François Hollande a déclaré le 5 septembre « J'agis et j'agirai jusqu'au bout (…). Je suis à mi-mandat et il n'y a pas de sondage, aussi difficile soit-il, que je regarde en face, qui puisse interrompre le mandat que donne le peuple au président de la République ». Certes le peuple lui a donné mandat mais lequel ?


Le quinquennat de François Hollande : un social-libéralisme sur fond de trahison ?
Quel mandat a été donné par le peuple à François Hollande ? Celui de prendre de l’argent des ménages pour le donner aux entreprises ? Celui de mettre à mal le droit du travail avec toutes les mesures de protection des salariés jugées comme des contraintes insupportables par le patronat ? Celui de mettre en cause les trente-cinq heures ? Celui d’instaurer la TVA sociale ? Celui de lever les contraintes et normes du code de l’environnement ? Bref, celui de mener une politique ultra-libérale dans la continuité de celle menée par Sarkozy, pire même que celle de ce dernier ? Certainement pas. Le peuple ne lui a pas donné ce mandat.

Il est loin le discours du Bourget qui enflamma le « peuple de gauche » ! Aujourd’hui le meilleur et peut-être le seul allié de Hollande est le Medef dont il n’est en fait que le valet. Aujourd’hui son ministre de l’économie est un ancien banquier d’affaire ! Il n’est pas étonnant que ce peuple de gauche ne lui fasse plus confiance. François Hollande est en passe de conduire des réformes cassant les droits sociaux des salariés que même un gouvernement de droite n’aurait pas osé faire ainsi que le reconnait avec gourmandise une journaliste de Valeurs actuelles qui évidemment l’approuve. Pour ceux qui l’ont élu, Hollande n’est pas seulement un «social-libéral »,c’est un « social-traitre ».

François Hollande s’inscrit ainsi dans la lignée de ces « socialistes » qui font le contraire exact du programme grâce auquel ils ont été élus. Il y a eu Mitterrand et le tournant de la rigueur avec Fabius mais il y a eu bien plus grave par le passé et qui montre jusqu’où peut dériver un gouvernement socialiste qui veut le pouvoir à tout prix, au prix d’un renoncement à ses valeurs, à son âme et surtout à sa parole vis-à-vis de ceux qui l’ont porté à ce pouvoir. Qui se souvient de Guy Mollet et de ses complices d’alors ?
Vendredi 12 Septembre 2014 Commentaires (0)

C’est ce qui ressort du rapport 2013 que vient de rendre le médiateur national de l’énergie, Jean Gaubert.


L’éolien rapporte gros aux opérateurs mais revient de plus en plus cher aux consommateurs !
Les parcs d’éoliennes industrielles abiment nos paysages, banalisent les espaces naturels qu’ils transforment en hideuses zones industrielles, mettent en danger aigles royaux et autres rapaces, hachent moult oiseaux, chauve-souris, saccagent des stations de fleurs protégées en danger d’extinction. Ils pourrissent la vie des villages de campagne dont les maires ou les agriculteurs ont été séduits par les gains qu’ils sont supposés générer. Et maintenant, c’est la mer côtière qui va être, elle aussi, transformée en zone industrielle. Tout cela aux frais des consommateurs qui payent une addition de plus en plus salée pour tous ces parcs à l’utilité – et pour l’éolien offshore à la fiabilité – plus que douteuse que ce soit pour lutter contre le « changement climatique », ou prévenir la pénurie d’énergies fossiles qui se profile. Tout cela à nos frais, que nous soyons ou non d’accord…

Une augmentation des tarifs boostée par le soutien aux énergies éoliennes !

Le médiateur rappelle qu’entre l’été 2012 et la fin 2013, les tarifs réglementés de l’électricité ont crû de plus de 10 %. La CSPE est passée de 9€ par Mégawattheure à 10,5€ le 23 juillet 2012, puis à 13,5€/MWh le 1er janvier 2013. Cette taxe, qui finance principalement le soutien aux énergies renouvelables est payée par tous les consommateurs. Elle permet notamment de financer les tarifs de rachat par EDF aux producteurs d’électricité éolienne à un prix supérieur à celui du marché.
Selon le médiateur « L’avenir sera marqué par une poursuite de la hausse, avec notamment le développement de parcs éoliens en pleine mer dit « off-shore» réclamant plusieurs milliards d’investissement. Alors que la CSPE représente en 2013 plus de 10 % de la facture d’électricité, elle pourrait contribuer pour un tiers à l’augmentation totale des prix dans les prochaines années, selon les prévisions du Rapport de surveillance de la Commission de régulation de l’Énergie (CRE) publié en 2013.» (p. 115 – 116 du rapport).
Vendredi 6 Juin 2014 Commentaires (0)

En pleine démagogie, Ségolène Royal, à peine installée au ministère de l’écologie prône la « remise à plat de l’écotaxe » sous prétexte que l’écologie ne doit pas être punitive. Alors que dans l’affaire, si l’écotaxe est supprimée, ce sont les contribuables qui seront punis ! Ce sont eux, c’est-à-dire nous tous, qui financeront l’entretien des routes au lieu qu’il le soit par les entreprises qui les utilisent et les dégradent avec leurs poids lourds ! Il ne faut pas oublier non plus que l’écotaxe est une ressource sans laquelle il ne sera pas possible de financer les grandes autoroutes maritimes, fluviales et ferroviaires. Sans même parler de la diminution de la pollution engendrée par le transport routier, ces infrastructures seront d’autant plus nécessaires que le prix des carburants et notamment du gazole ne peuvent qu’augmenter !


C’est cela qu’il faut expliquer à la population et notamment aux Bretons. Certes depuis 1532, date du traité d’union de la Bretagne à la France, les routes en Bretagne ont été gratuites pour tous. Cependant si cet état de fait historique n’est pas remis en cause par l’instauration sous une forme ou une autre d’une pollutaxe, ce sera la Bretagne qui sera l’une des régions les plus pénalisée par cet abandon et c’est bien là le paradoxe ! Un paradoxe qui devrait donner bon espoir aux hommes et femmes politiques qui ne capitulent pas devant les démagogues ! Il doit être possible de convaincre les Bretons, de montrer, y compris aux paysans, que leur intérêt n’est pas le même que celui des grands groupes volaillers.
Mercredi 16 Avril 2014 Commentaires (0)
Valls : un nouveau premier ministre pour une même politique!
Une majorité de députés EELV a dû se plier la mort dans l'âme à la nouvelle ligne politique de "soutien critique" sans participation au nouveau gouvernement dirigé par Valls. Ces députés, dix sur les dix-sept que comprend le groupe, ont pris bien soin de se réclamer non seulement de la « majorité présidentielle » mais de s’accrocher à la « majorité gouvernementale ». Pour eux, il s'agit avant tout de ne pas se fâcher avec le grand frère PS sans lequel il leur sera difficile de retrouver un siège de député(e). Ils ont donc choisi de voter la confiance à ce gouvernement et tant pis pour la cohérence !
En s’abstenant ou en votant contre la confiance, une petite minorité, à la fois plus courageuse et plus conséquente a choisi d’être en phase avec la ligne de «non-participation gouvernementale» courageusement impulsée par Cécile Duflot et Pascal Canfin, les deux ministres sortants qui en ont eu assez de devoir manger leur chapeau et d’être roulés dans la farine…. Pour leur crédibilité, il est presque trop tard mais pour l’écologie, ce choix – dont on mesure combien il a dû être difficile pour ces deux ambitieux – a été le bon pour l’écologie. Ils ne sont, hélas, que sept députés sur dix-sept à leur avoir résolument emboîté le pas.
Mercredi 9 Avril 2014 Commentaires (0)

Le NARG (Non à l’Abattoir Rituel de Guéret) a gagné. Il a su mobilisé l’opinion publique, à Guéret et bien au-delà, contre cet abattoir et plus généralement contre cette pratique. C’est par un communiqué que la Sovialim, et son PDG Mustapha Masri ont annoncé qu’ils renonçaient à ce projet.


Pour autant le NARG ne renonce pas à la manifestation nationale qu’il organise à Guéret le samedi 29 mars. Le NARG indique dans son appel à manifester qu’il s’agit « d’une part, pour dissuader le futur maire de Guéret de revenir en arrière et voir réapparaitre ce projet après les élections. D’autre part, cette victoire doit être retentissante et connue de la France entière, pour maximiser son impact. Enfin, cet évènement sera l’occasion de lancer officiellement notre campagne auprès de Bruxelles et du gouvernement. Nous faisons le choix, plutôt que de perdre notre énergie en luttant au cas par cas, les abattoirs mixtes se multipliant à vitesse grand V, de régler le problème à la source donc faire pression sur le gouvernement pour qu’il légifère en faveur de l’obligation d’étourdissement préalable et auprès de Bruxelles pour l’obligation d’étiquetage des viandes selon le mode d’abattage. Nous pouvons y parvenir, tous ensemble ! »

● Sur cet abattoir et l’attitude des pouvoir publics voir ici même « Abattage rituel par égorgement sans étourdissement : Hollande se défile, Le Foll approuve !!! »
Il n’y aura pas d’abattoir industriel Hallal à Guéret (Creuse) !
Vendredi 21 Mars 2014 Commentaires (0)
Beau temps sur la France
Jeudi 13 Mars 2014 Commentaires (0)

L’ONU a suivi la requête de la Fondation Franz Weber qui lui demandait dans le cadre de sa campagne « Enfance sans violence » de se prononcer contre la participation et la présence d’enfants dans les manifestations tauromachique.


Cette recommandation onusienne effectuée par le Comité des droits de l’Enfant, un des organes du Traité des droits de l’homme a été formulée à l’égard du Portugal mais elle vaut évidemment pour tous les États ayant ratifié cette convention qui ont des écoles taurines et autorisent des manifestations tauromachiques auxquelles participent des enfants. Donc, la France !

Il s’agit évidemment d’une aide conséquente à tous ceux qui luttent en France pour l’abolition de cette barbarie qu’est la corrida et plus particulièrement pour obtenir l’interdiction de la corrida aux enfants et la fin de ces écoles taurines où sont formés les tortionnaires de demain! Qu’en dit Philippe Martin, un afficionado que Hollande/Ayrault ont eu le culot de nommer ministre de l’écologie ? Est-il prêt à appliquer cette recommandation ? On ne peut qu’en douter fortement. Il faudra lui forcer fortement la main !
Mardi 11 Février 2014 Commentaires (0)

Le but de cet article n’est pas d’argumenter en faveur d’une politique familiale dénataliste, seule politique authentiquement écologiste. Le lecteur intéressé par cette question peut se reporter à un article de ce blog « Pas de transition écologique sans transition démographique ». L’objet de l’article qui suit est d’établir un constat : la politique familiale proposée par EELV n’est pas écologiste à la différence de celle défendue par le Mouvement Ecologiste Indépendant mais malheureusement ce parti peine à faire entendre ses propositions de telle sorte que pour les médias et donc l’opinion publique, est écologiste une politique qui soutient des propositions extrêmes sur le plan sociétal sans même s’interroger sur leurs incidences démographiques.


La politique familiale proposée aujourd’hui par EELV n’est pas écologiste !

On ne peut être écologiste sans proposer une politique familiale qui n’ait pas comme principe fondamental et comme étalon : la nécessaire dénatalité ou, dans une démarche de compromis, la stabilisation de la population à son niveau actuel bien que celui-ci soit trop élevé. Or, de cette dénatalité et de l’évaluation du bien-fondé des politiques familiales en fonction de l’objectif de réduction de la population, il n’est même pas question dans la tribune intitulée «Pour une politique familiale écologiste ! » parue sur le HuffingtonPost, reprise sur le site national d’EE/LV et censée exprimer la position actuelle de ce parti.
Vendredi 7 Février 2014 Commentaires (1)

On peut espérer que l’aéroport de Notre Dame des Landes ne verra pas le jour grâce à la résistance sur le terrain de la ZAD, grâce aux manifestations, aux pétitions, aux prises de positions de personnalités diverses, grâce à la puissante mobilisation qui s’est étendue à toute la France notamment au travers des comités locaux de soutien qui se sont créés, y compris dans des régions bien éloignées du bocage nantais.
On compare la résistance à Notre Dame des Landes avec la lutte contre l’extension du camp militaire sur le Larzac. Rappelons donc que c’est l’élection de François Mitterrand en 1981 qui a stoppé l’extension du Camp militaire. Il l’avait promis et il a tenu sa promesse. Il a été élu le 10 mai 1981, la décision a été officialisée au Conseil des ministres du 3 Juin. Que ce serait-il passé si Valéry Giscard d’Estaing avait été élu ? S’il est impossible de répondre à cette question, il faut néanmoins retenir que c’est parce que la lutte de terrain avait trouvé un débouché politique que la victoire fut acquise.
Dans le cas de la lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes aussi, il faudrait donner à cette lutte une expression et surtout un débouché politique permettant de faire reculer Ayrault et Hollande. Dans le contexte actuel, la seule possibilité serait une menace réelle, crédible d’EELV de faire exploser ses alliances avec le PS tant au niveau régional et local qu’au niveau national. Malheureusement, il ne faut pas y compter et c’est à tout le contraire que l’on a assisté et auquel, il n’est que trop prévisible, l’on assistera demain. De toute façon EELV a avalé tellement de couleuvres depuis que sévit le tandem Hollande/Ayrault qu’il a perdu toute crédibilité. Il ne fait guère peur aux caciques du PS.


L’opposition d’EELV au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes est une «opposition de façade»
Faut-il rappeler que Ronan Dantec, vice-président de Nantes-métropole au côté de Jean Marc Ayrault a été élu au Sénat grâce à un accord avec le PS, accord qui est muet sur le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes ? Un poste de sénateur vaut bien quelques silences d’ailleurs dénoncés par Jean-Marc Ayrault lui-même à l’occasion de la publication en Juin 2012 de la « contre-étude » publiée par les anti-aéroports remettant en cause la pertinence du projet. Jean Marc Ayrault a stigmatisé « l’hypocrisie des élus écologistes » opposés à ce projet : « Ronan Dantec était très silencieux sur son opposition à l’aéroport jusqu’à son élection » et il a ajouté « Quand ils négocient des places sur les listes, ils(les dirigeants d’EELV) n’ont pas d’état d’âme »

Au niveau régional, des élus EELV empêtrés dans leur alliance avec Jacques Auxiette et le PS

Même si l’on est écologiste, voire militant ou élu d’EELV, il n’est pas certain que l’on connaisse ce qui se passe que ce soit au Conseil Régional de la Région des Pays de Loire ou dans les instances EELV de cette région surtout si l’on habite et milite loin de Nantes. C’est pourquoi il n’est peut-être pas inutile d’entrer dans le détail de certains faits qui montrent qu’il n’y a rien à attendre d’EELV en tant que parti dans le combat contre NDDL. Ils révèlent avec une évidence accablante que son opposition en apparence radicale et déterminée contre NDDL n’est que de façade sauf chez un groupe de militants minoritaires.
Dimanche 2 Février 2014 Commentaires (0)
Ne votez pas pour lui!
Ne votez pas pour lui!
Jeudi 23 Janvier 2014 Commentaires (0)
1 ... « 3 4 5 6 7 8 9 » ... 16
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes