Des milliards d'abeilles sont en train de mourir en silence, ce qui met en danger nos cultures et notre alimentation. Une interdiction généralisée d'un groupe de pesticides toxiques pourrait éviter l'extinction des abeilles.

Mais la France, sous la pression des puissantes industries chimiques, vient de renouveler l'autorisation d'un de ces pesticides.


Sauvons les abeilles
Le gouvernement français, très influent sur la politique agricole européenne, doit revenir sur sa décision et faire interdire ces produits chimiques pour sauver nos abeilles et notre alimentation. Pour cela joignons notre signature à celle des 467 000 personnes qui ont signé la pétition lancée par Avaaz.
La pétition vise à obtenir 750 000 signature. Elle sera remise par Avaaz au Ministre français de l'agriculture Bruno Le Maire et aux décideurs européens.

Texte de la pétition :

Au Ministre Français de l'Agriculture M. Le Maire et au Président de la Commission Européenne M. Barroso:
Nous vous appelons à interdire immédiatement l'utilisation des pesticides néonicotinoïdes jusqu'à ce que et seulement si de nouvelles études scientifiques indépendantes prouvent leur innocuité. Le déclin catastrophique des populations d'abeilles pourrait mettre toute notre chaîne alimentaire en danger. Si vous agissez dès maintenant et avec précaution, nous pourrons éviter l'extinction des abeilles.
Cliquez sur la photo de l'abeille pour ouvrir la page de la pétition.


Lundi 10 Janvier 2011 Commentaires (0)
La chimie au labo ! Pas de poison dans nos salades !
Cette année « La science se livre » a choisi la chimie. Science qui a bien besoin de redorer son blason, surtout lorsque ses produits s'invitent dans nos assiettes sans y avoir été conviés.
Pour cette occasion comment résister au plaisir de vous citer une bonne feuille de L'écologie en questions, livre de chevet des écologistes avertis qui préfèrent comme on dit « en rire plutôt que d'en pleurer ».
« Si votre laitue ne vient pas de votre jardin (100% bio bien entendu), elle risque bien d'avoir été traitée autrement... Un peu de Clorothanil, une lichette d'Iprodione, deux ou trois lampées de Procymidone et de Vinclozoline, une pincée de Deltamethrine et deux de Propyzamide...voilà ce que vous risquez de trouver dans votre chère salade, mais vous pourriez aussi bien trouver du Malathion, du Métalaxyl, du Méthamidophos, du Méthomyl ou même, c'est un comble, du Parathion de méthyl! » (p.114)
Tous ces jolis noms qui auraient sans doute enchanté Molière désignent des pesticides plus ou moins redoutables. Ils peuvent avoir des effets cancérigènes, causer des maladies pulmonaires, des malformations des fœtus, des problèmes de fertilité, etc. Demandez donc des renseignements sur ces poisons aux animateurs et conférenciers lors des différentes manifestations prévues dans notre ville en l'honneur de cette science. Elle mérite d'être connue non seulement par ses concepts (ce qui est une façon subtile de la dédouaner) mais aussi et surtout dans ses œuvres pour bien voir que comme le nucléaire, elle mérite un contrôle institutionnel et citoyen très strict. A défaut, pour être édifié sur tous ces produits légèrement plus toxiques que le sirop de glucose ou les œufs en tube mentionnés dans le numéro de Janvier du magazine, reportez vous au site officiel e-phy
Dimanche 9 Janvier 2011 Commentaires (0)

Les souris domestiques sont nos commensales. De mémoire d'humains, elles ont toujours été là, profitant de nos miettes , goutant nos provisions. Elles pulluleraient peut-être si les chats de la maison n'y mettaient bon ordre, à moins que ce ne soient les fouines ou les renards. Elles n'ont pas l'air bien terrible et n'ont fait peur aux dames que dans des histoires où les hommes voulaient jouer les héros à bon compte. Certes, elles s'invitent parfois à notre table sans y avoir été conviées et peuvent se montrer trop gourmandes. Elles peuvent aussi s'apprivoiser et devenir de charmants petits compagnons mais elles préfèreront toujours la liberté.
Cet article dénonce les sévices que leur font subir des « scientifiques » qui sont peut-être très intelligents mais qui semblent avoir perdu leur âme. Je l'écris pour sensibiliser le lecteur. C'est une façon de défendre ces petites bêtes. Ce sont des êtres vivants, heureux de vivre comme tous ceux qui ont reçu ce cadeau magnifique qu'est la vie, mais qui peuvent souffrir. Elles ne méritent absolument pas le sort que leur réserve ces « chercheurs » qui les maltraitent dans leurs laboratoires et, selon l'expression consacrée, en consomment de grandes quantités. Passe encore si c'était pour les manger, mais bien souvent, ce n'est que pour réaliser des expériences parfaitement inutiles,voire même d'une affligeante stupidité.


Dimanche 9 Janvier 2011 Commentaires (0)

Fontenay-aux-Roses

Un élu nucléocrate de la majorité a diffusé aux autres élus de la majorité municipale deux communiqués de presse qui contestent la pertinence du développement de la filière photovoltaïque en France. L'un émane d'une association nommée « Sauvons le climat » et l'autre de la CGT mines-énergie.
Ce n'est pas la première attaque contre cette filière énergétique que cet élu relaie. Ce ne sera sans doute pas la dernière. En diffusant ces textes provenant d'ultra nucléocrates, cherche-t-il à stopper notre effort de promotion du photovoltaïque à Fontenay-aux-Roses alors qu'elle est déjà bien trop modeste, principalement à cause de lui d'ailleurs?


Mardi 30 Novembre 2010 Commentaires (0)

« Le monde » titre « Réchauffement climatique : 56 % des Français se sentent menacés » au vu des résultats d'un sondage commandé à l'IFOP. Certes, c'est le pourcentage de réponses positives à la question « Le réchauffement climatique représentera-t-il une menace sérieuse pour vous et votre mode de vie? » Mais ce que montre d'abord ce sondage, c'est que bien que considérée sérieuse cette menace n'est pas celle qui préoccupe le plus les Français dans le domaine de l'environnement. Ce qui les inquiète le plus, c'est l'épuisement des ressources naturelles. A juste titre d'ailleurs.


Des Américains aveuglés, des Français clairvoyants?

L'opinion américaine n'a pas pris conscience de la gravité du réchauffement climatique et de la responsabilité des occidentaux en la matière. L'opinion française est bien plus éclairée. Cocorico. C'est une des leçons que veut nous faire gober Le Monde, leçon illustrée en première page par un dessin des plus parlants. Est-ce si simple?
Lundi 22 Novembre 2010 Commentaires (0)

Malgré l'opposition des élus EE / Les Verts, le Conseil Régional a voté en commission permanente une subvention de 4 millions d'euros en faveur de 90 stations d'autolib en dehors de Paris. Il aurait mieux valu investir ces sommes dans la mise à niveau des transports en commun et en particulier la ligne 13 de métro et le RER B, les deux plus gros points noirs de la Région. Contrairement à ce qu'affirme JP Huchon, cette subvention n'a rien de social : seuls les gens aisés pourront se payer ce service. Le président de la Région a l'impudence de la présenter comme s'intégrant dans une politique environnementale. De deux choses l'une : ou il ignore ce qu'est une politique environnementale ou il prend les gens pour des imbéciles.


Vendredi 19 Novembre 2010 Commentaires (0)

L'Agence de la sécurité alimentaire européenne a donné un avis favorable pour la consommation animale et humaine à trois maïs OGM de Monsanto sur la base de données fournies par cette firme, données qui s'avèreraient insuffisantes établir leur innocuité selon les travaux du Professeur Séralini. Depuis la publication de ses résultats, ce dernier est l'objet d'attaques et de pressions morales inacceptables qui vont jusqu'à tenter de remettre en cause ses possibilités de recherche. Le Professeur Séralini a décidé de porter plainte. Voici le texte d'un appel à le soutenir émanant de nombreuses associations et partis écologistes ainsi que de partis de gauche.


Lundi 15 Novembre 2010 Commentaires (0)

Le 4 novembre s'est tenue à la mairie d'Issy-les-Moulineaux la deuxième séance de la Commission locale d'information (CLI) du CEA de Fontenay-aux-Roses (CEA/FAR). C'était la première plénière de travail de cette commission après la séance inaugurale d'installation en février dernier. Bien que le CEA/FAR se soit réjoui de l'existence de cette Cli, il n'a guère fait preuve de transparence dans ses réponses aux élus et aux associations au cours des débats. S'il se réjouissait, c'était peut être parce qu'il espérait nous bercer avec le sempiternel crédo des gestionnaires de sites : "Tout va bien : toutes les mesures de sécurité sont prises" C'était sans compter sur les représentants d'associations et les deux élus Verts membres de la commission (Marc Lipinski pour la Région et moi-même Jean-François Dumas pour Sud-de-Seine).


Lundi 8 Novembre 2010 Commentaires (0)

La civilisation occidentale a acquis le pouvoir terrifiant de s'autodétruire et de détruire toute vie sur la planète par l'utilisation d'armes atomiques. Elle altère les conditions de sa survie par ses modes de produire et de consommer, par son choix de développer sans limite les potentialités qu'elle se donne par les techniques qu'elle invente sans cesse. Ainsi l'avenir est-il gros de catastrophes irréversibles d'origine anthropiques. Mais de cet avenir, nous ne savons rien. L'objet de cet article est de montrer que dans une telle situation la posture catastrophique et la stratégie du « sans regret » telles que définies par Jean-Pierre Dupuy dans son ouvrage Pour un catastrophisme éclairé non seulement peuvent mais doivent être combinées et s'insérer dans le contexte d'une nouvelle sagesse qui prenne en compte nos limites comme celles de la planète.


Pour éviter le pire...
Posture catastrophique et stratégie du « sans regret ».

Dans son ouvrage Pour un catastrophisme éclairé, Jean-Pierre Dupuy remarque que notre conduite devant ces menaces ne pourra être que jugée rétrospectivement sur la base de ce que l'on saura lorsque « le voile d'ignorance »constitué par l'imprévisibilité de l'avenir sera levé. C'est sur cette rétroactivité du jugement qu'il fonde et justifie la posture catastrophique qu'il adopte. On ne peut anticiper ce que sera le jugement des générations futures sur nos choix actuels mais on peut être assuré qu'elles porteront ce jugement sur la base de la situation dans laquelle elles seront et de la connaissance de cet avenir que nous ignorons parce qu'il sera leur présent ou leur passé. Pour Jean-Pierre Dupuy « il est donc encore temps de faire que jamais il ne puisse être dit par nos descendants : « trop tard ! » » [Le seuil, Paris, 2002, p. 127] (souligné par l'auteur). Il poursuit en des termes très jonasiens « un trop tard qui signifierait qu'ils se trouvent dans une situation où aucune vie humaine digne de ce nom n'est possible ». C'est d'ailleurs à l'aide d' une citation de Jonas qu'il achève sa justification de la « posture catastrophique » : « Nous voici assaillis par la crainte désintéressée pour ce qu'il adviendra longtemps après nous – mieux, par le remords anticipateur à son égard »(ibid.).
En note, l'auteur présente une démarche qu'il juge d'inspiration opposée à la posture catastrophique : la stratégie « sans regret » qui estime qu'il faut « ne surtout rien faire que l'on regretterait d'avoir fait s'il s'avérait, une fois levé ce voile d'ignorance que constitue l'imprévisibilité de l'avenir, que les prophètes de malheur avaient eu tort » p. 128, note 100.
je noterai dans la suite de cet article PC la posture catastrophique et SR la stratégie « sans regret ».
Malgré leurs « inspirations opposées », il me semble possible et même nécessaire dans la plupart des cas de prendre des mesures qui satisfassent à PC comme à SR*. En effet, si PC s'impose parce que l'avenir est gros de catastrophes d'origine anthropique, SR a pour elle la modération et peut s'appuyer sur le sens commun. Il ne suffit pas d'espérer que les mesures prises seront jugées bonnes d'un point de vue éthique, il faut aussi qu'elles puissent être acceptées dans une démocratie. Je partirai d'un cas concret le changement climatique. Ce cas est paradigmatique parce qu'à la différence de l'épuisement des énergies fossiles, le changement climatique ne nous contraint pas à agir aujourd'hui, ni même dans un futur proche puisque les catastrophes induites ne sont censées se produire dans toute leur ampleur que dans un avenir encore lointain. S'il y a nécessité de « lutter contre le changement climatique, cette nécessité est d'ordre éthique. Il s'agit d'un souci du long terme que partagent, entre autres, le philosophe Hans Jonas et les écologistes.
Mercredi 27 Octobre 2010 Commentaires (0)

Lors de la séance du Conseil municipal 7 octobre 2010, nous devions voter « sur le maintien du quatrième adjoint au maire dans ses fonctions » Le groupe « Les Verts et apparentés » avait décidé que chacun de ses membres voterait en son âme et conscience selon l'expression consacrée, ce qui est d'ailleurs conforme à l'esprit du vote à bulletins secrets. Je ne veux pas revenir sur le fond de cette affaire mais, avec un peu de recul, je souhaite dans cet article faire part des réflexions auxquelles elle m'a conduit sur l'exercice du pouvoir exécutif par le maire d'une commune tel qu'il est prévu par la loi et le code des collectivité territoriales.


Mercredi 20 Octobre 2010 Commentaires (0)
1 ... « 30 31 32 33 34 35 36 » ... 37
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes