Les travaux agricoles nécessaires à la production des céréales et légumineuses qui sont des éléments de base d’un régime végétalien sont la cause de la mort d’un grand nombre d’animaux des champs qui sont souvent tués de façon beaucoup plus cruelle que le bétail. C’est ce qui ressort des débats auxquels a donné lieu, il y a quelques années, la parution dans des revues spécialisées de deux articles, l’un en 2003 de Steven Davis, professeur de Zoologie à l’ Oregon State University, l’autre en 2011 de Mike Archer, professeur à l’University of New South Wales (Université de Nouvelle-Galles du Sud – Australie), zoologiste et paléontologue impliqué dans le domaine de la biologie de la conservation. Une version de ce dernier article a été publiée sur le site The Conversation, ce qui lui a assuré un écho dépassant le cercle des spécialistes et des militants de la cause animale. Alors que le véganisme s’offre aujourd’hui en France une grande visibilité grâce à des militants acharnés, ce débat semble oublié alors qu’il n’a rien perdu de sa pertinence ni de son actualité. Le but de cet article est de le rappeler et d’en tirer les principales leçons. Il doit être suivi d’un autre exclusivement consacré à la réaction à l’article de Mike Archer par la très active association néowelfariste végane L214.


Les végans croient qu’un régime  végétalien permet de manger sans tuer ou faire souffrir des animaux. C’est faux !
Le principe du moindre mal est un principe accepté dans toute éthique animale, libération des animaux, droit des animaux, végane. C’est à lui que les végans recourent pour justifier le choix d’un régime végétalien même dans le cas où l’on devrait reconnaître que les végétaux sont des êtres sensibles (sentients) et donc capables de souffrir « puisque l’inefficacité de la production de viande signifie que ceux qui en mangent sont responsables de la destruction d’au moins dix fois plus de plantes que les végétariens ». Mais ce recours au principe du moindre mal peut se retourner contre eux si le nombre d’animaux tués volontairement ou non dans l’agriculture est effectivement supérieur à celui du bétail et autres animaux tués en élevage et si de plus, les morts ainsi occasionnées sont extrêmement cruelles. 
 
Si dans un régime végan on ne mange pas de grands herbivores, ni aucun produit animal, il faut tuer beaucoup plus de petits mammifères pour manger végan : Steven Davis.
 
En 2003 dans un article qui a fait date « The Least Harm Principle May Require that Humans Consume a Diet Containing Large Herbivores, Not a Vegan Diet », Steven L. Davis accepte le principe du moindre mal et considère, au moins pour les besoins de la discussion, qu’il doit s’appliquer à notre façon de nous nourrir : d’un point de vue moral, il faut choisir celle qui épargne le plus d’animaux et leur fait subir le moins de dommages. Il indique que cette façon d’aborder le problème est en accord avec l’Ethique des droits des animaux du philosophe Tom Regan mais alors que Regan en conclut que le régime vegan est le seul acceptable d’un point de vue éthique, un régime d’où tout produit d’origine animale serait exclu, Davis conteste cette conclusion et soutient une position inverse. Si l’on admet qu’il n’est pas plus mauvais (condamnable d’un point de vue éthique) de tuer une vache qu’une souris ou des animaux des champs comme le pigeon, le moineau, l’étourneau, le faisan, la dinde sauvage, le lapin, le lièvre, le rat des champs etc. alors, selon Steven Davis, Tom Regan se trompe. Lorsqu’il faut labourer, désherber, récolter céréales ou légumineuses nécessaires pour le régime végan, l’agriculture tue, volontairement ou non, bien plus d’animaux que l’élevage herbager sur prairies permanentes. Tous ces travaux agricoles entrainent une mortalité animale inaperçue qui n’est pas prise en compte. Pourtant elle est bien plus importante, en quantité que la somme du bétail tué et des petits animaux sauvages morts à cause des travaux sur les pâtures requérant l’intervention de tracteurs et matériel agricole divers ; ceux-ci étant bien plus rares, voire inexistants : pas de labourage, ni de semis, ni de récoltes.  
 
En 2002, lors de la présentation de ses recherches à l’occasion du Congrès de la « European Society for Agriculture and Food Ethics » qui s’est tenu à Florence, Davis avait estimé qu’il y avait une lacune conséquente dans les théories des droits des animaux, l’absence de prise en compte des animaux des champs cultivés : « Au cours du temps que j’ai passé à étudier les théories des droits des animaux, je n’ai jamais trouvé quelqu’un qui ait envisagé la mort des animaux des champs ou le ‘préjudice’ qu’on leur cause. Cela est, me semble-t-il, une sérieuse omission »
 
Selon Davis, si ces animaux ne sont pas pris en compte par les théories des droits des animaux, et ont fait l’objet de bien peu d’études, c’est parce qu’on les voit comme des animaux dont on peut se passer, ou qu’on ne les voit pas du tout. 

Mais si on les prend en compte alors tout change selon lui. « Bien que l’on ne dispose pas d’estimations précises du nombre total d’animaux tués par les différentes activités agricoles du labourage à la récolte, quelques études montre qu’il doit être très élevé » (Although accurate estimates of the total number of animals killed by different agronomic practices from plowing to harvesting are not available, some studies show that the numbers are quite large). Pour les USA, il l’estime à 15 animaux/ha/an. Sur la base de 120 millions d’hectares cultivés en 1997 et si l’on suppose que toute cette surface est utilisée pour produire des aliments destinés à un régime végan, on obtient « 15 x 120 millions = 1 800 millions ou 1.8 milliard d’animaux tués annuellement pour produire une alimentation végétarienne. »
 
D’un autre côté, dans l’élevage herbager de ruminants, la récolte du foin demande beaucoup moins d’activité agricole, de passages de tracteurs. De plus « on tuerait encore moins d’animaux des champs si les animaux herbivores (ruminants comme le bétail) était utilisé pour récolter le foin et le transformer en viande et produits laitiers ». Davis considère que le fourrage fauché sur prairies permanentes et le pâturage seraient le nec-plus-ultra de l’agriculture sans labour, agriculture sans labour reconnue par tous les naturalises (wild écologist) comme « ayant des effets largement positifs sur les mammifères sauvages ». Sur ces bases, Davis estime que l’on peut diviser par deux le nombre d’animaux des champs tués dans le cadre d’un élevage herbager de ruminants.
 
Si l’on suppose que la moitié des terres agricoles des US soit utilisée pour produire des végétaux pour la consommation humaine et que l’autre moitié soit utilisée pour des productions de viande et de lait, « combien d’animaux seraient tués par an pour la nourriture humaine ? »
« 60 million ha de production végétale × 15 animaux/ha = 0.9 milliard
60 million ha, de production herbagère × 7.5 animaux/ha = 0.45 milliard
Total: 1.35 milliard d’animaux »
 
A ces 1.35 milliard d’animaux sauvages tués dans le cas d’un régime omnivore avec de la viande de bétail provenant d’un système herbager, il faut ajouter le bétail tué que Davis évalue sur la base des statistiques officielles à 74 millions de ruminants, somme qu’il obtient en doublant le nombre de ruminant effectivement tués (37 millions) pour remplacer les 8 milliards d’autres animaux de ferme effectivement tués. En définitive dans ce régime, le nombre d’animaux tués est de 1.424 milliard. Si on le compare au 1.8 milliard dans le cas d’un régime végétarien, si l’on applique le principe du moindre mal, l’affaire est entendue. Mais qu’est-ce qui empêcherait de l’appliquer ? D’un point de vue purement éthique, non spéciste, est-il plus moral de tuer une souris qu’une vache ?
 
Davis termine son article en réfutant une objection qui réapparaîtra souvent dans le débat, ceux qui la soulèveront semblant avoir oublié que Davis l’avait envisagée et tenté de la réfuter. Il y aurait cependant une différence : la vache est tuée volontairement, la souris accidentellement lors de travaux agricoles ou à cause de la perte du couvert végétal, par exemple, due à la moisson du champ. Pour Davis, il n’y a pas de réelle différence : « Il me semble que le préjudice causé à l’animal est le même : la mort est la mort ». Il rappelle que les philosophes utilitaristes qui développent une éthique animale ne voient aucune différence entre les deux cas : ce qui compte étant les conséquences et non les intentions. Enfin, l’agriculteur compte sur la prédation pour se débarrasser des souris et autres animaux des champs dont il juge la présence inopportune et à défaut il les empoisonnera lui-même.
 

Les végans croient qu’un régime  végétalien permet de manger sans tuer ou faire souffrir des animaux. C’est faux !
La riposte végane : Gaverick Mathenay
 

La riposte des végans à cet article ne s’est pas faite attendre. Elle apparaît sous la forme d’un article dans le numéro suivant de la même revue qui avait publié l’article de Davis. L’auteur Gaverick Mathenay est aujourd’hui à la tête d’une agence des renseignements US. Il est aussi le cofondateur de « New Harvest » qui promeut notamment la viande in vitro en remplacement de la viande obtenue par l’élevage d’animaux.
 
Dans son article il évoque plusieurs arguments notamment les mauvais traitements qui sont infligés aux bestiaux dont le marquage au fer rouge, la castration et l’écornage mais aussi le percement des oreilles pour y accrocher les étiquettes de traçabilité. Mais comme on peut difficilement comparer les souffrances des animaux sauvages éventrés ou empoisonnés avec celles des bœufs ou des vaches laitières, l’argument n’est pas celui qui a été retenu par la plupart des auteurs qui ont suivi.
 
L’argument qui a semblé massue est le suivant : dans son raisonnement Davis oublie qu’il faut beaucoup plus de surfaces dans le cas des systèmes herbagers pour produire des protéines animales (viande et lait) que dans un système de culture soja/maïs pour produire la même quantité de protéines. Dans le premier cas, pour produire 1 tonne de protéines issues de la viande, il faut 10 ha ; 2.6 ha pour le lait, alors que dans le second cas, il ne faut que 1ha. En reprenant les chiffres de Davis de 15 animaux tués à l’hectare dans le cas des systèmes de cultures et de la moitié dans les systèmes herbagers, pour les 20 kg de protéines annuelles recommandées pour un adulte, un végan devra tuer 0.3 animal sauvage, un lacto-végétarien 0.39 et un omnivore à la façon Davis 1.5. En appliquant le principe du moindre mal on doit choisir le régime Végan.
 
Il y a un autre point faible dans l’argumentation de Davis que les végans vont mettre en lumière : la différence entre le fait de tuer par accident, involontairement, et celui de tuer volontairement dans un système où tout est organisé en fonction de la fin poursuivie, l’abattage et la préparation des carcasses en viande bouchère. C’est comme si on mettait sur le même plan, les homicides involontaires et les homicides volontaires. Ce qui est tout à fait contre-intuitif et contraire à l’esprit des lois pénales dans la plupart des cas.
 
Le mérite de Davis reste celui d’avoir attiré l’attention sur ces animaux sauvages qui ne sont ni mangeables (au moins dans la culture occidentale), ni chassables, souvent considérés comme des « pestes » et qui sont les oubliés de tous les éthiciens des droits des animaux comme de leurs adversaires. L’existence de ces victimes de la production de céréales/légumineuses qui sont à la base des régimes végétaliens affaiblissent la condamnation des « carnistes » par les végans : pour produire les éléments de base de leur régime, il faut aussi tuer des êtres sentients.
 
Cela ne saurait satisfaire les végans qui aimeraient qu’aucun animal ne soit tué pour leur nourriture. Aussi certains se sont attaqués aux estimations de Davis des 15 animaux tués à l’hectare dans le cas des cultures de légumineuses ou de céréales. Ils recherchent dans les études écologiques ou éthologiques des données ou des résultats  qui leur permettraient d’établir que les travaux agricoles sur les cultures céréalières et légumineuses ne causent la mort que d’un nombre infime d’animaux et notamment de rongeurs. Une étude est très populaire dans leur littérature : « The effects of Harvest on arable wood mice, Apodemus sylvaticus » de T. E. Tew & D. W. Macdonald, Biological Conservation 1993, 65, 279-283. Des 32 souris que les auteurs avaient équipées d’un radiotraceur, une seule a été tuée par les machines lors de la récolte. 17 autres ont été prédatées lorsque le couvert végétal a disparu après la récolte. Certains végans oublient carrément ces dix-sept. Ils ne retiennent que la souris écrasée et estiment qu’il s’agit une mort accidentelle. C’est le cas d’Ophélie Veron dans son ouvrage Planète végane paru en 2017. Des éthiciens végans comme le philosophe australien Andy Lamey (2007) et certains naturalistes protecteurs des rapaces considèrent qu’il ne s’agit là que de phénomènes naturels, et que du point de vue des rapaces, cette récolte qui met le champ à nu est une bonne chose. En fait, en interférant dans des processus naturels et parce qu’il interfère, l’agriculteur est bel et bien responsable de cette prédation : elle a lieu immédiatement après la récolte qui dépouille le champ de sa végétation haute. D’ailleurs l’agriculteur aussi voit d’un bon œil cette prédation qui détruit des rongeurs qui attaquent ses récoltes. Naturalistes de la conservation et agriculteurs choisissent donc entre les espèces que ce soit d’un point de vue « patrimonial » ou d’un point de vue économique, les rapaces seront classés espèces patrimoniales et les souris des pestes. Une classification pour le moins spéciste et anthropocentrique.
 
De plus outre leur intérêt écologique et éthologique, tous les articles cités qu’ils concernent les mulots, les rats des rizières, etc. … cherchent à mieux connaître ces rongeurs dans le but de trouver des moyens pour au mieux de les priver de leur domaine vital lorsqu’il empiète sur les terres agricoles, au pire pour les éliminer plus efficacement en diminuant les risques et en minimisant les coûts. De telle sorte que l’on ne peut plus guère considérer ces morts comme accidentelles. D’où, à nouveau la question : d’un point de vue éthique, tuer une souris pour éviter ses vols de céréales serait-il plus condamnable que de tuer une vache pour la manger ou une chouette par superstition ? Si pour Regan seuls les mammifères adultes d’un an ou plus appartiennent à la communauté morale, ce n’est pas le cas des oiseaux qui ne sont admis au sein de cette communauté qu’au bénéfice du doute. Si d’un autre côté, on considère, comme les végans, qu’il suffit qu’un être soit sentient pour faire partie de cette communauté, alors il est tout aussi blâmable de tuer un quelconque d’entre eux.
 

Les végans croient qu’un régime  végétalien permet de manger sans tuer ou faire souffrir des animaux. C’est faux !
En Australie, c’est un régime omnivore à base de viande bovine et de kangourou qu’il faut préférer d’un point de vue éthique : Mike Archer
 
En 2011 dans un article qui a eu un fort retentissement «Ordering the vegetarian meal ? There’s more animal blood on your hands » paru sur le site The conversation, Mike Archer, un paléontologue et zoologiste australien, défend pour l’Australie une thèse analogue à celle que Steven Davis a argumentée pour les USA. Une première version de cet article intitulée « Slaughter of the singing sentients: measuring the morality of eating red meat. » avait été publiée dans Australian Zoologist. Le texte de The conversation est un peu abrégé et ne cite pas toutes les références de l’article initial publié au format d’une revue scientifique avec comité de lecteurs. Dans la bibliographie de cet article, il ne cite pas l’article de Davis. L’éthicien auquel Mike Archer se réfère n’est plus l’américain Peter Regan mais son compatriote l’australien Peter Singer, le philosophe utilitariste de la « libération animale ».
 
Mike Archer est connu d’un large public pour avoir initié un programme de recherche pour ressusciter par clonage deux espèces endémiques et emblématiques de l’Australie, la grenouille à incubation gastrique, éteinte depuis 1983 et le tigre de Tasmanie dont le dernier sujet est mort en 1936. En 2014, les généticiens australiens travaillant sur ce programme ont réussi à recréer des embryons de grenouilles à incubation gastrique. Mais ils sont tous morts. Malgré cet échec le projet continue et des essais sont menés une fois par an, suivant le cycle de reproduction de la grenouille hôte.
 
Comme l’avait fait Davis dans le cas Tom Regan et des US, Archer a pour but d’établir que du principe qu’il attribue à Singer « si nous pouvons choisir la façon de nous nourrir, nous devons choisir celle qui cause le moins de souffrances inutiles aux animaux », il ne suit pas que le régime des Australiens doit être végan mais omnivore à base de viande rouge de bovins élevés en pâturage extensif sur prairies ou sur des parcours et de viande de kangourou obtenue dans le cadre d’une chasse commerciale soutenable (durable) qui garde l’espèce en bon état de conservation. Il reconnait qu’il y a là comme un paradoxe lorsque l’on sait qu’il faut environ entre deux et dix kilos de végétaux, selon le type de céréales considérées, pour produire un kilo d’animal, ce qu’il ne remet pas en doute.
 
Archer constate qu’en Australie toutes les terres arables défrichées sont utilisées pour produire des aliments végétaux. Il insiste sur le fait que cette mise en culture a été une catastrophe écologique. Le défrichage de la végétation indigène a occasionné la destruction de milliers de plantes et d’animaux autochtones pour produire du riz, du soja, du maïs et autres végétaux. Il écrit : « Depuis que les Européens arrivèrent sur ce continent, nous avons perdu plus de la moitié d’une végétation indigène endémique, principalement pour augmenter la production de monocultures d’espèces introduites pour la consommation humaine. » Et c’est cette végétation et les animaux sauvages autochtones qu’il faut préserver. Mais si tous les australiens devenaient végétaliens, il faudrait, selon lui, encore augmenter les surfaces agricoles de façon très importante ou augmenter à coup d’engrais et de pesticides la productivité et le rendement des terres déjà cultivées pour satisfaire la demande en végétaux. Deux solutions inacceptables d’un point de vue écologique.
 

Archer souligne qu’en comparaison en Australie l’élevage est beaucoup moins néfaste que l’agriculture céréalière. C’est un élevage extensif qui se déroule sur des écosystèmes primaires qu’il ne détruit pas, même si par endroit, il peut entraîner des dommages significatifs à la couverture végétale. Ces zones de pâturage ne sont pas adaptées à la culture. Cet élevage est la seule façon de les utiliser pour en obtenir de la nourriture. En Australie, elles couvrent 70% du territoire. Cet élevage produit les deux tiers des bovins tués. Très peu sont « finis » avec des suppléments de céréales et seulement 2% sont nourris aux céréales dans des parcs d’engraissement. Il résulte de cela que d’une part l’élevage n’entre pas en compétition avec la production de céréales pour la nourriture humaine et que d’autre part son bilan écologique est incomparablement supérieur à l’utilisation des sols pour l’agriculture, notamment en ce qui concerne la préservation des écosystèmes autochtones et de la végétation endémique de l’Ile. En outre la chasse commerciale au Kangourou fournit aussi une viande de bonne qualité et les kangourous n’endommagent pas les sols fragiles par piétinement comme le font les bestiaux.
 
Archer estime que la mise en culture des prairies pour produire des céréales ou des légumineuses  a entrainé un véritable massacre d’êtres vivants, plantes et animaux sauvages qui ne seraient peut-être pas tous reconnus comme sentients mais parmi eux il y en a qui le seraient indubitablement. Toutefois à la différence de Davis, ce n’est pas à un décompte de ces animaux qui sont des victimes collatérales de travaux agricoles tuées de façon non intentionnelle qu’Archer va s’attacher. De ce fait, il évite les discussions sans fin sur la question de savoir si l’on doit compter comme animal tué pour produire de la nourriture les animaux écrasés par un tracteur, hachés par une moissonneuse-batteuse, ou prédatés suite à une récolte ou un labour. Ce qu’Archer met en avant c’est la destruction des milieux naturels et des écosystèmes associés par l’utilisation agricole des sols. Ce qui est indiscutable et doit être pris en compte dans nos choix de nourritures.
 
Il va s’en tenir aux pertes des souris des champs lors des épisodes de pullulation. Dans ces épisodes qui se reproduisent tous les quatre ans, on compte 500 à 1000 souris par ha. 80% sont tuées par empoisonnement. Ce qui fait une moyenne d’au moins 100 souris/ha/an de tuées empoisonnées (500/4 x 0.80).
 
Archer calcule ensuite combien de protéines disponibles sont produites à l’hectare en blé. On obtient en Australie pour un rendement moyen de 1.4 tonnes/ha, 13% de protéines utilisables. Sur cette base il faut 0.55 ha pour obtenir 100 kg de protéine végétales utilisables. Donc 55 souris au moins (100 x 0.55) sont tuées pour obtenir cette quantité de protéines. Pour une même quantité de protéines il fallait abattre 2.2 bovins. Donc il faut tuer 25 fois plus d’animaux pour les obtenir à partir de végétaux  que pour les obtenir à partir de viandes animales.
 
On voit qu’en procédant de cette façon, Archer ne peut pas être accusé de ne pas prendre en compte le nombre d’hectares nécessaires pour produire des céréales ou de la viande bovine. D’ailleurs dans le cas d’élevages extensifs sur parcours, l’estimation des surfaces parcourues par les troupeaux n’aurait guère de sens. Une objection du type de celle que Mathenay adressait à Davis ne serait donc pas pertinente.
 
Dans son calcul Archer traite de la même façon, accorde autant de considération à une souris qu’à une vache.  Revient alors la question récurrente : tuer une souris, est-ce aussi condamnable, moralement parlant, que de tuer une vache ?
 
On aurait tendance à répondre non. Mais si l’on adopte le point de vue d’une éthique animale, il n’y a pas lieu de faire de différence entre les deux sur la base de leur appartenance spécifique ou de l’intérêt qu’elles ont pour nous. Si nous le faisions, nous ferions preuve de spécisme, un défaut moral aussi condamnable que le racisme aux yeux des éthiciens de philosophie animale.
 
Tout être  sentient (sensible) en tant qu’être sentient mérite une même considération que n’importe quel autre être sentient. C’est pourquoi Archer va s’efforcer d’établir 1° : que les souris des champs sont des êtres sentients. Elles éprouvent des sentiments, communiquent entre elles en chantant des chants personnalisés de structures complexes, notamment des chants d’amour, chants que nous ne pouvons entendre car ces vocalises se situent dans la gamme des ultrasons. Les jeunes appellent leurs mères en émettant aussi des chants.  Donc en tant qu’être sentient, une souris est l’égal de tout autre être sentient, donc d’une vache. Il n’est ni plus ni moins moral de tuer une vache qu’une souris. 2° il estime que les souris, êtres sentients, souffrent beaucoup plus lorsqu’elles meurent empoisonnées alors que ce n’est le cas ni des bovins s’ils sont abattus selon les règles, ni des kangourous s’ils sont tués par de bons tireurs conformément aux instructions. Les souris sont empoisonnées. « Du point de vue du bien-être, ces méthodes de tuer sont parmi les moins acceptables ». Quant aux jeunes souriceaux, lorsque leur mère est tuée, ils sont condamnés à mourir de faim et de déshydratation dans une longue agonie bien qu’ils aient « chanté de tout leur cœur pour appeler leur mère, lui dire de revenir à la maison ».

Les végans croient qu’un régime  végétalien permet de manger sans tuer ou faire souffrir des animaux. C’est faux !
En résumé il faut tuer et tuer salement avec beaucoup de souffrances pour produire des céréales et des légumineuses, base du régime végan. Archer peut alors conclure que pour un Australien « Remplacer la viande rouge par des céréales conduirait à la mort de beaucoup plus d’animaux sentients (sensibles), une souffrance animale beaucoup plus grande et entrainerait significativement plus de dégradations environnementales. Des protéines obtenues à partir de bétails élevés à l’herbe coûtent bien moins de vies par kilogramme : c’est un choix qui est plus humain, plus éthique et bénéfique à l’environnement. » Le régime qu’il juge le plus éthiquement correct est donc à base de viande rouge obtenue à partir de bêtes issues d’élevages herbagers, de chasses commerciales écologiquement responsables de kangourous. 
 
Inutile de dire que les végans ont réagi avec une grande vigueur à cet article. Mais la plupart de leurs critiques –  quand elles ne sont pas ad hominem et donc irrecevables – sont hors sujet. Elles se fondent sur l’état de l’élevage envisagé au niveau mondial, alors qu’Archer s’en tient au cas de l’Australie qui est bien spécifique. Ce type de critiques assez redontantes constitue l’essentiel des « réfutations » de Patrick Moriarty 2012, Garry Francione  2013, All Animals Australia  2014, ... Ces critiques tombent dès lors que le propos est bien restreint à la situation en Australie qui est d’ailleurs tout à fait originale. Il y a bien quelques passages de l’article d’Archer qui pourraient laisser penser que ce dernier croit son analyse généralisable, notamment lorsqu’il cite George Monbiot, Simon Farlie et Lierre Keith. Le titre de la version publiée sur le site The conversation peut aussi porter à confusion. Mais dans l’ensemble il prend soin de rapporter son propos à l’Australie.
 
Il y a une leçon importante à tirer de cette absence de pertinence des critiques que l’on vient d’évoquer et qui sont hors sujet : d’une manière générale, le contexte et les situations sont très différentes d’une région du monde à une autre. C’est vrai pour les rendements des cultures de céréales et de légumineuses qui varient aussi d’une année sur l’autre et parfois de façon significative. C’est vrai aussi pour les changements d’occupation des sols. La déforestation en Amérique du Sud n’a pas son équivalent en Europe où l’on assiste à une tendance contraire. Ce qui menace les forêts en Europe, c’est l’exploitation du bois dans le cadre d’une transition énergétique. En France l’élevage bovin pour la viande et le lait est principalement herbager. C’est vrai pour les pullulations de rongeurs. En France par exemple, les prairies sont victimes de pullulations de rats taupiers et les régulations par empoisonnement sont catastrophiques pour les populations de milans royaux. Par contre les pullulations de souris dans les champs de blé ou de maïs sont plus rares. Bref, en matière d’élevage et de cultures, un raisonnement à l’échelon planétaire doit être conduit avec prudence en dépit de la mondialisation des échanges commerciaux.
 
En lisant les autres critiques qui sont formulées par ces auteurs, on en arrive à se demander s’ils  ont lu l’article qu’ils prétendent critiquer. Par exemple All Animals Australia reproche à Archer de ne pas prendre en compte l’érosion des sols due au pâturage alors qu’il le prend en compte et recommande de mieux utiliser la viande issue de la chasse commerciale aux kangourous qui « ont le pied léger ».
 
Lorsque Francione reprend la ritournelle selon laquelle les céréales sont cultivées principalement pour nourrir les bovins, il ne semble pas avoir lu l’article. De même lorsqu’il déclare que dans un monde végan le problème des pullulations de rongeurs ne se poserait pas avec une telle ampleur parce qu’il y aurait moins de quantité de céréales produites et que l’on trouverait des meilleures solutions respectueuses de la vie des animaux. Si comme c’est le cas en Australie les bovins ne consomment que très peu de céréales, étant élevés conformément à leur nature, c’est-à-dire avec de l’herbe, ce n’est pas moins de céréales qu’il faudrait dans une Australie végane, mais plus.
 
Si Francione a vraiment lu l’article, il ne l’a pas compris parce qu’il semble ne pas pouvoir s’abstraire de sa vision de bétails nourris à l’américaine avec des céréales dans des parcs d’engraissement. Enfin quant aux méthodes respectueuses de la vie des animaux pour faire face à ces pullulations, on aurait aimé en savoir un peu plus. Ainsi invoquées, elles ne sont qu’une façon de refuser de prendre en considération le problème, problème très gênant pour un végan qu’il préfère évacuer par un effet de rhétorique creux. C’est assez pitoyable de la part d’un philosophe, figure de proue d’un véganisme abolitionniste qui se veut sans concession.
 
Sur quelques points Archer semble un peu trop optimiste comme sur le respect des règles de bien-être animal et des chartes de bonnes pratiques. Par exemple pour ce qui concerne la chasse commerciale du kangourou, il semblerait, si l’on en croit All Animals Australia 2014, que les choses ne se passeraient pas aussi bien sur le terrain avec dans certains cas des animaux seulement blessés et des femelles accompagnées tuées et leurs jeunes abandonnés à eux-mêmes. Il en va sans doute de même en ce qui concerne l’abattage des bovins dans les abattoirs où en Australie pas plus qu’ailleurs les règles pour éviter toute maltraitance ne sont pas toujours respectées.
 
Ceci nous conduit à envisager la question de la souffrance : il est difficile de comparer et de décider dans le cas d’espèce si l’agriculture entraine plus de souffrances pour les souris que l’élevage herbager pour le bétail ou la chasse commerciale pour les kangourous. Marquages au fer rouge, écornages (si c’est le cas), castrations sont le lot des bestiaux mais pas celui des kangourous, ni des souris. Bref, le débat peut être sans fin. Bien que les vaches et les broutards souffrent de tous ces maux, que leur existence est brève, il est difficile d’affirmer que leur vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue. La vie sauvage recèle d’autres expériences et aléas aussi douloureux…
 
In cauda venenum : JF D
 

Certes l’Orégon n’est pas l’Australie et l’Australie n’est pas l’Europe. Ce qui vaut pour l’un ne vaut pas pour les autres. Mais il y a tout de même un point important qui ressort des débats autour des articles de Stephen Davis et Mike Archer, c’est que pour produire les éléments de base d’un régime végétarien, il faut tuer et faire souffrir des animaux, notamment des rongeurs, de taupes et des oiseaux comme les corbeaux, les pigeons ou les étourneaux sans compter les limaces et quantités d’insectes ravageurs que les végans et les philosophes animalistes ont tendance à oublier. Ceux qui penseraient que cela est dû aux grandes cultures seraient contredits par tous ceux qui cultivent un lopin de terre ou un potager en autoproduction. Même la permaculture n’échappe pas à cette nécessité que ce soit directement ou par l’intermédiaire de carnivores. C’est tout simplement parce que c’est une loi de la nature.
 
C’est cela qui explique en fin de compte la virulence des végans militants et de leurs idéologues. Tout d’abord, il leur est difficile d’admettre que les aliments qu’ils cuisinent et mangent ne peuvent pas être produits sans souffrance et qu’il faut que des animaux soient tués volontairement. Ensuite la mise au grand jour et le rappel de ces tueries et de leur cruauté abolissent la différence éthique qui pouvait sembler exister entre leur végétalisme et l’omnivorisme ordinaire de la plupart des gens, ou ceux spéciaux préconisés par Steven Davis pour les US ou Mike Archer pour l’Australie. Pour décider du meilleur choix non seulement en terme d’éthique animale, mais aussi en terme d’éthique environnementale, il faut procéder au cas par cas, recourir au principe du moindre mal et les résultats ne sont pas toujours ceux que l’on attend. La belle simplicité de la propagande végane se révèle alors pour ce qu’elle est : de la propagande et de l’endoctrinement.
 

o00o  Références  o00o
 
All Animals Australia,  2014 « Debunking “Ordering the vegetarian meal? There’s more animal blood on your hands.” » https://allanimalsaustralia.wordpress.com/2014/11/12/debunking-ordering-the-vegetarian-meal-theres-more-animal-blood-on-your-hands/
 
Archer M., 2011 « Slaughter of the singing sentients: measuring the morality of eating red meat. »,  Australian Zoologist: 2011, Vol. 35, No. 4, pp. 979-982.
 
 Archer M., 2011b « Ordering the vegetarian meal? There’s more animal blood on your hands » https://theconversation.com/ordering-the-vegetarian-meal-theres-more-animal-blood-on-your-hands-4659
 
Davis S.L., 2003 « The Least Harm Principle May Require that Humans Consume a Diet Containing Large Herbivores, Not a Vegan Diet » Journal of Agricultural and Environmental Ethics (2003) 16, n°4 : 387. https://doi.org/10.1023/A:1025638030686
 
Francione  G., 2013 « Vegetarianism: less grain for cattle, fewer animals killed in grain fields » http://www.abc.net.au/radionational/programs/scienceshow/vegetariansim3a--less-grains-for-animals2c-less-animals-kille/4679802#transcript
 
Lamey A. 2007 « Food Fight! Davis versus Regan on the Ethics of Eating Beef (August 25, 2008) ». Journal of Social Philosophy, Vol. 38, No. 2, pp. 331-348, Summer 2007. Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=1253172
 
Matheny G,. 2003 « Least Harm: A Defense of Vegetarianism from Davis’s Omnivorous Proposal »
Journal of Agricultural and Environmental Ethics 16, no. 5 (2003): 509
 
Moriarty P., 2012 « Vegetarians cause environmental damage, but meat eaters aren’t off the hook » https://theconversation.com/vegetarians-cause-environmental-damage-but-meat-eaters-arent-off-the-hook-6090
 
 

Lundi 15 Janvier 2018 Commentaires (7)

A supposer que le véganisme ne soit pas supérieur à d’autres règles de vie tant d’un point de vue écologique que diététique, cela rendrait la tache de le faire adopter plus ardue, mais cela ne remettrait nullement en cause ses règles vie et leur fondement éthique. Le véganisme est avant tout un style de vie découlant d’une éthique. Ce sont les fondements de cette éthique qu’il s’agit de questionner dans cet article.


Je compte montrer qu'une éthique végane est incapable de justifier les limites de la communauté morale, c’est-à-dire de fournir un critère discriminatif permettant de séparer les entités vivantes entre d’un côté celles envers lesquelles nous avons les mêmes devoirs que ceux que chacun de nous à vis-à-vis d’autrui (c’est-à-dire les autres humains) et ceux qui n’ont qu’une valeur instrumentale. Cette impossibilité a des conséquences catastrophiques pour cette éthique. Il ne s’agit pas de critiquer ceux qui ont choisi ce style de vie et les règles de conduite qu’il implique tant que cela ne dépasse pas les limites d’un choix personnel. Par contre il s’agit de montrer que les végans militants qui tentent d’imposer aux autres leur choix par la persuasion et peut-être un jour par la force ou par la loi ne sont nullement fondés à le faire.

Pourquoi est-il important pour une éthique végane de justifier une frontière bien nette entre les êtres vivants qui appartiennent au règne animal et ceux qui appartiennent à un autre règne, notamment le règne végétal ? Tout simplement parce qu’il faut que soit justifié que l’on puisse utiliser ces derniers, eux ou leurs produits pour nos usages, notamment les tuer pour les manger, ou les exploiter en utilisant leurs produits sans contrepartie, en ne leur attribuant de valeur qu’instrumentale en tant qu’ils nous sont utiles.
 
Les ricanements et les plaisanteries du style « Tu as déjà entendu crier la carotte quand on la coupe » ne sont pas de mise. Ils témoigneraient au mieux de l’ignorance, au pire de l’esprit borné de ceux qui s’en gargarisent. Je citerai donc à leur intention ce texte de John Stuart Mill qu’un des philosophes les plus importants dans le domaine de l’éthique animale, théoricien et défenseurs des droits des animaux, Tom Regan a mis en exergue de son ouvrage princeps en la matière « Tout grand mouvement doit faire l’expérience de trois étapes : le ridicule, la discussion, l’adoption » mais qui est aussi très pertinent dans le contexte.

A la racine du véganisme, une ontologie populaire non questionnée.
 
Quel statut attribuons-nous spontanément aux plantes herbacées, aux buissons, arbustes et arbres qui nous entourent dès que nous quittons les espaces urbanisés ? Nous ne les considérons pas comme des entités constituées de matière inerte comme les cailloux du chemin, ces choses sont vivantes. Elles ne sont pas des machines et nous le savons bien mais nous les considérons un peu comme des machines réagissant machinalement aux stimuli de leur environnement. Ceux qui s’en soucient le moins les perçoivent même comme des choses inanimées. Nous leur refusons toute vie psychique, toute mémoire et toute intelligence parce que nous savons qu’elles n’ont ni cerveau, ni système nerveux. N’ayant ni l’un, ni l’autre elles ne peuvent éprouver de douleur, elles ne peuvent souffrir pensent la plupart des gens.

Ce n’est pas le cas du merle que notre présence a surpris et qui s’envole avec un cri moitié de colère moitié d’effroi, du moins l’interprétons nous ainsi. Si nous avons entendu parler de la théorie de l’animal machine, nous la trouvons tout à fait saugrenue en notre for intérieur : ce merle peut souffrir de même que cette vache qui mâchouille paisiblement dans le pré en nous regardant de ses grands yeux rêveurs. Nous la jugeons pas très intelligente – et nous avons sans doute tort ; mais intelligente tout de même – et nous avons raison.
 
C’est finalement sur cette base que va s’édifier l’éthique animale végane ou non. Les entités vivantes se répartissent en deux catégories. Il y a celles qui ont la capacité de ressentir, d’avoir des expériences, et donc au moins d’éprouver de la douleur, les êtres sensibles, « sentients » selon ce mot anglais aujourd’hui sans équivalent dans notre langue mais qui correspond assez bien à un des sens qu’avait le mot « sentiment » dans la langue classique et qu’il a perdu depuis. Il y a celles qui ne sont pas des êtres sensibles, sentients. Elles ressemblent aux cailloux par exemple qui ne sont pas sensibles, mais s’en distinguent parce que les cailloux ne sont pas vivants. Telle est l’ontologie populaire non questionnée qui est le socle de toutes ces éthiques.

La sentience
 
La première pierre de la construction d’une éthique animale sur ce socle a été posée par Rousseau lorsqu’il écrit dans ce passage souvent cité du Discours sur l’origine et le fondement de l’inégalité parmi les hommes : « Si je suis obligé de ne faire aucun mal à mon semblable, c’est moins parce qu’il est un être raisonnable que parce qu’il est un être sensible : qualité qui, étant commune à la bête comme à l’homme, doit au moins donner à l’une le droit de n’être point maltraitée inutilement par l’autre » La bête ayant le droit de ne pas souffrir, nous avons le devoir de ne pas la maltraiter inutilement. Ainsi les animaux peuvent avoir des droits. En fait les philosophes contemporains qui se sont occupés d’éthique animale étant de langue anglaise, ils se réfèrent plutôt à Jeremy Bentham qui affirme : « la question n’est pas : peuvent-ils raisonner ? ni : peuvent-ils parler ? mais : peuvent-ils souffrir ? » Savoir si un être X peut ou non souffrir fait partie de ces questions qui, en droit au moins et en dernière instance, devraient pouvoir être tranchées par l’expérience, l’observation. Par contre, la question de savoir si la possibilité de souffrir possédée par un être fait de lui un membre de la communauté morale, une entité vis-à-vis de laquelle nous avons des devoirs ne peut pas être tranchée par l’observation, l’expérience. C’est une évaluation. Elle n’est pas gratuite pour autant mais repose sur ce que nous pensons être bien ou mal. Et qui pourrait affirmer que ce n’est pas mal de faire souffrir un être inutilement ?
 
Je ne m’attarderais pas sur l’éthique animale de Peter Singer même s’il a mis l’accent sur la sensibilité car il accepte l’utilisation des animaux et de leurs produits dans certaines conditions, ce qui rend cette éthique incompatible avec le véganisme.
 
La distinction entre agent et patient moral ; la valeur inhérente
 
L’éthique végane doit à Tom Regan deux choses : la distinction entre agents et patients moraux et la notion de valeur inhérente. Pour surmonter les éthiques qui excluent les animaux de la communauté morale parce qu’ils n’ont pas la capacité de distinguer et de choisir entre le bien et le mal, Tom Regan établit une distinction entre agent moraux et patients moraux. Les agents moraux ont cette capacité et peuvent agir en connaissance de cause tandis que les patients moraux ne l’ont pas.  Alors que les humains sont à la fois agents et patients moraux, les animaux ne sont que des patients moraux, mais ils ont néanmoins une « valeur inhérente » comme les agents moraux, c’est-à-dire une valeur qu’ils possèdent en eux-mêmes en tant que tels et indépendamment de leur utilité ou l’intérêt qu’ils peuvent avoir pour les autres comme c’est aussi le cas de ces patients moraux que sont les enfants en bas âge et certains adultes « arriérés mentaux ». Les animaux font partie de plein droit de la «communauté morale» en tant que détenteurs de cette valeur inhérente. Dans un vocabulaire de style kantien plus familier au lecteur français, on dirait que l’on ne peut les traiter comme de simples moyens car ce sont des fins en soi comme le sont les personnes humaines.

Pour être patient moral, il suffit d’être « le sujet d’une vie » selon Regan. Les être vivants reconnus tels seront ceux qui selon les termes même de Regan sont capables de percevoir et de se souvenir ; d’avoir des croyances, des désirs et des préférences ; d’être capables d’agir intentionnellement à la poursuite de leurs désirs ou de leurs buts ; qui sont sensibles et possèdent une vie émotionnelle ; qui ont un sens du futur, y compris un sens de leur propre futur ; qui ont une identité psychophysique au cours du temps ; et qui ont un bien-être individuel dérivé de l’expérience qui est logiquement indépendant de leur utilité pour les autres et des intérêts que leur portent les autres. Remplir cet ensemble de conditions et les remplir toutes suffit pour être un patient moral.

Selon Regan, les animaux qui sont ainsi reconnus comme patients moraux de plein droit et donc membres de communauté morale sont les mammifères adultes de un an ou plus. Les oiseaux, les poissons et les grenouilles ne le sont qu’au bénéfice du doute selon sa propre expression.
 
Le critère « être-le sujet –d’une-vie » n’est pas satisfaisant pour fonder les règles de vie végane. Pour les végans, la démarcation que l’on peut tracer à partir du critère « être sujet d’une vie » serait à la fois trop restrictif à certains égards et trop large à d’autres.  Pour un végan tous les animaux doivent être respectés et sont porteurs d’une valeur inhérente qui les rend égaux aux humains d’un point de vue moral. Or, en considérant les oiseaux, les poissons ou les batraciens comme n’étant des sujets-d’une-vie qu’au « bénéfice du doute », Regan établit une hiérarchie entre espèces animales qui n’est pas compatible avec le véganisme qui rejette indistinctement toute utilisation de produits animaux quel que soit l’animal considéré. Que l’on songe par exemple au refus des végans de consommer du miel. Pour les végans tous les animaux doivent être respectés, mais seulement eux. Or, Regan ménage la possibilité que des entités non animales puissent avoir une valeur inhérente sans que le critère «être-le-sujet-d’une-vie » soit satisfait. Il n’est pas une condition nécessaire d’attribution de cette valeur. De ce fait, ce critère est trop large pour un végan.
 
Une éthique végane : Gary Francione
 
Gary Francione est le philosophe qui a développé une éthique animale végane. Il est lui-même végan militant. Critique sévère des positions de Singer, Francione n’est pas utilitariste. Il s’inscrit plutôt dans le cadre du « déontologisme » comme Tom Regan. Mais sa théorie est à la fois plus simple et plus radicale. Nous n’avons aucun droit moral à nous approprier des animaux non-humains pour quelque raison que ce soit. Tous sont dotés de « sentience ». Cela suffit pour les reconnaître comme membres à part entière de « la communauté morale » et que s’applique alors à leur égard un principe « d’égale considération des intérêts  » qui ne souffre pas d’exception ou plutôt qui ne devrait pas en souffrir. Pour Francione cette égale considération des intérêts n’est jamais appliquée. Elle est biaisée dans les faits, au détriment des animaux à cause de leur statut de bien appropriable, même s’ils ne sont plus reconnus comme des simples biens meubles.
 
Francione critique la « théorie de la similitude des esprits » qui ne pourrait conduire au mieux qu’à instaurer de nouvelles hiérarchies au sein du monde animal sans être profitable le moins du monde aux animaux car «l’ennui avec ce jeu des caractéristiques particulières, c’est que les non-humains ne peuvent jamais gagner. » Francione prend l’exemple des perroquets dont l’éthologie cognitive a mis en évidence la capacité à former une pensée abstraite. « Sitôt attestée la capacité des perroquets à comprendre et à manipuler des nombres à un seul chiffre, nous voilà déjà en train d’exiger qu’ils en fassent autant avec des nombres à deux chiffres » (2006, Tf. p.205). C’est la même chose en ce qui concerne les chimpanzés et le langage, etc.
 
Francione montre l’arbitraire qu’il y a à vouloir attacher la valeur morale à une « caractéristique cognitive » quelconque « située au-delà de la simple sensibilité » en reprenant le cas des humains qui souffrent de « déficience mentale aggravée ». De plus quelle que soit la caractéristique choisie, elle varie de façon importante d’un individu humain à un autre « allant d’une simple différence de degrés à l’absence totale de la dite caractéristique ». En fin de compte il n’y a pour lui « qu’une seule manière de prendre vraiment au sérieux les intérêts des êtres non humains – et c’est de reconnaître que la sensibilité est le seul critère pertinent de considération morale » (2006, p.219).
 
Dans cette théorie, à la différence de celle de Regan, la frontière de la communauté morale est nette. Les êtres sentients sont du bon côté, les autres du mauvais. De plus pour Francione, tous les êtres sentients appartiennent au règne animal et à quelques exceptions près comme les éponges tous les membres du règne animal sont des êtres sentients. Les végétaux ne sont pas des êtres sentients et sont exclus de la communauté morale. Pour un végétaliste éthique, ce point est capital et ce type de végétalisme est un pilier du véganisme. Il est moralement condamnable de tuer des animaux et de manger leur chair. Comme il faut qu’une éthique n’induise pas des règles inapplicables, que nous dépendons et dépendrons longtemps encore de produits élaborés par des êtres vivants au moins pour nous nourrir même si cet état de chose est contingent dans l'absolu, il est constitutif de notre nature, il en résulte qu’il faut que nous soit moralement permis de manger certains d’entre eux ou les utiliser eux ou leurs produits, à savoir ceux qui ne font pas partie de la communauté morale parce qu’ils ne sont pas sentients : les plantes herbacées, les arbustes, les arbres et leurs produits.
 
S’il advenait que l’on puisse établir que les végans et les philosophes végans se trompent et qu’abusés par les apparences, ils aient cru à tort que les végétaux n’étaient pas sentients alors qu’en fait la plus part le seraient, ce qui serait d’abord remis en cause, ce n’est pas le critère qui permet de déterminer l’appartenance à la communauté morale, c’est la façon dont on l’a appliqué. Dans l’hypothèse où les êtres du règne végétal seraient reconnus comme sentients, la communauté morale devrait les englober. Le végétalisme ne serait plus éthique et de ce fait l’éthique végane deviendrait inapplicable. Pour éviter d’en arriver là, on pourrait être tenté de remplacer le critère de sensibilité par un critère plus restrictif mais on tomberait alors dans des valorisations arbitraires de telles ou telles aptitudes, un arbitraire que Francione lui-même a brillamment mis en évidence.
 
Bien qu’elle concerne des questions sur ce qui doit être et non sur ce qui est, que l’on ne puisse pas inférer le premier à partir du second, l’éthique animale de Francione et les règles de vie véganes qu’elle fonde peuvent être rejetées pour des motifs empiriques car c’est bien une question de fait que celle de savoir si les végétaux et notamment ceux que nous mangeons et dont nous utilisons les produits sont ou non pourvus de sensibilité. Si la réponse était positive, alors l’éthique animale végane serait mal en point. Or la réponse est positive comme le prouve abondamment les avancées contemporaines dans le domaine du comportement des plantes.
 
D’un pur point de vue philosophique et épistémologique, il est intéressant de remarquer que les éthiques véganes, le végétalisme éthique, le végétarisme éthique sont sensibles à une réfutation empirique, sans que soit transgressé le principe issu de Hume d'impossibilité de dériver ce qui doit être de ce qui est.
 
Ce que montrent les recherches actuelles sur le comportement des plantes
 
Tout d’abord les plantes savent distinguer le moi/du non moi selon la terminologie utilisée dans les articles consacrés à ce sujet, elles ont conscience de leur corps dans l’espace sinon elles ne pourraient pas pousser droit comme l’on brillamment démontré les chercheurs du PIAF –Laboratoire de Physique et Physiologie Intégratives de l'Arbre Fruitier et Forestier de l’INRA et de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Ils ont découvert que « les plantes ne peuvent pas maintenir leur port érigé à l’aide de la seule perception de leur inclinaison par rapport à la gravité. Il faut leur adjoindre une perception continue de la propre courbure de leurs tiges et une tendance à la rectification de celle-ci. Il s’agit ainsi d’un phénomène de proprioception, comparable à ce que l’on rencontre chez les animaux et les humains et qui permet aux organismes d’avoir le sens de leur forme et de leur mouvement » ; autrement dit, une certaine conscience de leur propre corps. 
 
On a montré qu’elles avaient une perception fine de leurs entours. Agressées par un prédateur elles réagissent. Selon les espèces, elles peuvent envoyer des messages olfactifs aux insectes carnivores qui sont des prédateurs de ceux qui les rongent ou se rendre immangeable pour les mammifères qui attaquent leurs feuilles et même en faire des poisons mortels tout en prévenant les autres membres de leur espèce poussant dans le secteur en émettant des COV. Comme le souligne František Baluška, un des biologistes qui fait autorité dans le domaine du comportement des plantes : « If you don’t feel pain, you ignore danger and you don’t survive. Pain is adaptive. » (in Pollan, 2013) Il ne fait pas de doute que, comme sans doute tous les êtres vivants, les plantes peuvent éprouver de la douleur, c’est-à-dire par définition souffrir au sens premier du terme. Les plantes, y compris les plantes annuelles, ont des stratégies pour maximiser leur bien-être, subvenir à leurs besoins, se défendre des prédateurs, se reproduire. Elles peuvent se projeter dans un futur proche, elles peuvent apprendre et elles ont une mémoire très différente de la nôtre mais une mémoire tout de même. (Trewavas 2003, 2014, Hall 2011, Pollan 2013, Mancuso et al. 2015, Thellier 2015, Wohlleben 2015, Hallé 2016, etc.)
 
La découverte de ces capacités chez les plantes posent le problème des structures et processus qui les sous-tendent, les plantes n’ayant ni système nerveux spécialisé, ni cerveau. Cela reste pour l’heure en grande partie inconnu et objet d’hypothèses controversées. Ce qui est certain, c’est que les plantes ont une activité électrique et qu’elles sont capables de produire et d’émettre des signaux électriques. Il se pourrait que l’on ait là comme un cerveau diffus alors que celui des animaux est concentré en un seul organe. On pense aussi que les liquides circulants, phloème et xylème, jouent un rôle mais il reste à définir. Un vaste champ de recherches est ouvert mais comme le souligne Bruno Moulia le sujet n’est pas facile parce que les végétaux ont ceci de particulier qu’ils assurent de nombreuses fonctions avec les mêmes tissus. Cela n’a rien d’étonnant, après tout. Tout le monde « savait » ou du moins « croyait savoir » que les animaux pouvaient souffrir bien avant que l’on connaisse la physiologie de la douleur qui n’est d’ailleurs pas aussi bien connue que cela.
 
Il reste qu’il est contre-intuitif de concevoir les plantes comme des entités sensibles (sentientes) parce que certains de leurs mouvements sont tellement lents que nous ne les voyons pas (sauf en accéléré), qu’une partie essentielle de leur organisme est souterrain et donc nous est imperceptible, que nous ne sentons pas la plupart des odeurs qu’elles émettent et que celles que nous sentons, nous n’en saisissons pas le sens, etc. Bref, c’est contre-intuitif parce que nous ne savons pas lire leur comportement comme nous croyons savoir lire les comportements de certains animaux même très différents de nous, notamment ceux exprimant la douleur. Au sujet d’un ver de terre se tortillant au bout d’un hameçon, il nous est difficile de ne pas croire qu’il souffre même si nous ignorons à quoi peut ressembler la souffrance d’un ver de terre et même si cet être vaguement répugnant pour beaucoup ne nous inspire qu’une compassion minimale, voire pas de compassion du tout.
 
Comme il est difficile de douter de la capacité à souffrir d’un animal, la théorie des animaux machines parait absurde. Mais supposons que l’on ait de très bonnes raisons dérivées de théories solidement fondées de considérer que les animaux ne puissent pas être sentients, il pourrait être rationnel d’estimer que lorsqu’un chien blessé gémit, il ne s’agit pas vraiment de douleur mais que nous le croyons à cause d’une projection anthropomorphique spontanée due à l’analogie de son comportement avec nos propres comportements. Nous saurions qu’il ne souffre pas mais nous continuerions à avoir l’illusion du contraire.
 
Dans le cas des plantes, c’est exactement l’inverse. Nos croyances spontanées s’opposent à l’idée qu’une plante puisse être un être sensible, même si nous avons des preuves expérimentales contraignantes. Rejetant Descartes et sa théorie de l’animal machine non sentient, il est cocasse de constater que les végans sont contraints de défendre contre vents et marées une théorie qui ressemble fort à celle de la plante machine qui a toutes les chances d’être fausse.
 
Les éthiques animales véganes sont un spécisme zoocentrique
 
La caractérisation du zoocentrisme comme la défense des droits et intérêts des animaux face aux humains devrait être modifiée dès que l’on reconnait que les plantes sont des êtres sensibles (sentients). Il doit être considéré comme une forme de spécisme qui consiste à privilégier les intérêts et droits de la plupart des membres des espèces animales avec une préférence pour les mammifères humains compris , les oiseaux et les poissons au détriment de ceux des autres êtres vivants et donc des plantes. Les éthiques véganes, végétalienne éthiques et végétariennes éthiques sont zoocentristes.

Il est d’ailleurs remarquable que l’éthique animale qui est parfaitement en adéquation avec le véganisme, celle de Francione, soit aussi radicalement zoocentriste dans le sens rectifié de ce concept. Tous les arguments que Francione emploie pour faire des animaux des membres à part entière de la communauté morale s’appliquent tous aux plantes dès que l’on admet que ce sont des êtres sensibles, ce qu’il refuse ! Elles en seront membres de plein droit car « Il n’y a qu’une seule manière de prendre au sérieux les intérêts des êtres non humains – et c’est de reconnaître que la sensibilité est le seul critère pertinent de considération morale » (2006, tf. p. 219).

Francione critique la théorie de « la similitude des esprits » en ce qu’elle commet « une pétition de principe morale en ce sens qu’elle présuppose que nos aptitudes sont moralement d’une plus grand valeur que leurs aptitudes. Bien entendu, rien ne justifie une telle assertion si ce n’est le fait que c’est nous qui le disons et qu’il est de notre intérêt de le faire » (2006, Tf., p.208, souligné par l’auteur). Évidemment dans ce texte, « leurs aptitudes » renvoie à celles des animaux et eux seuls. Or pourquoi ne serait-ce pas le cas pour tous les êtres vivants sensibles ? Les plantes ont des aptitudes qu’aucun animal (nous compris) ne possède : percevoir les nuances de rouge dans la lumière qu’ils reçoivent, ou bien encore cette aptitude récemment découverte consistant dans la capacité d’une plante de percevoir son inclinaison par rapport à la gravité sans se laisser perturber par l’intensité des forces liées aux poids et accélérations, ce dont nous sommes incapables et sans doute beaucoup d’animaux avec nous compte tenu des structures anatomiques et des processus physiologiques sous-tendant cette aptitude (Cf. Chauvet et al. 2016, et une présentation de leur résultats sur le site de l’INRA ici : http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/Le-tour-de-force-perceptif-des-plantes-pour-se-maintenir-a-la-verticale). Francione restreint arbitrairement son argument aux seuls animaux et en exclut les plantes parce que « c’est nous – Francione et les végans – qui le disons et qu’il est de notre intérêt – Francione et les végans – de le faire ». 
 
La plante a conscience de son corps et cela lui est absolument nécessaire pour pousser droit. Dès lors ce que dit Francione à juste titre pour l’animal vaut mutatis mutandis pour la plante : « S’il est vrai que l’animal est capable d’avoir une conscience perceptive de son propre corps, il devient alors difficile de nier qu’il soit également capable corollairement de se reconnaître lui-même comme étant celui qui est en train de courir » Pour une plante : s’il est vrai que la plante est capable d’avoir une conscience perceptive de son propre corps, il devient alors difficile de nier qu’elle est également capable corollairement de se reconnaître elle-même lorsqu’elle oriente ses feuilles ou développe des racines exploratoires à la recherche d’endroits riches en substances nutritives (voir les observations sur le lierre terrestre rapportés in Lestel, 2011, p. 49 et Trewavas, 2006, p.3 avec de nombreuses références).
 
Francione ignore et néglige à un point tel les êtres vivants du règne végétal qu’il en vient à écrire «  de manière générale, la thèse selon laquelle les êtres humains posséderaient des caractéristiques psychiques qui feraient tout à fait défaut aux êtres non humains est incompatible avec la théorie de l’évolution » (2006, Tf. p.201). Pour lui, il semble bien que les plantes n’aient pas de « caractéristiques psychiques », sinon avec l’argument qu’il avance dans ce texte, la démarcation entre le règne animal et végétal ne tiendrait plus, le végétalisme éthique s’effondrerait par voie de conséquence. Il ne serait pas plus moral de tuer ou de faire souffrir des plantes que des animaux. Le végétalisme moral entrainerait dans sa chute le véganisme dont il est l’un des fondements, voire le principal lorsque l’on voit l’importance que prennent chez les végans les questions de régime.
 
Francione a développé un argumentaire pour refuser que les plantes puisse être objet de considération morale dans deux textes l’un de 2006, l’autre de 2011 qui reprend en grande partie le premier. Ces deux textes ont paru sur le blog « Animal Rights: The Abolitionist Approach » et traduit en plusieurs langues dont le français. Ils ont eu un retentissement important dans la galaxie végane et tous les sites végans ont repris et reprennent en totalité ou en partie l’argumentaire qui y est exposé souvent sans variante, parfois en le développant mais presque toujours sans citer la source, surtout lorsqu’il y a désaccord avec l’auteur sur le type de militantisme à développer pour que le monde devienne un jour végan. C’est pourquoi il est important de critiquer ces deux textes en détail d’autant qu’ils montrent de façon éclatante  que l’éthique animale végane ne peut intégrer la nouvelle conception des plantes qui se dégage de ce que les recherches scientifiques contemporaines nous font découvrir ou redécouvrir à leur sujet.
 
Avant d’entreprendre cette critique, il faut souligner que cette idée que les plantes sont des êtres sentients avait été déjà soutenue depuis très longtemps par de nombreux botanistes sur la base d’un faisceau d’observations concordantes. Sans remonter jusqu’à Théophraste et ses observations sur le phototropisme des végétaux et pour m’en tenir à la France, je citerais un texte de Charles Bonnet datant de 1781.

«Accablé de tant de faits qui paroissent tous déposer en faveur du sentiment des Plantes, quel parti prendra notre philosophe? Se rendra-t-il à ces preuves ? ou suspendra-t-il encore son jugement en vrai Pyrrhonien ? Il me semble qu’il embrassera le premier parti, surtout s’il compare de nouveau ces faits avec ceux que lui offrent les Animaux qui se rapprochent le plus des plantes.
Mais dira-t-on, votre Philosophe devroit comprendre qu’il est facile d’expliquer méchaniquement tous ces faits qui lui paroissent prouver que les Plantes sont sensibles. Il suffit d’admettre que les Végétaux ont des fibres qui se contractent à l’humidité & d’autres qui se contractent à la sécheresse. Cela est vrai, & notre Philosophe le sait très-bien : mais aussi qu’on a entrepris d’expliquer méchaniquement  toutes les actions des Animaux, non-seulement celles qui démontrent qu’ils ont du sentiment, mais encore celles qui paroissent prouver qu’ils sont doués d’un certain degré d’intelligence. »

Revenons maintenant aux textes de Francione. Dans le texte de 2006 il s’agit de répondre à la question : « Mais qu’en est-il des plantes ? ». Celui de 2011 est une charge virulente contre un article intitulé «No Face, but Plants Like Life Too» paru dans la rubrique Science du New York Times et contre son auteure, la journaliste scientifique Carol Kaesuk Yoon, végétarienne (végétalienne ?) apostat.

Dans le texte de 2006 Francione introduit sa réponse à la question « Mais qu’en est-il des plantes ? »  de façon quelque peu agressive bien dans le style végan en remarquant que ceux qui posent cette question savent pourtant faire la différence entre une laitue et un poulet. Il poursuit dans cette veine en faisant appel à la sensibilité morale des lecteurs avec une de ces « expériences de pensée » chères à a tradition philosophique anglo-saxonne mais qui mal employées, risquent,  dans le contexte de la philosophie morale, de ne conduire la réflexion guère au-delà d’un banal conformisme à l’air du temps. En l’occurrence, celle imaginée par Francione est plutôt saugrenue : il s’agit de comparer la réaction de convives lorsque l’on coupe le cœur d’une laitue avec celle qu’ils auraient dans l’hypothèse totalement absurde où l’on découperait un poulet vivant,  comme si les omnivores que les végans baptisent du doux nom de « carnistes » étaient aussi des carnassiers. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec ce que rapporte Nicolas Fontaine (1736) à propos des « Messieurs » de Port Royal qui adoptaient la vision cartésienne de l’animal machine : « On clouait de pauvres animaux sur des ais, par les quatre pattes, pour les ouvrir tout en vie, & voir la circulation du sang qui était une grande matière d’entretien » (p. 53), si ce n’est que la « grande matière » d'entretien des végans est le régime alimentaire.
 
La seconde « expérience de pensée » proposée est tout aussi stupide : il s’agit de comparer la réaction de quelqu’un lorsque l’on piétine une fleur de son jardin avec celle qu’il aurait si l’on donnait un coup de pied volontaire à son chien. Francione serait-il admirateur et des actes gratuits à la Gide? Là encore, on ne peut s’empêcher de rapprocher cette histoire inventée d’une anecdote bien connue et supposée réelle concernant Nicolas Malebranche. On raconte qu’après avoir donné un coup de pied à une chienne pleine qui venait se rouler à ses pieds pour se faire caresser et qui l’importunait, ce philosophe aurait répondu aux protestations de Fontenelle qui réagissait au cri de douleur poussé par la chienne : « Eh! Quoi, ne savez-vous pas bien que cela ne sent point ? » ? Cependant dans ce dernier cas, la situation n’est pas la même et montre, à l’inverse de ce que veut établir Francione, qu’il y a eu et qu’il y a peut-être des gens dont la sensibilité morale est ainsi faite qu’ils ne font pas plus de cas d’un chien que d’une horloge, voire même moins si l’horloge est un meuble de prix. Aujourd’hui ces gens-là seraient à rechercher plutôt du côté de ceux qui pratiquent la chasse à courre que des disciples de Descartes ou de Malebranche qui ne doivent plus être très nombreux.
 
En tout cas, cette façon qu’a choisie Francione de présenter les choses pour établir la thèse d’une différence de nature entre les plantes et les animaux confirme bien que cette thèse est ancrée sur l’ontologie commune de l’occidental moyen contemporain. Il s’agit de la faire se manifester comme une évidence mais c’est, en fait, une fausse évidence dont fait justice la recherche dans le domaine du comportement des végétaux.  Il faudrait en expliquer le caractère fallacieux au lieu de tenter comme le fait Francione de la justifier et de la renforcer.
 
Françione réitère en 2011 sans en changer un iota son assertion de 2006 selon laquelle la plante n’est pas un être vivant sensible (sentient) alors que l’animal en est un. Il affirme que seuls les animaux sont conscients de leurs sensations (sense perceptions) parce qu’ils ont un esprit. Le texte anglais dit très précisément : « Sentient beings have minds  (les êtres sentients ont des esprits) » et donc des préférences, des désirs, des volontés. Faisant allusion au célèbre article de Thomas Nagel « What is it like to be a bat? » il reprend alors la thèse qu’il a formulée à diverses reprises sous diverses formes selon laquelle le fait que les esprits de certains animaux soient très différents des nôtres et qu’ils pensent de façon très différente, d’une façon dont nous n’avons pas idée n’est pas pertinent ; seule compte la sensibilité (sentience). « [La chauve-souris et l’humain] font tous les deux partie des catégories d’êtres qui ont des intérêts ; ils ont tous les deux des préférences, des désirs, ou des volontés. (…). Il ne peut y avoir aucun doute raisonnable sur le fait qu’ils possèdent tous les deux des intérêts, y compris un intérêt à éviter la douleur et la souffrance ainsi qu’un intérêt à continuer à vivre. »  

Pour Francione, ce n’est pas le cas des plantes. Comme il l’affirme sans ambages, selon lui, une plante n’a pas d’esprit. «There is nothing that a plant desires, or wants, or prefers because there is no mind there to engage in these cognitive activities. (Il n’y a rien qu’une plante puisse désirer ou vouloir ou préférer parce qu’il n’y a pas d’esprit pour exercer ces activités cognitives). » Comment peut-il être aussi affirmatif et tenir aussi peu compte des avancées de la recherche sur le comportement des plantes ? Peut-être ignore-t-il ces avancées. En tout cas, arcbouté sur la sensibilité morale commune aux végans, il n’en a cure.
 
Dans ces deux textes sa vision du monde végétal reste mécaniste. Il compare une plante à une machine : dire qu’un moteur de voiture « a besoin » ou « veut » de l’huile n’est qu’une façon de parler et n’engage pas à lui attribuer un esprit ; de même dire qu’une plante a besoin d’être arrosée, etc. n’est qu’une façon de parler. De même, selon lui, ce n’est pas parce qu’une plante réagit à la lumière qu’elle est « sentiente ». Il considère que son comportement est analogue à celui d’une sonnette électrique : « Si je fais passer du courant électrique au travers d’un fil attaché à une cloche, la cloche sonne. Mais cela ne veut pas dire que la cloche est un être sensible (the bell is sentient ».
 
Une fois de plus s’impose le parallèle avec ce que les cartésiens de Port Royal pensaient des animaux selon le témoignage de Nicolas Fontaine: « « On ne faisait plus une affaire de battre un chien. On lui donnait indifféremment des coups de bâton, et on se moquait de ceux qui plaignaient ces bêtes comme si elles eussent senti de la douleur. On disait que c’était des horloges, que ces cris qu’elles faisaient quand on les frappait n’était que le bruit d’un petit ressort qui avait été remué mais que tout cela était sans sentiment. » (1736, p.p. 52 – 53). Francione s’inscrit violement en faux contre cette théorie appliquée aux animaux mais l’admet tout à fait pour les plantes. Sans doute trouverait-il qu’une horloge est encore une machine trop compliquée ; l’analogie avec un mécanisme beaucoup plus rudimentaire suffit : une sonnette…
 
Il nous semble évident que plane sur ce texte l’ombre de la théorie de l’animal machine que Francione refuse mais qu’il s’efforce de transformer en théorie de la plante machine. Pour les cartésiens de Port Royal, l’animal était comme une machine. Dans la philosophie de Francione, les animaux changent de statut mais ce sont les plantes qui sont vues comme des machines. On retrouve mais bien plus mal argumentés que chez les cartésiens, les mêmes refus. Les plantes ont des perceptions sensibles mais ce ne sont pas des êtres « sentients » parce que pour les premiers, elles n’ont pas d’âme (soul), pour le second elles n’ont pas d’esprit (mind).
 
Cependant il y a une différence de taille. Le dualisme cartésien permet effectivement d’instaurer une coupure nette, un mur étanche entre les êtres ayant une âme et ceux qui n’en n’ont pas. Ces derniers sont faits d’une seule substance, la substance étendue tandis que les premiers sont faits de deux substances distinctes « la substance pensante » et « la substance étendue », de l’union (problématique) d’une âme et d’un corps. Une éthique végane ne peut être fondée sur de tels présupposés dualistes. Dans la mentalité occidentale actuelle, pour tenir un propos universellement acceptable, on doit s’en tenir à la « substance étendue ». C’est donc au niveau de l’anatomie, de la physiologie et de l’évolution qu’il faut argumenter.
 
C’est bien ce que va faire Francione en épousant ce que l’on a appelé le « Brain chauvinism » (voir Trewavas, 2014 p.p. 201 – 202 et les références qu’il donne). Francione recourt d’abord à l’argument simplissime qui était déjà, des années plus tôt, celui de Singer dans La libération animale dont la première édition date de 1975  : pas de cerveau et pas de système nerveux donc pas d’esprit donc pas de sensibilité (sentience), équivalent moniste de l’argument dualiste : pas d’âme, donc pas de pensée et pas de perception sensible consciente.
 
Que Singer ait pu recourir à un tel argument en 1975, voire en 1992 date de la seconde édition de l’ouvrage, on peut l’admettre. La vision mécaniste des plantes était encore bien dans l’air du temps. Mais que Francione puisse reprendre quasi-textuellement le même argument en 2011, cela est assez surprenant d’autant qu’il réagit à un article dans lequel l’auteure fait un résumé des résultats obtenus dans le domaine du comportement des plantes qui aurait pu au moins l’amener à douter de son affirmation péremptoire « La différence entre l’animal et le végétal implique la sentience ».
 
Alors que la version dualiste n’est ni prouvable, ni réfutable dans le cadre d’une recherche scientifique, ce n’est pas le cas de la version moniste. Cette recherche a mis en évidence que les comportements manifestés par les plantes pour s’adapter à leur environnement complexe, résister et surmonter la concurrence, trouver leur nourriture dans le sol, etc. ne peuvent se réduire à de simples réflexes et il n’y a pas assez d’espace dans leur génome pour que des solutions soient encodées pour faire face à tous les aléas qu’elles auront à surmonter pour survivre. Les plantes sont un cas exemplaire d’êtres sentients manifestant des comportements intelligents tout en étant dépourvus de cerveau et de système nerveux spécialisés. Refuser de l’admettre, c’est refuser l’évidence, fermer la porte à des recherches qui peuvent s’avérer fécondes, adopter une posture rétrograde et obscurantiste au nom d’un zoocentrisme spéciste.
 
Le second argument que Francione développe est évolutionniste.  On peut le résumer ainsi : les plantes n’ont pas besoin d’être sensibles à la douleur puisque elles ne peuvent ni se défendre, ni se soustraire à une source de douleur en fuyant comme c’est le cas des animaux et des gens. Il est donc normal qu’au cours de l’évolution, elles n’aient pas développé cette capacité.
 
Evidemment, l’argument part de présupposés faux. La plante n’est pas passive comme ont l’air de croire Francione et Singer auquel Francione reprend l’argument. Elle sait se défendre et peut déployer diverses stratégies. Comme elle ne peut changer de place, elle se rend indigeste et toxique. Comme on l’a indiqué plus haut, ne pouvant fuir son prédateur, elle l’empoisonne ou si ce sont des insectes herbivores qui l’attaquent, elle appelle à rescousse les insectes carnivores prédateurs de ses ravageurs en émettant des odeurs qui leur est spécialement destinées et qu’ils savent déchiffrer. C’est le cas de vulgaires plantes cultivées comme le maïs, le chou, le haricot et le concombre. C’est aussi celui du tabac sauvage… Selon les espèces de plantes, l’appel au secours n’a pas même composition chimique mais ce qu’il faut surtout souligner, c’est que pour une même plante, sa composition chimique diffère selon l’herbivore ravageur, voire le stade de développement de la chenille que la plante reconnait probablement par la perception de la composition chimique de sa salive.

Enfin Singer et Francione estiment que dans l’hypothèse – pour eux folle et totalement irréelle – où l’on devrait reconnaître que les plantes sont des êtres sentients, il faudrait tout de même mieux s’abstenir de manger de la viande et cela selon Singer « même si les plantes étaient aussi sensibles que les animaux, puisque l’inefficacité de la production de viande signifie que ceux qui en mangent sont responsables de la destruction indirecte d’au moins dix fois plus de plantes que les végétariens » (p.411).En d’autres termes, manger des individus du règne végétal serait un moindre mal car au total il y aurait moins d’individus de ce règne qui seraient sacrifiés si tous, nous devenions végétariens ou végétaliens.

Cet argument a été repris très récemment sous forme d’une petite de bande dessinée par Insolente Veggie sur son blog. Il mérite donc une critique détaillée.
 
Remarquons tout d’abord que la formulation donnée par Singer de l’hypothèse de départ est étrange. Que peut bien vouloir dire « Même si les plantes étaient aussi sensibles que les animaux » ? Un être est « sentient » ou ne l’est pas. Cela relève du tout ou rien et n’est pas quantifiable. De plus si entre individus d’une même espèce appartenant à une même population, on peut supposer de fortes analogies dans les « expériences perceptives », on peut aussi supposer au contraire des différences qualitatives importantes entre les espèces. Si je peux encore lire le plaisir ou la douleur dans le comportement de mammifères proches, je peux aussi me tromper et en définitive, il faut reconnaître que j’ignore totalement ce que peuvent être les expériences vécues d’un chat familier sans même parler de celle d’un manchot de Terre Adélie, d’un rat-taupe nu ou de l’arabette qui s’est installée dans la pelouse de mon jardin.

Dans son propre exposé de l’argument, Francione échappe à cette critique. Il se borne à comparer le nombre de plantes consommées directement ou indirectement selon les régimes végans ou carnistes : «  Si C. Yoon [l’auteur avec laquelle Francione polémique] se préoccupait réellement de l’exploitation des végétaux, alors elle reconnaîtrait qu’en mangeant des produits animaux, elle consomme en réalité plus de végétaux que si elle consommait ces végétaux directement. Il faut plusieurs kilos de plantes pour produire un kilo de viande. Alors lorsque C. Yoon s’assoit pour manger ce « steak rare et somptueux », elle consomme environ 12 kilos de plantes.»
 
Il est regrettable que dans cette comptabilité à la Prévert, Singer comme Francione ne précisent pas de quelles plantes il s’agit, ni quelles parties des plantes sont consommées. S’il s’agit d’herbages ou de fourrage, alors pratiquement aucune plante n’est détruite car ces graminées pérennes coupées ou broutées au-dessus du collet ont la propriété de se régénérer rapidement et de s’enraciner plus fortement. Cela leur est même profitable ! Les prairies de fauche ou les pâtures ne deviennent pas des terrains nus une fois fauchées ou pâturées! En outre lorsqu’ils affirment qu’en mangeant directement des végétaux, les gens en consommeront moins au total que s’ils mangeaient de la viande, ils oublient que les humain ne peuvent pas digérer l’herbe que broutent les ruminants et que c’est justement pour cela qu’il faut en passer par eux qui, en transformant ces protéines végétales en protéines animales les rendent assimilables par l’homme. C’est ainsi, avec certes beaucoup de déperditions dans le processus, que ces douze kilos d’herbe deviendront l’un de ces steak somptueux dont semble raffoler C. Yoon et dont elle ne veut plus se priver faisant preuve ainsi d’une  complète immoralité aux yeux du philosophe végan tellement scandalisé qu’il en a oublié qu’il n’assimile pas l’herbe des prairies.
 
Si par charité l’on reformule l’argument en termes de protéines végétales des végétaux cultivés et de leur taux de conversion en protéines animales, l’argument montrera simplement qu’un régime végétarien est plus efficient qu’un régime « carniste », que la croissance de la population nous obligera sans doute à terme à considérer de nouveau la viande comme une denrée rare et chère consommée fréquemment seulement par un petit nombre de riches, les moins riches la réservant pour les menus de fête – la poule au pot du Bon Roi Henri – alors que tous les autres devront s’en passer. La viande sera peut-être demain un signe extérieur de richesse comme l’est aujourd’hui dans le langage sinon dans les faits le caviar. Un tel monde surpeuplé, fortement inégalitaire et totalement anthropisé serait tellement invivable que la privation de steak serait un moindre mal. De plus et surtout comme il ne s’agit plus ni de plantes, ni d’animaux mais de protéines, l’argument n’a plus de pertinence en ce qui concerne la façon dont on doit se comporter vis-à-vis des plantes et des animaux.
 
Dans un éclair de lucidité, Singer reconnaît que conduite à ce point « la discussion mène à l’absurde ». Mais pourquoi s’arrêter en chemin ? Poursuivons jusqu’à la réduction à l’absurde de la position végane. Pourquoi ne pas imaginer ne manger que les plantes qui sont les plus riches d’un point de vue nutritionnel pour en manger moins ? Mieux encore, pourquoi ne pas chercher à obtenir par sélection naturelle ou par génie génétique des variétés de ces plantes encore plus nutritives ? Pourquoi pas des protéines de synthèse ? Dans les régimes végétaliens, il faut bien ingurgiter des vitamines de synthèse et autres « compléments alimentaires » en plus des préparations végétales.
 
On pourrait aussi suggérer, comme certains végans non spécistes conséquents l’ont fait, que si les plantes étaient des êtres sentients il faudrait manger les fruits secs ou charnus, les graines que les plantes nous offrent mais s’abstenir de manger des racines ou des bulbes, des tubercules ou des plantes entières ou parties de plantes qu’il faut déterrer (pommes de terre, laitues et autres salades, poireaux…). Cela serait-il satisfaisant d’un point de vue éthique ?
 
Ce n’est pas certain car comme frugivore, nous trichons et nous dupons les plantes dont nous mangeons les fruits. Nous voulons bien la récompense que l’arbre nous offre (les enveloppes ou parties d’enveloppes charnues ou sèches des fruits) mais nous refusons les pépins, c’est-à-dire les semences qu’en tant qu’endozoochores, il nous reviendrait de disséminer. C’est ce qui explique par exemple, le succès de la création du Frère Clément Rodier, la clémentine, qu’il obtint par croisement entre un mandarinier (Citrus reticulata) et une espèce d’oranger (Citrus sinensis) l'un et l'autre produisant des fruits avec pépins. Et même lorsqu’il s’agit de fruits que nous ne pouvons manger sans avaler les semences comme les tomates par exemple, nous trichons encore en soustrayant ces semences à la terre, sauf cas exceptionnel par exemple celui de l’arrière d’une plage sans sanitaire où l’on voit pousser derrière le cordon dunaire des tomates aussi sauvages que vigoureuses et délicieuses. Bref, nous transformons une relation qui aurait dû être mutualiste entre la plante et nous en une relation de commensalisme dont nous sommes les seuls à tirer profit. Dans une vision végane du monde élargie aux plantes, on pourrait estimer qu’il s’agit d’une forme d’exploitation d’autres êtres sentients qui méprise un de leurs « intérêts » vitaux majeurs, celui de se reproduire.
 
Enfin que Francione reprenne cet argument est pour le moins étrange. Du point de vue abolitionniste  et d’une éthique des droits (qui n’est pas celui de Singer mais celui de Francione), il est exclu d’accepter que n’importe quel être sentient ne jouisse pas d’une égale considération de ses intérêts par rapport à n’importe quel autre. Dans l’hypothèse où la sentience serait reconnue aux plantes, il n’y a aucune raison d’en sacrifier délibérément certaines pour que d’autres puissent prospérer et se reproduire. Imaginons qu’au lieu de plantes, il s’agisse d’animaux et que l’on dise que manger plus de veaux permettrait d’épargner plus de poulets, que diraient les végans ? Bien sûr pour eux cela ne tient pas car les plantes ne sont pas sentientes ainsi que le proclame Insolente Veggie. Le problème, c’est qu’elle a tort. Les recherches dans le domaine du comportement des plantes le prouvent.
 
Enfin si l’on objectait que stricto sensu, la sentience des plantes ne pouvait qu’être inférée de leurs comportements, des modifications physiologiques dont elles sont le siège, on répondrait qu’il en est de même pour les animaux non-humains et certains philosophes estimeraient même qu’il en va de même pour tout individu humain distinct de lui.
 
Enfin il faut faire justice à l’argument ad hominem des végans lorsque est abordée la question des plantes et de leurs aptitudes. « Si vous mettez en avant ces aptitudes et cette sentience des plantes, c’est pour vous dédouaner d’être carnistes. ». C’est peut-être vrai pour Carol Kaesuk Yoon, cela ne l’est pas pour les chercheurs en biologie des plantes. Leur objectif, c’est plutôt de trouver des méthodes pour optimiser les rendements, rendre les plantes moins fragiles au vent, se passer de pesticides, etc. mais je crois qu’ils sont avant tout passionnés par leur sujet.
 
Conclusions
 
« Quand une bûche craque et pétille dans la cheminée, c’est du cadavre d’un hêtre ou d’un chêne que les flammes s’emparent. Le papier du livre que vous avez entre les mains, chers lecteurs, provient du bois râpé de bouleaux ou d’épicéas abattus – donc tués – à cette seule fin. (…) Le rapport entre les arbres et leurs produits est identique à celui existant entre les animaux et leurs produits. Nous utilisons des êtres vivants qui sont tués pour satisfaire nos besoins, il est inutile d’enjoliver la réalité. » (Peter Wohlleben, 2015, Tf. p. 250) Il n’y a pas de raison contraignante de privilégier les animaux qui sont au centre des éthiques animales abolitionnistes par rapport à une grande partie des végétaux. Les arbres et tous les végétaux respirent bien qu’ils n’aient pas de poumons. Pourquoi ne pourraient-ils pas souffrir ou avoir une certaine conscience d’eux-mêmes bien qu’ils n’aient, ni cerveau, ni système nerveux qui ressemblent aux nôtres ? Au fur et à mesure que notre connaissance objective du monde végétal progresse, il est de plus en plus manifeste que dans le règne végétal, la sensibilité, la perception du monde extérieur, les stratégies de survies existent comme dans le règne animal. Ce n’est pas parce qu’ils ne se déplacent pas, parce que leurs préoccupations sont étrangères aux nôtres , parce que leurs rythmes de vie sont bien plus lents et que leur vie se déroule sur des échelles de temps bien plus courtes ou incommensurablement plus longues que la nôtre et celle de nos animaux domestiques, que les végétaux ne doivent pas être considérés comme étant des êtres vivants ayant le même statut moral que les êtres appartenant au règne animal.
 
Il ne s’agissait pas ici de soutenir qu’il est bien ou mal de vivre selon le style végan. Il est au contraire de montrer qu’il n’est ni bien, ni mal de vivre selon les règles de vie végan et qu’il n’est ni mal ni bien de ne pas les suivre. Ceux qui choisiront de ne pas manger des animaux continueront de le faire quels que puissent être les arguments moraux que l’on pourra avancer pour les en dissuader. Ceux qui mangent de la viande continueront d’en manger et les arguments éthiques abolitionnistes seront sans effet sur eux.
 
Il y a des gens qui aiment les animaux et dont la conduite peut paraître extravagante à ceux qui ne partagent pas ce sentiment. Il y a des gens qui aiment les arbres, Peter Wohlleben en est un bon exemple. Aujourd’hui celui ou celle qui enlace un arbre et se colle à lui dans une tentative de communication fusionnelle comme cela se pratique au Japon risque, en France, d’être la risée de bon nombre de ses contemporains. Lorsqu’un chevreuil s’en prend à un jeune hêtre, arrache ses bourgeons et le mutile, c’est l’arbre que je défends, pas la bête, d’autant que dans beaucoup de forêts de plaine, faute de prédateurs il y a trop de chevreuils et cerfs qui mutilent les arbres et empêchent une régénération naturelle de la forêt. Dans d’autres civilisations dans le cadre d’une division du travail genrée, ce sont uniquement les femmes qui jardinent. Elles aiment les plantes qu’elles cultivent. Ces plantes SONT leurs enfants. Si dans notre civilisation l’amour des plantes n’est pas la chose la mieux partagée, la diffusion dans le corps social des découvertes ou redécouvertes concernant leurs comportements pourrait changer les choses.
 
Celle ou celui qui n’éprouve pas cet amour fou pour les animaux qui rend odieux l’idée que l’on puisse les traiter comme du bétail ne sera pas végan. Celui qui ne fait guère plus de cas d’un arbre que d’un piquet de bois, n’ira pas s’enchaîner à un hêtre et braver les tronçonneuses pour sauver cet arbre et cette forêt qu’il n’apprécie que comme un décor pour son jogging matinal. La compassion et l’amour s’éprouvent mais ne se commandent pas. Ces sentiments n’ont rien à voir avec l’exigence de justice qui est à la base des principales éthiques animales. Ils ne créent aucune obligation morale. Ce sont pourtant eux qui justifient nos préférences lorsque nous choisissons parmi les êtres sensibles ceux que nous utiliserons et ceux dont nous nous soucierons, ceux avec qui nous ferons société et défendrons. Et il peut très bien n’y avoir aucune cohérence dans ces choix. Les sentiments ne sont pas rationnels.
 
Ces quelques remarques suffisent à mettre en évidence qu’une éthique du care ne réussira pas d’avantage à justifier que l’on traite de façon différente et que l’on privilégie les êtres vivants animaux sur les autres car cette sollicitude pourra porter indifféremment sur un membre d’un règne ou de l’autre selon les individus humains. Bien plus, un même individu peut privilégier tantôt un animal, tantôt une plante en fonction des circonstances, des plantes et animaux en jeu.
 
Faut-il en conclure que nos rapports aux animaux doivent être laissé à l’arbitraire individuel, fût-il borné par des lois qui interdisent la cruauté à leur égard par souci d’humanité ? En fait, les avancées de la recherche sur le comportement des plantes nous incitent à revoir notre vision d’ensemble du monde vivant et donc celui de notre rapport à la nature. C’est dans le cadre d’une éthique de la nature ou de l’environnement que la question de ces rapports devrait être examinée.
 
 

Sources

Bastien R., Bohr T., Moulia B., Douady S., 2013. A unifying model of shoot gravitropism reveals proprioception as a central feature of posture control in plant. PNAS, 110 (2), 755-760.
 
Bhatt, M. V., Khandelwal, A. and Dudley, S. A., 2011. « Kin recognition, not competitive interactions, predicts root allocation in young Cakile edentula seedling pairs. » New Phytologist, 189: 1135–1142. doi:10.1111/j.1469-8137.2010.03548.x
 
Biedrzycki, M. L., Jilany, T. A., Dudley, S. A., & Bais, H. P. 2010. Root exudates mediate kin recognition in plants. Communicative & Integrative Biology, 3(1), 28–35.
 
Bladwin Ian T., Schultz Jack C., 1983. « Rapid Changes in Tree Leaf Chemistry Induced by Damage: Evidence for Communication Between Plants » Science 15 Jul 1983:Vol. 221, Issue 4607, pp. 277-279 ; DOI: 10.1126/science.221.4607.277
 
Bonnet Charles, 1781. Œuvres d’histoire naturelle et de philosophie. Contemplation de la Nature, Tome 4, Neuchatel, Samuel Fauche Imprimeur.
 
Burgat Florence et col., 2016. Le droit animalier, Paris,  PUF.
 
Burgat Florence, 2017. L’humanité carnivore, Paris, Seuil.
 
Cammaerts Marie-Claire, Cammaerts Roger, 2015. « Are ants (hymenoptera, formicidae) capable of self recognition ? » Journal of Science, Vol 5, Issue 7, 2015, pp. 521 – 532.
 
Chauvet Hugo, Pouliquen Olivier, Forterre Yoël, Legué Valérie, Moulia Bruno, 2016. « Inclination not force is sensed by plants during shoot gravitropism » Scientific Reports, Nature Publishing Group. doi:10.1038/srep35431 – hal-01381357
 
Cortesero Anne-Marie,  Thibout Éric, « Des insectes gardiens de plantes » La Recherche, Nov. 2004, 380, pp. 54 – 58.
 
Chamovitz Daniel, 2014. La plante et ses sens, Paris Buchet-Chastel.
 
Darwin Charles, 1875 (1888, 2° éd. revue par Francis Darwin). Insectivorous Plants Londres, John Murray (Tf. de la 1ère édition   Ed. Barbier, précédé d’une introduction biographique et augmenté de notes complémentaires par Charles Martins, Paris, Reinwald, 1877)
 
Darwin Charles, 1876. The movements and habits of climbing plants. New York: Appleton (Tf. Richard Gordon, Reinwald et Cie, 1877).
 
Darwin Charles et al., 1880. The Power of Movement in Plants, London, John Murray Ed. (Tf. et préface Edouard Heckel, Reinwald et Cie 1882).
 
De Candolle Augustin Pyrame, 1832. Physiologie végétale ou exposition des forces et fonctions vitales des végétaux, tome 2, Paris, Béchet Jeune.
 
Desfontaines René Louiche, 1809. Histoire des arbres et des arbrisseaux qui peuvent être cultivés en pleine terre sur le sol de la France, Tome 2 Paris, J.A. Brosson.
 
Dossier INRA.  Sentir, bouger, communiquer, les plantes aussi ! http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Biologie-vegetale/Tous-les-dossiers/Sentir-bouger-communiquer-les-plantes-aussi
 
Dudley, S. A., & File, A. L. 2007. Kin recognition in an annual plant. Biology Letters, 3(4), 435–438. http://doi.org/10.1098/rsbl.2007.0232
 
Dutrochet Henri, 1887. Mémoires pour servir à l’histoire anatomique et physiologique des végétaux et des animaux, Bruxelles, Meline, Cans et Cie..
 
Fabre Jean-Henri, 1876. La plante : leçon à mon fils sur la botanique, Paris, Delagrave.
 
Fontaine Nicolas 1736, Mémoires pour servir à l’histoire de Port-Royal, tome 2, p.p. 52 – 53, Utrech, Aux dépens de la Compagnie.
 
Francione Gary L., 1995. Animals, Property, and Law, Philadelphia, Temple, UP
 
Francione Gary L., 2006. « Taking sentience seriously », Journal for Animal Law and Ethics, n°1, p.  1 – 20,  Philadelphia, University of Pennsylvania Law School. (Tf. Hicham-Stéphane Afeissa in Philosophie animale, Textes réunis par H.-S. Afeissa et J.-B. Jeangène Villmer, Paris, Vrin).
 
Francione Gary L., 2006b. « A Frequently Asked Question: What About Plants? » http://www.abolitionistapproach.com/a-frequently-asked-question-what-about-plants/
 
Francione Gary L., 2011 « Nothing to Do with Science » http://www.abolitionistapproach.com/nothing-to-do-with-science/
 
Hall Matthew, 2011. Plants as Persons : a Philosophical Botany, Albany, State University of New York Press.
 
Hallé Francis,  2011. La vie des arbres, Paris, Bayard.
 
Hallé Francis, 2014. Préface à Narby J., 2005. Intelligence dans la nature, Tf. Yona Chavanne  (2ième édition 2014), Paris,  Buchet/Chastel.
 
Lenne Catherine, Bodeau Olivier,  Moulia Bruno, 2014. « Percevoir et bouger : les plantes aussi ! » Pour la science, 438, pp.40 – 47 Paris, E. Belin.
 
Lestel Dominique, 2011. Apologie du carnivore, Paris, Fayard.
 
Mancuso Stefano, Viola Alessandra, 2015. Brilliant Green : the Surprising History and Science of Plant Intelligence, Washington, Island Press.
 
Pollan Michael, 2013. « The Intelligent Plant »The New Yorker https://www.newyorker.com/magazine/2013/12/23/the-intelligent-plant
 
Regan Tom, 1991. The Thee Generation: Reflections on the Coming Revolution, Philadelphie Temple University Press.(Tf : David Olivier).
 
Regan Tom, 2004 (1983, 1° éd.). The Case for Animal Rights, Berkeley, University of California Press.
 
Singer Peter, 1975 (2012). Animal Liberation  [Tf. Louise Rousselle  La libération animale, 2012. Paris, Payot, coll. "Petite Bibliothèque Payot",  (1re éd. Grasset, 1993)].
 
Thellier Michel, 2015. Les plantes ont-elles une mémoire ? Quæ éditions, Versailles.
 
Trewavas Anthony, 2003. « Aspect of Plant Intelligence » , Annals of Botany 92 : 1-20, 2003 doi:10.1093/aob/mcg101, available online at www.aob.oupjournals.
 
Trewavas Anthony, 2014. Plant Behavior and Intelligence (1st ed.). Oxford, UK: Oxford University Press. ( Paperback, 2015,  Oxford University Press).
 
Trewavas Anthony, 2017. « The foundations of plant intelligence » Interface Focus, 21 April 2017 volume 7, issue 3. DOI: 10.1098/rsfs.2016.0098
 
Yoon Carol Kaesuk, 2011. « No Face, but Plants Like Life Too » The New York Times, March 14, 2011 http://www.nytimes.com/2011/03/15/science/15food.html
 
 Vidéo de Catherine Lenne https://youtu.be/VSToNWYNb7s
 

Mardi 26 Décembre 2017 Commentaires (1)

Une actualisation de la liste rouge des espèces de mammifères menacées en France qui datait de huit ans vient d’être rendue publique. Elle a été élaborée par le Comité Français de l’UICN et le Muséum national d’histoire naturelle en partenariat avec la Société Française pour l’étude et la protection des mammifères et l’Office national de la Chasse et de la faune sauvage. Sans surprise, cette actualisation met en évidence une aggravation de la situation notamment pour les espèces terrestres. Les plans climats et le développement de l’éolien s’ajoutent maintenant aux autres causes de pression sur les espèces sauvages. Les chauves-souris sont particulièrement affectées. Elles sont les premières victimes de la transition énergétique et d’une lutte contre le changement climatique qui s’effectuent aux dépens de la préservation de la Nature.


Espèces en danger, les chauves-souris font les frais de la transition énergétique et du plan climat
Les deux extraits suivants de la présentation de cette liste rouge actualisée le montre de façon criante  (Sous-titres ajoutés et  passages soulignés par  moi JFD).

Les chauves-souris victimes de la transition énergétiques et du plan climat

« Sur les 34 espèces de chauves-souris présentes en France, 8 sont aujourd’hui menacées et 8 autres quasi menacées, contre 4 et 7 respectivement lors de la précédente évaluation. Cette évolution traduit en partie l'amélioration des connaissances sur ces espèces. Mais pour beaucoup, l'aggravation est causée par la disparition des habitats qu’elles affectionnent, du fait de l’isolation et de la rénovation des bâtiments et de l’exploitation forestière réduisant l’abondance des vieux  arbres. Dans d’autres cas, le développement du secteur éolien est en cause, touchant particulièrement les espèces migratrices, victimes notamment de collisions avec les pales. Ainsi, parmi les chauves-souris dont la situation s’est dégradée en moins de dix ans, le Molosse de Cestoni est passé de “Préoccupation  mineure” à “Quasi  menacé” et la Noctule commune de “Quasi menacée” à “Vulnérable” ».
 
Le cas de la Noctule commune (Nyctalus noctula)
 
« Bien qu’encore assez largement répandue en France, la Noctule commune est l’une des chauves-souris dont la situation est la plus préoccupante à long terme. Le développement de la production d’énergie éolienne a particulièrement affecté cette espèce migratrice de haut vol, victime de collisions avec les pales des machines. Dans tous les pays, elle figure dans le trio des espèces les plus touchées par cette industrie en pleine expansion. En milieu urbain, elle colonise les parties hautes des immeubles et se trouve confrontée à la mise en œuvre des mesures d'isolation du “Plan climat” : elle risque d’une part d'être emmurée lors des travaux et d’autre part de voir les gîtes qu’elle occupe disparaître progressivement des villes. Elle est aussi menacée par l’abattage d’arbres en zone urbaine et ponctuellement par les travaux de rénovation des châteaux d’eau. Autre menace nouvelle, avec le développement des poêles à bois et des inserts, les conduits de chauffage devant être tubés transforment les installations en pièges potentiels pour les chauves-souris, ce qui affecte particulièrement cette espèce. Le déclin des effectifs de la Noctule commune s’est significativement accru au cours des dernières années. Identifiée en catégorie “Quasi  menacée” lors de la précédente évaluation, l’espèce est désormais classée “Vulnérable” suite à la réactualisation de son statut dans la Liste rouge nationale. La mise en place d'actions de conservation  et d'un suivi vigilant de l'évolution de ses populations dans les années à venir est indispensable. »
 

« Atténuation du changement climatique » versus « protection des chauve-souris » ?
 
● En ce qui concerne l’isolation du bâti, un des piliers de la transition énergétique, il est possible de gommer les impacts sur les chauve-souris en leur ménageant des habitats de substitution. Mais comme pour ce qui concerne la préservation du patrimoine bâti contre les ravalements-isolations de façades, encore faut-il le vouloir et que cela figure comme une obligation pour l’octroi de subventions et la délivrance des autorisations de travaux. Il est regrettable que l’on n’entende guère les grandes associations de protection de la Nature ou de défense de l’environnement sur ce sujet. Quant aux écologistes main stream, ils sont prêts à tout sacrifier (en fait renier) pour cette transition énergétique qui oublie précisément d’être « écologique ».
 
● En France, quel que soit le gouvernement, l’Etat compte beaucoup sur la filière bois/énergie pour atteindre les objectifs du PNA EnR (en clair : Plan d’action national en faveur des énergies renouvelables). En 2020, il est prévu que la filière bois énergie ait une part majoritaire dans les 23% d’EnR prévus de la consommation finale brute d’énergie par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Ceci suppose une exploitation considérablement accrue des forêts qui tendra vers une gestion productiviste de celles-ci au détriment de leur biodiversité. Il est évident qu’avec une telle gestion, il faut malheureusement s’attendre à une dégradation accélérée des habitats forestiers toute espèce confondue et donc de celui des chauves-souris.
 
● Ironie de l’histoire, si le bois est bien une EnR à condition le prélèvement soit inférieur à l’accroissement naturel, il est loin d’être une énergie « décarbonnée » comme l’on peut le comprendre en lisant l’article de Naudts et al.(2016), article qui jeta un pavé dans la mare de la sylviculture productiviste mais qui semble oublié aujourd’hui. (Voir mon article « Gestion des forêts française et changement climatique » (§ IV – VII) sur ce blog). Néanmoins comme l’amalgame entre « décarbonné » et « renouvelable » semble bien installé dans la tête des technocrates, des décideurs et de beaucoup d’ONG, la filière bois/énergie a de beaux jours devant elle et les espèces sauvages dont l’habitat est partiellement ou totalement forestier continueront à décliner.
 
● Pour les chauves-souris, le développement de cette filière a d’autres conséquences néfastes dues au développement du chauffage au bois. Comme je l’ai souligné dans l’extrait cité : « Autre menace nouvelle, avec le développement des poêles à bois et des inserts, les conduits de chauffage devant être tubés transforment les installations en pièges potentiels pour les chauves-souris », cette menace nouvelle affectant particulièrement la Noctule commune. On devrait facilement trouver des  dispositifs pour remédier à cet état de chose mais encore faudrait avoir la volonté de les mettre en œuvre en rendant leur installation obligatoire. 
 
● L’éolien, véritable calamité pour de nombreuses espèces de chauves-souris mérite un développement à part car c’est de loin la menace la plus grave qui pèse sur une majorité d’espèces de chauve-souris. Elle peut même conduire à la disparition de celles qui, menacée par ailleurs, ont de faibles effectifs.
 
Or par leur rôle de prédateur, notamment insectivore, les chauves-souris sont un élément essentiel de la résilience des écosystèmes. Ce sont des animaux à protéger, ne serait-ce que pour des raisons bien égoïstes : ils nous sont utiles. Par exemple, une pipistrelle de 8 grammes dévore chaque nuit l’équivalent du quart de son poids en moustiques. Les populations de pipistrelles sont particulièrement touchées par les parcs d’aérogénérateurs.
 
Le fléau de l’éolien terrestre ou maritime
 
Le développement de l’industrie éolienne est un véritable fléau pour les populations de chauves-souris. Une fois l’éolienne construite, il n’y a pratiquement pas de solution pour éviter le carnage si elle est construite à un mauvais endroit.

Il n’y a aucun moyen, visuel (lumière) ou électromagnétique efficace pour les éloigner de l’engin et on ignore quel pourrait être l’impact de ceux qui ont été testés sur les autres vivants, y compris les populations humaines riveraines. Aucun ne peut aujourd’hui être considéré comme une stratégie de réduction concrète pour éviter la mortalité de chauves-souris. D’ailleurs, ce qui attire les chauves-souris vers les éoliennes reste un mystère.
 
Les seules mesures de « réduction » connues qui semblent efficaces (mais réduction de la mortalité jusqu’à 50% seulement) sont la mise en drapeau dans des conditions de températures et d’humidité qui peuvent varier d’un site à l’autre et l’augmentation de la vitesse du vent nécessaire au démarrage de l’éolienne. Cependant, elles réduisent la production de l’engin et donc sa rentabilité. Néanmoins pour les parcs d’aérogénérateurs qui ont été érigés dans des zones sensibles, ces mesures devraient être obligatoires mais elles ne le sont pas.
 
En fait, le déploiement des éoliennes industrielles s’est effectué sans que l’on se doute de la mortalité qu’elles induiraient chez les chauves-souris et aujourd’hui encore on sait peu de choses sur les raisons de cet impact même si nos connaissances sur la biologie de ces mammifères a fait beaucoup de progrès.
 
Les mesures de réductions ayant un effet limité et les mesures de compensations étant non pertinentes en la circonstance, si l’on veut protéger efficacement ces mammifères, il est nécessaire de prévenir. C’est donc sur l’évitement qu’il faut insister quitte à renoncer au projet à l’endroit initialement prévu lorsque cet évitement ne serait pas possible ou s’avérerait insuffisant. Pour cela il est impératif que les études d’impact d’un projet comportent un volet spécifique « chauves-souris » avec des règles précises et contraignantes pour sa réalisation.
 
Rappelons que TOUTES les chauves-souris sont protégées individuellement par la législation internationale et nationale, elles ne doivent pas être tuées intentionnellement. Il en résulte que « fixer des seuils généraux pour la mortalité des chauves-souris et/ou une vitesse de vent qui déclencherait la réduction des mortalité est non seulement considéré comme arbitraire, inefficace, inadéquat et non soutenable mais aussi contestable d’un point de vue légal en Europe » (Rodrigues L. et al. 2015, p. 28).
 
Cela devrait conduire à l’abandon pur et simple de projets et les éoliennes industrielles dans des sites où elles risqueraient d’impacter les populations locales où sur les couloirs de migration. La durée de vie d’une éolienne industrielle étant de 20 ans, les éoliennes tueuses de chauves-souris (ou d’oiseaux) ne devraient pas être remplacées.
 
Les adulateurs de l’éolien ne sont pas disposés à de tels sacrifices et au contraire prêts même à en installer en forêt là où leur impact sur l’avifaune et les chiroptères est la plus forte.  Souvenons-nous par exemple des efforts d’Henri Stoll membre d’EELV pour faire aboutir un projet de parc éolien en pleine forêt au col de la Croix Bonhomme dans les Vosges, projet finalement rejeté par le préfet. Henri Stoll avait été candidat à la primaire d’EELV en 2010 et se vantait de représenter « la base des écolos » (il a recueilli 5% des suffrages !!!). Aujourd’hui encore dans les Monts du Forez, au col de La Loge à la limite du Puy de Dôme et de la Loire, en forêt, un parc éolien est projeté en dépit du rejet des populations et des communes impactées.
 
Citons également comme cas d’école, la tentative pour implanter 6 éoliennes dont 3 en forêt et 3 à moins de 100 m de lisières forestières ou de haies en Bretagne (commune de Saint Georges de Rouelley et de Ger au Sud-Est de la Manche, en limite de l’Orne). Et ce n’est pas n’importe quelle forêt qui aurait été touchée mais une forêt résiduelle de crête du sud du massif armoricain, crête percée de galeries d’anciennes mines de fer servant aujourd’hui de gite à de nombreuses espèces de chauve-souris. Le parc d’aérogénérateur serait implanté à quelques encablures (1500 m) d’un des sites d’hibernation important de chiroptères au titre du réseau européen Natura 2000 dénommé « anciennes mines de Bion et de Barenton ». Les associations de protection de la nature et des paysages ont gagné leurs recours et le permis de construire a été annulé mais le maire de Saint-Georges-de-Rouelley ne se tient pas pour battu et alléché par les ressources fiscales espérées veut continuer le combat juridique. (Pour en savoir plus, voir les références au bas de l’article).
 
L’essor dans n’importe quelle condition de l’industrie éolienne censée proposer une énergie « propre » est emblématique de la « transition énergétique » à la mode de chez nous. L’impact sur les chauves-souris est exemplaire des ravages que cette transition peut causer sur notre territoire, ravages qui ne concernent pas seulement les chauves-souris, la faune ou la flore mais aussi les paysages et notre patrimoine architectural. Dans le cas de l’éolien, c’est aussi une atteinte à la tranquillité, la sécurité et la santé des riverains de ces machines dont l’implantation n’est pas assez rigoureusement réglementée.
 
Telle qu’elle est conçue et conduite avec l’éolien industriel comme emblème et la filière bois/énergie comme première source d’EnR, cette transition énergétique n’a rien d’une transition écologique. Pire qu’une caricature, elle en est le contraire ; une transition écologique devant avoir comme premier souci, celui de la Nature.
 
Sources et références
 
UICN France, MNHN, SFEPM & ONCFS (2017). La Liste rouge des espèces menacées en France – Chapitre Mammifères de France métropolitaine. Paris, France. https://inpn.mnhn.fr/docs/LR_F/Liste_rouge_France_Mammiferes_de_metropole_2017.pdf
 
J. F. Dumas (2016) « Gestion des forêts française et changement climatique » http://www.jfdumas.fr/Gestion-des-forets-francaises-et-changement-climatique_a374.html
 
L. Rodrigues, L. Bach, M.-J. Dubourg-Savage, B. Karapandža, D. Kovač, T. Kervyn, J. Dekker, A. Kepel, P. Bach, J. Collins, C. Harbusch, K. Park, B. Micevski, J. Minderman (2015). Lignes directrices pour la prise en compte des chauves-souris dans les projets éoliens. Actualisation 2015. EUROBATS Publication Series N° 6 (version française).UNEP/EUROBATS Secrétariat, Bonn, Allemagne, 133 p. http://www.sfepm.org/pdf/2015_FR_GuidelinesWTs_191215.pdf
 
Sur le cas des éoliennes de Ger et Saint Georges de Rouelly on peut consulter en ligne :
  – Le site de la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France (SPPEF), « Éoliennes : récit d’une victoire pour les paysages sur la crête de Domfront-Mortain (Manche) », http://www.sppef.fr/2017/04/23/eoliennes-recit-dune-victoire-pour-les-paysages-sur-la-crete-de-domfront-mortain-manche/
– Le site de Manche Nature : « Un projet éolien contestable » http://manche-nature.fr/projet-eolien-contestable/
 
Iconographie
 
Noctule commune :  Mnolf/Wikimedia commons
Pipistrelle commune morte sous une éolienne : Groupe Mammalogique Normand
Cadavre de pipistrelle commune sous une éolienne
Cadavre de pipistrelle commune sous une éolienne

Vendredi 17 Novembre 2017 Commentaires (1)

Avec le retour du loup, les montagnes se peuplent d’animaux dangereux, les patous. Ces molosses sont censés protéger les moutons du loup. En fait, ils terrorisent les randonneurs, les alpinistes, les vététistes, ou les promeneurs que d’ailleurs ils mordent trop souvent. Les patous sont censés protéger les troupeaux des loups mais qui protégera les autres usagers de la montagne des patous ?


Patou = danger même si ça n'en a pas l'air. Ce chien a décidé que vous ne passerez pas !!!
Patou = danger même si ça n'en a pas l'air. Ce chien a décidé que vous ne passerez pas !!!
Un territoire pour les loups

Je précise d’emblée que je ne suis pas hostile à la présence du loup dans nos montagnes et nos forêts, au contraire. Il faut accepter un ré-ensauvagement d’une partie au moins du territoire en profitant de la déprise agricole. C’est là que le loup a toute sa place. La chute des effectifs de l’élevage ovin pour la viande d’environ 50% (passant de 7 à 3,7 millions de têtes en trente ans), la relative désaffection des consommateurs pour cette viande ovine est une opportunité à saisir pour faire de la place au loup. Comme l’avait déclaré, il y a quelques années, le maire de Saint Martin Vésubie, Gaston Franco, « le pastoralisme n'est pas indispensable au Mercantour » ici. Déjà des estives sont abandonnées, les plus difficiles d’accès, les plus délicates à surveiller. Mais ce n’est pas suffisant. Les zones centrales des Parc nationaux devraient être intégralement dévolues à la seule faune sauvage, prédateurs compris. Il faudrait aussi délimiter des continuités entre les zones ré-ensauvagées. De ces zones, serait exclu le pastoralisme ovin pour la viande. Il faut réserver des territoires pour les grands carnivores car si le pastoralisme et le loup sont incompatibles comme le clament avec raison les éleveurs ovins, il ne faut pas choisir entre eux et les loups comme ils le revendiquent, persuadés que ce seraient eux les heureux élus. Il faut partager l’espace et en laisser une partie aux loups et autres grands prédateurs, la préservation d’une nature sauvage étant aussi essentielle que le maintien d’un élevage ovin en crise. La recommandation n° 17 (1989) relative à la protection du loup gris (Canis Lupus) du Comité permanent de la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe va tout à fait dans ce sens. Elle demande que chaque pays définisse «dans son territoire des régions adaptées à l’existence des loups » Il faut que ces régions incluent « les zones où le loup bénéficiera d’une protection juridique totale, par exemple dans des parcs nationaux, des réserves ou des zones de conservation spéciales ainsi que d’autres zones où les populations de loups seront modulées en fonction de principes écologiques en vue de réduire les conflits qui peuvent survenir avec d’autres modes d’utilisation des terres. » (directive n°2)Dans les «régions adaptées à l’existence du loup » et spécifiquement désignées pour sa conservation « un développement économique extensif susceptible d’être préjudiciable à l’espèce et à son habitat sera par conséquent exclu. » (directive n°4)

Pour ce qui est des « autres zones » où les populations de loups peuvent être « modulées » pour réduire les conflits qui peuvent survenir avec d’autres modes d’utilisation des terres la coexistence du loup avec la randonnée pédestre ou équestre, l’alpinisme, le vtt ne pose pas de problème particulier. Par contre, c’est la coexistence de ces pratiques avec le pastoralisme qui est pour le moins délicate lorsque sur les territoires où plane la menace de prédations par des loups, les moutonniers ont recours à des chiens de protection, les patous qu’ils laissent livrés à eux-mêmes dans des troupeaux sans surveillance où sans surveillance suffisante.
 

Si le patou y était, il nous mordrait

Ceux qui s’imaginent qu’il est possible de faire coexister le loup et l’agneau sur un même territoire sont, en partie, à l’origine de ce recours en force à des chiens que l’on ne peut pas dresser mais seulement « éduquer » et qui le sont souvent bien mal. Ces molosses blancs perdent vite leur air débonnaire quand ils courent droit sur le passant, en aboyant férocement, tous crocs dehors. Pauvre passant, randonneur, alpiniste, vététiste ou simple promeneur ! C’est au mieux une belle frayeur, une course interrompue et bien trop fréquemment une morsure parfois légère mais parfois profonde. Il ne fait plus bon se promener sur l’alpe où paissent les brebis, la plupart du temps laissées à elles-mêmes sous la sauvegarde des patous. Certes, le loup complique la vie des bergers et des éleveurs. Mais ceux-ci, en retour, avec leurs patous qu’ils laissent seuls au milieu des troupeaux compliquent aussi la vie de tous les autres utilisateurs de la montagne. Lorsqu’il n’y avait pas de patous, il était possible de randonner, herboriser, guetter la marmotte et se promener tranquillement dans les alpages. Avec ces fauves souvent livrés à eux-mêmes en toute légalité, lorsque toute une famille se promène sur un sentier de montagne large, bien tracé et bien balisé pour aller pique-niquer au bord d’un petit lac, elle est en danger.

Sur les terres hantées par le loup, gare aux patous !
Des bergers à éclipse

C’est au berger ou à l’éleveur de protéger son troupeau ! Éventuellement à coups de fusil pour bien faire comprendre aux loups qui réchapperont (ils chassent en meute) de l’attaque d’un troupeau où ils auront dû affronter la mitraille que « moutons = danger ». Ils sont intelligents et saisissent vite ! En ce sens, la position de José Bové qui a fait tant hurler moult défenseurs de la faune sauvage n’était pas si condamnable. Ce qui fait problème dans sa déclaration, c’est qu’il semble admettre les tirs dits de « prévention » et avec ces tirs-là, on n’est pas loin de l’éradication. En tout état de cause, la meilleure façon de protéger un troupeau n’est pas de déléguer cette tâche à des chiens mais de la donner aux bergers appuyés par des chiens le cas échéant ; à des bergers en nombre suffisant pour des troupeaux de taille raisonnable, ce qui n’est que très rarement le cas, aujourd’hui. Pour qu’ils tirent sur le loup qui vient attaquer leur troupeau comme le suggérait José Bové, il faut qu’éleveurs ou bergers soient présents lors de l’attaque. Ce qui ne peut être le cas lorsqu’un seul homme (ou une seule femme) est à la tête de milliers bêtes qui s’éparpillent sur tout le flanc d’une montagne. Ce qui l’est encore moins lorsque le troupeau est laissé sans surveillance humaine, sans gardien, le propriétaire « montant » une ou deux fois par semaine à l’estive, occupé le reste du temps, « en bas » à d’autres tâches… On comprend mieux pourquoi «la profession » considère que la défense active contre les loups ne doit pas relever du travail des éleveurs et des bergers. Il faudrait qu’ils assument une présence assidue sur l’estive auprès du troupeau !!! Et tout compte fait, vu leur état d’esprit, ce refus d’une défense active est peut-être une bonne chose pour Canis lupus car leur confier des fusils avec le droit de tirer sur les loups serait mettre l’espèce en danger sur le territoire français. En effet, ils ne veulent pas seulement défendre leur troupeau contre une attaque, ils veulent l’éradication du loup pour que tout soit «comme avant» lorsqu’ils pouvaient laisser les bêtes à elles-mêmes dans la montagne avec une surveillance épisodique et des infrastructures minimales. Pour eux, comme le souligne un de leurs meilleurs avocats, le retour du loup a entrainé « une rigidification des pratiques pastorales qui va à l’encontre de la nécessaire souplesse sur des espaces naturels sur lesquels l’éleveur ne maîtrise aucun des facteurs de production de la ressource fourragère » et «le poids des mesures de protection fait disparaître le principal atout du pastoralisme, qui est une mobilisation peu coûteuse de ressources fourragères sur les espaces naturels » (Laurent Garde, Les loups face à l’élevage, un compromis difficile, Académie d’Agriculture de France, ici )). Les patous pouvaient passer pour la solution idéale, il suffisait de les intégrer au troupeau en nombre suffisant (leur achat et leur entretien sont subventionnés au trois quart) et tout serait comme avant à moindres frais. Sauf que le patou a tendance à prendre les bipèdes qui passent aux abords du troupeau pour des loups…

Pour les défenseurs des loups qui veulent promouvoir la cohabitation de ce grand carnivore avec le pastoralisme extensif, tout se passe comme si les chiens de protection avaient le droit de tuer un loup qui attaque un troupeau mais pas le berger…Cette curieuse position masque en fait une réalité économique : la main d’œuvre humaine coûte plus cher que la main d’œuvre animale. Le recrutement de bergers et d’aides bergers en nombre suffisant revient trop cher à l’éleveur, d’où le recours à ces chiens et l’appel à des volontaires bénévoles pour aider à la garde du troupeau comme le font certaines associations de défense des grands carnivores qui font le pari de leur coexistence avec le pastoralisme. Mais lorsque le chômage est élevé, notamment parmi les jeunes, on peut s’interroger sur la pertinence de ce recours à un bénévolat. Aide-berger est un métier. Comme pour les aides à la personne, il faudrait mettre en place des aides accrues pour ceux des éleveurs qui recruteraient des aides-berger et proposer des formations qualifiantes à ceux qui exerceront ce travail. Dans cette hypothèse, il faudrait aussi agrandir les « cabanes » prévues aujourd’hui pour une seule personne afin que berger et aides bergers puissent y vivre correctement. Là où serait le chien, il y aurait aussi l’homme. Et ce serait une dissuasion bien plus efficace sans conséquence fâcheuse pour les autres usagers de la montagne. Cela entrainerait-il des surcoûts rendant cet élevage non rentable ? Il n’est déjà pas rentable. Il vit à près de 80% sous perfusion de subventions diverses. Alors un peu plus, un peu moins !

En attendant, les patous sont là et bien là, seuls sur l’alpage avec des bergers à éclipses. Si vous fréquentez la montagne au temps des estives, gare à vos mollets et à vos fesses…. Il faut savoir que ces chiens sont aussi un fléau pour les ongulés sauvages, pour toute une microfaune et aussi pour l’animal sans doute le plus populaire de l’alpage : la marmotte. Et lorsque ces molosses les boulotent parce qu’ils ont faim ou que tout simplement ils s’ennuient, personne ne portera plainte pour ces exactions.

Les éleveurs manifestent pour intimider les juges…

D’ailleurs chaque fois que porte plainte une malheureuse victime humaine des attaques et morsures d’un patou, que par miracle, cette plainte n’est pas classée sans suite et qu’arrive enfin le jugement, c’est une levée de bouclier de la « profession » avec à la clé des rassemblements d’éleveurs devant le tribunal pour faire pression sur les juges ! A propos de l’un de ces procès, on peut lire dans Le Dauphiné : « Autant la rigueur du ton employé (par le procureur) que la réquisition (750 € d’amende avec sursis, alors que dans des affaires similaires, jamais aucune peine n’avait été réclamée) avaient suscité la colère (des éleveurs). Pendant trois jours, les éleveurs avaient campé en plein centre-ville de Saint-Jean de-Maurienne, réclamant une clarification de leur situation.» Finalement, le tribunal n’a pas suivi les réquisitions du procureur et l’éleveur a été acquitté !!! Après cela, de prétendus experts du Cremagref viendront raconter que les éleveurs n’ont pas de poids et que c’est pour cela que l’on a pu leur imposer les loups...

et des « pro-loups » volent au secours des éleveurs « anti-loups » …

Qu’il soit acquitté, ou qu’il arrive qu’il soit condamné, sa négligence et sa responsabilité étant par trop criante, l’éleveur ou le berger a aussi le soutien des pro-loups, blogueurs comme celui de « la buvette des alpages » ou associations comme Férus qui prétendent défendre le loup (l’ours ou le lynx) en essayant de promouvoir une cohabitation élevage / grands carnivores pour le moins problématique.
A propos de l’acquittement cité ci-dessus, on peut lire sur « La buvette des alpages » : « Bonne nouvelle, l'éleveur poursuivi pour l'agressivité de son chien patou est relaxé. » alors que, rappelons-le tout de même, l’éleveur était poursuivi devant le tribunal parce que le chien en cause avait attaqué, sur un sentier, la gardienne d’un refuge. Il l’avait mordue à plusieurs reprises aux bras et aux cuisses. Les morsures étaient sans gravité mais la victime a affirmé à l’audience qu'elle avait eu la peur de sa vie. « Ça a duré plus d'une demi-heure et j'avais très peur de tomber tellement il a été agressif. J'ai vraiment eu du mal à m'en remettre, surtout psychologiquement, alors que je n'avais pas du tout peur des chiens jusque-là.» Dans son réquisitoire le Procureur avait considéré qu’il y avait « faute caractérisée de l’éleveur pour divagation de chien, négligence sur la génétique du patou, choix d’un chien des Abruzzes et non pas un berger des Pyrénées, défaut de formation du berger, manques dans la formation du chien » Que cet éleveur ait été relaxé n’est pas une bonne nouvelle mais un pur scandale !

À l’occasion de la condamnation d’un autre éleveur suite à une morsure infligée à un vététiste qui était à l’arrêt et éloigné du troupeau que le patou mordeur était censé défendre, Férus a cru bon de publier le communiqué suivant «L’association FERUS soutient notamment l’utilisation des moyens de protection et considère donc la présence des chiens patous comme indispensable.» oubliant de préciser que c’est le binôme berger/patou qui seul peut être véritablement efficace. Dans ce communiqué, Férus ne s’inquiète pas de savoir où était le berger mais s’empresse d’ajouter «En alpage et en toute zone de pâturage, il est important que chacun respecte le travail des éleveurs et bergers ainsi que la quiétude des troupeaux. Pour écarter les grands prédateurs (loups dans les Alpes, ours dans les Pyrénées), les patous (chiens de protection) sont indispensables. Chaque usager de la nature doit adopter de bons comportements vis-à-vis des chiens de protection des troupeaux.» Ce qui sous-entend que la victime est sans doute un peu coupable et que ce qui lui est arrivé est au moins en partie de sa faute !

Le propriétaire d’un chien est responsable de ce que fait son animal. Un beau jour, ce sera un enfant que l’un de ces molosses agressera. Il le défigurera peut-être. Férus soutiendra-t-elle le berger ? En militant pour la généralisation de la présence de patous dans les troupeaux, l’association portera une part de responsabilité sinon juridique, du moins morale en cas d’accidents. Ils sont inéluctables dans l’état actuel des choses. Ironie de l’histoire, alors que Férus prenait fait et cause pour les éleveurs dans cette affaire, ceux-ci sont bien trop «anti-loup» pour lui en être reconnaissants : Férus est pro-loup ! Dans son communiqué Férus ajoutait «Il arrive toutefois que des patous soient mordeurs : ces animaux n’ont évidemment pas à être présents en alpage.» Ce qui lui a valu une réponse cinglante de la Fédération des acteurs ruraux ; réponse ô combien significative de l’état d’esprit des éleveurs : «Si vous mettez un chien inoffensif en alpage, il ne sert qu’à assouvir l'idéologie d'intégristes, mais en rien à protéger éventuellement d'un prédateur... Le chien si il est de protection réagit à l'approche de tout individu de la même façon et le repousse soit par intimidation, soit directement en mordant...» On notera que ce n’était pas l’avis du juge. Selon le journal Le Dauphiné ici, l’éleveur aurait déclaré : «Le chien a-t-il complètement tort ?» On voit bien là l’inconscience, ou le sans gêne de celui qui croît que la montagne n’est rien d’autre qu’un parc à mouton ! En tout cas, pour la juge, la réponse à cette question saugrenue était évidente : «le chien doit mordre le loup, pas les humains» …

Les éleveurs reconnaissent d’autant mieux les problèmes posés par les chiens de protection qu’ils considèrent eux aussi que le pastoralisme et le loup ne peuvent cohabiter. Ils ne veulent plus avoir à se protéger du loup, ils veulent son éradication, éradication qui rendrait inutile la présence des patous dont ils se passeraient volontiers. En rendant le loup responsable de la présence de ces chiens, en insistant sur les dangers que font courir les patous aux randonneurs, ils cherchent à gagner à leur cause ces derniers qui sont réputés «pro-loup». En vain, si l’on en juge aussi bien par les commentaires trouvés sur les sites de randonneurs pédestres ou équestres, vététistes que sur les déclarations des touristes promeneurs. Ce sont les patous qu’ils redoutent, pas les loups. Les moutonniers sont jugés sans indulgence. Les autres utilisateurs de la montagne estivale leur reprochent de vouloir la réserver à leur seul usage. Ils blâment leur désinvolture et leur sans-gêne. Pour eux, ce sont les éleveurs et les bergers qui sont responsables des incidents ou accidents qui arrivent et ce sont eux qu’ils mettent en cause lorsqu’ils ont maille à partir avec ces chiens, jamais les loups. C’est contre eux qu’ils portent plainte et si au pénal, la jurisprudence est incertaine, ils gagnent presque toujours au civil qui leur alloue des indemnités compensatoires du préjudice subi.

Envers et contre tout, Férus veut des patous !

Par contre pour les défenseurs du loup qui prônent la cohabitation sur un même espace des loups et des troupeaux, les patous sont un des éléments de protection essentiel comme il est d’ailleurs précisé dans le communiqué de Férus rapporté ci-dessus. Ils ont tendance à minimiser systématiquement les attaques de ces chiens contre les autres usagers de la montagne et tous les désagréments qu’ils leur causent. «La majorité des patous au travail sont très efficaces contre la prédation et ne causent aucun problème aux usagers de la montagne.» déclare Férus dans un français approximatif. L’efficacité est discutable et heureusement que la majorité de ces chiens ne mord pas. Il suffit d’une minorité agissante pour que, l’été, les incidents et les accidents se multiplient. Que les responsables de cette association lisent donc les journaux ou se connectent à des sites de vététistes ou de randonneurs comme «randonner malin» et parcourent les commentaires et témoignages qui y figurent. Qu’ils interrogent les médecins, pharmaciens et gendarmes locaux… Férus veut concilier la présence de moutons à l’estive et de loups sur un même territoire, une gageure. Dans ce tête à tête conflictuel qu’elle essaie de maîtriser, cette association néglige les autres usagers de la montagne, humains ou non et tend à les sacrifier. Les collectivités territoriales et l’Etat ont tendance à faire de même en voulant ménager la chèvre et le chou, le loup et l’éleveur. On sait bien qu’ils se moquent du sort des marmottes et de tout le petit peuple de poil et de plume vivant sur l’alpage. Quel élu, quel technocrate s’en inquiéterait-t-il? C’est comme toujours, quantité négligeable ! À quelques exceptions près, vis-à-vis des randonneurs et autres vététistes aussi, ils font preuve d’une grande désinvolture ou d’une totale incompétence. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les conseils qu’ils donnent à tous ceux qui peuvent se retrouver nez-à-nez avec ces chiens fantasques et parfois féroces.

En voici un émanant d’une brochure officielle, relayée par Férus mais qui est inapplicable environ neuf fois sur dix : « si vous croisez un troupeau, contournez-le largement » Il faut croire que ceux qui ont concocté une instruction pareille n’ont jamais mis les pieds sur un sentier de montagne où bien souvent, à cause de la topographie, aucun contournement n’est possible! Voici donc un témoignage parmi de multiples : « désireux de retourner à notre véhicule, nous avons choisi l’option du contournement, franchissement de la rivière puis descente d’une petite barre rocheuse et nous voilà au contact. Un troupeau de brebis était là, stationné sur le GR sans berger, mais avec 7 patous. (27 août 2012) » Dans le sens inverse d’autres randonneurs attendaient…

Dans la même brochure on peut lire : « Face à un chien de protection (…) si vous êtes impressionné, faites demi-tour sans faire volte-face » Pour aller où ? Refaire en sens inverse un chemin qui risque d’être très long ? Rentrer chez soi ? Autant y rester et éviter le stress résultant d’un face-à-face aussi traumatisant ! Voici un témoignage concernant la mise en pratique de ce précieux conseil : « nouvelle rando sur l'autre versant de la vallée avec ascension du Pic de Mal Ubac, toujours depuis Beauvezer par le GRP. Tout se passe bien jusqu'à la crête Mais qu'elle ne fut pas ma surprise de tomber sur un troupeau de mouton qui se trouvait sur le versant, invisible depuis l'ascension. Pour plus de précision, le troupeau se trouvait au NIVEAU du panneau directionnel du GRP de Pays alors qu'il y avait des pâturages à perte de vue, très éloignés du sentier. D'un coup mon sang se glace, des aboiements et deux patous qui surgissent vers moi en courant. Un reste à distance, le second s'approche à dix mètres. Reprenant mon courage et de toute façon sans autre possibilité que d'affronter le danger, je mets en pratique les conseils. J'écarte mes bâtons et je parle calmement au chien, je recule doucement en continuant à lui faire face. Il était très agressif et virulent mais j'arrive petit à petit à reculer (dans un pierrier dangereux au passage) sans que celui-ci ne bouge. A distance raisonnable, je me retourne et attaque doucement ma redescente, tout en tournant la tête pour éviter d'être attaqué par l'arrière. Et bien sûr PAS DE BERGER. Quel énorme STRESS avec vacances gâchées car je n'ai plus randonné de la semaine. Je randonne seul et à 2000 mètres, attaqué par des patous, sans liaison téléphonique, je me mets en danger irrémédiablement (William, 28 juillet 2013) »

Déjà la veille ce randonneur avait dû rebrousser chemin sur un autre itinéraire face à des patous agressifs barrant le passage et sans possibilité de contournement. Il n’est pas le seul à vivre pareille mésaventure « Cet été avec Robert et Thierry on a été obligé de faire demi-tour au sommet de Maurel, 6 patous nous ont empêché de passer. On est resté coincé 30 min protégés derrière nos vélos ... chaque fois que l'on bougeait les patous revenaient menaçants » Ou encore « Ce week rando dans le Mercantour, petite boucle Lac de Trécolpas, Pas des Ladres, Notre Dame de Fenestre et retour le deuxième jour par la cime du Pisset. Sur le chemin un premier patou croisé pas très commode, 1er détour à flanc de colline pour continuer mon chemin, un peu plus tard, un deuxième, plus cool, mais bon, petit détour quand même et quelques instant après trois patous se précipitent sur moi et m’encerclent, vraiment très agressifs, sans mes bâtons, qu’ils ont pris en travers de la g… j’aurai pu y laisser un bout de mollet. Finalement j’ai dû faire demi-tour et rentrer par le sentier de la veille. Et pendant que les moutons sont gardés par ces chiens enragés, les bergers ils sont où ? »
 

Sur les terres hantées par le loup, gare aux patous !
Certes, là ne sont rapportées que des contrariétés : une randonnée ratée, des vacances gâchées … Mais il y a beaucoup plus graves : les morsures, beaucoup plus fréquentes que des associations comme Férus ou les offices de tourisme veulent le faire croire. Voici quelques témoignages.

« Il n'était pas venu depuis quinze ans en Haute Maurienne (Savoie) et, lors de sa première balade, le 15 juillet, sur un chemin très fréquenté du parc national de la Vanoise, Jean-Luc Renaud, 55 ans, est « tombé des nues avec le patou ». Cet enseignant de Chartres (Eure-et-Loir) s'est fait mordre à huit reprises, depuis les mollets jusqu'aux épaules, par trois chiens de montagne des Pyrénées qui se sont précipités sur lui. Nathalie Grynszpan, Le Monde du 8 août 2008) »

« A la fin du mois de juillet, j’ai été attaquée et grièvement blessée par 3 patous près d’un refuge du Parc de la Vanoise. Cela m’a valu 3 h 30 de bloc opératoire à l’hôpital de Moutiers, une semaine d’hospitalisation au CHU et au moins un mois d’arrêt de travail. (…) À mon avis, il serait bon de rafraîchir ces informations destinées au grand public et d’arrêter de raconter aux jeunes enfants que le patou est toujours un bon toutou docile. L’attaque dont je viens d’être victime et qui aurait pu être mortelle (…) m’a permis d’autre part d’être en relation avec de nombreuses personnes ayant subi des attaques par ces chiens dans les alpages (au moins une quinzaine depuis le début de l’année). (…) Après m’avoir attaquée ces chiens sont restés sur l’alpage plusieurs jours et leur propriétaire envisage déjà de les y remonter, soutenu par les administrations concernées (DDA…). (Juillet 2008)» (Nb. : Les éleveurs propriétaires de ces chiens qui avaient agressé aussi six autres personnes ont été condamnés : à 5000 euros d’amende dont 4000 avec sursis et leur GAEC à 20 000 euros d’amende dont 8000 avec sursis. Il ne restait plus qu’un seul des chiens mordeurs qui a été confisqué. De plus deux des victimes ont été dédommagées au civil))

« Nous croisons un randonneur un peu blême, ce dernier venait de se faire bien pincer aux jambes par ce fantastique toutou (pantalon arraché, et belles marques de la dentition de l’animal). Eh pourtant, il nous a expliqué avoir rangé les bâtons, s’être signalé, avoir stoppé, le chien est venu et crac.(Août 2012) »

« Ce lundi après-midi, une randonneuse de 35 ans a été victime de lourdes morsures de la part de deux chiens de protection de troupeaux. Elle marchait dans le Parc national de la Vanoise, à Termignon, et s'est retrouvée, au détour d'un sentier, au milieu d'un troupeau d'ovins. Les patous l'ont attaquée et mordue à plusieurs reprises. La randonneuse a réussi à se dégager et a regagné un refuge. Les gardiens, constatant la gravité des atteintes et le saignement, ont appelé les secours. La victime a été héliportée vers l'hôpital de Saint-Jean-de-Maurienne (le 19/08/2013 à 19:49 Le dauphiné .com)ici

Etc., etc., ….

Dans de telles conditions, il n’est pas étonnant que certains renoncent à la randonnée en montagne en période d’estive : « Je n'ai jamais eu de problème avec le Loup à ce jour, Par contre avec le chien Patou oui, j'ai même vu des bergers qui ne réagissaient pas face à l'agressivité de leur chien. Depuis et par peur de me faire mordre moi ou mes enfants j'ai arrêté toute balade dans le Mercantour. Quel dommage!!! (Écrit par : Lionel | 09/08/2011) dans Randonner malin»
Des accompagnateurs en montagne évitent d’emmener leurs clients dans des zones où ils savent que des patous sont présents. Des randonneurs téléphonent aux gardiens de refuge pour savoir s’il y a un risque de rencontrer des patous sur le sentier d’accès ….

« Vous voulez pas d’ennuis ? Ben vous évitez les troupeaux, c’est simple non ? » assène un supporter de Férus. Comme les moutons sont partout sur l’alpage, appliquer cette maxime péremptoire, c’est s’interdire pratiquement toute randonnée en moyenne montagne, s’interdire d’accéder à la haute montagne (il faut traverser l’alpage). Autant rester chez soi. Si toute la montagne doit être un gigantesque parc à moutons qu’il est trop dangereux de fréquenter, qu’on le dise franchement et que l’on en interdise l’accès. Tant pis pour le tourisme de montagne, la randonnée d’été. Au lieu de cela, la présence du loup est un argument pour attirer le touriste, le randonneur, le promeneur auxquels on évite de parler du chien. Ce mensonge par omission a vite fait long feu. Il n’y a plus guère de gens qui ignorent la présence de ces chiens dangereux. Déjà s’installe chez les randonneurs et promeneurs une sorte de « psychose » du patou et on voit des professionnels du tourisme mettre en avant comme atout l’absence de patous sur leur secteur.

Un exemple à suivre

Est-ce à dire que sur des estives où plane la menace d’une prédation lupine (ou canine), le pastoralisme et le tourisme de montagne sont incompatibles ? Pas nécessairement mais il faut que les patous ne fassent pas partie du dispositif de protection, du moins des patous laissés à eux-mêmes. Dans un article du Dauphiné du 28/08/2013 ici la journaliste rapporte que les éleveurs et bergers ceillaquins ont décidé de renoncer à utiliser des patous. Pour eux, ce chien présente surtout l’inconvénient d’effrayer les randonneurs, avec le risque à long terme de ralentir l’activité touristique. « Pour Vincent Mascot, éleveur présent chaque été dans le secteur de la Bergerie du Bois Noir, les patous représentent un véritable danger pour les randonneurs. Un avis partagé par Rémi Schlecht, qui garde son troupeau du côté de Clausis : « Tant que je peux tenir sans patou, je résiste. Je ne veux pas de conflit avec les marcheurs. La fréquentation touristique est importante, on ne peut pas se mettre les touristes à dos. » Ces éleveurs pointent aussi que l’hiver, au village, ces chiens seraient ingérables. Pour eux la véritable alternative au patou, c’est la présence du berger qui est considérée comme bien plus efficace. « Pour Vincent Mascot, la vraie protection, « c’est d’être avec les brebis, c’est le meilleur moyen de réduire les risques ». C’est également l’avis de Rémi Schlecht, éleveur et berger depuis plus de vingt ans, pour qui la solution la plus efficace est « d’être aux bêtes 24 heures sur 24 ».Pour lui, pas question de quitter son troupeau. « Depuis que le loup a été réintroduit, j’ai complètement changé ma façon de gérer l’alpage. Je dors avec les brebis, je suis là à chaque instant, c’est une philosophie. Que ce soient les miennes ou pas, je ne garde pas des bêtes pour qu’elles se fassent attaquer par les loups. » » Le problème, c’est que l’excellente « philosophie » de cet éleveur est loin d’être partagée par tous.

Vingt ans après

Vingt ans après le retour des premiers loups dans le massif du Mercantour, les montagnes se sont peuplées de patous qui posent de plus en plus de problèmes à tous les autres usagers de la montagne sans que la politique de l’État change, sans que les éleveurs renforcent de façon significative la surveillance de leurs troupeaux par une main-d’œuvre humaine efficace, sans que la gestion des chiens de protection, leur sélection et leur contrôle soient effectifs.
Estimant que la protection des personnes est une priorité absolue pour les élus locaux, comme pour l’État et qu’il fallait protéger au mieux les habitants de la commune, comme les touristes de passage, le Conseil municipal de Modane avait voté une délibération en 2008 exigeant de l’État et de ses représentants des actions claires et concrètes en adéquation avec la réalité du terrain, pour permettre le tourisme et le pastoralisme ainsi qu’une clarification des responsabilités de chacun, notamment des élus. Il pourrait voter de nouveau aujourd’hui dans les mêmes termes.
Les régions dévolues au loup que la recommandation européenne n°17 relative à la protection du loup demandait de définir ne le sont pas. Par contre certains élus ont tenté de faire admettre des zones de protection renforcées contre le loup. Les unes ne vont pas sans les autres : il faut des régions dévolues au loup et des régions où il ne sera pas le bienvenu. Et tant que les premières n’existeront pas en qualité et quantité suffisante et ne seront pas réellement sanctuarisées, il est exclu d’instaurer les secondes. Or, réserver un territoire au loup duquel serait exclu toute activité « qui pourrait être préjudiciable à l’espèce » demande une révolution dans la tête de tous les politiques et beaucoup de leurs électeurs pour admettre, comme l’affirme fortement la recommandation n°17 que « les loups, comme toutes les autres espèces sauvages, ont le droit d’exister à l’état sauvage. Ce droit ne découle en aucune façon de l’intérêt que porte l’homme à ces animaux, mais procède du droit de toute créature vivante de coexister avec l’homme dans le cadre des écosystèmes naturels. »
Faudra-t-il attendre qu’il y ait un mort pour que les choses bougent ? Dans ce cas, il faut craindre que ce soit au détriment du loup, de la survie de l’espèce en France.

Annexes :

1 – Délibération du Conseil municipal de Modane du 27 août 2008 sur la présence de loups et de patous ( Thierry Théoliers sur le site Modane.info)

Le tourisme d’été en Savoie et surtout en montagne, est une activité économique importante, elle permet le maintien de population dans nos vallées désertées par les activités industrielles.
La réintroduction ou le retour du loup, espèce protégée par la Loi, a entraîné des dégâts importants dans les troupeaux de moutons, nombreux en altitude.
Le législateur, soucieux de préserver le pastoralisme tout en réimplantant une espèce disparue, a « pensé bien faire » en offrant gratuitement aux éleveurs des chiens « Patous » et leur nourriture. Ces chiens considèrent le troupeau comme leur famille et attaquent tout élément s’en approchant.
Les attaques contre les touristes, comme les randonneurs locaux mieux informés, se multiplient. Ces chiens ne différencient pas l’homme du loup et leurs morsures traumatisent les vacanciers et les populations de nos vallées qui n’osent plus s’aventurer en montagne.
La baisse de fréquentation de cet été en montagne (remplissage des refuges et réservations auprès des guides et accompagnateurs) n’est certainement pas exclusivement due à ce problème même s’il y contribue de façon importante.
Le législateur, toujours soucieux de bien faire pour maintenir l’activité touristique, après avoir d’abord décidé de protéger le loup, puis de protéger le pastoralisme, va-t-il aujourd’hui poursuivre en finançant une nouvelle protection aux randonneurs pour préserver une partie importante de notre économie ?
De plus en plus fréquemment, les médias se font l’écho de drames comme celui très récent qui a eu lieu aux abords du Refuge de la Leysse (commune de Termignon), où une randonneuse a été attaquée par 3 Patous et traînée sur un chemin, ne devant son salut qu’à l’intervention d’un homme alerté par ses cris. Elle est actuellement hospitalisée à Grenoble dans un état grave.
La protection des personnes étant une priorité absolue pour les élus locaux, comme pour l’Etat, dans ce but de protéger au mieux les habitants de la commune, comme les touristes de passage, et sans chercher à montrer du doigt le ou les responsables de ces drames entre le politique, l’écologiste, l’éleveur, le fonctionnaire, le promeneur, le « Patou », le mouton ou le loup,
Après en avoir délibéré, à l’unanimité des membres présents, le Conseil Municipal,
- Souligne l’incompréhension des élus locaux qui sont pris à partie par les éleveurs, les touristes, les professionnels de la montagne et les habitants.
- Précise que les élus de Modane qui sont confrontés quotidiennement aux questions de nombreux administrés ont beaucoup de difficultés à expliquer la politique de l’Etat sur ce dossier.
- Exige de l’Etat et de ses représentants des actions claires et concrètes en adéquation avec la réalité du terrain, pour permettre le tourisme et le pastoralisme.
- Exige une clarification des responsabilités de chacun, notamment des élus.
(les passages soulignés le sont par moi JFD)

2 – Extraits de la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe - Comité permanent (Recommandation n° 17 (1989) du comité permanent relative à la protection du loup (Canis Lupus) en Europe (adoptée par le Comité permanent le 8 décembre 1989))

Enoncé de principes relatifs à la conservation des loups
1. Les loups, comme toutes les autres espèces sauvages, ont le droit d’exister à l’état sauvage. Ce droit ne découle en aucune façon de l’intérêt que porte l’homme à ces animaux, mais procède du droit de toute créature vivante de coexister avec l’homme dans le cadre des écosystèmes naturels.
Directives
Nous recommandons les directives suivantes pour les actions de conservation du loup.
A. Généralités
1. Dans les régions ou pays où les loups sont menacés d’extinction, il convient d’accorder une protection totale à la population survivante. (Ces cas seront consignés dans un Livre rouge, ou feront l’objet d’une déclaration gouvernementale).
2. Chaque pays définira dans son territoire des régions adaptées à l’existence des loups et adoptera en conséquence une législation permettant de maintenir les populations de loups et de faciliter la réintroduction de cette espèce. Ces régions incluront les zones où le loup bénéficiera d’une protection juridique totale, par exemple dans des parcs nationaux, des réserves ou des zones de conservation spéciales ainsi que d’autres zones où les populations de loups seront modulées en fonction de principes écologiques en vue de réduire les conflits qui peuvent survenir avec d’autres modes d’utilisation des terres.
3. Il convient d’établir des conditions écologiques favorables dans ces régions grâce à la reconstruction d’habitats adaptés à la réintroduction de grands herbivores.
4. Dans les régions spécifiquement désignées pour la conservation des loups, un développement économique extensif susceptible d’être préjudiciable à l’espèce et à son habitat sera par conséquent exclu.
Le texte complet est consultable ici

3 – Une étrange erreur

Sur le site du Dauphiné, dans un article daté du 22/08/2013 intitulé « Débat sur Le Patou : éduquer les chiens ou les touristes ? » comme si seuls les touristes avaient maille à partir avec les patous, Jacques LELEU écrit: « Nous évoquions enfin les précédentes attaques dans notre département et leurs suites judiciaires. Elles se sont toujours soldées par la relaxe des éleveurs. »ici Ce qui est manifestement faux. Le journaliste devrait le savoir puisque c’est dans son journal que le 30 septembre 2009, on pouvait lire « Hier après-midi, la responsabilité pénale des deux frères éleveurs) a été retenue au titre de quatre agressions (de patous) pour lesquelles ils ont été condamnés à 5000€ d'amende dont 4000€ avec sursis. Le tribunal les a en revanche relaxés pour trois autres agressions au motif qu'il n'avaient commis aucune faute caractérisée dans la surveillance de leurs chiens. Leur dernier chien (trois étant morts depuis les faits) a quant à lui été confisqué, car jugé potentiellement dangereux. » Pour le dossier qu’il a consacré aux patous, ce journaliste n’aurait-il donc pas consulté les archives de son propre journal ? Il aurait dû y trouver également l’article intitulé « DIGNE-LES-BAINS (ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE) : Un éleveur condamné pour la morsure de son chien patou » paru le 01/06/2012 et signé Katy CANTAGREL Ici . Une telle erreur est difficilement compréhensible. On se perd en conjectures…

_____________________________________


Les témoignages rapportés sont tirés principalement des sites VVT plus ici et Randonner malin ici où l'on en trouvera une liste impressionnante.

Photos de haut en bas : Emma Martinet/Wikimedia common; Inconnu (le dessin du panneau photographié signé Philippe Tastet est extrait d'un tract électoral des JA de la FNSEA de 2007 ); Vttplus.

 

Vendredi 13 Octobre 2017 Commentaires (6)

Au détour d’un tweet, je viens d’apprendre qu’un végan a répondu à un article de mon blog "Stop au bourrage de crâne : Le mode de vie végan n’est ni écologique, ni éthique !" Il s’agit d’un opus de 30 pages bien tassées écrites par Emile Bévillon. Venant d’un végan pur et dur prêt à justifier toutes les errances de la propagande des PETA et autres association véganes, cela me conforte dans l’idée que j’ai dû viser juste. Je ne pouvais donc laisser ce texte sans réponse bien que j’en ai eu une connaissance tardive. Il a été mis en ligne sur Facebook en Février.


Je ne vais pas faire une réponse point par point à ce texte souvent redondant. Je vais d’abord préciser l’un de nos principaux désaccords qui explique nombre de ses objections, objections qui tomberont par voie de conséquence si j’ai raison (§1). Je reviendrai ensuite sur la question des pairies de fauche ou pâturées dont l’existence est  dépendante de celle de l’élevage qui un point central de mon texte. Il me sera facile de montrer que les prétendues solutions que mon contradicteur avance pour les maintenir en l’absence d’élevage sont pour le moins irréalistes voire farfelues (§2). J’aborderai alors la question connexe de l’effet de serre (§3) et je reviendrai sur la question de la ressource en eau, ce qui me permettra de montrer comment la propagande végane manipule l’opinion sur cette question (§4). Le peu d’intérêt que manifeste ce végan de choc pour le plan français visant à les réduire les importations de soja est significative du rôle que joue pour les végans les considérations environnementales (§5). Significative aussi la façon dont il rend compte d’article dont les conclusions dérangent ses a priori végans (§6). Enfin je m’attacherai à discuter quelques points qui pour être de détail n’en sont pas moins révélateurs du véganisme.
Pour ne pas lasser le lecteur, je laisserai de côté ses tentatives de justification des outrances de PETA et errances d’autres sites ou pratiques végans que j’épingle dans les annexes. Le lecteur jugera par lui-même.
 
N. B. : J’emploie volontairement le terme ‘végan’ et non ‘végane’ qui heurte l’intuition linguistique commune lorsqu’il s’agit du masculin; ‘végane’ étant selon moi le féminin de ‘végan’. D’ailleurs en dehors de ceux qui se réclament du véganisme, c’est l’usage repris ici qui est le plus souvent utilisé.

Référence de mon article initial : http://www.jfdumas.fr/Stop-au-bourrage-de-crane-Le-mode-de-vie-vegan-n-est-ni-ecologique-ni-ethique-_a389.html

Référence du texte d’E. Bévilon : https://www.facebook.com/notes/emile-bevillon/r%C3%A9ponse-point-par-point-%C3%A0-larticle-de-jean-fran%C3%A7ois-dumas-sur-le-v%C3%A9ganisme-non-%C3%A9/10154834963736351/

Émile Bévillon (ci-après B.) et moi sommes d’accord pour condamner l’élevage industriel et ses méfaits. Mais nous en tirons des conséquences opposées. C’est pourquoi B. voit des contradictions dans mon propos alors qu’il y a en fait, contradiction entre sa volonté d’abolir l’élevage et ma position qui met en avant la défense de l’agriculture paysanne dont l’élevage est partie intégrante.

1 – Le point le plus fondamental que soulève cette controverse entre B. et moi et celui de savoir comment se situe l’agriculture industrielle par rapport à l’agriculture traditionnelle, paysanne et accessoirement si la promotion de celle-ci est une utopie.
 
1.1 – B. soutient que l’élevage industriel est l’aboutissement l’élevage traditionnel et lui est consubstantiel : « Si il est normal d'exploiter les animaux, alors on voit assez mal quelle limite arbitraire il y a à cette exploitation. En d'autres termes, l'élevage industriel est consubstantiel à l'élevage traditionnel » et « l'élevage industriel est consubstantiel à l'élevage traditionnel pour la simple et bonne raison que lorsque l'on entérine le fait que l'exploitation animale est quelque chose d'acceptable, on entérine une domination de l'homme sur l'animal qui n'a aucune limite. » En cela il ne fait que justifier la position végane qui est de mettre toutes les formes d’élevage dans le même sac. La thèse que je soutiens, avec d’autres, est que l’élevage industriel est un dévoiement des élevages traditionnels. L’exploitation (au bon sens du terme : tirer profit en vue de produire) du bétail à digérer de la cellulose et son élevage en vue d’obtenir des protéines facilement assimilables n’implique pas une domination sans limite mais peut se concilier, dans le cadre d’une agriculture paysanne, avec le respect des critères du bien-être animal et donc s’imposer des limites, ce qui se fait d’ailleurs naturellement dans un tel cadre.

Par contre l’élevage industriel rendu possible par le développement des sciences et des techniques associées à une rationalisation productiviste a pour conséquence une vision purement instrumentale de l’animal réduit à une machine à produire. Dans le contexte d’une économie mondialisée libérale et concurrentielle, cela signifie la recherche de la rentabilité maximale. Il est évident que dans un tel contexte, le modèle d’élevage industriel tend à se généraliser. Il y a d’autres raisons à cela comme l’occidentalisation du monde avec ses tares dont ses régimes alimentaires trop carnés…

1.2 – Si le compte y est pour les firmes de l’agro-alimentaire et de la grande distribution, il n’y est pas pour bon nombre d’éleveurs condamnés à s’endetter lourdement pour s’agrandir, s’industrialiser et tenter ainsi de survivre, ou bien contraint de jeter l’éponge, vendre à perte et changer de métier tandis que la concentration et le gigantisme des exploitations agricoles s’accentuent permettant ainsi une industrialisation de plus en plus poussée allant de pair avec une chosification de plus en plus poussée elle aussi du bétail. Cependant, de là à soutenir que les modes d’élevage traditionnels sont des survivances, il y a une marge que B. franchit allégrement. Il ignore vraisemblablement ou alors il ne tient pas compte du fait que : «Actuellement 75% de l’alimentation dans le monde est produite par des petits paysans. » (Silvia-Perez Vitoria, l’écologiste n° 49, Vol 18, Mai-Juillet 2017, p. 46).

La généralisation de l’élevage industriel n’est pas non plus une « fatalité » ainsi qu’il le soutient. Comme l’écrit Silvia-Perez Vitoria : « C’est le soutien aux agricultures paysannes qui est prioritaire. C’est là le vrai modèle alternatif qui assurera la préservation des milieux naturels, une nourriture saine et suffisante pour tous, plus de travail et de bonnes conditions de vie pour les travailleurs de la terre. De ce point de vue l’émergence de mouvements paysans à l’échelle mondiale constitue une chance. En s’engageant avec eux dans les luttes qu’ils mènent on pourra véritablement agir au cœur et pas seulement à la périphérie d’un système hautement mortifère. » (Ibid.) 

B. ne voit que le côté consommateur. Comme tous les végans, il est obsédé par les questions de régime alimentaire, d’utilisation des produits d’origine animale. Il ignore le paysan éleveur, producteur. Il néglige les luttes contre le modèle industriel et les mouvements internationaux de paysans comme Via Campesina qui défendent une agriculture paysanne avec en France comme adhérents la Confédération Paysanne et le MODEF (Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux). B. cite « la ferme des mille vaches » sans parler de la lutte contre cette structure qui fédère au-delà des organisations agricoles.
Le modèle industriel d’élevage que B. voit s’imposer comme une fatalité n’est pas viable sur le long terme, trop gourmand en énergie avec trop polluant. Je crois qu’il le pense aussi mais souhaite le voir purement et simplement disparaitre, ce qui est bien plus utopique que la défense d’un élevage traditionnel qui n’a rien d’une utopie.

Si l’élevage industriel était l’aboutissement de l’élevage paysan et lui était consubstantiel alors globalement, l’élevage serait condamnable d’un point de vue écologique, indépendamment des questions que soulèvent les végans. Mais ce n’est pas vrai. Outre des pratiques et des techniques différentes qui peuvent progresser en mêlant savoir-faire et évolution des connaissances, la meilleure preuve en est que cette agriculture s’oppose concrètement à l’agriculture industrielle et est en lutte contre elle. L’agriculture industrielle ne lui est ni consubstantielle, ni n’en est l’aboutissement ou l’horizon. Le développement de mouvements internationaux et l’écho des luttes paysannes montrent aussi que la défense de l’élevage traditionnel n’est pas sans espoir. Il n’est donc pas nécessaire d’être végan, d’adopter un mode de vie végan pour combattre le fléau de l’élevage industriel dans le cadre d’une agriculture industrielle productiviste. En fait les premières victimes d’un développement éventuel du mode de vie végan seraient les petites exploitations familiales porteuses de l’espoir d’une nature préservée et d’une nourriture saine pour tous.

A plusieurs reprises B. condamne cette défense de l’agriculture et de l’élevage paysan d’idéalisme irréaliste. Mais si comme dit le proverbe, il est aisé de voir la paille dans l’œil du voisin sans voir la poutre qui est dans le sien, l’espoir de voir disparaître l’élevage n’est guère réaliste, du moins à court et moyen terme.

2.1 – B. veut aussi voir des contradictions dans mon texte là où il n’y en a pas. Par exemple, il ne tient pas compte de la distinction que je fais et que je souligne entre les prairies situées en dessous de la limite altitudinale des arbres et celles situées au-dessus. Rappelons qu’à partir d’une certaine altitude variable selon les versants, la latitude et d’autres paramètres climatiques, les arbres ne peuvent plus se maintenir et laissent place à la pelouse alpine. Cette pelouse se maintient naturellement sans intervention des hommes qu’elle soit pâturée ou non. C’est elle qui est exploitée et trop souvent surexploitée par les troupeaux d’ovins d’estive. C’est ce pâturage là que je condamne. Il tourne souvent au surpâturage et dans l’absolu, cette végétation n’est pas faite pour la dent et le piétinement des moutons.

Lorsque je m’insurge contre la fermeture généralisée des milieux qu’entrainerait la disparition de l’élevage, c’est des prairies situées sous la limite des arbres qu’il s’agit et qui disparaitraient sans la pratique ancestrale de l’élevage. Donc oui, la transhumance a été et peut être un fléau lorsque les prairies alpines au-dessus de la limite des arbres sont en cause et oui le pâturage est nécessaire si l’on veut garder des prairies facteur de biodiversité et piège à CO2 en dessous de la limite des arbres. Ces prairies doivent être entretenues et c’est aussi le travail de l’éleveur. Je n’ai d’ailleurs jamais dit contrairement à ce que B. affirme qu’il suffisait d’y conduire les troupeaux pour que ces prairies se maintiennent. Il faut évidemment prendre en compte les « refus » des moutons et bovins et soit ajouter des animaux moins difficiles, soit faucher mécaniquement ces refus. Cela n’est vraiment pas une découverte ! J’ai dit que l’élevage était nécessaire pour les maintenir et l’élevage, ce sont les troupeaux ET les éleveurs !

2.2 – B. reconnait que les prairies sont des milieux riches d’une biodiversité spécifique et que la fermeture de ces milieux la ferait disparaître. Mais il nie que l’abandon de l’élevage entrainerait cette disparition. Et pour cela il nous plonge en pleine fiction : « Sur la base d'une volonté politique, il est donc possible de reconstituer de larges troupeaux d'animaux sauvages sur les terres libérées de l'élevage. Une telle opération préserverait donc la biodiversité végétale des prairies et des pâturages tout en assurant une biodiversité animale maximale. Par ailleurs, un organisme dédié à la gestion des milieux ouverts pourrait être créé au même titre qu'il existe un organisme dédié à la gestion des forêts, d’ailleurs de telles missions sont déjà attribués à certains organismes » Le cas sur lequel s’appuie cette généralisation osée est celui de vaches retournées à l’état sauvage dans les Pyrénées, la vache betizu. Il est difficile d’évaluer exactement leur effectif mais il ne doit pas dépasser les 300 têtes. Et malgré ce faible effectif, il y a des problèmes de coexistence avec les humains. D’ailleurs même un site végan néowelfariste L214 le reconnait : « Bien sûr, des vaches traversant une route ou une autoroute présentent un réel danger - pour les automobilistes et pour elles-mêmes – et il ne doit pas être bien rassurant de se trouver face à une vache sauvage dans son jardin. » L214 cherchant des alternatives à la régulation de la population de ces vaches par le fusil propose « la stérilisation des animaux serait probablement un moyen efficace d’éviter l’accroissement indésirable des troupeaux », solution sans doute difficile à mettre en œuvre mais en tout cas en contradiction avec l’objectif de «reconstituer de larges troupeaux d'animaux sauvages sur les terres libérées de l'élevage ». Sans même parler de tous les autres difficultés que poseraient cette hypothèse hardie, il est illusoire de croire que ces grands troupeaux de bovins, ovins ou porcins resteraient sagement cantonnés dans sur les terres « libérées » par l’élevage.

D’ailleurs ces terres libérées ne seraient pas pour autant sans propriétaires auxquels il faudrait les louer ou les acheter. B. imagine un organisme qui serait chargé de gérer ces terres et le compare à l’ONF : «Il existe l'ONF qui gère les forêts françaises, on peut très bien imaginer un organisme qui s'occuperait de la gestion des pâturages et des prairies dans l'objectif de maintenir la biodiversité ». L’ONF gère les forêts domaniales et par contrat les forêts appartenant aux communes ou à d’autres collectivités mais pas les forêts privées. Il s’agit d’exploiter une ressource, le bois. Dans le cas imaginé par B. il n’y aurait aucune ressource à exploiter. D’ailleurs en ce qui concerne les pelouses et prairies, les conservatoires d’espaces naturels, les associations telles que Loire Nature passent des contrats de gestion avec des éleveurs.

Je vais citer ici le commentaire d’un des lecteurs de mon article initial qui travaille dans le secteur de la conservation et qui sait de quoi il parle, lui. Le style est un peu rugueux car il interpelle  un végan qui a développé une hypothèse semblable à celle de B. en réponse à mon article : « Les prairies (en grande majorité permanentes) représente par exemple 36% de la surface agricole utile de l'EU (à 27 pays), Soit un total de 61,8 millions d'hectares, soit grosso modo la superficie de la France! Crois-tu vraiment que l'on peut sauvegarder les prairies sans l'élevage, par l'action de l'homme? Et même préserver qu'une fraction de ces prairies est mission impossible sans l'élevage... Va demander aux gestionnaires de Parc ou de réserves naturelles en France, ces gens-là travaillent au quotidien sur la problématique de la conservation des prairies et autres milieux ouverts. Ils te diront que l'entretien des prairies manuellement existe mais coute tellement cher, qu'ils ne l'utilisent quasi jamais sauf sur de très petites zones extrêmement sensibles et ce dans le but de préserver des espèces très rares qui ont une niche écologique très restreinte (Par exemple l'Azuré des mouillères). Mais sur des milieux moins sensibles, plus étendus et présentant des espèces moins rares ou ayant une répartition spatiale importante, la seule solution est la pression sur le milieu par l'action du pâturage. Tiens tu peux contacter le Conservatoire d'Espace Naturel de l'Allier, je sais qu'en ce moment ils sont en plein dans la problématique. Ça te permettra de te faire un avis plus construit sur la question de la biodiversité et sa gestion. » Il n’y a rien à rajouter et je pense que cela clôt la discussion sur ce sujet.
 
3 – En conclusion d’une analyse assez touffue sur la question des gaz à effet de serre, B. conclut : « Ainsi, si il est plausible qu'un tel modèle hypothétique d’agriculture traditionnelle puisse égaliser en termes de GES un scénario d'agriculture végane, un tel modèle agricole a à peu près zéro chance de voir le jour. »
Contrairement à ce qu’affirme B., le modèle d’agriculture (et pas seulement d’élevage) paysanne n’a pas zéro chance de voir le jour puisqu’il existe déjà et non seulement il existe mais il peut résister et concurrencer le modèle industriel qui de toute façon atteindra rapidement ses limites, si ce n’est déjà fait. Par contre, c’est « le scénario d’agriculture végane », essentiellement une agriculture sans élevage qui a peu de chances d’advenir au moins à court et moyen terme.

« Seule une remise en cause de l'exploitation animale en tant que telle » parviendrait selon B. à faire échec à l’élevage industriel. Certes, cette remise en cause comprise comme suppression interdirait tout élevage quel qu’il soit. Sans même s’interroger sur la réduction illégitime de la domestication à une exploitation du type esclavage, si ce que dit l’auteur est vrai, ce n’est pas demain que l’élevage industriel disparaitra car rien n’indique que cette remise en cause soit en vue malgré la propagande végane qui ne s’embarrasse pas trop de scrupules à l’instar d’ailleurs de celle assénée par les lobbies de l’élevage industriel.

Bref, B. a capitulé devant l’élevage industriel qu’il considère comme une fatalité. Je ne pense pas d’ailleurs que ce soit le cas d’associations néowelfaristes comme L214. Lorsqu’il reproche à mon texte de s’intéresser en priorité à ce qui se passe en France et en Europe, c’est qu’il n’envisage pas de combat contre l’agro-industrie, ici et maintenant. Faut-il ressortir cette fameuse règle « penser globalement, agir localement » A l’échelon mondial, B. ferait bien de mieux se renseigner : comme je l’ai rapporté plus haut 75% de l’alimentation du monde est produite par de petits paysans et pour agir localement, il faut connaître la situation locale.

4 – Concernant la question de l’eau et de l’élevage, B. commence sa « réfutation » en se méprenant totalement sur l’objectif de ma critique. Elle ne porte pas sur la notion d’eau virtuelle, ni sur sa présentation et utilisation par la FAO. J’explicite et explique cette notion pour dénoncer la propagande végane qui met en avant les fameux 15 000 litres d’eau pour un kg de viande de bœuf sans préciser qu’il s’agit d’eau virtuelle, grandeur calculée et non mesurée de « l’empreinte en eau » et non de l’eau au sens ordinaire du terme.
Pour rappel l’eau virtuelle est  la somme de trois sortes d’eau : l’eau bleue, l’eau grise et l’eau verte. L’ « eau bleue », c’est l’eau circulant sous forme liquide et prélevée dans les rivières, les eaux dormantes ou dans les nappes phréatiques pour les besoins des activités humaines ; en gros ce que l’on entend d’ordinaire par eau.  L’eau grise, c’est la quantité théorique d’eau qu’il faudrait rajouter à une eau polluée pour qu’elle devienne conforme aux normes environnementales. L’eau verte, c’est l’eau de pluie stockée dans le sol sous forme d’humidité et qui s’évapore des plantes et du sol. Bien entendu, le lecteur non averti comprend 15 000 litres d’eau au sens ordinaire, alors que celle-ci est une composante de l’eau virtuelle qui est très faible dans les modes d’élevage où les bêtes ne font que pâturer toute l’année.

Toute la propagande autour de ces 15 000 litres et d’une viande bovine gourmande en eau ne peut fonctionner qu’en cachant au public une partie de l’information. La figure 7 du texte de B. reprend une infographie due à l’association de propagande végane L214 mais elle est légendée par B. : « Figure 7: Eaux virtuelles nécessaire pour produire 1 kg des aliments présentés » tandis que l’infographie sur le site de L214 indique seulement « Besoin en eau des aliments produits »… Les conclusions qu’il faut tirer des quantités utilisées d’eau virtuelle et l’interprétation qu’il faut en donner ne sont pas celle qu’exploitent les végans : « It  is  relevant  to  consider  from  which  type  of  production  system  an  animal  product  is  obtained:  from  a  grazing, mixed  or  industrial  system.  Animal  products  from  industrial  production  systems  generally  have  a  smaller  total  water  footprint  per  unit  of  product  than  products  from  grazing  systems,  with  an  exception  for  dairy  products  (where there is little difference). However, products from industrial systems always have a larger blue and grey water  footprint  per  ton  of  product  when  compared  to  grazing  systems,  this  time  with  an  exception  for  chicken  products. It is the lower green water footprint in industrial systems that explain the smaller total footprint. Given the fact that freshwater problems generally relate to blue water scarcity and water pollution and to a lesser extent to  competition  over  green  water,  this  means  that  grazing  systems  are  preferable  over  industrial  production  systems  from  a  water  resources  point  of  view. » (M. M. Mekonnen and A.Y. Hoekstra, The water footprint of farm animals and animal products, 2010, p.6). En d’autres termes, du point de vue de la ressource en eau, le pâturage et préférable à l’élevage industriel car demandant moins d’eau bleue et d’eau grise, deux sortes d’eau qui peuvent poser problème la première en termes de pénurie et de rareté, la seconde en terme de pollution. C’est ce que montre la comparaison entre les eaux virtuelles des deux systèmes selon les auteurs dans ce texte labélisé FAO et pas du tout que le système industriel serait plus économe en eau (potable).

S’efforçant de justifier cette utilisation manipulatrice des quantités d’eau que l’on oublie de dire virtuelles, B. écrit « Le site même de la FAO cite en première page sur sa thématique eau qu’il faut 15000 L d’eau pour produire 1 kg de viande, sans même préciser d’ailleurs qu’il s’agit de viande de bœuf et qu’il s’agit d’eau virtuelle [2]. Tout ceci, simplement pour montrer que les chiffres utilisés par les véganes ne sont pas farfelus, mais correspondent à des données scientifiques ou à des positions d’agences officielles » et il donne comme référence le lien : http://www.fao.org/water/fr/ Si l’on suit ce lien, on ne trouve rien de tout cela. Ce qui me laisse perplexe. Mauvaise référence ou…?

5 – Je voudrais revenir sur la question des importations de soja : on pourrait dire que nous préservons nos prairies, nos forêts et la biodiversité qui va avec en en sacrifiant une autre, celle de la forêt amazonienne défrichée pour laisser place à la culture du soja. Il se trouve que pour des raisons qui n’ont rien d’écologique et que j’explique dans mon texte, cette dépendance de l’agriculture aux importations de soja pose de nombreux problèmes et qu’un plan est en cours pour limiter ces importations. Il s’agit de relancer la culture de certaines légumineuses comme la luzerne ou le pois, de trouver les variétés les plus adaptées culturalement et économiquement et de profiter de leur capacité à fixer l’azote pour les utiliser en plantes d’assolement en rotation des cultures.

Si un tel plan était appliqué, il serait bénéfique en évitant l’épandage d’engrais et en favorisant la reconstitution des sols tout en permettant que notre élevage ne contribue pas à la déforestation amazonienne. B. rejette ces solutions d’un revers de plume pour conclure : « en devenant végane vous contribuez encore à préserver la forêt amazonienne. » Certes, mais de façon infinitésimale pour ne pas dire négligeable. Bien plus prometteur seront les actions qui poussent à l’application effective de ce plan et sa généralisation à l’UE. Le végan s’interdit tout dialogue constructif avec une profession dont il souhaite la disparition et finalement c’est moins le sort de la forêt amazonienne qui lui importe que la prétendue « libération animale ».

6 – B. aurait fait un bon jésuite. La façon dont il traite l’article de Christian et al. (2016) est stupéfiante. Le résultat principal de cet article est de montrer qu’un régime de type végétarien (avec lait et œufs) permettrait de nourrir sur le territoire US une population plus nombreuse qu’un régime végétalien (végan) ne comportant aucun produit d’origine animale. Une des raisons à cela est que toutes les surfaces occupées par des prairies ne peuvent être transformées en terres cultivables.

B. ignore ce point pourtant essentiel. Il ne voit dans cet article que la énième démonstration qu’il faut moins de SAU (surface agricole utile) pour un régime végan que pour un régime omnivore à quantités de calories égales. Qu’un régime végétarien puisse nourrir plus de monde pour un territoire donné qu’un régime végan, cela chiffonne sans doute mon contradicteur d’autant que pour le végan le végétarien est quelqu’un qui s’arrête sur le chemin de la vertu, qui est incohérent s’il prétend défendre les animaux, ou pire encore qui est égoïste s’il n’est mû que par des question de santé et de bien être concernant sa personne. Par contre, on notera que la critique que je fais du véganisme ne concerne pas les végétariens. Ces derniers ne condamnent pas l’élevage qui leur fournit œufs, lait, fromage qui constituent des éléments essentiels de leur régime.

7 – Quelques remarques supplémentaires.

● « Elle (La vache) est généralement usée, fatiguée et malade quand entre 5 et 10 ans elle est abattue, alors même qu’une vache peut vivre 25 ans » écrit B. à propos des vaches laitières. Un des arguments des végans consiste à essayer de donner mauvaise conscience aux gens en comparant l’âge d’abattage du bétail à son espérance de vie. Ils oublient de préciser qu’il s’agit d’une espérance de vie théorique. Le retour à la vie sauvage serait synonyme de vie brève et de mort soit sous la dent ou le bec d’un prédateur, soit par maladie parasitaire, soit par manque de nourriture sans parler des collisions avec les véhicules automobiles… Le retour à la vie sauvage, ce n’est pas celle surprotégée d’un refuge. Dans la nature, quelle que soit son espèce, il n’y a pas de vieillesse paisible parce que l’on ne devient pas vieux. Et le plus souvent, la mort n’est pas douce…

● « Certaines races d’animaux d’élevage ont toujours leurs équivalents sauvages: c’est par exemple le cas des sangliers ou des moutons sauvages. » affirme B. qui semble considérer cela comme positif et comme preuve que même si les « cochons » domestiques ou les moutons disparaissaient, cela ne signifierait pas la disparition de l’espèce.

Je m’en tiendrai au porc, laissant de côté le mouton domestique, être fragile s’il en est et qui, mis à part quelques individus particulièrement robustes ne ferait pas long feu « libéré » dans la nature. L’heure de sa libération sonnerait l’heure de son trépas et sa vie serait brève.

Pour le porc, la « libération animale » est une absurdité dangereuse précisément parce qu’il y a deux sous-espèces d’une même espèce, l’une domestique et l’autre sauvage qui peuvent se croiser entre elles.
Remarquons d’abord qu’il ne s’agit pas de races comme l’écrit B. mais de sous-espèces et elles ne sont pas équivalentes par leurs caractères phénotypiques, c’est-à-dire leurs caractères observables : un porc n’a pas du tout l’aspect d’un sanglier sauvage du moins il s’agit d’un individu de pure souche.  Elles diffèrent également par leurs caryotypes (nombre de chromosomes par cellules).

La « libération animale », pour peu que cette expression est un sens pour les porcs Sus scrofa domesticus, signifierait leur rendre leur liberté, une liberté dont bénéficient une bonne partie de l’année les porcs des élevages extensifs, en Corse par exemple où il est également pratiqué des lâchers de truies qui sont « libérées » dans un but de « repeuplement cynégétique ». L’hybridation étant possible entre le sanglier sauvage (Sus scorfa scorfa ou Sus scorfa méridionalis en Corse) et le porc (Sus scorfa domesticus), il y a risque de pollution génétique avec disparition de l’espèce sauvage alors que les hybrides sont plus sensibles aux maladies, aux parasites et ont de moins bonnes capacités sensorielles.

En fait donc, parce qu’il existe des espèces sauvages qui ne sont pas équivalentes mais interfécondes, la libération des porcs domestiques n’est pas sans risque pour la préservation de l’espèce sauvage, c’est le moins que l’on puisse dire. En Corse, comme le remarque Pascal Etienne (Le sanglier, Delachaux et Niestlé, 2003), on peut même se demander si le sanglier peut encore être appelé sanglier du fait des hybridations successives des populations qui peuplent l’île. En bref, la « libération » des porcs domestiques, donc leur lâcher dans la nature signifierait selon toute vraisemblance la disparition de cette espèce comme de celle du sanglier et un affaiblissement général des populations sauvages de Sus scorfa, un beau résultat !

En outre « Libérer » les porcs serait d’une inconscience totale. Les sangliers se reproduisent moins et moins vite que les porcs : les truies sont polyœstriennes tandis que les laies n’ont qu’un seul œstrus (période de chaleurs) par an. Les croisements avec les porcs domestiques augmentent leur capacité reproductive et leur vitesse de croissance. Les pratiques cynégétiques de nourrissage et les lâchers mentionnés ci-dessus sont une des causes, sinon la cause des dégâts que causent les populations de sangliers pure souche ou hybrides aux cultures. Libérons donc les cochons et devant l’explosion démographiques des porcs, sangliers et hybides adieu pois, maïs et blé malgré toutes les clôtures et affouragement de diversion. Adieu pois, maïs, blé  sauf si … mais quand on est végan, on ne tue pas d’animaux.  

● «L’exemple des chevaux de trait n’est pas du tout pertinent, rien qu’en France il existe encore neuf races de chevaux de trait » écrit B. pour tenter de réfuter le fait que si ce que les végans appellent l’exploitation animale disparaissait, les animaux domestiques disparaitraient, sauf peut-être les animaux de compagnie (des carnassiers pour la plupart qu’il faudrait rendre végétaliens – Pauvres bêtes..).

Il est évident que B. ne sait pas pourquoi ces neuf races ont survécu à la motorisation de l’agriculture, des transports et des engins de guerre. Tout simplement parce que s’est développée en France une demande de viande de cheval permettant l’essor de la boucherie chevaline. L’horreur absolue pour les végans et pourtant : « Ardennais, auxois, boulonnais, breton, cob normand, mulassier poitevin, percheron, trait comtois et trait du nord : ce patrimoine unique au monde doit notamment sa survie à l'hippophagie autrement dit la consommation de la viande. » (http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/2013/02/11/viande-de-cheval-elle-fait-vivre-toute-une-filiere-en-franche-comte-198195.html)
Aujourd’hui la demande diminue pour diverses raisons et certaines de ces races sont mal en point. Ce qui permet d’espérer un renouveau, c’est l’attelage loisir ainsi des demandes bien particulières, débardage en forêt ou dans certains cas le cheval se montre irremplaçable, travail de la vigne où il y a une forte demande. Pourtant, sans doute acharnés à voir ces races disparaître au nom de la « libération animale » et du refus « d’exploiter » les animaux, les vins labélisés « végan » doivent provenir de vignes cultivées sans traction animale.
Anissa Putois Chargée de campagne pour PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux) association bien connue pour ses outrances considère que les promenades en calèche font partie des « attractions cruelles pour les animaux », ce que n’a pas manqué de répercuter sur Twitter L 214 l’association végane néowelfariste.
 
Conclusion

Il est illusoire de croire que « un des leviers les plus puissants pour protéger la planète et la biodiversité consiste à s’opposer à l’exploitation animale et de conférer des droits aux animaux » C’est ce que montre les solutions bidon apportées par B. à la disparition des agrosystèmes de type prairie en Europe. Ailleurs ce serait se priver de la traction animale, d’intrants, de systèmes mixtes qui utilisent de façon très efficace les ressources naturelles, les animaux étant nourri avec les résidus des récoltes et le sol fertilisé avec le fumier de la ferme.

Ce n’est pas l’élevage comme tel qui est responsable des dégradations de la nature, mais les mauvaises pratiques en la matière. De ce point de vue, une agriculture  sans élevage et sans utilisation d’animaux mais sans bonne pratique peut être tout aussi catastrophique d’un point de vue écologique si elle recourt à l’utilisation massive de pesticides, engrais chimiques, désherbants, etc. La notion de mauvaise herbe fait écho à celle d’animal nuisible. Enfin la conversion en cultures de prairies qui ne s’y prêtent pas aura un bilan négatif.

Le principal facteur de perte de la biodiversité reste la perte ou la fragmentation des habitats qui isolent les espèces en de petites populations qui sont ainsi fragilisées tandis que leur isolement empêche les flux de gènes de circuler normalement. De cette fragmentation, l’élevage n’est pour rien ou presque. Les causes en sont l’urbanisation, les voies de transports et les cultures intensives sur des grandes surfaces, autant de facteurs qui résultent en dernière instance de la pression démographique. Le temps de doublement de la population est actuellement de 35 ans ! S’il continuait sur le même rythme, la population humaine serait dans 900 ans de 60 000 000 milliards de personnes, soit 100 habitants par mètre carrés. La population mondiale n’atteindra jamais ce chiffre mais il témoigne de l’intensité de cette pression. Ce n’est pas en s’opposant à l’exploitation animale et en conférant des droits aux animaux que l’on fera diminuer cette pression.
 

Mercredi 16 Août 2017

La chenille de la Fausse teigne, Galleria mellonella, bien connue des apiculteurs dont elle parasite les ruches est proposée par une start-up comme nouveau « modèle » pour réaliser des expérimentations animales notamment en toxicologie. Est-elle un « biotest éthique » comme l’affirme cette entreprise ?


Voici le passage du texte d’Alain Fraval de l’INRA qui fait l’apologie de cette « avancée » scientifique dans la revue OPIE-Insectes. Les Épingles entomologiques de Juillet. C’est à partir d’un commentaire (très) critique de ce texte que je vais argumenter une réponse négative à cette question. Biotest peut-être, éthique sûrement pas. 

« La qualité principale qui devrait voir cette chenille [Galleria mellonella] prochainement embauchée en masse sur les paillasses, c’est qu’on est absolument indifférent à ce qui peut lui arriver. Une tête qui ne ressemble à rien et n’exprime pas plus, aucun cri, un cerveau si rudimentaire qu’elle ne souffre pas, et c’est juste un insecte (pas beau). En plus, ce n’est pas demain la veille que les »législateurs réglementeront son usage. Tout pour se voir qualifier de prometteur biotest éthique. »

Ce biotest est un bon moyen pour tenter de se débarrasser des empêcheurs d’expérimenter en rond, les antivivisections et autres défenseurs des animaux. Il fallait trouver un animal pour lequel les gens n’éprouveront aucune empathie. C’est le cas de celui-ci qui de plus est un ravageur. On ne se contentera plus de le tuer mais on va le supplicier dans l’indifférence générale. C’est de cela en fait qu’il s’agit lorsque l’on fait de cette chenille un « biotest » éthique.

Galleria mellonella aurait un cerveau si rudimentaire qu’elle ne souffrirait pas. Pas de quoi donc inquiéter les véganes néowelfaristes ou abolitionnistes puisqu’à la fameuse question « souffre-t-elle ? » la réponse serait « Non » selon l’auteur du texte. Sa tête n’exprime rien, affirme-t-il. Il devrait avoir au moins l’humilité de relativiser : elle n’exprime rien « pour nous ». De plus si elle n’exprime rien avec sa tête, elle exprime sans doute avec son corps. Elle ne crie pas mais les poissons non plus (d’où l’intérêt du « poisson zèbre » préposé au même emploi). Il y a bien d’autres animaux dans le même cas. D’ailleurs aucun insecte ne crie de douleur ou de joie et pourtant, faut-il le rappeler, les insectes sont des animaux, peut-être les plus nombreux sur la Planète. Mais en l’absence d’expression évidente de la douleur et de cri, il est très facile de ne pas s’apitoyer sur leur sort. Je ne sais pas lire la souffrance de la chenille sur son corps et dans son comportement. Donc elle ne souffre pas. Bravo, le sophisme. Il est gros mais permet d’avoir plus facilement bonne conscience qu’en torturant un chat ou un singe.

Et pourtant Galleria mellonella est capable de ressentir de la douleur (comme tout être vivant sans doute). Il est étonnant que l’on puisse lire que ce n’est pas le cas sous la plume d’un entomologiste alors que depuis le début du siècle dernier, on a démontré expérimentalement que les chenilles pouvaient ressentir de la douleur, c’est-à-dire de souffrir.

Qu’importe car voilà l’argument massue : c’est juste un insecte pas beau. Admettons tout d’abord que si l’on devait tuer tous les affreux ou se désintéresser de leur sort, ça ferait beaucoup de monde dans les charrettes conduisant à l’échafaud ou torturé dans les geôles ou crevant de faim, etc., …. En outre, une créature jugée belle aujourd’hui ne sera peut-être plus considérée comme telle demain ou dans une culture différente de la nôtre, que cette créature soit un homo dit sapiens sapiens mâle ou femelle, une plante, un insecte, une forêt ou tout autre forme de vie. Et qui nous dit que cette créature vaguement répugnante pour nous n’est pas jugée appétissante et belle, comme un beau fruit aux yeux du merle qui grattouille dans le gazon.
 
Allons maintenant à l’essentiel : « c’est juste un insecte ». Ce n’est qu’un insecte, même pas un vertébré, même pas un mammifère, alors, pourquoi se gêner ! Si une telle affirmation n’est pas spéciste, alors aucune de l’est. Tout ce qui est vivant est également respectable et s’efforce de persévérer dans son être : c’est son essence même. Toutes les choses vivantes méritent un égal respect mais aucune d’elle, n’a un droit imprescriptible à vivre. Tel est l’antispécisme que j’ai exposé et que je défends dans un autre article  que l’on peut lire [ici ].

C’est ainsi que la chenille en question étant un « ravageur » occasionnant des dégâts considérables dans les ruches, l’apiculteur doit défendre les abeilles de ses ruches contre elle, donc, la tuer (encore que les méthodes de prévention soient les plus efficaces mais en cas d’infection, il faut bien agir). L’apiculteur le doit aux abeilles de ses ruches qui lui fournissent contre protection et gite  le miel en excédent qu’elles ont produit: un lien de mutualisme le lie à son rucher, n’en déplaise aux véganes qui n’y connaissent rien. Tuer cette chenille est une chose, empêcher son papillon de se reproduire est une chose, la torturer en testant sur elle des molécules à visées thérapeutiques ou non en est une autre très différente.

Notons que, contrairement à ce qui est affirmé de façon un peu exagérée dans l’article, l’utilisation de cette chenille dans les études toxicologiques sur les nouvelles molécules thérapeutiques, cosmétiques, ou autres ne remplacera pas in fine l’utilisation de rats, de souris, ou de lapins dans les études dites pudiquement « précliniques ». Elle permettra de réduire le nombre de vertébrés torturés. Pour les propagandistes de l’expérimentation animale, ce serait une façon de respecter le premier R de la fameuse et controversée règle des trois R concernant l’utilisation des animaux dans des expériences (réduire-raffiner-remplacer). Il s’agirait donc de diminuer le nombre d’études sur des mammifères en augmentant le nombre d’études préalables sur un insecte. Là encore le spécisme de cette façon de voir est évident. En remplaçant les vertébrés par des chenilles de telle ou telle espèce, on ne réduit rien. Bien plus comme ces textes le montrent à l’évidence, on va augmenter le nombre d’individus utilisés dans ces expérimentations : nul ne se soucie de leur sort. Dans les labos, on pourra leur faire subir les pires sévices sans qu’il y ait à s’inquiéter d’un règlement quelconque. Les labos feront des économies même si l’utilisation de ces chenilles est massive et même si elles sont utilisées pour des études futiles ou saugrenues.  Elles sont très bon marché ( 50 £ le lot de 50 contre 7 à 30 € pièce pour le rat de laboratoire), faciles à conserver et à élever à peu de frais également. 
Un anti-spécisme tel que celui qui sous-tend cet article ne peut admettre que l’on torture un animal, fut-il un insecte répugnant à nos yeux, car tout être vivant mérite d’être respecté et torturer un de ces êtres, en le considérant comme quantité négligeable, c’est lui manquer du respect le plus élémentaire, ce qui est le cas dans ces expérimentations. Selon cet antispécisme, cela n’est pas le moins du monde éthique.

Si les chenilles de l’espèce Galleria mellonella destinées à devenir des biotest n’ont aucune aide  à attendre du grand public pour que ce triste sort leur soit évité, elles trouveront peut-être un secours inattendu du côté des apiculteurs car les « expérimentateurs » ne se contenteront pas de ces chenilles telles que la nature les a faites. Ils veulent bricoler des Galleria mellonella transgéniques en leur ajoutant des gènes de méduses. Diable… Et si une de ces chenilles bricolée venait à accomplir sa métamorphose et se transformer en papillon ? Il s’agit d’un petit papillon d’une envergure de 3 à 4cm capable de grimper sur des surfaces en verre et de se faufiler dans le moindre interstice, donc tout à fait apte à s’échapper et aller se reproduire à l’extérieur. N’est-ce pas dangereux pour l’apiculture de bricoler de tels monstres ? Déjà que dans sa version originale et naturelle cette chenille est redoutable…. Risquer que de tels monstres s’échappent dans la nature, n’est-ce pas faire courir un danger aux écosystèmes et aux populations d’abeilles domestiques ou sauvages déjà bien mal en point.
 
Il n’y a rien d’éthique, rien d’écologique en fin de compte dans la promotion de ce biotest. La seule éthique en la matière, serait la mise au point de méthodes de substitution à l’expérimentation animale et pas le remplacement de mammifères par des insectes. Quant à la prolifération de molécules nouvelles à visées thérapeutiques demandant ces expérimentations, il ne faut pas être dupe. Pour les firmes pharmaceutiques, Il s’agit dans la majorité des cas de remplacer celles qui sont devenues des génériques et du coup ne génèrent plus de royalties. Le bénéfice thérapeutique de leur remplacement par des nouvelles peut s’avérer nul ou même négatif parfois mais il est toujours lucratif pour ces firmes. Quant au business des cosmétiques autres gros consommateurs de test de toxicité …

Conclusion

Voir une avancée éthique dans la fourniture de chenilles Galleria mellonella issues de lignées bien calibrées en attendant d’être transgéniques n’est qu’un slogan publicitaire pour tenter de faire adopter ce nouveau « modèle» à ces « scientifiques » qui pratiquent des expérimentations animales.
 

Jeudi 3 Août 2017 Commentaires (2)

Dans un cas particulier, France Nature Environnement a choisi les faucons tandis que la LPO qui recense les cadavres aux pieds des tueuses pour le compte d’EDF-EN se tait. Elle est pourtant « opérateur » du plan national concernant la protection de cet oiseau.
Dans son édition du 27/07/2017, le journal Le Monde indique que France nature environnement (FNE) a engagé une action en justice contre EDF-EN pour destruction d’espèces protégées, le 30 juin.


Faucons crécerellettes ou éoliennes tueuses de rapaces, il va falloir choisir…
Cette entreprise gère sur le causse d’Aumelas, dans le département de l’Hérault, un parc éolien de 31 aérogénérateurs sur environ 800 hectares entre deux zones de protection spéciale. Ces éoliennes tuent des espèces protégées et notamment  des faucons crécerellettes rares en France qui bénéficient d’un plan national de protection. Pour renforcer le faible effectif de cette espèce, il a même été procédé à des réintroductions d’individus dans l’Aude.

En 2008 la LPO-PACA écrivait  : « Dans  les  années  1980  -  1990,  voir  un  Faucon  crécerellette  en  France  relevait  de  l’exploit :  seuls  deux  couples étaient présents en 1983. L’espèce était tout simplement menacée de disparition. Depuis, grâce à l’action conduite par  la  Ligue  pour  la  Protection  des  Oiseaux  (LPO)  dans  le  cadre  des  programmes  LIFE  financés  par  l’Union Européenne et du plan national de restauration soutenu par le Ministère de l’Ecologie, les effectifs ont fortement augmenté : 194 couples en 2008 ! Mieux, la mise en œuvre d’une opération de réintroduction dans le département de l’Aude a permis l’installation d’une nouvelle colonie qui compte maintenant 5 couples ! Cependant, tout n’est pas gagné pour autant… »

Elle ne croyait pas si bien dire car c’était sans compter sur la construction d’éoliennes, avec l’accord de cette même LPO, sur le causse dans des sites favorables à ce petit faucon et qu’il fréquente. 33 cadavres ont été découverts par la LPO de l’Hérault qui est prestataire de service rémunéré pour EDF-EN (en même temps qu’elle est opérateur départemental du plan national d’action pour les faucons crécerellettes, plan qui a pour objectif d’en augmenter la population !). « « Potentiellement, on pourrait avoir trois fois plus de cas de mortalité que ceux que nous trouvons » selon Nicolas Saulnier, directeur de la LPO-Hérault cité par le Monde.

Bref d’un côté on finance la protection et le renforcement de populations de faucons crécerellettes et de l’autre on finance (avec notre argent via la CSPE) le développement d’éoliennes qui les déciment et mettent de nouveau l’espèce en danger.

EDF-EN a doté ses appareils de dispositifs de protection qui se sont avérés inefficaces. Elle n’a pas pour autant déposé de dossier de demande de dérogation pour destruction d’espèces protégées comme elle aurait dû le faire et elle continue de tuer des faucons crécerellettes ainsi que d’autres espèces comme le Busard cendré en poursuivant l’exploitation de ce parc de l’Aumelas.

Si elle n’a pas déposé cette demande, c’est qu’elle avait une très bonne raison de ne pas le faire. Dans le dossier de dérogation, EDF-EN aurait dû indiquer la « raison impérative majeure » qui justifiait la construction du parc éolien dans cette zone. En d’autres termes, il aurait fallu qu’elle prouve que le parc n’aurait pas pu être aménagé ailleurs comme le souligne Le Monde qui ajoute à juste titre que « ce dossier pourrait remettre en question son existence ».

Eoliennes contre Faucons crécerellettes, Busard cendrés (et chauve-souris), les protecteurs de la Nature et les vrais écologistes ont choisi. C’est maintenant à la justice de trancher.

Affaire à suivre.  
 

Dimanche 30 Juillet 2017 Commentaires (0)

Nature - environnement

Le printemps silencieux qui nous menace ne sera pas seulement dû aux pesticides généreusement déversés dans la nature par des exploitants agricoles qui n’ont plus rien des paysans. Il sera dû aussi aux éoliennes, ces hachoirs à oiseaux de plus en plus démesurés dont les artisans d’une transition énergétique qui n’a rien d’écologique et les hystériques climato-catastrophistes veulent hérisser le territoire. En Juin est paru un rapport de la LPO intitulé Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune. Il est accablant. C’est à l’analyse de ce rapport qu’est consacré cet article.


Roitelet triple bandeau. Les oiseaux de cette espèce sont parmi les plus petits d'Europe. Ils sont massacrés en grand nombre par les pales des éoliennes lors de leur migration automnale.
Roitelet triple bandeau. Les oiseaux de cette espèce sont parmi les plus petits d'Europe. Ils sont massacrés en grand nombre par les pales des éoliennes lors de leur migration automnale.
Des données fragmentaires mais consternantes

● En prenant comme estimation 7,2 oiseaux tués par an par éolienne, le parc en 2016 constitué d’environ 6000 éoliennes en tuerait donc 42 000 par an.

● Le Décret n° 2016-1442 du 27 octobre 2016 relatif à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) fixe comme objectif pour 2023 un parc de 10 000 à 12 000 éoliennes, c’est-à-dire en l’état actuel des choses, la mort de 72 000 à 86 000 oiseaux par an.

● Quant au « scénario Négawatt »/ADEME avec ses 18 000 éoliennes, il tuerait 121 000 oiseaux/an.
Bien qu’ayant de fervents partisans parmi certains « écologistes » climato-catastrophistes dont le Ministre de l’écologie actuel, il semble peu probable selon ce rapport que ce scénario se réalise. Heureusement….

En accord avec la politique de la LPO, voulant ménager la chèvre et le chou, l’éolien industriel (dont elle est un prestataire ) et la protection des oiseaux, les auteurs du rapport ne font pas ces multiplications simples. Les chiffres qui en résultent sont un argument à charge d’un trop grand poids contre le développement de l’éolien terrestre ou maritime. Ils se déduisent pourtant mécaniquement de leurs estimations
 
Il est possible que le changement climatique impacte les oiseaux de diverses espèces de différentes façons avec des gagnants et des perdants. Il est certain que « la lutte contre le changement climatique » au nom de laquelle on hérisse les territoires de ces hachoirs leur coûte déjà très cher. Cela est vrai en tout premier lieu pour les espèces fragiles. Malgré des suivis de mortalité scandaleusement insuffisants, effectués sans rigueur, voire carrément absents pour de nombreuses installations, les auteurs du rapport notent que : «Vingt espèces d’oiseaux inscrites à l’Annexe I de la Directive Oiseaux ont, à ce jour, été retrouvées sous les éoliennes françaises. Il s’agit d’espèces menacées de disparition, d’espèces vulnérables à certaines modifications de leur habitat, d’espèces considérées comme rares (population faible ou répartition locale restreinte), et d’espèces nécessitant une attention particulière à cause de la spécificité de leur habitat, ainsi que d’espèces migratrices dont la venue est régulière. » (p. 70)
 

Par exemple, « 23 Faucons crécerellettes ont été retrouvés entre 2011 et 2015 sous un seul et même parc de l’Hérault situés en ZSC, à environ 1 km de la ZPS « Plaine de Villeveyrac-Montagnac ». Au regard du nombre extrêmement réduit de couples nicheurs en France (436 suivant les données LPO 2014) cela en fait une des espèces les plus impactées par les éoliennes en France. D’autant, rappelons-le, qu’il est ici question des cas constatés et non de la mortalité réelle (estimée entre 32 et 82 individus pour la période 2011 - 2014). » (p.49)

« On notera également une très forte sensibilité des Laridés (mouettes et goélands) aux éoliennes. Ils constituent, en effet, une part non négligeable des cadavres alors même qu’ils ne sont concernés que par un nombre très réduit de parcs littoraux. » À ce constat le rapport ajoute ce vœu pieux « Ceci devra être pris en compte dans le cadre du développement des parcs éoliens en mer. » (p.75).
 
Il faut noter aussi que ces estimations, si elles souffrent d’une grande incertitude, ce n’est hélas pas à la baisse qu’elles seront affinées. Ainsi, dans les protocoles de suivis, le rayon de prospection est fixé à 50 mètres autour de la machine mais «si le rayon de prospection, fixé à 50 m, semble adapté pour les chauves-souris, il est possible qu’il soit insuffisant pour découvrir l’ensemble des cadavres d’oiseaux que l’on retrouve globalement plus loin du mât de l’éolienne. » (p.31) En outre le rapport note qu’il s’agit d’un rayon théorique. En fait, les réalités du terrain ne permettent pas toujours de le respecter.
 
L’ampleur exacte des dégâts sur l’avifaune reste méconnue

Les estimations doivent être prises avec précaution. En fait, il est difficile de connaître précisément l’ampleur des dégâts sur l’avifaune. Cela tient à deux raisons.

Tout d’abord l’insuffisance des données et leur manque de « robustesse » rendent incertaines les estimations. « Souvent difficiles à obtenir, insuffisants dans leur méthodologie (surface prospectée réduite, nombre de visites limité, absence de test d’efficacité de détection ou de persistance des cadavres, etc.) et peu précis dans leur retranscription (date des visites, largeur des transects, surface réellement prospectée, données brutes, etc.), les suivis de mortalité que nous avons pu réunir sont également peu nombreux au regard du nombre total de parcs exploités en France. » (p. 74)

(Source : LPO Juin 2017 Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune)
(Source : LPO Juin 2017 Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune)
Seules les données concernant 645 éoliennes ont des suivis de mortalité qui ont pu être utilisés par la LPO dans ce rapport. Ces 645 éoliennes représentent seulement 12,5 % des éoliennes en exploitation en France. (p. 30). Il y a une absence de données pour près de 80% du parc et sur les 21% restants, 13% seulement ont des « rapports de suivi de mortalité protocolés ». C’est dire le peu de cas que font de l’avifaune tant les pouvoirs publics que les promoteurs de l’éolien.

Bien peu d’écologistes s’insurgent devant cet état de chose, obnubilés qu’ils sont par l’effet de serre ou la transition énergétique avec la promotion d’un fameux « mix décarbonné ». Tant pis pour les petits passereaux, roitelets à triple bandeaux, grives musiciennes, rougegorges familiers et tant pis aussi pour les martinets noirs, espèces dont les éoliennes font des hécatombes.

À ce manque de données sûres en quantité suffisantes s’ajoute le peu de fiabilité des formules permettant d’extrapoler le nombre d’oiseaux tués par une éolienne à partir du nombre de cadavres trouvés à ses pieds dans un rayon – sans doute trop faible – de 50m. Beaucoup de variables sont à prendre en compte outre les persistances des cadavres avant prédation. De plus, ces formules ont été conçues, à l’origine, pour quantifier la mortalité des chauves-souris et ont été adaptées aux oiseaux, en particulier par le choix de leurres et de cadavres témoins adaptés pour la réalisation des tests d’efficacité de l’observateur et de persistance des cadavres. (p. 56)

En résumé, on en sait suffisamment pour dire que les dégâts sont considérables, même si on n’en sait pas assez pour les estimer avec précision. 

Telle est du moins la conclusion que devrait tirer de ce rapport toute personne qui n’a pas son jugement obnubilé par le mirage des ENR qui si elles exploitent des énergies qui sont de flux et donc en droit inépuisables, le font à l’aide de transformateur d’énergie – les éoliennes – qui utilisent pour leur fabrication des ressources qui ne le sont pas (métaux, terres rares, etc.). Cette conclusion la LPO ne la tire pas explicitement.

Exclure une partie du territoire de toute implantation d’éolienne mais de quelle étendue ?

Le rapport préconise que toutes les zones classées ZPS (Zone de Protection Spéciale) soient exemptes de toute éolienne. Ce qui implique implicitement, car non écrit dans le rapport, que les 5 % des éoliennes se trouvent en ZPS pour une puissance installée de 435 MW ne soient pas remplacées au bout des 15 ans de leur durée de vie. Cette préservation totale des ZPS représente 43 800 km², soit 8 % du territoire métropolitain. Elle serait selon le rapport compatible avec le développement de l’éolien prévu par la PPE (programmation pluriannuelle de l’énergie)(p. 76).

Cette préconisation oublie opportunément une importante conclusion du rapport. À savoir : il est nécessaire de prévoir autour de ces zones classées ZPS, des « zones tampon » qui, elles aussi, doivent être préservées de l’implantation d’éoliennes ; ces zone devant correspondre « à l’espace vital des espèces ayant justifié ce classement (au moins 1 km et parfois bien plus) ; c’est particulièrement vrai pour les rapaces (Faucon crécerellette, Milan noir, Milan royal, Busard cendré, Bondrée apivore, Balbuzard pêcheur, etc.). 

En effet, toujours selon ce rapport « « Les données dont nous disposons ne permettent donc pas de conclure que les plaines agricoles présenteraient un risque moins important que les autres habitats en termes de nombre de collisions aviaires avec les éoliennes. » (p. 66). Donc « « Au final, même si 2 espèces de rapaces emblématiques (Faucon crécerellette et Busard cendré) ont été essentiellement retrouvées hors plaine agricole, il est bien difficile de départager ces deux groupes de parcs en fonction du risque de mortalité par collision qu’ils font courir aux espèces patrimoniales (inscrites en liste rouge ou à l’Annexe I). Le facteur habitat, au sens « CORINE Land Cover » du terme, ne permet donc pas, à lui seul, de conclure à un moindre impact des parcs situés en plaine agricole par rapports aux autres parcs. » (p. 68, souligné par moi). Il en résulterait que la superficie des zones à éviter serait bien plus grande et qu’il ne suffit pas d’implanter les parcs éoliens en zone d’agriculture intensive.

D’ailleurs le rapport préconise aussi d’autres restrictions d’implantation : « A ce jour, aucun suivi n’a permis de démontrer l’efficacité de dispositifs techniques visant à réduire leur mortalité [des rapaces] par collision avec les éoliennes. La seule solution efficace, à ce jour, pour éviter la mortalité directe des rapaces par collision avec les éoliennes consiste à éviter de les implanter dans le rayon d’action des sites de reproduction et à préserver leurs espaces vitaux.
C’est particulièrement vrai pour des espèces comme le Faucon crécerellette ou le Busard cendré. » (p. 76) Des restrictions identiques doivent frapper les voies de migration diurne ou nocturnes ; ces dernières n’étant pas assez bien identifiées et prises en compte.

Au final il y aurait donc une bien plus grande superficie de territoire à préserver que les 8% occupés par les ZPS. Cela ne serait d’ailleurs pas suffisant pour préserver l’avifaune de l’impact délétère qu’exerce sur elle le développement de l’éolien. Comme le remarque à juste titre ce rapport «« Les espèces plus sensibles au dérangement et qui évitent les parcs éoliens [sont] également moins sujets aux collisions que celles qui les traversent chaque jour. Cet évitement peut toutefois se faire au prix d’une perte d’habitat et peut donc se traduire par un impact beaucoup plus important sur les populations que celui résultant de la perte de quelques individus par collision. » (p. 52, souligné par moi, JFD). 

Nous laisserons de côté les autres préconisations du rapport, pour intéressantes qu’elles soient comme par exemple, le non remplacement des éoliennes « les plus impactantes ». Elles manquent, en général de radicalité. La moindre des choses serait que ces éoliennes-là soient démontées sans délais. De même, il ne suffit pas de déterminer ce que doit être un « suivi de mortalité » correct et la nécessité de diffusion de tels suivis. Il faut encore préciser qui les payera et qui désignera le bureau d’étude devant les réaliser.

Conclusion                                                                  
La leçon qu’il faut tirer de ce rapport doit être plus radicale : entre le déploiement de l’éolien terrestre ou maritime et la préservation de l’avifaune (espèces et effectifs des populations), donc, in fine, de la biodiversité terrestre, il faut choisir car il y a entre ces deux options une incompatibilité manifeste.

Les défenseurs inconditionnels de l’éolien argueront que les oiseaux ont à affronter d’autres périls plus graves que celui que fait peser sur eux le déploiement de l’éolien sans que cela condamne toujours l’activité qui est source de ce péril, comme les déplacements motorisés, voitures, trains, avions, les poteaux mal bouchés, l’urbanisation, les modifications des pratiques d’élevage, l’épandage de pesticides, cette dernière cause d’atteinte à l’avifaune étant sans doute plus grave que le développement de l’éolien. Ces arguments et autres de la même eau sont purs sophismes (ou en termes plus familiers mais aussi plus parlants : ils sont foireux !) : comme si les maux déjà existants pouvaient en justifier un nouveau ! Plus grave, cette nouvelle pression sur des espèces aux effectifs réduits peut les achever.

Quant à la « lutte » contre le changement climatique, il est certain que 42 000 oiseaux la payent d’ores et déjà de leur vie en attendant, peut-être, de souffrir demain de ce changement lui-même. La double peine, en somme.

***********
Référence :

LPO, Juin 2017 – Le parc éolien français et ses impacts sur l’avifaune - Etude des suivis de mortalité réalisés en France de 1997 à 2015. Rédaction : Geoffroy MARX, Service SEPN.

Photo : Opaluna
 

Dimanche 30 Juillet 2017 Commentaires (2)

Au quotidien

Macron a bénéficié et bénéficie d’un soutien éhonté des médias de toute catégorie mais ceci ne suffit pas à expliquer les succès électoraux hélas prévisibles de ses candidats groupies, futurs député(e)s godillots


Comment peut-on voter pour donner une majorité à un type qui veut continuer en l’aggravant la politique d’un Hollande qu’il a conseillé et dont il a été un des principaux inspirateurs ? Comment les gens peuvent-il voir en lui un renouvellement ? Comment peut-on se faire berner à ce point par un type qui veut casser tous les « acquis sociaux » obtenus de haute lutte au cours des deux siècles précédents ? Car c’est l’immense majorité des gens qui seront concernés dans tous les aspects de leur vie quotidienne. Comment peut-on voter pour donner les pleins pouvoirs à un type qui prend fait et cause pour les « patrons » « qui peuvent tout perdre eux » et qui méprise les salariés, simples pions du vaste Monopoly de la finance.

Sur l’A2 les clips de campagne défilent le soir après le 20h. Celui de LREM, le mouvement de Macron,  est d’une affligeante vacuité, une litanie de candidats répétant qu’ils sont le renouveau issu de la société civile. Point de programme si ce n’est donner une majorité à Macron. Pour quoi faire ? Tondre la laine sur le dos des gens ordinaire pour la fourguer aux riches.

La vague Macron, la macronite, c’est une sorte de lubie pour adulte en âge de voter qui ressemble à celle du « slime » qui frappe actuellement  les gamin(e)s dans les écoles primaires. Pour ceux qui l’ignoreraient, il s’agit d’une pâte gluante et informe à base de colle liquide incolore et de divers ingrédients. De « tendance », ce truc est devenu « viral » dixit le Nouvel Obs. Pourquoi ? Mystère. De même Macron, le doublement chanceux, sur qui personne n’aurait misé un sou, émerge et la macronite devient « virale » chez les électeurs. La macronite, c’est finalement un truc aussi gluant et informe mais beaucoup plus toxique que le slime et l’engouement en est tout aussi irrationnel.  

Mais la mode du slime passera aussi vite qu’elle est venue et les mômes auront une autre lubie. La macronite risque de passer encore plus vite mais il restera Macron et ses sbires pour faire plonger la France dans la dérégulation ultralibérale. Le réveil sera douloureux. Il ne restera plus que la rue pour faire échec à ce malfaisant. Une période troublée faite de violences sociales et policières s’annonce. Décidemment, le suffrage universel tire les mauvais numéros dans des genres très différents certes. Il fallait Bernie Sanders, ce fut Trump. Il fallait Mélanchon, ce fut Macron. Le suffrage universel a tiré les mauvais numéros hier, mais il reste encore un espoir pour demain.

Votons et faisons voter pour les candidats de La France Insoumise

« Καὶ σὺ τέκνον » (Toi aussi mon fils) aurait dit César qui s’exprimait en grec (et non en latin) lorsque parmi ses assassins, il vit s’avancer Marcus Brutus qu’il considérait comme son fils. Parmi ceux qui empêchèrent Hollande de se représenter soit par des manœuvres plus ou moins basses, soit par des défections il y avait le sire Macron. À l’instar de César Hollande aurait pu lui dire Καὶ σὺ τέκνον puisqu’il le considérait à juste titre comme son fils spirituel.

Vous avez aimé Hollande : vous allez adorer Macron !

Dimanche 4 Juin 2017 Commentaires (0)

Maître Aliboron était un âne au sens figuré avant d’en devenir un au sens propre mais qu’était ou qui était aliboron à l’origine ? Une plante : l’hellébore. Mais de quel hellébore s’agit-il ? C’est à ces questions qui n’ont pas de réponse simple qu’est consacrée la dernière partie de cette étude sur les hellébores.


Hellébore ou ellébore ? Quelle hellébore?
1 – La Fontaine et les ellébores

(a) Maître Aliboron ou l’ellébore est fait homme avant de devenir un âne.

C’est dans une fable pas très connue « Les voleurs et l’âne » que La Fontaine baptise ce sympathique quadrupède « Maître Aliboron » : «  Arrive un troisième Larron / Qui saisit Maître Aliboron ». Il s’agit d’une sorte de plaisanterie puisque cette expression était censée désigner un humain, en mauvaise part à l’époque où écrivait le fabuliste mais ce ne fut pas toujours le cas.

Dans la première édition du dictionnaire de l’Académie française publié en 1694, un an avant la mort du poète, « Maîstre aliboron » est défini ainsi : « un homme qui veut se mesler de tout, qui fait le connoisseur de tout » écho du titre d’un monologue en vers Les Ditz de maistre Aliborum qui de tout se mesle et sçait faire tous mestiers, et de tout rien « composé peu de temps après la bataille de Fornove (1495) et popularisé par l’imprimerie dans les premières années du XVIe siècle. » (Antoine Thomas, 1919, p. 328 : c’est l’article de cet auteur qui est l’une des sources principales de cette partie).

Thomas montre qu’avant de désigner un sot ignorant l’expression désignait au contraire un savant, un « chirurgien » au service des princes et des rois. Selon Thomas, ce serait Anatole de Montaiglon qui avait réédité Les Ditz qui eut le premier l’idée de rattacher ‘aliboron’ à ‘ellébore’ à partir du latin elleborum corrompu en ‘aliboron’ dans un passage du Roman de Renart. Donc avant d’avoir signifié un âne grâce à La Fontaine, l’expression aurait désigné un homme, d’abord en bonne puis en mauvaise part mais à l’origine aliboron était le nom d’une plante : l’ellébore.

Il reste cependant à comprendre le pourquoi de ces métamorphoses et en particulier le passage de la plante à l’homme. Comment le terme désignant une plante en est venu à désigner un homme ?

Pour A. Thomas, cela est dû à une erreur d’interprétation commise Jean Scot Érigène, un érudit, philosophe et théologien du IXe siècle, dans son commentaire de ce qui fut l’une des encyclopédies les plus utilisées pendant tout le Moyen-Âge Les Noces de Mercure et de la Philologie de l’écrivain latin Martianus Capella. Dans un passage où il traite de la dialectique, Capella écrit « Carneadesque parem vim gerat elleboro.» Comme le note A. Thomas, pour comprendre ce vers, il faut connaître une particularité du régime auquel se soumettait Carnéade, philosophe sceptique, le dixième successeur de Platon à l’Académie. Lorsqu’il devait affronter le stoïcien Chrysippe dans une joute oratoire, il se purgeait à l’ellébore. Aussi selon A. Thomas, doit-on traduire ce vers ainsi « « Et Carnéade, aussi fort que Chrysippe grâce à l’ellébore. » (p. 334) alors que Scot Érigène comprit ce vers comme affirmant que « Elléboron » était un philosophe grec de la même secte (parem vim) que Carnéade.

Pour A. Thomas « Cette erreur monstrueuse ne tarda pas à porter ses fruits. Dès la génération suivante, un autre commentateur de Martianus Capella, Rémi d’Ausserre, fondateur de la première école d’enseignement supérieur qui ait fleuri à Paris, emboîta résolument le pas, et, avec une imperturbable confiance, il écrivit : « En dialectique, les philosophes qui obtinrent le premier rang sont Aristote, Chrysippe, Carnéade et Elléboron » » (p. 334). Ainsi s’expliquerait la métamorphose de la plante en homme. Et c’est là que serait l’origine de l’expression « Maître Aliboron ». Ainsi pour A. Thomas, « il y a de l’ellébore dans le nom de maître Aliboron ; je dirai plus : qu’il n’y a que de l’ellébore, que maître Aliboron est proprement l’ellébore fait homme. » (p.333).

Cette étymologie proposée par A. Thomas n’explique pas comment l’expression en est venu à désigner non plus un savant, égal d’Aristote, Chrysippe et Carnéade mais un « sot » « qui de tout se mesle et sçait faire tous métiers, et de tout rien ». Un auteur postérieur Gunnar Tilander s’appuie sur cette insuffisance pour revenir à l’explication qu’avait proposée Eugène Rolland dans sa Flore populaire (que cite d’ailleurs A. Thomas) « « À une certaine époque l’helleborum, corrompu en aliboron, était la panacée par excellence, préconisée par les charlatans. Par suite, on a pu appeler maître Aliboron un charlatan, un mauvais médecin, un ignorant, un âne, au figuré d’abord et finalement au propre » (t. I (1896), p. 77, note 4). Contrairement à Thomas qui rejette l’emploi figuré de l’expression pour l’homme comme contraire « aux lois de l’esprit humain », Tilander (1946) s’efforce de montrer que cette métaphore est chose courante en prenant des exemples analogues dans différentes langues pour une autre panacée « l’onguent blanc » qui comme la panacée vendue sous le nom d’aliboron serait bonne à tout mais ne soignerait rien. En suédois, cet onguent « qui ne fait ni bien ni mal » désigne au sens figuré « une « personne faible, trop conciliante, niaise » « ignorante » (p. 180). En allemand l’onguent blanc serait devenu proverbial à cause de son inefficacité. En espagnol, une expression populaire à propos d’une personne dont on veut se moquer serait : « Él es como el ungüento blanco que se usa para todo y no sirve para nada.» qui est comme le décalque de la définition de Maître Aliboron. Il serait donc inutile d’avoir recours au contresens de Jean Scot Érigène pour rendre compte du passage de la plante à l’homme. Selon Tilander « Le parallélisme des langues française, espagnole, allemande et suédoise suffit à lui seul à démontrer l'évolution de sens de maître Aliboron, car il montre de quelle façon une panacée comme l'ellébore peut « être fait homme » pour citer les propres paroles de Thomas » (p. 183).

Hellébore ou ellébore ? Quelle hellébore?
Pour que le parallèle entre l’ellébore et l’onguent blanc tienne, il faut supposer que les préparations à base d’ellébore ne feraient « ni bien, ni mal » et seraient totalement inefficaces. Or, ce n’est pas le cas, ou du moins pas toujours, ni même le plus souvent : les effets plus ou moins drastiques dépendent du degré de dessiccation de la plante comme l’ont souligné par la suite bien des auteurs de traités de « matière médicale » qui ont aussi regretté que sous le nom d’ellébore soient confondues et vendues des racines d’autres renonculacées voire d’apiacées comme Astrantia major. (cf. citations et références dans la partie consacrée à la rose de Noël). En outre mal administrée, l’ellébore de n’importe quelle espèce peut entraîner des accidents graves, voire mortels.

D’ailleurs dans les passages du Roman de Renart où il est question d’ellébore, celle-ci n’est pas du tout considérée comme sans effet, au contraire puisque administrée par Renart au Roi Lion, elle le guérit en le purgeant. Tilander cite d’ailleurs le texte où sont décrits les effets purgatifs et sternutatoires de l’ellébore sur le Roi Lion. Le roi parvient à éternuer, péter, suer puis se trouve guéri et reconnaissant à Renart, qu’il nomme conseiller et à qui il fournit une escorte pour sa sauvegarde lors de son retour chez lui. Il faut donc supposer que Renart avait su trouver (ou voler) la bonne plante, celle qui produit les effets désirés.

Enfin les expressions populaires concernant l’ellébore, ne sous-entendent pas que la plante est inefficace.

Quant au présupposé que l’ellébore était une « panacée » que seuls auraient proposée ou utilisée les charlatans, elle est fausse également. La première école de médecine du Moyen Age se développe à Salerne, en Italie. Elle a eu une énorme influence sur la pensée et la pratique médicale du IXe au XIVe siècle. L’enseignement se fondait sur l’étude de textes anciens latins, grecs et arabes qui font grand cas de médications à base d’ellébore (voir à ce sujet les textes cités dans la partie de cette étude consacrée à la rose de Noël).

Hellébore ou ellébore ? Quelle hellébore?
Il faut enfin souligner ou rappeler que « Les moines, les cocus et les médecins étaient, depuis le Moyen Âge, d’excellents objets de moquerie et de franche rigolade, sur les planches comme dans les fabliaux. » (Minard, 2006). C’est cela qui pourrait expliquer à la fois que l’expression puisse désigner un médecin réputé et sa caricature. C’est cette dernière, véhiculée par la littérature et le théâtre qui est restée.

Selon nous, l’objection que Tilander soulève contre la thèse de Thomas est facilement surmontable et sa propre interprétation qui suppose que seuls « les charlatans » proposèrent et/ou utilisèrent de l’ellébore est fausse comme est fausse la présupposition que cette plante est sans effet, présupposition qui légitime la comparaison avec « l’onguent blanc ». Faut-il pour autant se satisfaire de l’explication de Thomas ?

Rappelons que pour Jean Scot Érigène comme pour Rémi d’Ausserre, Aliboron, Platon et d’Aristote sont considérés comme les meilleurs philosophes dialecticiens et que les « Maîtres Aliborons » sont des médecins, chirurgiens ou pharmaciens. Comment donc un maître dialecticien a-t-il pu se transformer en un maître chirurgien ?

Une partie de la réponse se trouve, à notre avis, dans la façon dont étaient enseignées la médecine et toutes les disciplines, en particulier dans un type d’exercices auquel étaient soumis les étudiants : la disputatio. Sur une question donnée, maîtres et élèves devaient présenter et soutenir des arguments contradictoires, en général devant un public, donnant ainsi lieu à un débat qui ressemblait aux joutes dialectiques entre orateurs. On trouve de telles « disputatio » mises en scène en général pour les tourner en ridicule comme dans L’amour médecin de Molière. Pour triompher dans ce genre d’exercice, il fallait donc non seulement bien connaître les textes de anciens et notamment ceux d’Aristote mais aussi être un bon dialecticien, la disputatio étant le mode d’enseignement et de recherche utilisé pour toutes les matières et à tous les niveaux. En définitive être un bon médecin, c’était certes avoir une bonne pratique mais c’était aussi et peut-être surtout être un bon dialecticien comme le furent, selon Scot Erigène et Rémi d’Ausserre, Platon, Aristote et ….Aliboron !

(b) Le lièvre et la tortue
 

Hellébore ou ellébore ? Quelle hellébore?
Nous connaissons tous ce passage de la fable « Le lièvre et de la tortue » :« Ma commère, il faut vous purger / Avec quatre grains d’ellébore ». On sait qu’un «grain» est une unité de mesure équivalant à environ 0,05 gr. Mais qu’en est-il de l’ellébore ? Quelle est donc cette plante qui se métamorphosa en homme à cause du contre-sens d’un érudit puis en âne par la grâce d’un poète facétieux ? 

Pour la botaniste Aline Raynal-Roques, l’ellébore de la fable « le lièvre et la tortue » serait en fait le (ou la) vérâtre (Veratrum album L.) de la famille des liliacées qu’il faut bien distinguer des Hellébores avec un h) qui appartiennent au genre Helleborus de la famille des renonculacées : « Les hellébores appartiennent au genre helleborus (Renonculacées). L’ellébore de la fable de La Fontaine est un nom vulgaire du Veratrum (Liliacées). » (1994, p. 208, note 1)

Elle s’accorde ainsi, au moins en ce qui concerne l’orthographe, avec Gaston Bonnier et Georges de Layens qui utilisent les mêmes graphies selon qu’il s’agit des Helleborus ou des Veratrum. Est-ce à dire pour autant que dans le cas de la fable, il s’agit bien de racine de vérâtre, partie de la plante utilisée en herboristerie ?

Littré mentionne comme premier sens d’ ‘ellébore’ : «Plante, dite dans l'Avranchin herbe enragée, très usitée dans la médecine des anciens comme cathartique et qui passait pour guérir la folie. Le plus célèbre des ellébores venait des campagnes d'Anticyre, île de la mer Égée dans le golfe Maliaque. L'ellébore des anciens est regardé comme appartenant aux veratrum (colchicacées). » Pour illustrer ce sens il propose les citations suivantes : «  "Il n'est point d'ellébore assez en Anticyre...." [Régnier, Sat. X] ; "Ma commère, il vous faut purger Avec quatre grains d'ellébore", [La Fontaine, Fabl. VI, 10] ; "Y aurait-il assez d'ellébore pour une si étrange maladie ?" [Voltaire, Phil. ignorant, 50] »
Il mentionne ensuite que l’expression « avoir besoin d’ellébore » donc de vérâtre, signifie « avoir l’esprit troublé ». Et il propose pour en illustrer le sens les citations suivantes « "Vous le voyez, sans moi vous y seriez encore ; Et vous aviez besoin de mon peu d'ellébore", [Molière, Sgan. 22] ; "Elle a besoin de six grains d'ellébore ; Monsieur, son esprit est tourné", [Molière, Amphit. II, 2] ;"Il aurait bien besoin de deux grains d'ellébore", [Regnard, Distr. II, 12] »

Mais Littré donne comme second sens à ‘ellébore’ : « genre de plantes renonculacées, dont une espèce d’Europe (helleborus niger) sert en médecine. » Il mentionne pour ce second sens un usage en médecine vétérinaire : « Quand on met un exutoire aux animaux, on fait au bas de la panse ou sur la cuisse une incision dans laquelle on introduit un petit morceau de racine d'ellébore. »

Aline Raynal-Roques s’accorde avec Littré sur la plante à laquelle réfèrerait le passage de la fable mais pour Littré, le nom ‘ellébore’ sans ‘h’ réfère également aux renonculacées membres du genre Helleborus qu’Aline Raynal-Roques écrit avec un ‘h’. Un même nom donc pour deux plantes très différentes.

Si l’on s’en tient au dictionnaire de l’Académie. Il faudrait tirer une conclusion différente.

Hellébore ou ellébore ? Quelle hellébore?
Le dictionnaire de l’Académie (dernière édition) ne désigne sous le nom d’ellébore que les plantes appartenant à la famille des renonculacées et ne mentionne pas celles appartenant à la famille des liliacées. L’Académie fait remonter cet usage au XIIIème siècle : « n. m. XIIIe siècle, elebore. Emprunté du latin (h)elleborus, du grec helleboros. BOT. Plante herbacée vivace de la famille des Renonculacées, dont une variété était employée autrefois en médecine comme purgatif, et que l'on croyait propre à guérir la folie. L'ellébore noir est aussi appelé rose de Noël. »

Selon les académiciens, le lièvre préconise donc de la racine de rose de Noël à la tortue comme médecine pour la guérir de ce qu’il croit être sa folie. Il l’invite même à en prendre le double de la dose habituelle. Il trouve donc  la tortue complètement folle !

Que conclure : Vérâtre, Rose de Noël voire même une autre plante ?

Il faut d’abord remarquer qu’en ce qui concerne le nom vernaculaire, il règne aujourd’hui encore parmi les botanistes une grande confusion.
Nombreux sont ceux qui acceptent indifféremment les deux graphies ‘hellébore’  et ‘ellébore’ pour toutes les espèces d’ Helleborus. Par exemple dans leur flore, Lambinon et all. (2008), p. 66. D’autres, par contre, utilisent la seule graphie ‘Hellébore’ pour toutes les espèces du genre Helleborus, excepté pour Helleborus niger  (H)ellébore noir ou Rose de Noël, ainsi André Gonnard (2010), p. 218 qui donne « hellébore » et « ellébore » comme autres noms de cette plante, qui sont donc des synonymes vernaculaires équivalents du nom linnéen Helleborus niger.

Dans la Flore forestière française, tome 2, le nom vernaculaire de Veratrum album est orthographié ‘hellébore blanc’ avec pour synonyme Varaire, Varaire Blanc (1993), p. 2163.

Selon Tela botanica  les noms vernaculaires « ellébore noir », « hellébore noir » et « Rose de Noël » sont également recommandés et typiques concernant Helleborus niger tandis que pour Veratrum album est recommandé en premier lieu comme nom vernaculaire « Vérâtre blanc » tandis que « Ellébore blanc » est considéré comme secondaire.

En Français contemporain, le nom d’(h)ellébore avec ou sans h désigne plus couramment les plantes appartenant à la famille des renonculacées et il semble préférable de leur réserver cette dénomination quelle que soit la façon dont on l’orthographie (avec ou sans ‘h’).
Cela ne résout pas pour autant la question initiale, la nomenclature vernaculaire étant dans ce cas source de confusion.

Les apothicaires utilisaient les rhizomes sous forme de poudre qu’il fallait peser avec le plus de précision possible, compte tenu de la dangerosité de la plante que celui-ci soit du(ou de la) vérâtre blanc ou de l’hellébore noir. Si les racines de vérâtre et les rhizomes d’hellébore ne se ressemblent guère à l’arrachage, il n’en est plus de même lorsqu’ils sont préparés pour la vente aux apothicaires. En outre, ils sont aussi toxiques l’un que l’autre, s’attaquent aux mêmes organes (cœur, tube digestif, système nerveux). Les symptômes de l’intoxication qu’ils provoquent sont eux aussi semblables avec la même issue fatale pour de très petites quantités.

L’intoxication par ingestion d’une partie quelconque d’une quelconque espèce d’hellébore se traduit par des grincements de dents, un pouls faible et intermittent, des difficultés respiratoires, des tremblements et convulsions. Le poison déclenche une gastro-entérite hémorragique avec salivation  et vomissements. La diurèse est augmentée et on note des troubles de l’équilibre.

Dans le cas du Vérâtre, on observe également des troubles cardiaques avec un pouls faible, ralenti et irrégulier, des efforts de vomissements et des nausées accompagnés de salivation, des coliques avec diarrhées, des troubles respiratoires et des troubles nerveux : paresthésie de la langue et des lèvres, incoordination, ataxie. (source, inter alia : le site d’ Antoine Casteignau http://www.vegetox.envt.fr). Cependant dans le cas du vérâtre, il ne semble pas qu’il y ait augmentation de la diurèse.

En outre il y a « le fait que les indications communes sont nombreuses : épilepsie, mélancolie, dérangement mental, maladie des reins, maux de tête, etc. …  qui invitent à la confusion » Deroux, 1976 qui renvoie en note à la table des matières de l’édition d’Hippocrate par Littré (Volume X), Dioscoride, Περὶ ὕλης ἰατρικῆς ou De Materia Medica (4, 148 et 162), Pline, Naturalis Historia (Histoire Naturelle)(25, 54 – 55 et 160).

Hellébore ou ellébore ? Quelle hellébore?
On comprend dès lors qu’il est fort possible que les apothicaires aient utilisé indifféremment  les rhizomes de l’une ou l’autre de ces plantes et peut-être même d’autres ayant le même aspect et les mêmes effets. Les historiens de la pharmacie citent d’autres espèces du genre : H. foetidus, H.viridis et d’autres renonculacées  dont les racines étaient connues pour avoir des propriétés analogues notamment purgatives « par le haut et par le bas » notamment Adonis vernalis, Trollius europaeus, Actaea spicata, Astrantia major. Elles auraient été également utilisées sous la dénomination ‘ellébore’.
Enfin pour corser l’affaire, certains historiens philologues et botanistes refusent même l’indentification habituellement faite entre l’ellébore blanc des grecs et Veratrum album L.. C’est notamment le cas de Albert Carnoy dans son Dictionnaire étymologique des noms grecs des plantes (p. 159, cité par Deroux, 1976).
Il est donc à peu près certain que ni les profanes, ni la plupart des apothicaires ne devaient faire la distinction entre Veratrum album et Helleborus niger. En effet selon la plupart des auteurs, le (ou la) vérâtre est appelé ‘ellébore blanc’. Quant aux Helleborus, ils sont dénommés ‘ellébore noirs’  alors que dans l’expression courante on ne mentionne pas l’épithète comme c’est d’ailleurs aussi le cas dans de nombreuses occurrences des traités de « matière médicale » reprenant les médications des anciens grecs et latins et comme c’est aussi le cas chez ces auteurs eux-mêmes.
Il faut donc conclure que la question est indécidable ou plus exactement que la question n’a pas lieu d’être sous cette forme car dans l’expression reprise par La Fontaine « se purger avec quatre grains d’ellébore », le mot ‘ellébore’ ne renvoie pas à une plante mais à une drogue, un médicament exactement comme lorsque nous utilisons aujourd’hui le terme ‘aspirine’ par exemple, une préparation pharmaceutique dont seuls les spécialistes connaissent l’origine et la formule chimique précise.

2 - A la recherche de l’hellélébore noir
 
Peut-on aller plus loin et tenter de dépasser cette conclusion quelque peu décevante en reformulant notre question initiale : quelle est la plante que la tradition médicale ancienne prescrivait sous le nom d’hellébore noir, capable de guérir certaines formes de folies et de bien d’autres choses encore ? Il y a en fait trois prétendants principaux : Helleborus niger L. (hellébore noir, rose de Noël), Helleborus orientalis Lam.(rose de Carême), Helleborus cyclophyllus (A. Braun) Boissier.
 
 
(a) Les voyages au Levant : Pierre Belon et Joseph Pitton de Tournefort

Pour des raisons pratiques – la médecine – et aussi théoriques – la connaissance du monde végétal, le besoin de savoir quelles étaient exactement les  « plantes des anciens » est à l’origine en 1700 du voyage de Joseph Pitton de Tournefort en Grèce et en Asie, voyage qui devait se poursuivre en Afrique mais fut abrégé à cause d’une épidémie de peste qui sévissait en Egypte. Il était accompagné d’un médecin  Allemand, M. Gundelscheimer et du peintre Aubriet : « Ce fut un bonheur pour les Sciences que l'ordre que M. de Tournefort reçue du Roy en 1700 d'aller en Grèce, en Asie & en Afrique, non seulement pour y reconnoistre les Plantes des Anciens, & peut-être aussi celles qui leur auront échappé» (Fontenelle, Éloge de Joseph Pitton de Tournefort, 1708, orthographe non modifié).
 

Hellébore ou ellébore ? Quelle hellébore?
De ce voyage, Tournefort rapporta de nombreux échantillons de plantes : « Il rapportoit, outre une infinité d'Observations différentes, 1356 nouvelles Especes de Plantes, dont une grande partie venoient se ranger d'elles-mesmes sous quelqu'un des 673 Genres qu'il avoit établis : il ne fut obligé de créer pour tout le reste que 15 nouveaux Genres, sans aucune augmentation des Classes, ce qui prouve la commodité d'un sisteme, où tant de Plantes étrangères, & que l'on n'attendoit point, entroient si facilement. Il en fit son Corollarium Instutionum Rei Herbariæ, imprimé en 1703. » (Fontenelle, 1708)

Ainsi que le rappelle Fontenelle dans son éloge, il devait lors de ce voyage: « écrire le plus souvent qu'il pourroit à M. le Comte de Pontchartrain, qui luy procuroit tous les agrémens possibles dans son Voyage, & de l'informer en détail de ses découvertes & de ses avantures. » C’est ce qui explique que l’ouvrage est le recueil des 22 lettres que Tournefort avait écrites au Comte. Seul le premier tome de de ses relations minutieuses et détaillées de ce voyage fut publié de son vivant : écrasé contre un mur par une charrette dans la rue Lacépède à Paris en 1708, Tournefort devait décéder des suites de cet accident quelques mois plus tard, à cinquante-six ans. Les tomes suivants furent édités à titre posthume.

Lors de son voyage, Pitton de Tournefort ne trouva pas de spécimen de la fleur que l’on nomme aujourd’hui, à la suite de Linné H. niger mais en abondance ceux d’une autre espèce dont aujourd’hui le nom valide est Helleborus orientalis, Lam. que l’on appelle « Rose de Carême » pour la distinguer de la « Rose de Noël ». Selon lui, c’est cette espèce qui était désignée sous le vocable d’hellébore noir par les anciens herboristes et médecins grecs:
« Ils [deux herboristes rencontrés à Pruse (aujourd’hui Bursa) au pied du mont Olympe de Mysie] nous fournirent des racines du véritable Ellébore noir des anciens, autant que nous voulûmes pour en faire l'extrait. C’est la même espèce que celle des Anticyres et des côtes de la mer Noire. Cette Plante — que les Turcs appellent Zopléme et qui est très commune — au pied du mont Olympe, a pour racine un trognon, gros comme le pouce, couché en travers, long de trois ou quatre pouces, dur, ligneux, divisé en quelques racines plus menuës et tortuës. Toutes ces parties poussent des jets de deux ou trois pouces de long, terminez par des œilletons ou des bourgeons rougeâtres ; mais le trognon et les subdivisions sont noirâtres en dehors, et blanchâtres en dedans. Les fibres qui les accompagnent sont touffuës, longues de huit ou dix pouces, grosses depuis une ligne jusques à deux, peu ou point du tout cheveluës. Les plus vieilles sont noirâtres en dedans, d’autres brunes ; les nouvelles sont blanches; les unes et les autres ont la chair cassante, sans âcreté ni odeur, et sont traversées d’un nerf roussâtre. » (Pitton de Tornefort, 1727, lettre XXI)
Que cette espèce H. orientalis soit l’une des deux espèces que les Anciens botanistes et médecins grecs et latins appelaient « ellébore noir » est une hypothèse partagée encore aujourd’hui par de nombreux hellénistes et historiens de la botanique. Il s’agirait de celle mentionnée par Théophraste comme l’hellébore « du Pont » (ancien état sur la mer Noire dans le NE de la Turquie actuelle), qui ferait partie des quatre de « qualité supérieure, ou du moins des plus utilisés » (Recherche sur les Plantes, Livre IX 10 – 3, trad. fr. Suzanne Amigues, p. 354)
 

Hellébore ou ellébore ? Quelle hellébore?
L’autre espèce serait Helleborus cyclophyllus qui a pour aire naturelle les Balkans et qui y est l’espèce la plus répandue. C’est principalement sur ce critère de répartition ainsi que sur des correspondances entre les descriptions anciennes et les caractères morphologiques de H. cyclophyllus que se fonde cette identification entre l’ellébore noire des anciens Grecs et cette espèce. La rose de Noël quant à elle est originaire d’Europe centrale, dans les forêts de pente des Alpes centrales et orientales entre 300 et 1800 m d’altitude. La plupart des auteurs en ont donc conclu que H. niger ne pouvait être en fait l’hellébore noir des anciens Grecs. Ainsi Deroux (1976) adopte la position dominante lorsqu’il écrit : « En Grèce ἐλλέβορος μέλας ne désignait pas Helleborus niger L. qui n’existait pas dans cette région, mais vraisemblablement Helleborus orientalis L. (sic) ou Helleborus cyclophyllus R. Br » (note 5, p. 876 / les noms d’auteurs sont incorrects : pour H. orientalis, il s’agit de Lamarck (Lm.) et non de Linné (L.) et pour H. cyclophyllus, il s’agit de Boissier, botaniste Suisse ((A. Braun) Bois.).

Dire que H. niger n’existait pas dans cette région (la Grèce, les îles grecques et l’Asie mineure), c’est tenir pour nul le témoignage de Pierre Belon.  

En 1547 lors d’un voyage dans les mêmes contrées que celles visitées par Tournefort un siècle et demi plus tard, Pierre Belon avait trouvé des plants de H. niger sur le Mont Olympe (Olympe de Mysie ou Olympe de Bithynie) et dans les vallées du Mont Athos.
Belon voyageait dans l’empire Turc en qualité d’accompagnateur d’une mission diplomatique envoyée par François 1er auprès de l’empereur Soliman le Magnifique. Belon avait un grand projet : traduire les grands textes anciens, en particulier Dioscoride et Théophraste en établissant une concordance entre les dénominations anciennes et les modernes dans les trois règnes : végétal, animal et minéral. Dans ses nombreux voyages, il essaie de retrouver les noms grecs et latins attribués aux végétaux et animaux en comparant les descriptions latines et grecques avec ses observations et il tente de donner l’équivalent en français, en italien et en langues régionales françaises de ces dénominations.

Dans son ouvrage paru en 1553 relatant ses observations lors de ce voyage intitulé Les observations de plusieurs singularités & choses mémorables, trouvées en Grèce, Asie, Judée, Égypte, Arabie, & autres pays étranges, rédigées en trois livres il mentionne l’hellébore noir dans trois passages. Il indique qu’il ne l’a pas trouvé sur l’ile de Crète : « Ayant expressément cherché l’hellébore noir en Île de Crète, je n’en ai onc su trouver » (p. 99). Par contre au Mont Athos en Grèce « Hellébore noir y croît en plusieurs vallées » (p. 143). Enfin sur le Mont Olympe de Mysie : « L’hellébore y produit librement la fleur rouge et y croît en grande quantité. Ce fut le premier lieu où je le visse porter la fleur rouge » (p. 514).

Ces informations sont précises et circonstanciées. La remarque concernant la couleur de la fleur est à souligner. En effet après l’anthèse les sépales pétaloïdes de H. niger s’accroissent et deviennent verts s’il pousse à l’ombre, rouges s’il pousse au soleil (voir dans la troisième partie de cette étude sous la rubrique observation, texte, photo et référence). Cette remarque montre deux choses. Tout d’abord que Pierre Belon est un botaniste attentif et compétent, donc digne de foi et ensuite qu’il connaissait bien la plante mais avec une fleur blanche, d’où son étonnement. Il faut donc en conclure que contrairement à ce qui est répété de notes en notes et d’articles en articles, il y avait bien des stations de H. niger en Grèce et en Asie mineure (Bithynie, Pont) même si Pitton de Tournefort n’en a pas trouvé et si on en trouve plus.

En fait, les critères portant sur la morphologie et sur la présence ou l’absence de l’espèce à un moment donné ne sont pas très fiables. En ce qui concerne la morphologie, les descriptions des auteurs anciens sont bien trop imprécises et peuvent cadrer avec de nombreuses espèces du genre. Quant à la distribution, elle peut varier considérablement au cours du temps pour des raisons diverses et cela est particulièrement vrai pour l’environnement, le climat et la flore méditerranéenne. Parmi ces changements, on peut citer les variations climatiques naturelles ou induites, les variations d’altitude de l’étage nival, la déforestation, l’anthropisation, l’épuisement et l’érosion des sols, la disparition de plantes à cause de prélèvement excessifs, etc. de telle sorte que comme le soulignent Olivieri et al. (2016) on court un risque certain d’anachronisme en tentant d’identifier une plante citée par des sources anciennes à partir de la flore actuelle.

En bref, que l’on ne trouve pas d’H. niger aujourd’hui en Grèce et dans l’ancien état de Bithynie ou du Pont ne prouve pas qu’il n’y en avait pas à l’époque d’Hippocrate, de Platon ou de Théophraste. Que Pitton de Tournefort n’en ait pas trouvés dans la région où Belon en avait signalés un siècle et demi plutôt ne permet pas de rejeter les identifications de ce dernier.

(b) Le verdict de la phytochimie

Olivieri et al. (2016) proposent une nouvelle approche du problème : déterminer les propriétés pharmacologiques des plantes et comparer leurs effets médicaux avec les textes anciens. C’est à partir de la relation de l’hellébore avec le mythe de la guérison des Prœtides par Mélampus qu’ils vont argumenter.
Pour ces auteurs rattacher l’origine de l’utilisation de l’hellébore pour soigner des troubles mentaux et comportementaux à un mythe, montre que «the Greeks themselves traced the discovery of the neurological properties of hellebore as far back as to their own prehistory and considered the herb an age-old medicament for madness. (Les grecs eux-mêmes ont fait remonter la découverte des propriétés neurologiques de l’hellébore aussi loin que leur propre préhistoire et ils ont considéré la plante était un médicament contre la folie vieux comme le monde)» (Olivieri et al. p. 8). En outre les auteurs s’attachent à montrer que dans ce mythe, la description du comportement et des symptômes des Prœtides n’est pas « a pastiche of outlandish psychic conditions and outrageous actions (un pastiche de conditions psychiques étranges et d’actions scandaleuses) » mais sont la description littéraire de symptômes et de comportements de la vie réelle (real-life). Pour eux ces symptômes et comportements permettent de supposer que les Prœtides étaient atteintes de psychose maniacodépressive ; plus précisément on serait en présence d’un épisode maniaque dans un trouble bipolaire (bipolar disorder, anciennement nommé psychose maniacodépressive).

L’examen phytochimique comparé de Helleborus niger L., Helleborus orientalis Lam., Helleborus cyclophyllus (A. Braun) Boissier montre que les trois espèces sont toxiques mais que les deux les plus toxiques sont, à égalité, H. cyclophyllus et H. orientalis tandis que H. niger l’est bien moins. A la différence des deux autres, elle ne contient pas d’hellébrine, un composé hautement cardiotoxique et cytotoxique. H. niger et H. cyclophyllus ont des propriétés anti-inflammatoires mais H. niger est la seule à posséder des composés qui lui confèrent un effet hypnotique en plus des propriétés émétiques et laxatives communes au genre. Surtout elle seule contient des sarsasapogénines, composants qui ont des propriétés antipsychotiques et antidépressives (Olivieri et al., 2016).
Quant à H. orientalis, cette espèce est celle qui est la moins intéressante d’un point de vue pharmacologique. Non seulement elle est fortement cyto et cadiotoxique mais elle n’a par ailleurs que les propriétés émétiques et laxatives dues à des composés communs à tout le genre. (Olivieri et al. 2016, p.12).

Pour Olivieri et al., c’est donc H. niger qui doit être retenue comme l’espèce désignée par le vocable ellébore noir (ἐλλέβορος μέλας, μελαμπόδιον) dans les textes de l’antiquité grecque et latine lorsque la plante est citée pour ses bienfaits et lorsqu’elle fait partie d’un traitement contre la folie. Les auteurs supposent aussi que H. cyclophyllus devrait être la bonne identification pour les textes où l’accent est mis sur les effets débilitants de l’administration de la plante ou dans ceux où la plante est jugée trop dangereuse pour être utilisée.

On pourrait ajouter que ces analyses phytochimiques et pharmacologiques éclairent un passage du récit de Tournefort dans lequel il teste les propriétés de la plante qu’il pense être l’hellébore des anciens : « Trois Armeniens a qui nous en donnâmes, se plaígnirent tous d’avoir ete ſatiguez par des nausées, des tiraillemens d’entrailles, d’une impression de feu , & d’acreté dans l'estomac , le long de l’esophage, dans la gorge & au fondement; de crampes, de mouvemens convulsifs, joints à des élancemens violens dans la tête, qui venoient comme par fusées, & qui se renouvelloient quelques jours après. Ainsi nous commençames par rabbattre la moitie de l’estime que nous avions pour ce grand remede. » (p. 348). [Curieux texte tout de même où ces Arméniens servent de cobayes et qui conduit à s’interroger sur les pratiques de l’époque en matière de recherches médicales.] Quelques lignes plus bas, Tournefort cite un médecin qui déclare ne plus l’utiliser « à cause des accidens qu'elle cause aux malades. »
Il est tentant de suivre les conclusions d’Olivieri et al. car on peut supposer que l’espèce abondante jadis a disparu de la région pour une raison inconnue. Il y a un autre exemple de plante célèbre disparue au temps de Néron bien que très utilisée dans les périodes antérieures et citée dans les textes médicaux  longtemps encore après sa disparition: le silphium même si la distribution très restreinte de cette espèce et, semble-t-il, l’impossibilité de la cultiver en fait un cas très particulier. Il montre néanmoins qu’une telle disparition est possible d’autant qu’il n’est jamais question dans les textes médicaux anciens de cultiver l’hellébore noir mais toujours d’arracher des spécimens sauvages puisque la partie la plus utilisée était la racine.

Références
Complément aux références citées dans les trois premières parties de cette étude
 
Belon du Mans P., 1553. Voyage au Levant, texte établi et présenté par Alexandra Merle,  2001, Editions Chandeigne – Librairie Portugaise, Paris.

Carnoy Α., 1959 Dictionnaire étymologique des noms grecs des plantes. (Bibliothèque du Muséon, vol. 46). Louvain. In-8°, xi-277 p.

Deroux C., 1976. « Notes de lectures » Latomus, T. 35, Fasc. 4 (Oct./Déc. 1976) Société d'Études Latines de Bruxelles, pp. 875 – 878. http://www.jstor.org/stable/41533629

Foucaud A. Sur l'ellébore des Anciens. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 48ᵉ année, n°165, 1960. pp. 328-330.
doi : 10.3406/pharm.1960.6710
http://www.persee.fr/doc/pharm_0035-2349_1960_num_48_165_6710

Minard, M., 2006. « Le roman de la médecine », Sud/Nord, no 21(1), p.p. 11-18. doi:10.3917/sn.021.0011.

Olivieri M. F., Marzari F., Kesel A. J., Bonalume L., Saettini F., 2016. « Pharmacology and psychiatry at the origins of Greek medicine : The myth of Melampus and the madness of the Proetides », Journal of the History of the Neurosciences, DOI: 10.1080/0964704X.2016.1211901, https://www.researchgate.net/publication/308075028

Pitton de Tournefort J., 1727. Relation d’un voyage au levant fait par ordre du roi, tome 3, Chez les Frères Bruyset, Lyon.

Raynal-Roques A., 1994. La botanique redécouverte, Belin, Paris.
Rolland Eugène, 1896. Flore populaire ou Histoire naturelle des plantes dans leurs rapports avec la linguistique et le folklore, tome 1, Librairie Rolland, Paris.

Starobinski J., 2012. L'Encre de la mélancolie, Le Seuil, Paris.
Thomas, Antoine « L'origine de l'expression Maître Aliboron », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et belles-lettres Année 1918 Volume 62 Numéro 2, p. 123 http://14-18.institut-de-france.fr/1919- discours-antoine-thomas.php#note284

Tilander G., 1946. « Maître Aliboron », Studia Neophilologica, 19:1, p.p. 169-183. DOI : 10.1080/00393274608586987

Tucakov J., 1979 – « L'usage de divers Hellébores en médecine vétérinaire et médecine populaires serbes à travers les âges » Bulletin T. LXVII de l'Académie Serbe des Sciences et des Arts – 1979 Classe des Sciences médicales, JNo 11 p. 15 – 30.
 
Illustrations
 
Page de l’album des Fables de La Fontaine du chocolat Menier ; Wikimedia ; Renart devant la justice du Roi Lion, enluminure du XIXe siècle ; Scan www.mincoin.com  ; scan image de classe échangée contre 10 bons points ; Chaumeton : Flore médicale, tome 5, planche 156 ; Helleborus orientalis Kenpei/Wikimedia Commons ; Helleborus cyclophyllus Peter Billinghurst/ Wikiméedia Commons.
 

Vendredi 19 Mai 2017 Commentaires (1)
1 2 3 4 5 » ... 34
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes