Dans quelques jours se termine l’enquête publique pour la modification du PLU de Châtenay-Malabry qui permettra une quasi destruction de la Cité Jardin de la Butte Rouge, patrimoine architectural remarquable et ensemble de logements à loyers modérés précieux dans une ville où le prix de l’immobilier et le montant des loyers dans le secteur « libre » sont exorbitants. L’objet de cet article est de présenter quelques éléments pour étoffer les avis défavorables et monter le bien-fondé et l’urgence qu’il y a à déposer de tels avis. On peut le faire en ligne( je donne le lien en fin d'article). Etant donné l'importance patrimoniale, il n'est pas nécessaire d'habiter la ville.


Châtenay-Malabry – Hauts-de-Seine : « La Butte rouge » en danger !
La Butte Rouge est une « Cité Jardin » construite dans les années 30 dans un style minimaliste Bauhaus pour loger les ouvriers de Paris. L’objectif des élus de droite à la tête de la ville a toujours été de « gentrifier » cette cité. Ils sont en passe de se donner les moyens  d’en démolir au moins les deux tiers,  une démolition d’envergure puisqu’elle concernerait 2800 logements dont une partie seulement serait reconstruite comme logements sociaux.  Pour l’ancien maire aujourd'hui président du Conseil départemental, Georges Siffredi et pour Carl Segaud, l’adjoint qui lui a succédé lorsqu’il a été obligé de démissionner en raison de cumul de mandats, il s’agit de densifier le site et de  remplacer les bâtiments remarquables actuels par des constructions nouvelles de style néo-francilien avec leurs toits mansard aux mauvaises proportions, au «  faux chic faux bourgeois, celui du nouveau riche parvenu, qui remplit toutes les revues de promotions immobilières », à plus de 50 000 € le m2 tout de même ! Pour mesurer toute l’horreur de cette tendance que l’on hésite à appeler architecturale, il suffit de se rendre dans la ville voisine au Plessis-Robinson et, hélas, bientôt aussi à Fontenay-aux-Roses. Seule une partie (1/3 ?) serait encore des logements locatifs à loyer modérés.

Cet entêtement obtus qui fait fi des arguments d’architectes du patrimoine et d’architectes urbanistes de premier plan a bien sûr des motivations électoralistes. La gentrification permet aux élus actuels de s’assurer une base électorale favorable. Mais il y a aussi cette idéologie de droite qui ne supporte pas que des gens dont le revenu est moyen ou modeste puissent vivre dans un environnement aussi agréable que le leur à quelques encablures de la capitale et qui de plus rejettent la mixité sociale pour l’entre soi. Certains parlent à ce sujet de « ghetto de riches », expression on ne peut plus malheureuse : on ne choisit pas de vivre dans un ghetto, on y est contraint et les riches le fuient. En revanche, dans  leur prétendus ghettos les gens aisés, les riches et nouveaux riches choisissent d’y vivre entre soi ; les autres en étant exclus de fait par les prix du m2 ou les loyers rédhibitoires. Bref, Siffredi et ses amis chercheront à liquider autant qu’ils le pourront ce qui reste d’ouvrier et de populaire de leur ville pour en faire un territoire de bourgeois et de bobos.

Et ils ne manquent pas de détermination : « Suite à l’action d’un collectif d’habitants soutenus par plusieurs associations dont Docomomo, Sites et Monuments, France Nature Environnement et de l’ordre des architectes, un courrier en date du 14/11/2019 signé du préfet de la région d’Ile-de-France et du préfet du département des Hauts de Seine est adressé au maire [de Châtenay]  lui demandant d’engager les études préalables à un classement de la Butte Rouge au titre des Sites Patrimoniaux Remarquables (SPR). En réponse, le maire a fait voter une procédure de démolition de 15 bâtiments par le conseil d’administration de Hautes-Bièvres Habitat, nouveau propriétaire de la Butte Rouge. Ce même propriétaire a entamé des démarches visant à faire partir les habitants de leurs logements. » (La Butte Rouge, Fiche Docomomo où l’on trouvera un dossier très complet sur la Butte Rouge, sur les projets de la ville de Châtenay-Malabry  et du département du 92 la concernant. )
 

Je rapporte ci-dessous des extraits de trois textes  dont on peut s’inspirer pour écrire son avis de refus motivé de la modification du PLU de Châtenay-Malabry, étape nécessaire à la démolition de 80% de la cité jardin.

Extraits de la tribune de la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France
Non à la démolition de la cité-jardin de la Butte Rouge ! Les signatures des architectes…

(…)
Cette réalisation unique et exceptionnelle de 4000 logements sur un terrain de 70 hectares représente un modèle exemplaire de convergence entre la réforme sociale et l’invention architecturale. Devant le caractère exceptionnel de la cité-jardin de la Butte Rouge à Châtenay-Malabry, modèle urbain reconnu internationalement, modèle architectural et paysager, modèle social et économique, modèle aujourd’hui pertinent d’adaptation au changement climatique, il serait impensable de démolir sans concertation ne serait-ce qu’une petite parcelle de ce chef-d’œuvre habité, cohérent et unitaire.

(…)

La valeur de la Butte Rouge est égale à celle d’autres cités jardins européennes, qui ont, du fait de leur valeur exceptionnelle, fait l’objet d’un classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO et sont aujourd’hui devenues des attractions touristiques incontestables, comme c’est le cas à Berlin.
(…)
Cet ensemble apporte des joies quotidiennes à ses 10 000 habitants qui devraient pouvoir y demeurer, dans une réhabilitation rigoureuse mais économe, et pourrait devenir le moteur d’autres opérations similaires, prolongeant celles réalisées à Stains ou au Pré Saint-Gervais.

Pour lire le texte entier de la tribune avec ses « premiers signataires » ici

*********

Larges extraits du commentaire de Madame Agnès CAILLIAU le 6 janvier 2021
(Agnès Cailliau est Architecte DPLG, Architecte AP-AUE honnoraire (Architecte du Patrimoine et Architecte Urbaniste d’Etat retraitée), elle a enseigné à l’ENSA Normandie.)
 
 La Cité-Jardin de Chatenay-Malabry est un exemple patrimonial à conserver et réparer comme un monument historique, d’autant plus précieuse qu’il s’agit d’un morceau de ville à la campagne, qui présente des avantages incomparables; une réponse prémonitoire magnifique aux problèmes d’épidémie, de confinement, de canicule, auxquels nous sommes brutalement confrontés. En plein cagnard, la Butte Rouge présente deux degrés de moins qu’ailleurs, grâce à la photosynthèse des plantes, aux parcs et jardins arborés, et participe de la dépollution générale de la couronne parisienne. (…).
 
Les édifices de la Butte Rouge sont tout à fait dignes d’être restaurés, réhabilités, par des entreprises locales, qui seront contentes d’y faire un bon travail, aidées par des “architectes du patrimoine”, soucieux de faire un vrai diagnostic de leur état, avant toute chose, puis de la restauration dans les règles de l’art. (…)
 
Le coût humain et social des habitants déplacés, relogés, de la publicité pour vanter les opérations ANRU, le “parler” ANRU, de promotion de l’architecture faussement bourgeoise chic de la banlieue ouest, pour satisfaire des élus inconscients… est à réévaluer avec d’autres critères, par l’administration d’Etat, avec le Ministère de la Culture mais aussi celui de la Transition Ecologique et de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.
 
La Butte Rouge est à conserver comme modèle européen, récent, d’origine britannique, né à la toute fin du XIXème siècle, comme solution majeure et exemple de réussite nationale d’un habitat sain et écologique, outil aussi valable que la vaccination, pour répondre aux maux sociétaux du XXIème siècle, à laisser précieusement à nos enfants et générations suivantes.
 
Mandatés par des politiques ou administratifs ignorants, les architectes de L’ANRU vont donc livrer à la casse rapide facile, et monstrueuse des pelleteuses l’œuvre architecturale et paysagère si intelligente, auxquels ils ne comprennent goutte. Cet ensemble avec, à la clef, des heures et des heures de travail, d’apport de matériaux, de dessins, de réunions pour être construit sur un modèle presque utopique car entouré de parcs et jardins, représente une économie et un bilan carbone incomparables avec leur propre projet. L’architecture qui caractérise les constructions nouvelles est souvent néo-francilienne, Elle dénote par son inculture architecturale: pierre agrafée, toit mansard avec mauvaises proportions, aspect faux chic faux bourgeois, celle du nouveau riche parvenu, qui remplit toutes les revues de promotions immobilières.

Voir le texte complet ici

*********

Camille Bauer
« Habitat. La Butte rouge face à la spéculation »
L’Humanité Jeudi 8 Juin 2017

 
« Il y a de gros enjeux financiers », pointe Sylvie Boxberger. La rénovation de la cité va de pair avec l’implantation d’un tramway, la refonte de l’École centrale, et la multiplication des projets immobiliers alentour. Avec le Grand Paris, et l’accroissement des réseaux de transports en commun, les prix du foncier ont explosé à Châtenay, comme dans toutes les banlieues proches de la capitale. Un peu partout, les maires de droite tentent de se débarrasser de leurs logements sociaux pour chasser les pauvres et faire la place à des projets plus rentables. Dans ces conditions, il faudra toute la mobilisation des habitants pour préserver la Butte rouge : un habitat social de faible densité, avec de vastes espaces verts, dans un emplacement attrayant.

Voir le texte complet ici

*********

Pour déposer votre observation : https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/EP20492/Deposer.awp
Important : l'enquête publique n'est pas un vote "pour" ou "contre". Pour que votre avis soit pris en compte, il faut le motiver.
Jardin ouvrier rue Benoît Malon
Jardin ouvrier rue Benoît Malon


Vendredi 8 Janvier 2021 Commentaires (0)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes