II est urgent de faire obstacle au déploiement à marche forcée des compteurs Linky en remplacement de nos compteurs électriques traditionnels et d’exiger un moratoire pour un examen objectif des risques et dangers soulevés par diverses associations. Ces compteurs communicants sont attentatoires à la vie privée des gens. Ils sont soupçonnés de mettre en danger leur sécurité sanitaire et de faire gonfler de façon indue leurs factures d’électricité. D’un coût exorbitant estimé entre 5 et 7 milliards d’euros, ils seront d’une façon ou d’une autre financé par l’augmentation de nos factures quoi qu’en dise la propagande d’EDF et d’ERDF.


 Il s’agit d’une technologie radiative potentiellement cancérigène qui pose d’énormes problèmes : surexposition aux ondes électromagnétiques avec son cortège de symptômes (maux de tête, insomnies, troubles cardiaques…), intrusion dans la vie privée, vulnérabilité aux cyberattaques, obsolescence programmée à court terme (durée du matériel de 10 à 15 ans), coupures inopinées, pannes et risques d’incendies.

L’Allemagne ne déploiera pas ces compteurs suite aux conclusions de l’étude du cabinet Ernst and Young. Il en est de même en Belgique. Ils sont en cours de démontage en Californie pour raisons sanitaires. À cause des milliers de plaintes dont ils sont l’objet le Québec revient sur leur généralisation d’abord imposée par la Province. Les abonnés peuvent faire jouer une « option de retrait » (Voir ici).
En France, la loi sur la transition énergétique rend-elle cette installation obligatoire ? Ce n’est pas certain, même si ERDF tente de faire comme si cela l’était tout en affirmant le contraire. On peut donc s’y opposer, individuellement ou/et collectivement. Les municipalités peuvent aussi agir en tant que propriétaires du réseau. Voir les modalités pratiques en fin de cet article centré sur Linky mais valant aussi pour Gaspar, le compteur Gaz que veut installer GrDF. C’est un compteur communicant du même type que Linky.

Des pannes à prévoir

Linky injecte un signal d’impulsions modulées en radiofréquences CPL (Courant Porteur en Ligne) g3 (63 kilohertz à 95 kilohertz) qui se superposent à la fréquence de 50 hertz du courant électrique. En injectant ces radiofréquences dans tous les câbles électriques, encastrés ou non, et dans les appareils, non prévus pour cela, le Linky a déjà provoqué des incendies, ainsi que des pannes à répétition : ordinateurs, télévisions, et matériel professionnel chez des commerçants.

Des craintes pour la santé des abonnés

Ce ne sont pas seulement les appareils électriques qui risquent de souffrir. Mais aussi les abonnés.
Jeudi 21 Janvier 2016 Commentaires (4)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes