Le Sénat a voté une loi sur la biodiversité sérieusement écornée par rapport au projet qui avait été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale. Une majorité de ces sénateurs à l’écoute des lobbies divers et variés portent ainsi un mauvais coup à cette biodiversité que le texte initial défendait déjà bien mal. Parmi les reculs l’un des plus grave est le retrait de l’interdiction pure et simple des pesticides tueurs d’abeilles remplacée de vagues mesures attentistes. Ainsi ces poisons auront encore de beaux jours devant eux, d’autant que le parlement qui examine en ce moment le projet de loi en seconde lecture risque fort d’entériner ce retrait si l’on ne réagit pas. Il y a urgence. Je reprends ci-dessous l’appel de Pollinis et j’incite vivement tous les défenseurs des abeilles à participer à l’action que propose cette association. La pression des gens sur les députés qu’ils ont élus doit contrecarrer celle des lobbies qui en se souciant de leurs seuls intérêts particuliers à court terme conduisent les humains à leur perte en dévastant la nature.


Tous les signaux sont dans le rouge : les députés français s'apprêtent à rejeter l'interdiction des pesticides tueurs-d'abeilles néonicotinoïdes sur la base d'arguments irrecevables directement dictés par les lobbies de l'agrochimie :
Sans une pression massive et immédiate des citoyens sur les députés français, la décision historique d'en finir une fois pour toutes avec ces poisons pour sauver les abeilles et l'environnement passera définitivement à la trappe.
L'enjeu est capital. Et pas seulement pour la France :
Car si nous gagnons cette bataille décisive en France, l'un des principaux bastions de l'agriculture industrielle, il sera beaucoup plus simple d'obtenir ensuite l'interdiction des tueurs-d'abeilles au niveau européen.
C'est pourquoi je vous demande de signer de toute urgence la pétition au député de votre circonscription, en utilisant le système de pétition en ligne que nous avons préparé >> Cliquez ici


Un petit rappel des faits est sans doute nécessaire :

En mars 2015, l'Assemblée Nationale en France adoptait un amendement au projet de loi « Biodiversité » (1) interdisant purement et simplement les pesticides néonicotinoïdes sur le sol français dès janvier 2016.
Pour tous les citoyens et les associations qui militent depuis des années pour l'interdiction de ces pesticides mortels pour les abeilles, l'initiative courageuse des deux députés qui avaient déposé l'amendement a été une vraie bouffée d'espoir !
Pourtant :
À peine arrivé au Sénat, l'amendement a été immédiatement enterré par une poignée de sénateurs de la Commission Environnement (2) qui ont rejeté en bloc les rapports de plus en plus alarmants des académies scientifiques qui tirent la sonnette d'alarme avec de plus en plus d'insistance ! (3)Pollinis a bataillé et réussi à faire redéposer l'amendement : malgré une mobilisation rapide des citoyens et 280 000 messages de protestation envoyés directement sur la boîte mail des sénateurs, il a été rejeté une deuxième fois par le Sénat français – et savez-vous sur la base de quels arguments ?
Dimanche 6 Mars 2016 Commentaires (0)

La présence du loup en France est compromise par la politique du gouvernement actuelle et notamment par la ministre de l'écologie Ségolène Royal. Il faut réagir et manifester contre cette volonté gouvernementale d'éradiquer une espèce protégée.
On trouvera ci-dessous le communiqué de CAP LOUP


Non à la chasse aux loups ! Appel à manifester à Lyon et à Nice
AP Loup appelle à manifester dans un grand rassemblement inter-associatif le 16 janvier à Lyon et le 17 janvier à Nice, contre la chasse aux loups menée par l’État français. Alors que leurs populations diminuent, Ségolène Royal prépare un arrêté ordonnant la destruction officielle de 6 loups supplémentaires ! CAP Loup demande à la ministre de mettre fin à ce massacre d’une espèce protégée, illégal au niveau européen.

Si ce nouvel arrêté de destruction est adopté, nos associations demanderont son annulation devant le Conseil d’État, comme elles l’ont fait pour les arrêtés ministériels du 30/06/15 qui permettent l’abattage de 36 loups pour l’année 2015-2016. Par sa politique de destruction massive d’une espèce « strictement protégée », notre pays se place en infraction avec la Convention de Berne et la Directive Habitats. C’est pourquoi nos associations ont aussi porté plainte contre la France auprès de la Commission Européenne.

Le « plafond » de 36 est déjà dépassé, puisqu’au moins 41 loups sont déjà morts depuis juillet dernier : 34 abattus, dont 33 « légalement », et 7 morts encore non élucidées, sans compter le braconnage non décelé. D’après le suivi officiel(1), la population de loups a baissé entre 2014 et 2015, et continuera à baisser au rythme des abattages actuellement réalisés.

En plus de mettre en péril le retour de l’espèce, cette politique de tirs n’est d’aucune efficacité pour la protection du bétail : les attaques ont même augmenté de 4% entre 2014 et 2015(2) ! Pourquoi ? Nos associations constatent régulièrement le manque de protection des troupeaux, vidéos à l’appui(3). La cohabitation ne pourra se faire qu’en incitant réellement les éleveurs à protéger leur bétail, et non en massacrant les loups.
Les associations de CAP Loup (1) Source : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, étude de mai 2015
(2) Source : DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, bilan au 31 décembre 2015
(3) Voir les vidéos de l’ASPAS , octobre-novembre 2015
(4) Sondage IFOP ASPAS/One Voice, septembre 2013

 
Pour les renseignements pratiques consulter la page spéciale du site de l'ASPAS

Mardi 12 Janvier 2016 Commentaires (0)

Il serait question de fourguer à l'Arabie Saoudite les frégates qui nous restent sur les bras et nous coûtent une fortune en entretien et en gardiennage. Comme leur coût est élevé, l'Arabie Saoudite s'associerait à l'Égypte qui voudrait bien en disposer mais n'a pas les moyens de se les offrir.


Pour justifier ce fiasco financier, Michel Sapin à déclaré que ne pas vendre ces frégates était une décision politique "indispensable " car la France ne pouvait "livrer du matériel militaire à un pays qui aujourd'hui viole les règles internationale en occupant une partie de l'Ukraine".
Passons sur le fait que Monsieur Sapin oublie que la Crimée est de par son histoire une province russe ratachée à l'Ukraine au temps de l'empire soviétique. Son atlantisme qu'il partage avec Hollande et de nombreux PS l'égare.
Certes la Russie n'est peut - être pas une démocratie exemplaire dans l'absolu mais elle l'est incomparablement plus que l'Égypte, devenue une dictature militaire.
Avec l'Arabie Saoudite, la comparaison serait injurieuse pour la Russie.
Oubliée la condamnation à 1000 coups de fouet du blogueur Raif Badaoui, oubliées les décapitations au sabre, les amputations, le statut des femmes... Bref la charia en application dans cette monarchie qui fait bon marché des droits de l'homme ne la distingue guère du régime que veut instaurer l'état islamique!
Atlantisme quand tu les tiens, ce sont les américains qui font la loi et c'est nous qui payons !
La politique extérieure de Hollande est tout aussi condamnable que sa politique intérieure !
Vendredi 14 Août 2015 Commentaires (0)

L’État possède à Montpellier le bâtiment de « l’intendance du jardin botanique » qui est une partie intégrante de ce jardin. Il a décidé de vendre ce bâtiment au plus offrant.


Stoppons le démantèlement du plus ancien jardin botanique de France !
Le jardin botanique de Montpellier est le plus ancien des jardins botaniques français. Depuis le 16° siècle, il fait le pont entre la médecine et la botanique, deux disciplines qui ont assuré la renommée de la ville depuis le moyen-âge jusqu’à nos jours. Comme l’écrit l’association « Jardin de la reine » « Le site du Jardin des plantes et de la faculté de Médecine est un marqueur essentiel de l’identité montpelliéraine, et une place unique, à l’échelle européenne, de l’histoire des sciences. Mais il est aussi, de par sa position et sa richesse, le pivot entre le passé de la Ville, et son devenir. » Pour l’association « dans cet ensemble, l’Intendance du Jardin tient une place essentielle pour ouvrir le patrimoine sur le monde, accueillir les questions et les réponses sur le passé, permettre aux nouvelles générations de comprendre le futur, et valoriser les nouvelles missions du Jardin des Plantes : l’éducation à l’environnement et à la biodiversité. » Allons-nous brader tout le patrimoine des villes françaises au nom de l’austérité ?
L’État avait déjà voulu vendre une autre partie « le Jardin de la reine » mais à la suite d’une mobilisation citoyenne dont l’association « Jardin de la reine » a été l’instigatrice, c’est la ville qui l’a racheté, évitant ainsi démembrement et privation de cet espace.
Aujourd’hui elle lance une pétition pour que « L’intendance du jardin botanique » ne soit pas privatisée.
Si vous êtes botaniste amateur ou professionnel ou si tout simplement vous aimez les plantes,
Si vous estimez que ce type de patrimoine public doit rester public et ouvert au public,
Alors, que vous habitiez Montpellier ou non, vous devez signer cette pétition qui sera remise au ministre de l’éducation nationale et à celui de l’économie.
Jeudi 19 Février 2015 Commentaires (0)

Le site internet de la Coordination Antinucléaire du Sud-Est vient d’être informé le mardi 6 janvier 2015qu’il fait l’objet d’une plainte en diffamation d’Areva pour un article mettant en cause la pénétration du lobby nucléaire auprès des élus.


Appel à soutien : AREVA porte plainte contre la Coordination Antinucléaire du Sud-Est
La Coordination Antinucléaire du Sud-Est est constituée de collectifs informels et d'individus, reliés en réseau autour d’un site internet pour l’arrêt immédiat et inconditionnel du nucléaire. Elle n’a pas d’argent, pas de personnel salarié, pas de locaux, pas de budget, pas de subvention ni de hiérarchie ou de délégation de pouvoir.
Sa force est son engagement anti-nucléaire, une opposition au nucléaire totale et sans concession.
Cette assignation en justice n’a d’autre objectif que de tenter de réduire au silence ce collectif qui a l’outrecuidance de dire haut et fort tout le mal qu’il pense d’Areva.
Après l’Observatoire du nucléaire, Areva qui malgré sa déconfiture financière récente a encore de gros moyens, attaque avec son staff de juristes une autre association citoyenne en diffamation pour la faire taire et dissuader toutes celles et ceux qui voudraient s’élever contre elle et contester son action et ses pratiques. Tous les opposants au nucléaire sont concernés et au-delà tous ceux qui sont attachés à la liberté d’expression. Ils devraient être nombreux…
« La Coordination Antinucléaire du Sud-Est appelle à la solidarité toutes les personnes et tous les collectifs, groupes et organisations épris de liberté et attachés au droit d’expression et de critique à s’opposer à cette atteinte à la liberté d’expression, à soutenir la défense en justice de la Coordination antinucléaire du sud-est, à manifester son/leur indignation auprès des pouvoirs et de Areva »
Outre la manifestation expresse du soutien de principe de chacun-ne d’entre nous, le collectif recherche des ressources documentaires sur les victimes sanitaires des activités d’Areva en France et/ou à l’étranger, de l'aide juridique (conseil, avocat,…), un soutien informatif et des caisses de résonance médiatiques pour faire connaître l’attaque dont il est l’objet.
On peut interpeller AREVA pour dénoncer cette atteinte à la liberté d'expression et demander l'abandon de la plainte en participant à l’action mise en ligne par Cyberacteurs en partenariat avec la Coordination en signant une lettre en ce sens qui sera envoyée à Philippe Varin en tant que Président du Conseil d’Administration d'AREVA.
Pour en savoir plus et participer à cette cyberaction aller sur le site Cyberacteurs ici
Mardi 13 Janvier 2015 Commentaires (0)

Le 22 octobre, un amendement visant à supprimer les subventions allouées aux élevages de taureaux destinés aux corridas va être soumis au vote du Parlement européen.


Urgent : Financement européen des corridas basta !
D’abord adopté par la commission de l’Environnement, il a malheureusement été rejeté par la commission des Budgets. C’est à présent au tour de tous les eurodéputés de se prononcer lors de la séance plénière consacrée à l’adoption du budget 2015.
Montrons au Parlement européen que nous sommes une écrasante majorité d’Européens à exiger la fin des subventions indirectes de la corrida, qui ne survit que parce qu’elle est sous perfusion financière !
Donner en spectacle la torture d’un animal vous dégoute et vous révolte. Apportez votre soutien à cet amendement
Nous vous invitons donc à faire pression avant le 22 octobre sur les euro-députés en participant à l’action mise en ligne par Cyberacteurs .
Pour plus d’info et participer cliquer ici
Lundi 20 Octobre 2014 Commentaires (0)

La Forêt de Verrière a déjà fait les frais du percement de l’A86. Va-t-elle encore voir sa surface amputée ?
Deux endroits sont à l’étude pour installer le Site de Maintenance et de Remisage (SMR) du futur tramway Antony-Clamart (T10 ou TAC) : une parcelle de près de 4 hectares de la forêt domaniale de Verrière ou un terrain sur la zone d'activité NOVEOS au Plessis-Robinson.


La forêt de Verrière ne doit pas être amputée une nouvelle fois.
Le Conseil général des Hauts-de-Seine ainsi que les maires du Plessis-Robinson et de Châtenay-Malabry font du lobbying auprès du syndicat des Transports d’Île-de-France (STIF) pour qu’il choisisse la parcelle en forêt de Verrière. Ce qui est inacceptable : la superficie de cette forêt péri-urbaine est déjà réduite. Elle devrait être sanctuarisée comme tous les espaces forestiers de la Région parisienne qui ne doit pas devenir un désert de goudron et de béton avec quelques parcs policés où seraient encagés des lambeaux de nature.
En proposant ce choix, le Conseil général des Hauts-de-Seine achève de pervertir ce qui devrait être un moyen de transport écologique. En effet combien d’arbres ont déjà été abattus pour construire les lignes de tram ?
Les espaces forestiers de la région parisienne doivent être préservés et cette parcelle de la forêt de Verrière protégée. L'installation du Site de Maintenance et de Remisage du futur tramway T10 doit se faire sur un terrain dans la zone d'activités NOVEOS au Plessis-Robinson.
Vincent Gazeille, conseiller général écologiste de Clamart, a lancé une pétition pour demander au STIF de faire ce choix. Il faut la signer en cliquant ici

Photo Jf Dumas: « Au bord d’une mare du Bois de Verrière en hiver »
Jeudi 12 Juin 2014 Commentaires (0)

L’Etat et les pro-aéroport menacent de passer de nouveau en force. Ils prétendent débuter, dans les mois qui viennent, la destruction des espèces protégées et les chantiers de l’aéroport.


Notre Dames des Landes : Ne les laissons pas faire!
Appel lancé par la coordination des opposants (50 associations, syndicats, mouvements politiques et collectifs) – le COPAIN 44 – Les Naturalistes en lutte - Des habitant-e-s de la ZAD

Nous ne les laisserons pas faire ! Les travaux ne commenceront pas ! Sur place, le mouvement est plus vivant encore qu’à l’automne 2012, les liens plus denses, les champs plus cultivés et les habitats plus nombreux. Au-delà, plus de 200 comités locaux se sont créés, en solidarité avec la lutte et pour la faire essaimer par chez eux.

Nous appelons toutes les forces anti-aéroport à se joindre à la manifestation du 22 février 2014 à Nantes pour leur montrer qu’il n’est pas question qu’ils touchent au bocage.

Sites internet de référence :

- http://acipa.free.fr ici
- http://naturalistesenlutte.overblog.com/ ici
- http://zad.nadir.org ici


Événement Facebook : ici

Rendez-vous à 13 h devant la Préfecture, pont Morand.
Plus de détails prochainement http://22fevrier2014.blogspot.fr/
Lundi 27 Janvier 2014 Commentaires (0)

Les terres fertiles du Plateau de Saclay enterrées sous une ville nouvelle autour d' un cluster scientifique : c’est non !
Spéculation : achat 0,72 € le m2, revente par les promoteurs 100 € le m² … C’est non !
Des légumes pas du bitume !


Sur le Plateau : l'abbaye de Limon
Sur le Plateau : l'abbaye de Limon
Le Grand Paris
Saclay, Gonesse, mais aussi La Défense, le port d’Achères, les villages Nature en Seine et Marne, la plaine Montjean, autant d’exemples de la concentration des richesses sur quelques pôles, pour réaliser des opérations immobilières, des projets de prestige, démesurés, en consommant de façon irréversible de l’espace naturel et agricole.
Alors que, selon une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme, publiée en juin 2011, les disparités territoriales se creusent en Ile de France, les inégalités de revenus entre communes se renforcent, les plus riches se sont enrichies et les plus modestes ont le plus pâti de la crise entre 2000 et 2008, la stratégie du Grand Paris est fondée sur le développement de pôles d’hyper compétitivité pour concentrer davantage de fonctions supérieures de conception, d’actifs qualifiés, de flux de marchandises et de capitaux pour accentuer encore l’attractivité de l’agglomération au détriment des autres régions.
Alors que l’Ile de France est déjà la région la plus riche d’Europe, première destination touristique de la planète et avec 700 000 entreprises le deuxième pôle mondial d’implantation de grandes sociétés.
Alors que l’Ile de France concentre sur 2% du territoire français :
21% des actifs
23% des emplois,
29% du PIB
36% des cadres
37% de la recherche publique
40 % des dépenses de recherche et développement (Hauts de Seine et Yvelines, hauts lieux de la recherche privée, secteur public très présent à Paris).
Et absorbe 42 % de la croissance démographique,
Saturation, fuite en avant, toujours plus, jusqu’où ira la démesure du Grand Paris ?
( Texte tiré du site du COSTIF)

Plateau de Saclay
Des terres agricoles les plus fertiles d’Ile de France sacrifiées : actuellement 2700 hectares cultivés, 1000 hectares disparus depuis 1982, 2300 devraient être préservés alors que l’Etablissement Public Paris Saclay prévoit des transferts massifs de chercheurs et d’étudiants et que plus de 240 000 logements seraient construits sur les communes autour menaçant encore plus l’agriculture périurbaine! Pourquoi mettre en péril la viabilité économique d’une agriculture très dynamique, et réduire les possibilités de développer l’agriculture dont l’Ile de France aura besoin demain ? Combien de temps les 2300 hectares seront-ils préservés?
Une mise au pas de la recherche par la réorganisation du potentiel de recherche public autour des priorités des grands groupes industriels, l’hyperconcentration au détriment des autres régions, la mise en concurrence des chercheurs par la logique des pôles d’excellence, et au final pas de moyens supplémentaires pour la recherche, les financements étant engloutis dans les déménagements, et des constructions en PPP (partenariats public privé – voir expérience de l’hôpital d’Evry).
Un déplacement d’emplois imposé et générateur de nuisances pour les salariés, malgré l’opposition des personnels :opposition des chercheurs de la faculté d’Orsay, opposition des salariés d’AgroParisTech de Plaisir-Grignon (le comble de l’absurdité : les chercheurs INRA devraient quitter des locaux neuf livrés en 2002 et 2009 pour s’installer à Saclay, alors qu’en même temps des terres agricoles de l’INRA du Moulon à Gif seront urbanisées par le projet de campus, obligeant les chercheurs à retrouver des champs d’expérimentation à plusieurs kilomètres de leurs laboratoires actuels); opposition des personnels d’EDF au transfert depuis Clamart, etc).
Un manque total de démocratie : pas de débat public organisé sur le projet de cluster, sa pertinence, son opportunité…
A terme des déplacements inutiles d’emplois, des salariés loin de leur domicile, une agriculture fragilisée, au détriment de l’alimentation future des Franciliens, uniquement pour le bénéfice des promoteurs immobiliers et des grands groupes de construction.
(Texte tiré du site du Costif)

Dans le cadre des 3 jours contre « Le grand Paris »

Pour tous ceux qui le peuvent, le samedi 7 décembre

  • Venez rendre hommage aux terres agricoles en musique et profiter d'un vin chaud :

Rendez-vous :
*14 h gare RER-B Lozère sortie Place de la gare pour suivre le cortège jusqu'au plateau
*Arrivée vers 15 h devant le chantier EDF avenue de la Vauve à Palaiseau

Autres manifestations dans le cadre de ces « 3 jours contre le Grand Paris »
vendredi 6 : rassemblement-happening en tenue de ski devant le siège francilien d’Auchan, contre le projet Europa City de Gonesse.
→12h30, métro et RER La Défense Grande Arche, sortie du « CNIT » ou sortie D.
dimanche 8 : déambulation instructive, projections et concert contre le futur quartier Ivry-Confluences.
→15h métro Mairie d’Ivry.

  • Pour plus de détails :
«Coordination pour la Solidarité des Territoires d’Ile de France et contre le Grand Paris » (COSTIF) ici

Photo : JF Dumas


Mercredi 4 Décembre 2013 Commentaires (0)
Pétition : Stop à l’abattage des bouquetins du Bargy
Le bouquetin, animal paisible et doux, emblématique des Alpes, est interdit de chasse depuis 1962.

Dans le massif du Bargy, l’Etat a décidé de fusiller tous les bouquetins de plus de 5 ans.

Prise dans la précipitation, cette décision visant à supprimer un foyer de brucellose était loin d’être la seule envisageable. Pour le groupe d’experts de l’Agence de Sécurité Sanitaire, il n’y avait pas d’urgence à agir, car le risque de transmission aux autres espèces est faible. Sans même que le groupe d’experts n’ait eu le temps d’étudier la solution de la vaccination, 197 bouquetins ont été abattus en 2 jours en octobre 2013. Par souci d’économie, l’Etat n’a pas pris le temps de différencier les individus sains des individus positifs à la brucellose. Parmi les bouquetins fusillés lors de l’opération éclair, beaucoup n’étaient pas malades. Des actions plus discrètes se poursuivent visant à éliminer, dans le Bargy, tous les bouquetins de plus de 5 ans. Sous la pression des éleveurs et des chasseurs, l’Etat pourrait décider d’éradiquer la totalité de la population des bouquetins du Bargy dès le printemps 2014.

Pour plus d'informations cliquer ici

Pour signer cette pétition qui a déjà recueilli plus de 5000 signatures, cliquer ici
Photo : Matthieu Stelvio
Lundi 21 Octobre 2013 Commentaires (0)
1 2 3
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes