Lors de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique, le Sénat a fixé à 1 000 mètres la distance minimale entre une éolienne et des habitations, contre 500 mètres actuellement afin de protéger les riverains. Cela au grand dam du Syndicat des énergies renouvelables qui se moque depuis toujours de la santé des populations qui vivent à proximité d'aérogénérateurs de plus en plus gigantesques. Il reste à espérer que l’Assemblée nationale ne reviendra pas sur cette mesure sous la pression des lobbies de l’éolien qui ont l’oreille de députés qui se prétendent «écologistes» mais ne sont respectueux ni du patrimoine hors Paris, ni de la nature et des paysages, ni des habitants des campagnes.
1000 mètres n’est qu’un minimum comme le souligne le communiqué du collectif Vosges Horizon Durable que je retranscris ci-dessous.


Le Sénat veut doubler la distance minimale entre les habitations et les éoliennes : c’est encore insuffisant !
« Actuellement les Français sont moins bien protégés que les autres européens face aux nuisances désormais bien connues de l’éolien industriel.
La distance légale de 500 mètres en France entre les éoliennes et les habitations est scandaleusement insuffisante au regard des risques encourus, des problèmes de sécurité, des nuisances auditives et visuelles occasionnées par ces machines, de leur effet d’encerclement et de transformation du cadre de vie, des troubles du sommeil et dépressions qu’elles engendrent… L’exemple de la Bavière imposant désormais une distance minimum égale à 10 fois la hauteur de l’éolienne, pâle comprise, constitue un élément important dans le choix de la distance à envisager.
Dans ce contexte, lors de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique, le Sénat vient de proposer l’adoption d’une distance de 1000 mètres entre les éoliennes et les habitations. L’Académie de médecine préconise une distance minimum éoliennes-habitations de 1500 mètres et l’application du principe de précaution.
Ces distances ne tiennent pas compte aujourd’hui des effets nocifs des infrasons. Les distances de plusieurs kilomètres, mentionnées dans la littérature médicale, ont amené la Royal Society of Medicine à publier les critères de diagnostic des effets néfastes des éoliennes pour la santé en attirant l’attention sur un rayon de 10 km.
Alors que la sonnette d’alarme retentit à travers le monde, l'impact des infrasons sur la santé humaine n'a fait l'objet d'aucune étude sérieuse en France.
Aussi, l’Association « Paysage et Nature de la Campagne Vosgienne » vient de déposer un recours concernant le projet de la centrale éolienne des Hauts Chemins développé par le promoteur Neoen à Esley (88260) en soulignant « l’impasse faite sur l’étude des effets des infrasons sur la santé. »
Le problème du « sanitaire » s’oppose aujourd’hui au grand jour à celui de « l’économique et du profit ». L’amiante, le sang contaminé, le médiator montrent que les faits ne finissent par s’imposer qu’après prise de bénéfices pour les uns et effets ravageurs pour les autres. Faut-il faciliter le profit des promoteurs ou protéger les populations impactées des campagnes ?
« Les acteurs du développement de l’énergie éolienne devraient comprendre qu’aucun objectif économique ou politique ne doit prévaloir sur le bien-être et la santé des individus ». (Ceci est la conclusion du rapport du ministère de la santé finlandais qui a de demandé, le 17 juin dernier, l’application d’une distance minimum de 2 km avec les maisons.) »
Le Collectif Vosges Horizon Durable

Lundi 2 Mars 2015 Commentaires (3)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes