Vous ne trouverez pas sur le pas de votre porte les deux plantes qui sont à l’honneur aujourd’hui. Elles ne poussent que sur quelques crêtes pierreuses, des rocailles ou des éboulis d’altitude dans les Alpes du sud. Ce sont des « endémiques » et elles sont rares. Deux plantes endémiques rares ensemble sur la même crête, ce n’est pas si fréquent. Elles méritent bien un effort pour aller les contempler : 1200 mètres de dénivelés environ à grimper ; une splendide ballade au cours de laquelle vous pourrez découvrir une autre endémique des Alpes du sud. Partons donc ensemble à leur découverte.


Fleur de géranium argenté
Fleur de géranium argenté
Cinq heures du matin. En ce début juillet…

Déjà le ciel s’éclaircit. Il fait doux et même un peu frais. Pourtant dans quelques heures, ici, il fera très chaud. Tout le petit peuple de la nuit regagne ses pénates. Vous bouclez la ceinture ventrale de votre sac. C’est parti.
Dès les premiers mètres, le sentier grimpe fort et s’élève en quelques lacets secs taillés dans la falaise. Vous prenez rapidement de la hauteur et la vallée se dévoile à votre vue, nimbée du rose de l’aurore. La montée devient moins rude. Par place des filets d’eau ruissellent le long de la roche et la végétation change brusquement du tout au tout : voici des orchis, des aulnes tandis que la paroi s’orne de magnifiques saxifrages à feuilles en languettes (Saxifraga linguata Brell.). Cette saxifrage est une endémique provenço-ligure. Bien sûr, ce sont les magnifiques grappes de fleurs blanches suspendues dans le vide qui ont attiré votre œil mais les rosettes de feuilles d’où s’élancent les tiges florales méritent elles aussi votre attention. Elles sont ponctuées sur les bords de la face supérieure d’une rangée de pores bordés de concrétions calcaires. Cette plante a la propriété de rejeter le calcaire en excès qu’elle a absorbé et qui sinon l’empoisonnerait. Elle peut ainsi prospérer sur des substrats très riches en calcaire que ne supporteraient pas d’autres plantes.

Une forêt naturelle… en apparence

Le sentier serpente maintenant dans une forêt où domine presque sans partage, le mélèze. Vous remarquerez que les arbres ont presque tous le même âge. Cette forêt n’a, malgré les apparences, rien de naturel. Ces montagnes avaient été totalement déboisées depuis le XIIIe avec des conséquences catastrophiques. Il a fallu attendre le XIXe pour que l’Etat lance, avec la RTM (la restauration des terrains de montagne) un grand programme de reboisement qui s’est réalisé au début contre les populations locales, notamment les éleveurs qui se voyaient dépossédés d’une partie de leurs pacages. Il faut savoir aussi que le mélèze est en quelque sorte l’enfant chéri des montagnards. Le sous-bois des mélézins, à la différence par exemple de celui des épicéas, permet le pâturage. Le bois de mélèze très résistant était employé pour la charpente, les bardeaux des toitures. On fabriquait avec son bois du mobilier, des abreuvoirs, lavoirs, etc. Enfin, cerise sur le gâteau, le mélèze est aussi un excellent bois de chauffage. Sans l’intervention de l’homme, les mélézins, formations pionnières, laisseraient la place à des pessières – sapinières ; les sapins et pins poussant sous le couvert des mélèzes, essences de lumière qui se régénèrent difficilement sous eux-mêmes. A l’état naturel, le mélèze est, lui aussi, un endémique des Alpes. Naturel ou non, vous trouvez ce mélézin bien agréable avec son sous-bois luxuriant et son ombre légère. Il faut en profiter car déjà le soleil tape fort et bientôt vous allez cheminer à découvert pour surmonter une barre rocheuse parsemée de touffes de sarriette, de serpolet et de lavande.

Vendredi 24 Juin 2011 Commentaires (5)

Au quotidien

La dernière séance plénière de la Commission locale d'information (CLI) sur le démantèlement des installations nucléaires du CEA s'est tenue à Châtillon le 27 avril dernier. Au sortir de cette commission mon sentiment est mitigé. Seule bonne nouvelle, la ventilation et donc la pressurisation du bâtiment 18 de l'INB 165 sera refaite à neuf.


Action antinucléaire à Fontenay-aux-Roses
Action antinucléaire à Fontenay-aux-Roses
Des délais non tenus

De toutes les questions qu'avaient soulevées le commission que je préside et que le président de la CLI avait reprises dans sa lettre à la directrice du CEA de Fontenay-aux-Roses, beaucoup restent sans réponse. Nous aurons cependant appris que les délais de 2018 prévus par le second décret autorisant les opérations de démantèlement ne seront pas tenus et qu'un nouveau décret sera nécessaire.
Nous avons appris aussi qu'une partie des bâtiments ne seront pas totalement assainis. Il n'est pourtant pas si loin le temps où les promoteurs de l'opération nous expliquaient qu'après démantèlement « on pourra pic-niquer sur le site » : 1999 ! Il en sera de cette rodomontade des nucléocrates comme de toutes les autres : les faits l'ont démentie.
De même que les délais prévus initialement ne sont plus qu'un souvenir que même Monsieur Ricoul présent le 27 avril et qui exerçait déjà à l 'époque semble avoir oublié. Tout devait être fini en 2010.... La directrice actuelle semblait ne pas le savoir. Il faut dire qu'au CEA de Fontenay-aux-Roses, bien des directeurs se sont succédés avant elle.
Les raisons de ce retard considérable : les difficultés de l'entreprise, l'absence de solution pour le retraitement et l'évacuation de certains types de déchets, l'engorgement des filières.

Un coût exorbitant qu'il sera difficile de connaître.

Parce que très élevé, trop élevé pour être avoué. Ici comme dans les autres aspects, la transparence tant vantée et qui était sur toutes les lèvres des représentants du CEA n'était pas dans les paroles. On nous a dit que pour les opérations restant à réaliser, il fallait compter environs 450 millions d'euros, hors « aléas ».... Mais aucun d'eux ne voulait ou ne savait ce que l'opération avait déjà couté!!!! On doit avoir déjà dépensé au moins autant, ce qui porterait le coût à un milliard d'euros....

Dimanche 1 Mai 2011 Commentaires (1)

La vie est apparue sur Terre lorsque la radioactivité résiduelle a été assez faible pour lui permettre de se développer et que s'est constituée dans l'atmosphère une protection efficace contre la radioactivité des rayons cosmiques. Tout ajout de cette radioactivité, si minime soit-il, est une atteinte à la vie, brutale ou insidieuse. Les radionucléides artificiels empoisonnent la Terre. L'industrie nucléaire est mortifère. Il faut l'interdire.


La catastrophe nucléaire de Fukushima nous rappelle, Ô combien douloureusement, que les catastrophes nucléaires ne sont pas comme les autres. Elles ne sont pas locales mais ont des conséquences globales. Elles concernent le présent mais aussi le futur. Elles ont même des effets sur les enfants à naître. Autour des centrales accidentées, les terres sont stérilisées. La contamination concerne à des degrés divers toute la planète. Elle dure des siècles sans que l'on puisse l'éliminer.

Jeudi 31 Mars 2011 Commentaires (0)

Une fois de plus, c'est la protection contre les incendies qui est en cause. Or on sait que c'est ce type d'accident qui peut entrainer une contamination hors des limites du Centre et concerner principalement l'environnement et les habitants de Fontenay, du Plessis, de Clamart selon la direction du vent.


Voici le texte du communiqué de l'ASN
« Le 21 mars 2011, le CEA a déclaré à l’ASN un événement significatif concernant l’indisponibilité du système de détection et d’extinction automatique d’incendie des locaux d’entreposages des produits chimiques et des solvants du bâtiment 18 du 27 janvier 2011 au 16 mars 2011.
Lors d’opérations réalisées sur ce système le 27 janvier 2011, une erreur de manipulation a conduit à la vidange de la bouteille d’amorce du système d’extinction automatique. La détection et l’extinction automatique d’incendie se sont retrouvées indisponibles. Des mesures compensatoires ont alors été mises en place pour pouvoir éteindre un incendie. En revanche, l’analyse menée de la situation n’a pas identifié que la détection était également indisponible.
Le 10 février 2011, le remplacement de la bouteille d’amorce a conduit à la fin de l’indisponibilité de la détection incendie. L’extinction automatique a été remise en service le 16 mars 2011.
Cet événement n’a pas eu de conséquence ni sur le personnel, ni sur l’environnement.
En raison de lacunes dans la culture de sûreté, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES. »

Précisions
Dans ce bâtiment N° 18 de l'INB 165 sont entreposés des effluents de Haute activité à vie longue (HAVL) et de moyenne activité dont certains en cuves sont destinés à un stockage profond après vitrification à Cogema. Les HAVL sont les plus dangereux. Leur activité est de l'ordre du Tera Becquerel par gramme, 1012 Bq/g) etil sont à « Vie Longue » , c'est à dire supérieure au millier d'années. Il y en a 1, 53 m3 ). Le système de détection/extinction automatique est donc resté indisponible 13 jours et le système « bricolé » pendant près de deux mois.

Il ne s'est rien passé : tant mieux. Mais ces « lacunes dans la culture de sûreté » sont pour le moins inquiétantes.

Lundi 28 Mars 2011 Commentaires (0)

250000 manifestants contre le nucléaire en Allemagne Samedi 26 mars 2011. En France, le pays le pus nucléarisé d'Europe, faudra-t-il attendre qu'une partie de l'hexagone soit transformé en désert radioactif et que nous ayons pollué le reste de l'Europe pour que l'on change de politique énergétique?


« Fukushima nous exhorte à éteindre tous les réacteurs »

Avec ce mot d'ordre, ils étaient 120 000 à Berlin, 50 000 à Hambourg, 40 000 à Cologne, 40 000 à Munich. Partout en Allemagne, les gens se sont mobilisés pour l'abandon définitif du nucléaire. Le chef de la Grande centrale syndicale allemande (DGB) a pris la parole à a pris la parole à la tribune à la fin de la manifestation "Il y avait consensus pour la sortie du nucléaire, que le gouvernement Merkel a rompu en septembre dernier. Nous ne pouvons pas tolérer cela, nous réussirons à obtenir la sortie immédiate du nucléaire. C'est ensemble que nous avons la force. On ne se laissera plus endormir. Cela ressemble à un changement d'époque"a-t-il déclaré.

La manifestation à Berlin
La manifestation à Berlin
Dimanche 27 Mars 2011 Commentaires (0)
Catastrophe de Fukushima :Les chiffres relatifs à la contamination de l’air existent mais ils sont confisqués par les Etats ! (2)
Dans un article précédent, j'ai relayé le communiqué de presse du laboratoire de mesure de la radioactivité indépendant, la Criirad s'indignant que les données sur la contamination radioactive de l'air suite à la catastrophe de Fukushima que possède le CTBTO[1] ne soient pas rendues publiques, ce qui permettrait une meilleure estimation sur les niveaux de contamination de l'air et donc la mise en place d'une meilleure protection des populations. En France, elles sont données au CEA qui refuse de les communiquer. Ici
La CRIIRAD a lancé un appel international, invitant citoyens, associations, scientifiques, élus … de tous pays à se mobiliser à ses côtés afin d’exiger que les résultats relatifs à la contamination radioactive de l’air, obtenus grâce à l’argent public, soient mis à disposition du public et servent à sa protection.
L'association Cyberacteur met en ligne une pétition qui soutien l'appel de la Criirad et interpelle le ministre du travail, de l'emploi et de la santé pour la publication de ces mesures. Vous pouvez signer cette pétition en vous rendant sur le site de l'association en cliquant sur le panneau « Danger nucléaire » ci contre.

[1] [Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty Organisation, organisation mise en place dans le cadre du Traité d'Interdiction Totale des Essais Nucléaires (TICE en anglais)]
Samedi 26 Mars 2011 Commentaires (0)

La plante à l'honneur

Inutile d'aller bien loin pour le rencontrer. Sa tête d'or et sa rosette verte vous attendent devant votre porte, au coin de la rue, au bord du caniveau. Évidement, ce n'est pas là que viendront le cueillir les amateurs de salades. Sil est une plante que l'on croit bien connaître, c'est celle-ci. Et pourtant....


Le pissenlit.
Nom

Taraxacum officinale, sensu auct. Gall. (au sens des auteurs français)

On trouve encore dans beaucoup de flores le binôme Taraxacum officinale, G. H. Weber avec comme synonyme Taraxacum dens-leonis, Desfontaine. Mais ces binômes ne sont pas corrects en ce qui concerne les pissenlits de nos régions.

Le nom botanique vient du grec ταράχη qui signifie trouble et άχος forme du verbe guérir, allusions à ses propriétés médicinales, propriétés sur lesquelles insiste le deuxième terme du binôme.

Le nom français apparait en 1536 dans Œuvres médicales de Charles Estienne par allusion à son pouvoir diurétique déjà bien connu. On l'appelle aussi « dent de lion », nom qui est passé à l'anglais : « dandelion », sans doute à cause de la découpe de ses feuilles.

La plante familière, ou du moins un groupe de plantes affines, a reçu beaucoup d'autres noms. Parfois transparents comme « tête de moine » en référence au réceptacle dépouillé de ses fruits, « salade de taupe » sans doute parce que la rosette recouverte par la terre rejetée par la taupe qui creuse sa galerie est « blanchie » comme les endives que butte le jardinier, « chicorée » à cause de l'usage que l'on a pu faire de sa racine comme succédané de celle de la chicorée. Parfois les dénominations sont bien mystérieuses. Pourquoi notre pissenlit commun a-t-il donc reçu les sobriquets de « chopine », « cochet » ou « coq » rapportés dans la Flore Forestière de France, tome1? Dans les Vosges, on l'appelle cramaillot ou crameillot.
Jeudi 24 Mars 2011 Commentaires (2)

les résultats des mesures par les laboratoires indépendants concordent avec celles annoncées par les organismes officiels : aucune contamination radioactive décelable dans l'air en France, hier. Mais la Criirad s'indigne : les chiffres relatifs à la contamination sont confisqués par les états et ne sont pas divulgués en temps réel et utile.


Voici le communiqué de la Criirad
Jeudi 24 Mars 2011 Commentaires (0)

« Si des centrales sont construites au Japon en zone sismique, il n'y a pas de raison de ne pas en construire en Inde. » déclarait un responsable d'AREVA l'an dernier alors que sa société sur injonction d'un Sarkosy totalement irresponsable avait réussi à fourger deux réacteurs à construire dans la région de Jaïtapur qui a subi en 1993 un séisme de 6,3 sur l'échelle de Richter et dont on sait qu'elle pourrait être touchée par des tremblements de terre allant jusqu'à 7 sur cette échelle.


Accident nucléaire consécutif à un séisme  : Aujourd'hui le Japon, demain l'Inde? la France?
Dimanche 13 Mars 2011 Commentaires (0)
Dampierre en Burly
Dampierre en Burly
On peut lire dans Réseau Énergie, la lettre du SIGIEF (Syndicat intercommunal pour le gaz et l'électricité en Ile de France (02/2011/p.2) : « Il y avait plus de six ans que les cinquante-huit réacteurs nucléaire d'EDF n'avaient pas tous été « raccordés au même moment au réseau électrique ». Le groupe public d'électricité a annoncé la nouvelle le 10 janvier dernier. C'était la première fois depuis 2004, et la seconde depuis la construction du parc, que se produisait un tel événement. Mais celui-ci n'aura finalement duré que trois jours. Dès le jeudi 13, en effet, un réacteur de la centrale de Dampierre-en-Burly (Loiret) tombait en panne pour 24 heures de façon tout à fait imprévue »
Le directeur du parc nucléaire d'EDF y voit pourtant une « vraie prouesse industrielle ». Cette éphémère « prouesse » aurait « nécessité l'engagement de tous les salariés d'EDF et de [ses]sous-traitants, qui ont travaillé en continu, y compris le 31 décembre et le 1 janvier » Une mobilisation sans précédent donc, pour un résultat bien mince....
Après cet « exploit », on soutiendra non sans sans vergogne que ces centrales sont « fiables », si fiables qu'EDF veut convaincre l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) d'autoriser la prolongation de leur vie de 50ans contre 30, prévus actuellement. Le coût de cette prolongation serait de 3, 5 milliards d'euros par ans. Investissement considérable donc, mais sans doute moindre que les sommes que nécessiteront l'arrêt et le démantèlement de ces centrales qu'il faudra bien réaliser un jour, de toute façon. Qui va payer? Qui après cela peut encore soutenir que l'électricité d'origine nucléaire est bon marché? Et qu'en sera-t-il de la sûreté de ces installations vieillissantes et rafistolées? Les récentes alertes du Réseau « Sortir du Nucléaire » fournissent une réponse aussi édifiante qu'alarmante à cette dernière question.
Photo : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dampierre-en-Burly
Mardi 8 Mars 2011 Commentaires (0)
1 ... « 28 29 30 31 32 33 34 » ... 37
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes