien des politiques roses, rouges ou même verts n’a pas de quoi rendre optimiste même s’il faut toujours espérer et pour les plus engagés continuer à se battre.
Jeudi 10 Mai 2012 Commentaires (0)

Il est maintenant le «responsable environnement du Modem » En octobre 2011, il affirmait : « il ne faut pas partir du point de vue de principe "on va arrêter le nucléaire", mais réfléchir au niveau d’effort que l’on peut faire. Si, par une plus grande efficacité énergétique et un développement des énergies renouvelables, on peut répondre aux défis à une échéance moyenne (2030) ou longue (2050), alors on aura réussi notre objectif de réduire les énergies fossiles et le nucléaire. Mais si on commence par dire "pour ou contre le nucléaire", on va avoir un débat stressant, dogmatique, diviseur, qui ne répondra de toute façon pas aux questions essentielles.» Pour un écologiste, la question essentielle est la préservation de la vie sur Terre et cette vie est gravement menacée par le nucléaire, civil ou militaire. Il faudrait attendre 2050 pour arrêter peut-être une ou deux centrales? Pourquoi pas un siècle? Avec Yann Wehrling, l'abandon du nucléaire, c'est pour la saint-glinglin.

Yann Wehrling et son collègue Jean-Luc Behnamias, lui aussi ancien secrétaire national des Verts ont adhéré et occupent des postes de responsabilité dans un parti dont le leader, François Bayrou, est partisan de conserver l’arme nucléaire.
Mais que faisaient-ils dans un parti écologiste ? Quand leur engagement était-il sincère? Hier ou aujourd’hui?
Sans doute , jamais…


Jeudi 22 Mars 2012 Commentaires (0)

Ce n’est pas au nom de la laïcité qu’il faut d’abord refuser la viande halal ou casher mais c’est parce que les pratiques actuelles d’abattage qu’elle implique entraînent un surcroît de souffrance infligé à l’animal que l’on tue. C’est aux autorités religieuses concernées de faire preuve d’un peu de subtilité théologique pour qu’une viande halal ou casher puisse être certifiée telle alors que l’animal a été étourdi de façon réversible. C’est d’ailleurs ce qu’acceptent des pays à majorité musulmane et ce que serait prêt à accepter le Recteur de la Mosquée de Paris.
Certes, toutes les méthodes d’abattage sont cruelles à des degrés divers mais l’égorgement sans étourdissement préalable l’est plus que les autres et génère du stress et des souffrances dans une agonie qui dure près d’un quart d’heure. Ce point est bien documenté et incontestable.


Aucun mode d’abattage n’est parfaitement indolore et il est certain qu’un peu moins d’alimentation carnée entrainerait moins d’abattages, mais il y aurait moins de troupeaux. Il est peut-être souhaitable mais hautement improbable que les gens deviennent végétariens. Et si tous l’étaient, il n’y aurait plus que quelques broutards comme il n’existe plus que quelques chevaux de trait alors qu’il y en avait des milliers avant que la traction animale ne soit supplantée par les machines à vapeur et les moteurs à essence : les animaux de boucherie sont élevés pour … la boucherie et non pour être des animaux de compagnie ou des phénomènes de foire que l’on fait caresser par son petit dernier à l’occasion du salon de l’agriculture ou de la fête de la ville.
Il faut donc faire en sorte que les animaux de boucherie souffrent le moins possible lors de leur triste fin.
Vendredi 16 Mars 2012 Commentaires (0)

Le préfet du Puy de Dôme a suspendu l’autorisation d’utiliser la bromadiolone dans la lutte contre les rats taupiers sur les 22 communes du département qui abritent des dortoirs de ces rapaces.


Milans royaux en sursis…
En ces temps où le Président/candidat sacrifie allégrement la nature et les espèces sauvages dans sa pêche aux voix, il est rare de trouver de bonnes nouvelles à annoncer aux protecteurs et amoureux de la nature. En voici une cependant qui concerne les milans royaux.
On se souvient qu’à l’occasion d’un déplacement en Auvergne ici, la candidate EE/LV avait relayé l’alerte lancée par la LPO Auvergne devant l’hécatombe de Milans noirs due à la bromadiolone, un anticoagulant utilisé pour empoisonner les rats taupiers ( campagnols terrestres) mais qui empoisonne leurs prédateurs, notamment les milans royaux mais aussi les hermines et renards, sans compter les chiens et les chats et toute la faune qui goûte aux appâts assaisonnés à la bromadiolone : sangliers, chevreuils, lièvres et oiseaux granivores.
Devant les empoisonnements de rapaces dument constatés et enregistrés par la LPO au mois de novembre 2011, empoisonnements constatés qui s’élevaient à 14 Milans et 8 buses variables, oiseaux protégés en France, le préfet a décidé de satisfaire à la requête de la LPO. Il a suspendu l’autorisation d’utilisation de ce poison sur les 22 communes du Puy-de-Dôme qui abritent des dortoirs de Milans royaux.
Cerise sur le gâteau, il a également accepté de retirer de le renard et les mustélidés de la liste des nuisibles, reconnaissant par là même le rôle de régulateur de ces espèces sur les populations de rats taupiers. Une réunion se tiendra ce trimestre pour déterminer les modalités d’une lutte contre le pullulement de rats taupiers avec toutes les parties concernées.
Avec la LPO, on ne peut que se réjouir de ces sages décisions tout en regrettant qu’il ait fallu une aussi lourde mortalité – les cadavres retrouvés n’étant que la partie visible de l’iceberg –pour qu’elles puissent être prises.

Crédit Photo : Thomas Kraft, wikicommons
Mercredi 29 Février 2012 Commentaires (0)

Cette manifestation réussie et haute en couleurs s’est déroulée samedi dernier, le 11 février, sous étroite surveillance policière. Elle n’a pas fait la une des médias, c’est le moins que l’on puisse dire… Les tortionnaires des arènes n’y sont sans doute pas pour rien.
Alors que tous les sondages, aussi divers et variés soient-ils, donnent toujours une écrasante majorité contre la corrida, les députés et ministres resteront-ils en majorité plus attentifs au lobby de la tauromachie qu’à l’expression de l’opinion des gens et à celle des associations de défense des animaux comme à celles qui sont tout simplement opposées aux spectacles barbares et violents ?


Manifestation anti corrida : Plus de 4 000 personnes bravent le froid devant l’Assemblée Nationale.
Corrida basta

Cette manifestation avait pour but de leur montrer la force du mouvement abolitionniste et sa popularité, de demander le retrait de l’inscription de la corrida au patrimoine culturel immatériel français qu’a effectuée Frédéric Mitterrand le 22 avril 2011, d’obtenir des députés et des candidats à l’élection présidentielle qu’ils écoutent plutôt les Français que le lobby des arènes. Elle s’inscrit en parallèle à la Question Prioritaire de Constitutionnalité contre cette inscription déposée par deux associations, le CRAC (Comité radicalement Anti Corrida Europe) et Droits des animaux, QPC renvoyée devant le Conseil d’état par le Tribunal administratif qui en a reconnu le caractère sérieux et recevable.
Lundi 13 Février 2012 Commentaires (0)

Le Maire de Clamart est aussi Vice-président de notre agglomération Sud de Seine. C'est pourquoi je relaie la position du groupe Europe-Ecologie de Clamart que je partage.


« Nous avons appris mercredi soir l'existence d'une vidéo mettant en cause le maire de Clamart, vidéo immédiatement dénoncée par celui-ci publiquement en conseil municipal comme une manœuvre de l'UMP pour le déstabiliser.

« Compte tenu de la gravité des accusations portées à l'encontre du maire de Clamart, du passif judiciaire du maire UMP du Plessis-Robinson à l'origine de l'information au procureur Courroye il y a plusieurs mois et de l'enquête judiciaire qui a suivi et est encore en cours, nous observerons une stricte neutralité respectant la présomption d'innocence.

Nous demandons cependant que l'enquête ne soit pas menée sous la responsabilité du procureur des Hauts-de-Seine, proche de Nicolas Sarkozy et mis en examen le 17 janvier dernier pour les enquêtes illégales en direction de journalistes du Monde.

Soucieux d'éthique et de transparence dans notre façon de faire de la politique, nous souhaitons que toute la lumière soit faite concernant cette affaire et ce dans les plus brefs délais. » Europe Écologie Les Verts. Groupe de Clamart - Plessis Robinson.

Cela dit, il faut remarquer que le maire de Clamart a fait procéder à une analyse de cette vidéo. Des points troublants sont apparus et comme cette vidéo a été largement difffusée sur Internet, il serait juste que cette analyse reçoive une aussi grande diffusion. On la trouvera ici
Lundi 30 Janvier 2012 Commentaires (1)

Roger Belbéoch est décédé le 27 décembre 2011 à l'âge de quatre-vingt-trois ans. Avec sa femme Bella, ils furent parmi les premiers physiciens nucléaires à s’élever contre l’industrie nucléaire.


Un chercheur en physique nucléaire engagé…

Roger Belbéoch a travaillé dans un laboratoire universitaire de recherche (Orsay, Paris-Sud). Sa spécialité était les accélérateurs de particules et la physique des faisceaux de haute énergie. Dans ce cadre il utilisait de grosses installations productrices de rayonnements, ce qui l’a conduit à s’intéresser aux effets biologiques des rayonnements ionisants. Là est l'origine, en 1970 de son questionnement sur les dangers de l'énergie nucléaire et de ses prises de position antinucléaires radicales. Il a été un des pilliers avec Bella Belbéoch, Monique et Raymond Sené du GSIEN (Groupement des scientifiques indépendants) fondé en 1975. Il a participé au mouvement « Survivre et Vivre » fondés par les mathématiciens Pierre Samuel, Claude Chevalley, Alexander Grothendieck, groupe qui fut l’une des origines du mouvement écologiste en France. Il était directeur de publication de la «Lettre du Comité Stop Nogent ».

…dont la compétence et la capacité d’expertise va nous manquer

Comme le rappelle la CRIIRAD « Roger [Belbéoch] avait la capacité d'analyser les problèmes du nucléaire en dehors de tout schéma établi et de toute compromission. Ses analyses effectuées avec une lucidité, une compétence et une rigueur hors du commun nous ont alertés depuis longtemps sur les risques liés à l’industrie nucléaire, risques confirmés par les catastrophes de Tchernobyl, puis de Fukushima. Roger [Belbéoch] a toujours recherché la vérité, mais pas les récompenses ou les honneurs. »
Jeudi 19 Janvier 2012 Commentaires (1)
1 ... « 9 10 11 12 13 14 15 » ... 16
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes