La première partie de cette étude concernait les caractéristiques générales du genre et l’hellébore la plus commune en France continentale, Helleborus foetidus. Helleborus viridis plus rare a fait l’objet de la seconde partie. Cette troisième partie sera consacrée à Helleborus niger, la rose de Noël, sans doute la plus connue des jardiniers et des anciens apothicaires et herboristes mais occasionnelle à l’état sauvage dans la plupart de nos régions.


Les hellébores [ou ellébores], 3e partie : la rose de Noël
Helleborus niger L. -- Sp. Pl. 1: 558. 1753
                  
Noms français
 :
Hellébore noir ; Rose de Noël ; Rose d'hiver ; Hellébore a fleurs roses.

Le premier cité est la transposition en français du nom latin attribué en référence à la couleur de sa racine et en opposition à celle de l’Hellébore blanc ; les deux suivants renvoient à la période de floraison, le troisième à une des couleurs des sépales. On aura l’occasion de revenir sur quelques-unes de ses appellations anciennes.
              
 
Répartition
Aujourd’hui selon Gonard (2010) cette espèce ne serait spontanée que dans de rares stations des Alpes-de-Haute-Provence (sans plus de précision) et dans les Alpes‑Maritimes (vallon de la Brendola). Flora gallica (2014) la considère comme très rare et donne comme indication « Vallée de la Roya » (dans les Alpes‑Maritimes) vers 800 m et estime qu’il s’agit probablement de plantes naturalisées. Dans cette flore, l’espèce est considérée comme occasionnelle ailleurs. Elle n’est pas décrite dans la Flore forestière, ni dans le tome 2 (Montagne), ni dans le tome 3 (Région méditerranéenne).
Costes (1909) la signalait dans les « Basses‑Alpes » (Alpes‑Maritimes) sans précision et les Hautes‑Alpes où il ne semble pas qu’on l’y ait retrouvée depuis si ce n’est comme occasionnelle. Rouy (1893-1913) mentionne qu’elle a été signalée à Colmars­‑les‑Alpes : lac d’Allos et cols environnants (c.-à-d. à plus de 2 000m d’altitude) mais qu’elle n’avait pas été retrouvée par la suite. Il doute que cette espèce appartienne à la flore de France. Ils se référaient sans doute à Grenier et al. (1848-1856) qui avaient cité les mêmes lieux selon les mêmes sources que ceux rapportés par Rouy. Il semble donc que ces stations n’aient jamais été retrouvées par la suite. Des indications dans les Pyrénées se sont révélées incorrectes.

Il peut être utile de connaître ses noms allemands, italiens, roumains, slovènes et bien sûr grecs dans la mesure où c’est dans ces pays qu’elles sont les plus nombreuses à l’état sauvage spontané.
▪ Allemand : schwarz Nieswurz, weiße Christrose ; italien : rosa di natale, roumain : negru spanz, crăciun roz ; slovène : črni teloh ; en grec moderne : ελλέβορος, κάρπη. (En anglais : christmas rose, black hellebore).
Lundi 24 Avril 2017 Commentaires (0)

La première partie de cet article a été consacrée à des généralités sur le genre Helleborus et à une de ses espèces H. foetidus, la plus fréquente en France continentale. Cette partie s’attachera à H. viridis.


Helleborus viridis subsp. occidentalis – allure générale de la plante. On remarquera les marges grossièrement dentées des feuilles
Helleborus viridis subsp. occidentalis – allure générale de la plante. On remarquera les marges grossièrement dentées des feuilles
Helleborus viridis L. 1753 Sp. Pl., 1 : 557

Pour le nom du genre voir la première partie de cet article. L’épithète viridis (vert) renvoie à la couleur des sépales pétaloïdes.

Nom français : Hellébore vert.

Pour les noms populaires et leur analyse, voir en fin de cette partie.

Cette espèce est présente mais assez rare en France, plus fréquente dans les Pyrénées, absente en Bretagne dans le Finistère et le Morbihan, absente ou disparue dans le centre de la France, très rare dans le Sud Est, absente en Corse.

C’est une espèce d’ombre ou de demi-ombre, mésophile*, qui préfère les sols calcaires. Elle pousse dans des milieux forestiers, forêts de feuillus, chênaies-hêtraies, hêtraies, plus en altitude, hêtraies‑sapinières, ripisylves en plaine. Elle est essentiellement collinéenne et montagnarde mais on  peut la rencontrer de 0 à 1500 (1600 – 2300).
La plante fleurit entre (janvier) mars – avril.
 
Vendredi 24 Mars 2017 Commentaires (0)

« Dans le jardin de mon enfance, c’est à la fin de décembre que j’allais, sûre de sa présence, lever les dalles de neige qui couvrent la rose d’hiver. » nous confie Colette à propos de l’Hellébore noir. Dans les bois, à la fin de l’hiver, c’est un autre hellébore que l’on rencontrera. Impossible de se tromper tant sa silhouette et son odeur sont caractéristiques, c’est le Pied-de-Griffon, l’Hellébore fétide.


Inflorescence d’Helleborus foetidus
Inflorescence d’Helleborus foetidus

Noms

Helleborus

[Renunculaceae]
 

En Français, Hellébore ou Ellébore. (Pour le choix de l’une ou l’autre des graphies voir dans le prochain article le § Hellébore ou ellébore ?) Le genre devrait être masculin mais on assiste à une forte tendance à une féminisation de ce nom. On a donc le choix du genre.

oo000oo

Cet article est consacré aux quatre espèces présentes en France du genre Helleborus qui comprend environ 21 espèces de par le monde : H. foetidus L. (H. fétide), H. niger L.(Rose de Noël), H. viridis L.(H. vert)et H. lividus Aiton (H. corse)présent seulement en Corse. On y ajoute H. orientalis Lam.(H. du Levan) occasionnel en France.

 

Ellébore ou Hellébore a plusieurs étymologies possibles :

 1°) Ces nom viendraient via le latin Helleborus, du grec ἐλλέβορος ou ἑλλέβορος selon que l’on écrit ‘ellébore’ ou ‘hellébore’. Dans ce cas, seraient mises en évidence les propriétés toxiques de ces plantes, les mots grecs ayant pour étymologie ‘το ἑλει̂ν’ «faire mourir» et ‘βορά’  «nourriture», c’est-à-dire «nourriture qui fait mourir» ou en d’autres termes «poison», cela bien entendu en référence aux propriétés toxiques de la plante. Cette étymologie est reprise par la plupart des botanistes des XVIIIe et XIXe siècles ainsi que par les botanistes contemporains (Cf. inter alia, Flore forestière française, tome 2 & 3)

2°) Selon Pl@ntUse « peut-être « nourriture de cerf », de ἑλλός - hellos, cerf et βιβρώσκω, βορά - bibrôskô, bora, «manger» qui cite André (1979), Chanteraine (1968) et Strömberg (1940) ici
 

3°) Selon Pierre Fournier (1946 – 2001) le nom dériverait via le grec et le latin du sémitique ‘helebar’ ou ‘helibar’ signifiant «remède contre la folie». François Couplan (2012) reprend cette étymologie que l’on trouve aussi sur le site de Michel Caire consacré à l’histoire de la psychiatrie en France ici

Les noms vernaculaires seront mentionnés au fur et à mesure de l’étude des espèces.

Dimanche 12 Mars 2017 Commentaires (0)

Ce « plan ours brun » est défini pour une période de dix ans (2017-2027). Il est censé répondre aux enjeux liés à l’amélioration de l’état de conservation de la population ursine, l’accompagnement des activités humaines en présence d’ours et la patrimonialisation de l’espèce en tant qu’élément parmi d’autres du patrimoine naturel et culturel pyrénéen.
À l’inverse d’associations qui font pression pour obtenir de nouvelles introductions d’ourses, je m’inscris contre de telles introductions et préfère avec le texte présenté une croissance endogène. Malheureusement, si ce « volet ours » est en accord avec cet objectif de croissance endogène, il ne s’en donne pas les moyens faute d’avoir le courage d’affronter le lobby des éleveurs et celui des chasseurs.
Si vous lisez ma contribution à la consultation que je reprends dans le corps de cet article, vous pourrez constater que le texte soumis à consultation a bien d’autres insuffisances que celle montée en épingle par les dites associations et qui n’en est pas une.
Si vous pensez comme moi qu’un ours « transloqué » est un « ours déporté » et que la population d’ours introduite ne pourra se naturaliser que si elle réussit à s’accroître d’elle-même, alors vous pouvez vous inspirer de ma contribution pour participer à votre tour. Il ne s’agit pas de la recopier mais d’argumenter à votre guise à partir des informations qui y sont développées.



N.b. 1 – Les modalités pratiques pour contribuer à la consultation sont données au bas de cet article.
Nb. 2 – Dans la première partie de cette contribution, je reprends une partie d’un article plus ancien « Un ours réintroduit, c’est un ours déporté ! »

A – Des associations appellent à intervenir pour exiger que ce plan comporte la translocation rapide de quatre ours femelles : deux dans les Pyrénées Occidentales et deux en Pyrénées Centrales. Il faut donc s’attendre à une avalanche d’avis identiques en substance et vaguement personnalisés pour être pris en compte.
En ce qui me concerne, je suis opposé à de telles translocations pour plusieurs raisons que je développe ci-après. Bien que pouvant recouper certaines assertions des éleveurs et chasseurs « anti-ours », elles procèdent d’un souci inverse : préserver ce qu’il peut y avoir encore de naturalité dans la faune sauvage en s’interdisant un interventionnisme intempestif qui fait que le remède est pire que le mal.

1°) Je souhaite tout d’abord rappeler que les translocations passées n’ont pas permis de sauver les populations d’ours DES Pyrénées.
 La petite population relictuelle d’une dizaine d’ours qui subsistait encore dans le massif dans les années 1990 s’est éteinte. Aujourd’hui s'il y a des ours dans les Pyrénées, Il n’y a plus d’Ours DES Pyrénées, seulement des ours originaires de Slovaquie et leur descendance, à l’exception d’un hybride né en 2004 mais qui ne semble pas s’être reproduit.
 
 En effet croire que deux populations de la même espèce sont identiques et interchangeables est une erreur et les ours qui vivent aujourd’hui dans ce massif forment une population qui n’est en rien issue naturellement de la population autochtone initiale. Elle est tout aussi artificielle que celle de beaucoup de parcs zoologiques. Si donc par les translocations d’ours slovènes on avait voulu sauver la population d’ours des Pyrénées, ce fut un échec. Il est trop tard maintenant.
Il faut remarquer que même si quelques commentaires de certains responsables pyrénéens – qu’ils appartiennent au monde politique, syndical de l’agriculture ou de la chasse – pouvaient avoir et peuvent encore avoir des connotations discutables, il n’en reste pas moins que la différence qu’ils faisaient et qu’ils font encore entre les ours autochtones et les ours introduits a un fond de vérité scientifique. En la circonstance, savoir populaire et scientifique s’accordent et font paraître certaines des thèses de la biologie de la conservation pour ce qu’elles sont, à savoir une idéologie (au mauvais sens du terme) qui se pare des couleurs de la science pour s’imposer.
 
2°) Un argument qui revient fréquemment pour justifier ces translocations pour «renforcer» une population insiste sur les risques de dégénérescence que ferait courir la consanguinité lorsque cette population est de taille trop modeste. Si ceux qui se présentent comme des défenseurs de l’ours des Pyrénées (qui, je le rappelle encore une fois, stricto sensu n’existe plus) exigent de nouvelles translocations, c’est d’abord pour ce motif. Ainsi, l’association Férus réclame de nouvelles translocations pour limiter ces risques et rendre ainsi la population vivant dans le massif pyrénéen pérenne. En 2014, cette association tirait la sonnette d’alarme au sujet des risques liés à la consanguinité.  Elle faisait référence à l’étude de 2013 publiée sous le patronage du MNHN.

Le risque de consanguinité est certes « pointé » par « les scientifiques » auteurs de ce rapport, mais il y a d’autres « scientifiques » qui considèrent que ce risque est pour le moins surévalué, voire inexistant. Parmi eux le Professeur Alain Dubois, professeur lui aussi au MNHN. Pour lui, « La crainte de la consanguinité qui motive certaines réintroductions d’individus au sein de populations de taille réduite s’appuie sur des modélisations mathématiques, mais elle est contredite par de nombreuses observations empiriques.» (Dubois, 2008, p.366) Celles-ci montrent au contraire que des populations de taille réduite avec un polymorphisme génétique également réduit peuvent survivre dans des conditions difficiles et se reconstituer ensuite dans des conditions favorables.
Mercredi 1 Mars 2017 Commentaires (0)

Les menaces qui planent sur le Plateau de Saclay se sont concrétisées mais la lutte continue contre l’OIN, un projet qui porte atteinte à des réserves de biodiversité, gaspille une des terres parmi les plus fertiles au détriment d’une agriculture de proximité et sans prendre en compte les objectifs d’autosuffisance alimentaire de cette Région. Ce regroupement de chercheurs n’est même pas favorable à la Recherche mais qu’importe. Les gouvernements se succèdent et les même aberrations (pour être poli) demeurent.
On trouvera ci-dessous le texte de présentation de Saclay citoyen, « groupe d'étude juridique citoyen et inter associatif » pour s’opposer au rouleau compresseur de l’Etat par des actions juridiques communes.


Des citoyens et des associations regroupés dans la bataille juridique du plateau de Saclay
Pour conserver les terres agricoles et les espaces naturels
du plateau de Saclay
 

Une mobilisation citoyenne forte 

Les habitants, les associations du plateau de Saclay sont mobilisés depuis plus d'un quart de siècle pour conserver la vie agricole, protéger les espaces naturels réserves de biodiversité, la beauté des paysages, développer les liens de proximité tissés entre le plateau et les vallées.
 
- Ils dénoncent sans relâche le gigantisme du projet d'aménagement prévu dans le cadre du Grand Paris, qui prévoit d'amener 2 millions d'habitants supplémentaires en 2030 en Ile de France ce qui conduira à une urbanisation massive du plateau de Saclay et à l'installation d'un métro aérien sur les terres agricoles. Il est prévu d'ores et déjà que près de 400 hectares soient sacrifiés par le projet de "cluster ", transfert d'organismes scientifiques et d'entreprises sur le plateau.  
 
- Ils condamnent le caractère anti-démocratique de ce projet, en particulier l’absence d'un débat public qui aurait permis d’appréhender l’opportunité et la pertinence du projet. Différents recours ont été portés par des associations ces dernières années. 
                                                                       
Malgré cette forte opposition, l’État continue d’avancer tel un rouleau compresseur. Les enquêtes publiques partielles se succèdent (créations de ZAC et de ZAD, déclarations d’utilité publique, révisions de PLU, etc.), empêchant ainsi toute vision globale des impacts environnementaux, ce qui a été dénoncé à plusieurs reprises par les Autorités environnementales.
 
La création d'un groupe d'étude juridique citoyen et inter associatif

Face à l'indifférence des pouvoirs publics,  des citoyens et des associations se sont engagés activement en 2015, dans un groupe d'étude juridique, Saclay Citoyen, pour mettre en synergie les compétences des uns et des autres et regrouper les forces dans des actions juridiques communes. En septembre 2015, le groupe a porté avec une trentaine d'associations une nouvelle demande de débat public sur l'aménagement du plateau de Saclay, demande restée sans réponse...             
                                       
Face à la désinformation, au mépris des pouvoirs publics, aux irrégularités juridiques, Saclay Citoyen porte la volonté d’être au plus près de ce que vivent les habitants du plateau de Saclay et des vallées pour faire entendre leurs voix et leurs aspirations par toutes les actions juridiques qui seront utiles et nécessaires.

°°°°°°°°°°
Pour aller sur le site de Saclay citoyen, c’est ici.


Signez la pétition
Stop au béton sur les terres agricoles du plateau de Saclay
 
Saclay citoyen a lancé une pétition qui a déjà recueilli plus de 5000 signatures (5 329 à la date de publication de cet article) Pour un exposé du contexte, le texte de la pétition et pour la signer, c’est sur le site de Cyberacteur.

On peut aussi la signer via le site de Saclay citoyen .

---------------------------------------------
Photo: "Plateau de Saclay au printemps" (JFD)
Samedi 28 Janvier 2017 Commentaires (0)

Selon les intégristes du changement climatique, les cassandres réchauffistes, il ne suffit pas d’admettre l’existence de ce changement, il faut aussi reconnaître que les conséquences du réchauffement prévu par les modèles numériques du GIEC seront catastrophiques. Outre les attaques contre Fabius, le préposé à la COP 21 et contre Hollande que contenait son livre, c’est parce qu’il relativisait ces méfaits que Philippe Verdier, le Monsieur météo de l’A2 fut viré sans ménagement et que l’on colla sur son front l’infamante étiquette de « climato-sceptique ». Mais voici que dans son édito du samedi 14/01/2017 Frédéric Decker, météorologue à MeteoNews, webmaster du site lameteo.org trouve lui aussi que le réchauffement climatique peut avoir du bon pour nous en rendant les hivers moins rigoureux, des propos à la limite de l’hérésie pour les gardiens de l’orthodoxie GIEC.


Dans cet édito intitulé « Vague d’effroi » illustré de documents photographiques d’époque, Frédéric Decker retrace quelques vagues de froid remarquables des hivers du siècle passé. Il observe que si certains de ces hivers ont été très rigoureux comme en décembre 1938, ils sont sans commune mesure avec celui de décembre 1879 pendant lequel la plupart des cours d'eau furent pris par les glaces alors qu’il y avait 40 cm de neige et -24 degrés dans Paris. Le thermomètre était descendu jusqu’à -33 degrés à Langres, record de froid cette année-là.

Avant de conclure cet historique, il rappelle que « Bien sûr, plus on recule dans le temps, plus on entre dans le "Petit Âge Glaciaire", marqué par des hivers régulièrement très froids (et toutes les saisons d'ailleurs...). Les -15 degrés étaient alors presque monnaie courante chaque hiver. Ces rigueurs répétitives ont mené à plusieurs grandes crises économiques et sanitaires en France, aux grandes épidémies et à des surmortalités. »

En conclusion de ce retour sur le passé météorologique hexagonal, il affirme qu’il faut voir « le bon côté des choses » en ce qui concerne le réchauffement climatique qui rend les hivers plus doux et nous protège « plus ou moins » des vagues de froid qui deviennent plus rares et moins fortes au fil du temps. Cela est d’autant plus bénéfique que, selon lui, nous ne sommes pas préparés à ces vagues de froid qui « riment en France avec chaos » Il souligne le caractère délétère du grand froid : cultures et vergers détruits, maladies et épidémie, voies de communications paralysées. Pour lui les hivers très rigoureux 1788 – 1789 et 1829 – 1830 seraient respectivement la cause des révolutions de 1789 et de 1830. Sans doute faudrait-il nuancer le propos et considérer qu’ils en furent un des facteurs déclenchants. Aujourd’hui avec le réchauffement climatique même les hivers rudes ne sont pas aussi rudes et sont plus rares et c’est heureux car «nous sommes déjà en période de crise économique, pas besoin d'une crise climatique en prime n'est-ce-pas ?» en caractère gras dans le texte.

Selon ce météorologue, le réchauffement climatique éviterait donc qu’une crise climatique se surajoute à la crise économique en cours et l’aggrave ! Il vaut donc mieux que la Planète soit sortie du petit âge glaciaire et qu’elle se réchauffe plutôt que le contraire. Ce n’est pas un peu climato-sceptique que d’affirmer ça ?

Curieux tout de même pour un membre de « Météo et climat » dont le site est partenaire de cette association présidée par Jean Jouzel, retraité du CEA, ancien membre du GIEC, pape français du réchauffisme catastrophique ; association qui ne comprend dans son conseil d’administration  que des scientifiques ou administratifs mainstream en matière de climat comme  Bernard Legras ou  Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du Groupe 1 du GIEC.

Peu importe après tout ! Lorsque le thermomètre stagne au-dessous de 0 comme c’est le cas ces jours-ci, il est réconfortant de penser que cela pourrait être pire sans ce petit coup de chaud qu’a pris la planète. Un petit coup de chaud, c’est tout de même bien agréable.

Pour lire cet édito, ce que je conseille vivement, c’est ici http://www.lameteo.org/index.php/l-edito
Vous trouverez sur ce site, outre les prévisions météo bien d’autres articles intéressants et instructifs.  
 
Dimanche 15 Janvier 2017 Commentaires (8)

L’Union Européenne s’apprête à sacrifier sur l’autel du libre-échange sa législation concernant les OGM. Fallait-il s’en étonner ? Sûrement pas. Son essence c’est le libéralisme, le marché et la libre circulation des marchandises au mépris de la protection de l’environnement, de la Nature et de la santé des populations. Elle sait oublier le principe de précaution lorsque celui-ci risque d’être un obstacle au négoce. Elle subordonne la santé des européens aux impératifs du marché.


OGM: le CETA, un cadeau aux multinationales biotech
 
Sous ce titre est parue dans EURACTIV une tribune qui explique comment les députés européens puis les gens vont se faire rouler dans la farine. Ils ne veulent pas d’OGM. Ils en auront quand même au nom du libre-échange ! Voici des extraits de cette tribune.
 
« Avant de signer ce traité le 30 octobre, la Commission et les États membres l’ont affirmé dans une déclaration annexe unilatérale : « le CETA n’implique aucune modification de la législation européenne concernant l’évaluation des risques et l’autorisation, l’étiquetage et la traçabilité des produits génétiquement modifiés pour l’alimentation humaine et animale ». Un propos rassurant, en réponse à une des craintes les plus populaires vis-à-vis du CETA : que ce traité, via son mécanisme de coopération réglementaire et son système de protection des investisseurs, contribue à faire évoluer la réglementation européenne sur les OGM au-delà de lignes rouges difficilement tracées – et encore bien fragiles – par des années de mobilisation. Mais ces dénégations de principe de nos dirigeants n’offrent malheureusement aucune protection face à ce que prévoit le CETA. (…)
 
« Afin de réduire les barrières au commerce, les processus d’autorisation devront désormais être «efficaces et fondés sur des données scientifiques», dont les auteurs sont supposés vierges de tout conflit d’intérêts. L’UE s’interdit donc de facto toute réglementation basée sur le principe de précaution ou sur des considérations politiques, comme le rejet de l’appropriation d’un patrimoine commun, et offre aux multinationales de la semence un moyen supplémentaire de défendre leurs intérêts commerciaux. Sans explicitement affirmer que l’interdiction future d’OGM sera incompatible avec le CETA – ses promoteurs ont beau jeu de clamer qu’il n’est écrit nulle part qu’il engage l’UE à autoriser des OGM –, ce traité ouvre un boulevard aux lobbys de l’agrobusiness.
 
« Ces derniers l’ont bien compris. Six mois avant même la signature du CETA, le lobby industriel du soja canadien, Soy Canada, a publiquement exigé que la Commission européenne tienne ses «engagements » pris pendant les négociations du traité, et accélère les procédures d’autorisation de trois variétés transgéniques [1]. Trois mois plus tard, Monsanto a pu se réjouir que la Commission autorise l’importation de son soja OGM Roundup Ready 2 Xtend. Cet épisode de « CETA avant l’heure » a eu le mérite de révéler l’impact que ce traité aurait sur l’encadrement des biotechnologies. » (…)
 
Cette tribune est signée par Philippe CATINAUD, co-president du Réseau Semences Paysannes (RSP), Florent COMPAIN, président des Amis de la Terre,  Jean-François JULLIARD, directeur général de Greenpeace France, Denez L’HOSTIS, président de France Nature Environnement (FNE), Stéphanie PAGEOT, présidente de la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) et Jean-Marie SIRVINS, vice-président de l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF).
Pour lire la tribune in extenso, ici 
 
Le précédent de l’ALENA
 
Que les craintes et mises en garde des signataires de cette tribune soient, hélas, très bien fondées, il suffit de rappeler ce qui s’est passé avec l’application de l’ALENA, le traité qui a institué une zone de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, créant un vaste marché de 480 millions d'habitants où les multinationales règnent en maître. Elles ont gagné plus de 400 millions de dollars US dans des actions intentées contre les gouvernements nationaux lorsque ceux-ci édictaient des lois, règlements ou taxes pour protéger l’environnement ou la santé des populations mais qui entravaient leurs business. Elles ont gagné grâce au mécanisme de coopération réglementaire et au système de protection des investisseurs du traité semblables à ceux mis en place dans le CETA.  Les  recours intentés par ADM, Cargill et Corn Products International contre les taxes que le Mexique avait instauré en 2003 – 2004 sur les boissons sucrées avec du sirop de maïs à haute teneur en fructose qui rendent obèse aura coûté 200 millions de dollars US à cet état qui voulait protéger la santé de ses citoyens et en particulier de sa jeunesse. Demain si après le CETA, le TAFTA est signé,  verra-t-on les grands cigarettiers intenter un procès à la France parce qu’elle relèvera les taxes sur le tabac ?
 
Il y a quelque chose de pourri dans cette Europe qui n’est rien d’autre qu’un vaste marché organisé pour le plus grand profit des multinationales et de la finance, au mépris des peuples, et qui ne respecte la Nature et de l’environnement que lorsqu’ils ne sont pas un obstacle à tous ces business.
 
Samedi 14 Janvier 2017 Commentaires (1)

La notion de patrimoine mondial de l’UNESCO a souvent été détournée de son but officiel. Elle a servi à des fins de promotion touristique ou à des fins politiques ou bien encore à des fins économiques. L’anthropologue David Berliner a forgé à ce sujet le terme « unescoïsation » qui désigne une intense « mise en tourisme du lieu » conséquence contreproductive de la protection que ce classement est censé conférer. Le cas étudié par l’anthropologue est une petite ville du Laos mais on pourrait trouver d’autres exemples un peu partout dans le monde de cette unescoïsation de sites qui classés au patrimoine mondial se trouvent de ce fait en danger à cause de l’afflux de touristes.
Je développe ci-dessous l’exemple d’un site hexagonal qui est en danger de cette unescoïsation : la Chaîne des Puys et son volcan majeur le Puy de Dôme dans le département éponyme en Auvergne.
Dans ce cas d’espèce cette mise en tourisme est l’objectif qui sous-tend cette recherche de labélisation. Ensuite, pour élargir le propos je reproduis en annexe un article publié sur le site The Conversation «Les effets pervers du classement au patrimoine mondial de l’Unesco » de Chloé Maurel


Le Puy de Dôme et la Chaîne des Puys au péril d’une "unescoïsation"
Le Conseil général du Puy de Dôme (Auvergne) se démène pour faire classer le Volcan éponyme et la chaîne de volcans associée alors que le site est très fragile et déjà victime de sa fréquentation qui accentue les phénomènes d'érosion malgré d'une part les protections administratives et légales dont elle bénéficie et d'autre part les aménagements entrepris pour canaliser le flot humain qui se montrent peu efficaces à la longue et achèvent de lui ôter le peu de naturalité qui lui reste. Il faut souligner que le classement éventuel ne lui apportera pas de protection supplémentaire et ne restreindra pas les activités humaines sur le site qui présente beaucoup de plantations d'épicéas totalement artificielles en lieu et place d'une forêt de hêtres naturelle. Avec les élus, les chambres de commerce et les offices de tourisme à la manœuvre le but de l'opération est d'essayer de donner au site une renommée internationale pour attirer des touristes étrangers chinois ou américains réputés meilleurs clients que les français ou les européens.
Dimanche 8 Janvier 2017 Commentaires (0)

Le 23 décembre 2015, il y a un peu plus d’un an, Jean-Marie Pelt mourrait à 82 ans des suites d’un infarctus.
Dans un article publié au moment de sa mort, Matthieu Ecoiffier écrivait dans le Journal Libération qu’« il était botaniste, environnementaliste plus qu’écologiste », reprenant à son compte le jugement partisan du trotskyste reconverti Jean-Paul Besset qui fut, un temps, un des leaders et idéologues d’EELV. « Environnementaliste » est un terme péjoratif dans la bouche ou sous la plume des écologistes trop souvent autoproclamés d’EELV.
Environnementaliste plutôt qu’écologiste ! Vraiment ??? Quelques petits rappels pour en juger.


Jean-Marie Pelt : écologiste assurément !
Jean-Marie Pelt fut  à la fois un grand naturaliste et un grand vulgarisateur de la cause des plantes et du vivant, une sorte « Konrad Lorenz du monde végétal » ainsi qu’on le surnomma.

Il faut aussi souligner qu’homme de terrain, il s’investit dans la politique locale à Metz et fut 1°adjoint de 1971 à 1983 dans l’équipe de Jean-Marie Rausch (divers droite). Metz lui doit un plan d’eau et la restauration de son patrimoine architectural. Grâce à lui, Metz est une ville-jardin plutôt qu’une ville éventrée par des autoroutes 2x2 voies comme le rappela Denis Cheissoux, l’animateur de «CO2 mon amour » à laquelle collabora très longtemps Jean Marie Pelt.  Dominique Gros le maire PS actuel de Metz, qui fut pourtant un opposant de J.M. Rausch, est aussi de cet avis : «Ardent défenseur de l’écologie urbaine, Jean-Marie Pelt a fait de Metz le laboratoire d’une ville-jardin plus juste et plus harmonieuse ».

Fondateur de l’Institut européen d’écologie (IEE), dont il restera président jusqu’à sa mort, il  sera en effet un ardent défenseur et promoteur de l’écologie urbaine.

Vent debout contre la diffusion des OGM, il fonde en 1999 avec Corinne Lepage et Gilles-Éric Séralini le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN) dont il sera le secrétaire général.  Avant cela, il aura été aussi l’un des premiers à dénoncer les dangers de l’amiante.
 
Lundi 26 Décembre 2016 Commentaires (0)

Cet article est une contribution à une critique du véganisme à partir d’un point de vue écocentré. Les végans ont une haute considération pour eux-mêmes. Ils pratiquent la culpabilisation et la stigmatisation de ceux qui n’adoptent pas leur mode de vie ou osent le critiquer. Or du point de vue d’une « éthique de la terre » ce mode de vie n’est pas « juste ». C’est le but de cet article de le prouver.


Stop au bourrage de crâne : Le mode de vie végan n’est ni écologique, ni éthique !
Le véganisme est considéré par les végans, leurs théoriciens et leurs propagandistes comme le summum de la civilisation. Les adeptes du mode de vie végan seraient des personnes ayant atteint la perfection morale suprême alors que les végétaliens s’en rapprocheraient et que les végétariens seraient sur la bonne voie. Aux yeux des végans, les gens ordinaires, les omnivores, qualifiés de carnéistes seraient des personnes moralement médiocres qui se considéreraient suffisamment bonnes pour ne pas avoir à faire d’efforts supplémentaires pour devenir végétariens. Le véganisme serait une condition sine qua non de l’écologisme, l’élevage étant une des causes de la perte de la biodiversité, du réchauffement climatique, de la pollution et des pénuries en eau. Il serait le seul mode de vie qui permettrait de résoudre le problème de la faim dans le monde face à la croissance démographique.

C’est à une critique de la justification du véganisme par ces considérations écologiques que cet article est consacré. Pour l’essentiel je souhaite montrer que ces considérations sont spécieuses. Elles reposent sur la réduction de l’élevage à l’élevage industriel dans le cadre d’une agriculture productiviste et elles s’appuient sur un bilan mondial en faisant fi de situations régionales ou locales pourtant très contrastées, sur des confusions voulues ou non notamment en ce qui concerne l’usage de l’eau.
 Le véganisme généralisé aurait pour effet immédiat la fermeture des milieux et la disparition des prairies en France et en Europe au-dessous de la limite altitudinale des arbres. C’est à partir de la mise en évidence des  conséquences fâcheuses de cette disparition pour la biodiversité que je construirai cette contribution à la critique du véganisme.  

Avant de poursuivre, je souhaite mettre en garde sur trois points afin que les développements qui suivent ne soient pas interprétés de travers. Tout d’abord, les développements qui vont suivre ne valent pas pour les pelouses alpines, celles qui se déploient naturellement au-dessus de la limite altitudinale des arbres ou juste en dessous. Dans ces pelouses alpines, la transhumance d’immenses troupeaux de moutons est catastrophique pour les sols, la flore et la faune sauvage à cause de surcharge pastorale et d’absence de conduite de ces troupeaux trop souvent laissés seuls.

Ensuite, il n’est pas question de donner un blanc-seing à la profession qui trop souvent s’assoie sur les bonnes pratiques, ce qui se traduit par une exploitation trop intensive des prairies, une utilisation déraisonnée des antibiotiques et autres produits vétérinaires, un épandage d’engrais à des doses trop élevées, une mauvaise gestion des déchets, une insouciance du bienêtre animal et du sort des bêtes à l’abattoir, etc. …, bref par le sacrifice des bêtes et de l’environnement, par l’épuisement de la Nature et des salariés agricoles au profit de la sacro-sainte rentabilité qui bien souvent ne suit pas  malgré une productivité exacerbée et n’est donc pas au rendez-vous, du moins dans les filières traditionnelles.
Il faut toutefois reconnaître que les temps sont durs pour les paysans, le métier difficile, les intermédiaires voraces. Le libéralisme triomphant est incompatible avec une agriculture paysanne. Quant aux gens, ils préfèrent se ruiner en gadgets électroniques à obsolescence programmée plutôt que de payer à son juste prix une nourriture de qualité.

Enfin, cette critique du véganisme n’est nullement incompatible avec un combat pour le bien-être animal et contre la chasse loisir. Si l’hypothèse de Pierre Jouventin (2016) est correcte, nos ancêtres ont dû se résoudre à pratiquer l’élevage parce qu’ils étaient des chasseurs de gros gibiers trop efficaces. Cette efficacité s’était d’abord traduite par une abondante nourriture permettant à diverses espèces du genre Homo d’accroître leurs effectifs. Ensuite elle a  conduit à une pénurie de  gros gibiers jointe à une augmentation de bouches à nourrir. Pour sortir de cette impasse, quelques espèces au moins de ce genre Homo dont Homo sapiens ont  effectué la révolution néolithique, l’élevage se substituant à la chasse, le gros gibier étant devenu trop rare. Avec le développement de cet élevage comme source principale de protéines animales, la chasse s’est transformée peu à peu, notamment dans la civilisation occidentale, en un loisir.
Défendre un élevage raisonnable produisant des protéines carnées à consommer avec modération dans le cadre d’une alimentation équilibrée, c’est condamner la chasse car tuer le ventre plein, pour le plaisir est totalement injustifiable, totalement immoral. Chasse ou élevage, il semble que nous n’ayons guère eu le choix en des temps très lointains. Aujourd’hui, exceptées quelques populations reliques de chasseurs-cueilleurs que notre si belle civilisation ne manquera pas de finir d’exterminer, nous ne l’avons plus du tout, l’élevage est notre source quasi-unique de protéines carnées.
 
Mardi 29 Novembre 2016 Commentaires (72)
1 2 3 4 5 » ... 33
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes