Habiter une région redessinée par le fait du prince, pure entité administrative et être écologiste voici deux raisons pour ne pas aller voter dimanche.


Vous avez peut-être comme moi la malchance d’être électeur dans l’une de ces nouvelles régions découpées en dépit de la géographie, de l’histoire, faite de territoires rassemblés et séparés en vertu d’illusoires critères économiques sans que les sentiments d’appartenance des gens aient été pris en compte, sans que ceux qui y vivent aient été consultés. Ma région, celle des Arvernes, l’Auvergne, existait avant même que la France n’existe, la voilà rayée d’un trait de plume par un politicard menteur sans vergogne, hôte temporaire de l’Elysée, élu sur un malentendu grâce à de fausses promesses. Ma région n’existe plus administrativement et je ne me reconnais absolument pas dans la nouvelle entité abstraite délimitée par ce fait du prince Hollande. Aller voter, ce serait entériner implicitement cette réforme territoriale, reconnaître cette monstruosité qui n’a même pas encore de nom et l’accepter.

Si vous êtes dans le même cas que moi habitant cette région ou une autre ayant subie le même sort, ne votez pas ! Ne faites pas cet acte d’allégeance à ce président et à ce gouvernement qui en la circonstance comme en beaucoup d’autres abusent de leur pouvoir et tuent ainsi la démocratie représentative qui est déjà à bout de souffle.

Il faut souhaiter qu’il y ait une participation minimale à cette élection pour que tous ces politicards qui sollicitent nos suffrages ne les aient pas ! Qu’une majorité d’abstentionnistes fasse qu’ils ne représentent qu’eux-mêmes.

Même si j’étais électeur en Île de France comme ce fut le cas naguère, je n’aurai quand même pas voté bien que cette région soit restée intacte lors du grand redécoupage car c’est aussi parce que je suis écologiste que je n’irai pas voter parce qu’il n’y a plus de parti qui représente l’écologie, notamment pas celui qui prétend le faire : EE-LV. En outre, je ne veux pas donner ma voix à un parti qui veut couvrir la France d’aérogénérateurs de 150 mètres de haut comme si « sauver la planète » obligeait à saccager le peu d’espaces naturels qui nous restent, à défigurer notre patrimoine architectural et nos paysages remarquables ou ordinaires mais aimés par ceux qui les habitent.

Sans aucun doute, vous n’aimeriez pas avoir ces gigantesques hachoirs à oiseaux et à chauve-souris près de chez vous, moi non plus. Alors pensons aux autres, à ceux qui les subissent ou qui risquent de les subir et ne votons pas EELV, ce parti pseudo écologiste dévoyé par ses cadres arrivistes, propagandiste d’une écologie vampirisée par la lutte contre le dioxyde de carbone à laquelle tout devrait être subordonnée pour le plus grand profit des multinationales et des affairistes de l’éolien terrestre ou maritime. Et ce n’est pas de gaité de cœur que j’écris cela.
Mercredi 2 Décembre 2015 Commentaires (1)

Après la loi sur le renseignement, voici que la commission de l’Assemblée nationale sur le « Maintien de l’ordre et libertés publiques » qui avait été formée pour enquêter sur les conditions du maintien de l’ordre dans un contexte de respect des libertés et du droit accouche d’un rapport où il ne s’agit plus de garantir ces libertés et de comprendre comment elles peuvent être bafouée mais, au contraire, de tenter de les restreinte pour les soumettre au « maintien de l’ordre » jugé prioritaire par le rapporteur le député PS Pascal Popelin, rapport approuvé par la membres de la commission PS, UMP, UDI, confondus, à l’exception notable des élus d’EELV et du PC. Fait rarissime, le président de la commission, le député écologiste Noël Mamère a voté contre ce rapport. À cela s’ajoute des forces de l’ordre qui laissent faire les milices « pro-barrage » à Sivens ou « pro-center parc » à Roybon et une justice plus prompte à condamner lors de procès expéditifs des « zadistes », notamment à Sivens alors que les exactions de ces milices restent impunies, cela dénotant pour le moins d’une complaisance, voire d’une complicité telle que l’on peut se demander si Valls et Hollande ne se sont pas servi de ces milices pour tenter de faire plier les occupants de la zone.


Nous publions ci-dessous deux documents. Le premier est un communiqué de presse du Collectif pour la sauvegarde du Testet co-signé de son avocat dénonçant l’absence de poursuites et de sanctions des gendarmes et des pro-barrages violents.
Le second consiste en des extraits de l’analyse de Noël Mamère du rapport de la commission de l’Assemblée nationale sur le « Maintien de l’ordre et libertés publiques » dans lequel il exprime des désaccords fondamentaux avec le texte du rapport présenté par Pascal Popelin. Ils permettent de constater le danger des propositions contenues dans ce rapport pour les libertés et notamment celle de manifester qui ferait l’objet de sévères restrictions si elles étaient retenues. On voit là la volonté du PS appuyé par les partis de droite de faire taire toute contestation notamment mais pas seulement dans le but d’imposer plus facilement par la force des projets inutiles et écologiquement néfastes.
Vendredi 19 Juin 2015 Commentaires (0)

Le mardi 5 mai 2015, alors qu’une majorité de députés d’EE/LV ont voté contre la loi sur le renseignement, cinq d’entre eux ont voté pour et deux se sont abstenus. Comment les qualifier lorsque l’on sait que cette loi liberticide a été rédigée pour avoir un champ d’application très large, incluant par exemple les prises de position et la lutte antinucléaire qui serait alors qualifiées de contraire aux « intérêts économiques, industriels et scientifiques majeurs de la France » ? C’est une trahison pure et simple de ces sept députés. Des cinq qui ont voté pour : Éric Alauzet, Denis Baupin, Christophe Cavard, François-Michel Lambert, François de Rugy. Et dans une moindre mesure des deux qui se sont abstenus : Véronique Massonneau et Barbara Pompili.


Pourtant le Parti avait pris une position sans équivoque comme on peut le constater à la lecture du communiqué qu’il a publié le 2 avril dernier, intitulé : « Renseignement : une loi dangereuse pour la démocratie et la citoyenneté ».

Les deux porte-paroles, Julien Bayou et Sandrine Rousseau écrivaient alors : « Une fois de plus, cette fois après les attentats sanglants de janvier 2015, le parlement français s’apprête à voter une loi qui va faire encore reculer les droits fondamentaux des citoyen-ne-s, notamment lorsqu’ils utilisent le réseau Internet, au prétexte de garantir leur sécurité et les intérêts de la France. »

Ils précisaient à juste titre que « A aucun moment du texte de loi n’est abordée la question des limites et de la définition de ce qu’est une « apologie du terrorisme », encore moins celle de « terrorisme » tout court. » et ils ajoutaient soulignant un des points les plus critiquables : « Le projet liste en outre une longue série de notions plus ou moins floues autorisant un espionnage technique généralisé, dont la sécurité nationale, « les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France », ou encore ses « intérêts économiques et scientifiques essentiels ».

Les deux porte-paroles dénonçaient aussi ce projet de loi parce qu’il fait, en définitive le jeu des terroristes : « En amputant nos concitoyens de plusieurs droits fondamentaux, on offre aux terroristes ce que les armes n’ont pu obtenir : ces nouveaux pouvoirs de surveillance et donc de suspicion généralisée touchent aux valeurs et aux droits fondamentaux qui font qu’une démocratie peut se revendiquer comme telle. »

Europe Ecologie Les Verts encourageait « les députés et sénateurs français à rejeter ce blanc-seing qu’ils s’apprêtent à offrir à l’État au prétexte de répondre à la menace terroriste. » et pour le parti écologiste, cela ne faisait aucun doute « Les députés EELV seront en première ligne pour protéger les droits fondamentaux des citoyens. »

Il faut croire que les encouragements en question n’ont pas été assez forts ou efficaces. La loi vient d’être adoptée en première lecture par une majorité écrasante : « Pour: 438 ; Contre : 86 ; Abstention : 42 ». Et sur les 18 députés du groupe EELV, 5 ont – rappelons-le – voté contre et 2 se sont abstenus. En voilà donc 7 qui n’étaient pas « en première ligne pour protéger les droits fondamentaux des citoyens ». Ils ont même pris parti contre ces droits. Seront-ils sinon exclus, à tout le moins, blâmés ? On peut en douter.

Contraste saisissant entre ce laxisme et la rigueur déployée lorsqu’il a été question de sanctionner lors des municipales les militants qui ont fait liste commune avec des candidats classés à droite pour tenter et parfois réussir comme à Villejuif de remplacer une équipe municipale sortante aux pratiques clientélistes, antidémocratiques, antiécologiques, cette équipe fut-elle communiste ou étiqueté « de gauche » !

Cela dit, il ne faut pas oublier tout de même que certains de ces députés se sont tout de même bien battus pour tenter de faire pièce à cette loi ou à défaut en éliminer les aspects les plus liberticides, notamment Sergio Coronado et Isabelle Attard (Nouvelle Donne apparentée EELV).

Mardi 5 Mai 2015 Commentaires (0)

Le 24 février dernier une jeune fille de 22 ans, Talon Bishop a été victime d’une attaque mortelle de requin au lieudit de « L’étang salé » sur l’ile de La Réunion. Puis le 12/04/2015 c’était un adolescent de 13 ans qui est mort après avoir été happé alors qu’il surfait dans une zone interdite à toute activité nautique et à la baignade au Cap Homard sur la côte ouest de l’île. Ce septième mort a ravivé les réactions opposées dans l’île entre des surfeurs, des pêcheurs et des acteurs du secteur touristique qui estiment qu’il faut nettoyer la mer des requins et les défenseurs des squales et de la nature qui s’insurgent contre les tueries mises en œuvre à chaque accidents de ce genre, parmi eux la majorité des créoles.


Ravine Mulla à l'Etang-Salé
Ravine Mulla à l'Etang-Salé
Certes, on ne peut qu’être attristé par ces morts et l’on comprend la détresse des familles qui subissent cette épreuve. Mais pour autant il faut regretter que la préfecture s’entête dans des mesures absurdes comme celle de lancer une pêche de représailles sous prétexte de « sécuriser le périmètre » d’une zone qu’elle interdit pourtant de fréquentation alors que ce qui permettrait de vraiment éviter les accidents et les morts serait de faire appliquer les arrêtés d’interdiction de baignade et des activités nautiques dans les zones à risque.
Je publie le communiqué de presse daté 15/4/2015 par le collectif des associations Sea Shepherd, Sauvegarde des Requins, Aspas, fondation Brigitte Bardot , Longitude 181, Tendua , Requin Integration, Vague.
Je le fais suivre du texte intégral de la « Lettre ouverte au préfet et aux habitants de La Réunion » de Danielle Austin, la mère de Talon Bishop rendue publique le 29 avril. Danielle Austin ne supporte plus que d’autres s’expriment en son nom et au nom de sa fille décédée pour crier haro sur les requins. Cette femme est en colère contre le sort injuste qui a frappé sa fille dont on nie la singularité en en faisant seulement la quatorzième victime d’une attaque de requin, outrée de la suite qui a été donné à ce dramatique accident mais malgré toute sa peine elle dit qu’elle ne peut en vouloir aux requins. Un témoignage poignant d’une justesse et d’une grandeur d’âme peu commune.
Samedi 2 Mai 2015 Commentaires (0)
Avant-propos

(La rédaction de cet article était terminée quand la police a découvert fortuitement le projet d’attentat qui semble avoir été préparé par Sid Ahmed Ghlam contre des lieux de culte catholique. Il m’est apparu qu’une forme de mise-à-jour était nécessaire qui ne touchait cependant pas le corps de l’article. Elle a donc pris la forme d’un avant-propos)

Avec le récent projet d’attentat contre des églises de Villejuif, il va être encore plus difficile de faire échec à la loi sur le renseignement en débat à l’Assemblée nationale. Il n’y a qu’à voir comment Valls et Cazeneuve, ces deux amis bien connus de la liberté, en rajoutent.
Il faudra bien du courage aux députés qui voteront contre les techniques de surveillance de masse que cette loi légalisera et/ou instituera dans un cadre qui englobe mais dépasse largement la lutte antiterroriste, même en donnant au terme terroriste une très large extension. Pourtant, cette dernière affaire est l’illustration criante que ce n’est pas d’outils de surveillance de masse qu’a besoin la lutte antiterroriste mais de personnel humain. Dans ce dernier cas comme dans les cas précédents d’Ahmed Merra , des frères Kouachi et de Amedy Coulibaly, Sid Ahmed Ghlam, l’individu qui, semble-t-il, projetait cet attentat était parfaitement connu des services de police. Il avait été interrogé et fait l’objet d’une surveillance improductive et pour cela totalement abandonnée sans maintien d’un contrôle minimal! Il en aurait été de même avec les nouveaux moyens que la loi liberticide sur le renseignement actuellement en débat à l’assemblée nationale car cette absence de tout contrôle est, en partie au moins, due à une insuffisance de moyens humains. Cette loi instaure une surveillance de masse pour détecter d’éventuels terroristes, ce qui n’est pas le problème. Il semble que l’on sache très bien détecter les terroristes potentiels sans recourir à une surveillance généralisée du web. Et dans tous les cas récents, ils étaient tous connus! Le problème, c’est de surveiller les terroristes potentiels détectés et d’estimer leur pouvoir de nuisance.
Plus grave même, ces techniques de surveillance de masse risquent de multiplier les « faux positif », c’est-à-dire des personnes détectées par un algorithme comme suspectes mais qui ne le sont pas en réalité, éparpillant des moyens d’enquête et de surveillance nécessairement limités sur une multitude de fausses pistes.
Certains politiques à droite comme à gauche considèrent que parce que nous sommes en guerre, il faut voter cette loi qui pour eux est une loi d’exception. En fait pour ses promoteurs, cette loi n’est pas du tout une loi d’exception qui devra être revue, une fois les risques terroristes dissipés, en admettant qu’ils le soient un jour ! C’est une loi qui donne un cadre aux services de renseignements et définit leur champ d’investigation qui dépasse la seule lutte contre le terrorisme. Le terrorisme n’est que le prétexte pour accentuer la surveillance des gens et prévenir toute contestation non seulement de l’ordre établi mais aussi et peut-être surtout de la politique gouvernementale.


******************

Il ne faut pas compter sur les partis qui se veulent « partis de gouvernement » pour défendre nos libertés et notre vie privée

L’histoire du PS sous les divers avatars qu’il a revêtu au cours du siècle dernier est lourde de de trahisons vis-à-vis des causes qu’il prétendait défendre. Mais au cours du quinquennat de ce Monsieur Hollande, on n’a jamais vu autant de renégats se targuer du qualificatif de socialiste, un concept et un idéal qu’ils achèvent de vider du peu de sens qu’ils avaient encore grâce à quelques résistances internes. Lorsqu’il était dans l’opposition, sous la présidence de Sarkozy, le PS dénonçait comme liberticide les mesures qu’aujourd’hui il défend dans le projet de loi sur le renseignement, une loi décriée par toutes les associations et structures qui se soucient de préserver la liberté des gens et ce qui en est le fondement : leur vie privée. On lira à ce sujet un article de Louis Imbert, article éclairant et propre à nous rafraichir la mémoire « Loi sur le renseignement : quand le PS de 2009 s'oppose au PS de 2015 » sur le site du journal Le Monde ici
Samedi 25 Avril 2015 Commentaires (0)

Les « grands » médias qui jouent principalement sur le registre de l’émotionnel et du fait divers n’en ont soufflé mot. Il ne fallait surtout pas faire peur au bon public ! Pourtant, à la catastrophe aérienne du mardi 24 mars 2014 aurait pu s’ajouter une catastrophe nucléaire. Le crash de l’A320 Barcelone-Düsseldorf dans la vallée de la Blanche s'est produit à moins de 7minutes de vol et 110km du site nucléaire de Cadarache (Bouches-du-Rhône), à peine à 8 minutes des sites nucléaires de Tricastin (Vaucluse-Drôme), de Marcoule (Gard) et de la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche). Aucune intervention, pas même celle du Mirage 2000 qui a décollé de la base d'Orange (Vaucluse) n'a pu empêcher le crash mais simplement le constater... Ce Mirage aurait été tout aussi impuissant si le copilote qui était aux commandes de l’A320 avait choisi de l’écraser sur Cadarache. Il n’est pas certain non plus que l’avion de chasse aurait pu tenter quoi que ce soit si le copilote de l’avion de ligne avait pris pour cible l’un des sites nucléaires qui se trouvent à 8 minutes de son couloir de vol. Dans tous ces cas, c’était la catastrophe nucléaire assurée, car aucun site nucléaire n’est capable de résister à un tel aléa.


Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Le site de Cadarache : 18 INB et 1 INBs

Rappelons que le site nucléaire du Commissariat à l'Energie Atomique et d’Areva à Cadarache comprend 18 Installations Nucléaires de Base (INB) et une Installation Nucléaire de Base Secrète militaire (INBs) consacrée à la recherche sur la propulsion navale pour les sous-marins et porte-avions nucléaires. Sur le site il y a une grande quantité de déchets de radioactivité variable et de nocivité plus ou moins prononcée en fonction de la nature des radioéléments qu’ils renferment. Les réacteurs présents sont utilisés pour diverses recherches ou pour des tests. Certains utilisent du plutonium qui est la matière fissile la plus dangereuse au monde car le CEA et AREVA n’ont pas renoncé aux réacteurs à neutrons rapides malgré leur extrême dangerosité et le fiasco de Superphénix. Sur le site d’anciens réacteurs bien qu’à l’arrêt ne sont pas inoffensifs pour autant. Ils pourraient rejeter des éléments radioactifs en cas d’incendie, d’explosion ou de fissuration. Par exemple, lors de l’exercice de la simulation d’’une crise sur le site due à une secousse sismique le 17 janvier 2012, le scénario indiquait de rejets de particules d’uranium émanant de Pégase, un ancien réacteur de recherche où sont entreposés des déchets tandis qu’un incendie ravageait l’INBs avec là encore émissions de rejets.

Une gestion de la crise qui risquerait d’être elle-même catastrophique !

En cas de malheur, d’un pilote fou furieux et suicidaire ou d’un terroriste kamikaze crashant un avion de ligne, type A320 ou autre, même moins gros, la gestion de la catastrophe risquerait elle aussi d’être catastrophique. L'exercice mentionné a révélé que des procédures jadis « bien huilées » ne l’étaient plus. À Vinon, commune située à sept kilomètres du site, la sirène de Cadarache n’était pas audible partout. Les pompiers de Vinon n’avaient pas de formation au risque nucléaire. Vinon est dans le Var mais ce sont les pompiers des Bouches-du-Rhône qui seuls avaient reçu cette formation… En cas de coupure des télécommunications, il est apparu que la mairie de Vinon ne possédait pas de téléphone satellitaire, etc., …
Samedi 28 Mars 2015 Commentaires (1)

Lors de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique, le Sénat a fixé à 1 000 mètres la distance minimale entre une éolienne et des habitations, contre 500 mètres actuellement afin de protéger les riverains. Cela au grand dam du Syndicat des énergies renouvelables qui se moque depuis toujours de la santé des populations qui vivent à proximité d'aérogénérateurs de plus en plus gigantesques. Il reste à espérer que l’Assemblée nationale ne reviendra pas sur cette mesure sous la pression des lobbies de l’éolien qui ont l’oreille de députés qui se prétendent «écologistes» mais ne sont respectueux ni du patrimoine hors Paris, ni de la nature et des paysages, ni des habitants des campagnes.
1000 mètres n’est qu’un minimum comme le souligne le communiqué du collectif Vosges Horizon Durable que je retranscris ci-dessous.


Le Sénat veut doubler la distance minimale entre les habitations et les éoliennes : c’est encore insuffisant !
« Actuellement les Français sont moins bien protégés que les autres européens face aux nuisances désormais bien connues de l’éolien industriel.
La distance légale de 500 mètres en France entre les éoliennes et les habitations est scandaleusement insuffisante au regard des risques encourus, des problèmes de sécurité, des nuisances auditives et visuelles occasionnées par ces machines, de leur effet d’encerclement et de transformation du cadre de vie, des troubles du sommeil et dépressions qu’elles engendrent… L’exemple de la Bavière imposant désormais une distance minimum égale à 10 fois la hauteur de l’éolienne, pâle comprise, constitue un élément important dans le choix de la distance à envisager.
Dans ce contexte, lors de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique, le Sénat vient de proposer l’adoption d’une distance de 1000 mètres entre les éoliennes et les habitations. L’Académie de médecine préconise une distance minimum éoliennes-habitations de 1500 mètres et l’application du principe de précaution.
Ces distances ne tiennent pas compte aujourd’hui des effets nocifs des infrasons. Les distances de plusieurs kilomètres, mentionnées dans la littérature médicale, ont amené la Royal Society of Medicine à publier les critères de diagnostic des effets néfastes des éoliennes pour la santé en attirant l’attention sur un rayon de 10 km.
Alors que la sonnette d’alarme retentit à travers le monde, l'impact des infrasons sur la santé humaine n'a fait l'objet d'aucune étude sérieuse en France.
Aussi, l’Association « Paysage et Nature de la Campagne Vosgienne » vient de déposer un recours concernant le projet de la centrale éolienne des Hauts Chemins développé par le promoteur Neoen à Esley (88260) en soulignant « l’impasse faite sur l’étude des effets des infrasons sur la santé. »
Le problème du « sanitaire » s’oppose aujourd’hui au grand jour à celui de « l’économique et du profit ». L’amiante, le sang contaminé, le médiator montrent que les faits ne finissent par s’imposer qu’après prise de bénéfices pour les uns et effets ravageurs pour les autres. Faut-il faciliter le profit des promoteurs ou protéger les populations impactées des campagnes ?
« Les acteurs du développement de l’énergie éolienne devraient comprendre qu’aucun objectif économique ou politique ne doit prévaloir sur le bien-être et la santé des individus ». (Ceci est la conclusion du rapport du ministère de la santé finlandais qui a de demandé, le 17 juin dernier, l’application d’une distance minimum de 2 km avec les maisons.) »
Le Collectif Vosges Horizon Durable
Lundi 2 Mars 2015 Commentaires (3)

Raide comme un piquet, sérieux comme un pape, jouant du menton comme un général qu’il n’est pas, faisant montre d’une fermeté qui ne coûtera qu’aux autres, François Hollande qui rame pour retrouver un semblant de popularité a endossé une fois de plus son costume de Chef de guerre pour discourir sur la base aérienne d'Istres. Il se veut sans faiblesse. Pour preuve : le piratage de Sony qu’il invoque dans le contexte d’une justification de la poursuite de la dispendieuse dissuasion nucléaire. La dissuasion nucléaire comme protection contre le piratage informatique, il fallait oser. François Hollande l’a fait !


Discours d'Istres : Hollande veut dissuader les pirates informatiques à coup de bombes atomiques!
Il ne semble pas y avoir de politiciens ou de spécialistes de la stratégie en chambre qui aient relevé cette perle ! En tout cas, elle n’a pas fait le « buzz »… Elle l’aurait pourtant bien méritée. Même silence dans les rangs, ou plutôt dans les colonnes des grands médias, on ne touche pas au mythe. Civil ou militaire, le nucléaire, c’est sacré ! Les guignols (nom épicène, c.-à-d. désignant indistinctement des individus des deux sexes) que le suffrage universel a portés au pouvoir peuvent avancer n’importe quel argument en sa faveur sans risque d’être contredits !

Voici in extenso, le passage du discours : « la France ne se sent pas directement agressée, elle n’a pas d’ennemi déclaré, mais nous avons vu, je le rappelais, au cours des douze derniers mois, la crise ukrainienne, la montée en puissance de Daesh, l’attaque informatique d’une ampleur inégalée contre SONY ; des surprises donc, voire des ruptures sont possibles. Et la réapparition d’une menace étatique majeure pour notre pays, ne peut être exclue. Alors en tant que chef de l’État, j’ai le devoir impératif de prendre ces menaces en compte, car rien ne doit atteindre notre indépendance. Le contexte international n’autorise aucune faiblesse. Et c’est pourquoi, le temps de la dissuasion nucléaire n’est pas dépassé. »
Le début du texte, les mentions de la crise ukrainienne, de Daesh, du piratage informatique sont là pour caractériser le « contexte international » qui serait de nature à justifier la dissuasion nucléaire ! Donc pour Pépère va-t’en guerre, la bombe atomique servirait à dissuader les pirates informatiques ! Il pourrait donc appuyer sur le fameux bouton rouge en riposte à un piratage informatique ! Faut-il pleurer ? Faut-il en rire ? Jaune peut-être ! Les mots ont dû trahir sa pensée, si toutefois, il y a une pensée derrière les mots proférés.
Samedi 21 Février 2015 Commentaires (0)

Les médias nationaux ont été avares de nouvelles sur les manifestations qui ont eu lieu le week-end dernier à Roybon dans l’Isère autour de la Zad de la forêt des Chambaran , zone à défendre contre la construction d’un «center-parc» en pleine forêt sur une zone humide. Si ce n’est pas le cas des journaux et média audiovisuels locaux, il reste que leur relation des événements se révèle comme d’habitude orientée en faveur des autorités et élus locaux.
Cet article a pour but de combler cette lacune et de rétablir un équilibre de l’information en diffusant le point de vue des zadistes et leur relation des faits pour les lecteurs de ce blog. Qu’ils en soient des lecteurs fidèles ou occasionnels, ils pourront ainsi avoir un autre son de cloche. Des tentatives d’intimidation et des agressions contre des personnes et des biens commises par les partisans du projet de Center parcs ont bien eu lieu.


À Roybon des partisans du Center parcs ont tenté de perturber le festival «Open Barrikad» organisé par les zadistes
Rappelons d’abord que les «zadistes» et les opposants à ce center-parc organisaient le week-end dernier un festival, le «festival Open Barricades, trois jours de constructions et de concerts sur la ZAD les 7, 8 et 9 février». Les participants étaient invités à apporter «du matériel pour construire: planches, palettes, marteaux, clous, scies, bâches, vis, etc. » et il leur était vivement conseillé de ne pas oublier « bottes et moufles, sandwichs et boissons ».
Les partisans du center-parc ont décidé d’empêcher cette manifestation pacifique en bloquant les routes d’accès à la ZAD. Comme il y avait eu dans les semaines précédentes des attaques contre la ZAD et les Zadistes, on pouvait redouter le pire qui heureusement n’a pas eu lieu. On remarquera que la violence ici comme ailleurs s’exerce toujours d’abord contre eux qui sont fondamentalement non-violents.

Deux journées mouvementées sur la ZAD de Roybon

Voici donc pour information in extenso le communiqué de presse des zadistes publié le 8 février, mis à jour le 9 au matin.

« 7 Février 2015, 10h30. Du monde malgré le froid pour cette journée de construction sur la ZAD de Roybon dans la forêt de Chambaran. Nous sommes près de 200 à avoir passé les barrages assez tôt pour monter ensemble sur la colline, après quelques débats, parfois tendus, parfois houleux, avec les quelques dizaines d’habitants postés dans le village pour faire entendre leur soutien au projet. Nous sommes rejoints toute la journée par de nombreux sympathisants, venus soutenir cette action, et poursuivre la construction des cabanes et des barricades.

« Ce qui marquera cette journée, c’est l’attitude d’une minorité parmi les « pro », organisés pour faire monter la tension dans le village : barrages sur les routes d’accès à Roybon et à la ZAD, pression et insultes sur les personnes, 4×4 poursuivant des manifestants après leur départ et deux voitures brûlées en fin d’après-midi. Trois individus ont tenté une intimidation à la tronçonneuse devant une barricade. Sans succès.

Aujourd’hui 8 février, les barrages étaient de nouveau en place. Dans la journée, les pro-Center Parcs ont attaqué physiquement plusieurs personnes autour de la ZAD.
Mardi 10 Février 2015 Commentaires (0)

Selon l’exposé de ses motifs l’article 29 de la loi Macron a pour but de «sécuriser les projets de construction en limitant les risques de démolition» des constructions jugées illégales par les tribunaux. Cette précision suffit à mettre en évidence le caractère scandaleux de cet article, véritable pousse-au-crime !


(Ci-dessous sont reproduits le texte du projet d’article et son exposé des motifs.)

Une incitation à pratiquer le fait accompli

En d’autres termes voici un article de loi qui encourage à ne pas respecter la loi et incite les promoteurs à pratiquer la politique du fait accompli.
L’exposé des motifs rappelle que l’introduction d’un recours contentieux ne s’oppose pas à la poursuite des travaux. Tous ceux qui ont eu à se battre contre un projet immobilier, une ZAC, un center parc, un aéroport, une infrastructure routière, etc., ne le savent que trop bien. Vus les délais de jugement des recours, il arrive trop souvent que le promoteur du projet passe en force et que l’immeuble, le centre commercial, le pont, le barrage, etc. soit construit et jugé ensuite illégal. La victoire devant les tribunaux est vaine et c’est une défaite sur le terrain.
Devant ce scandale on aurait pu penser que le législateur tendrait à prendre des mesures pour supprimer ces dénis de justice qui s’accompagnent le plus souvent d’atteintes à l’environnement et à la Nature.
C’est tout le contraire qui se produit ! i[
Samedi 7 Février 2015 Commentaires (2)
1 2 3 4 5 » ... 16
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes