II est urgent de faire obstacle au déploiement à marche forcée des compteurs Linky en remplacement de nos compteurs électriques traditionnels et d’exiger un moratoire pour un examen objectif des risques et dangers soulevés par diverses associations. Ces compteurs communicants sont attentatoires à la vie privée des gens. Ils sont soupçonnés de mettre en danger leur sécurité sanitaire et de faire gonfler de façon indue leurs factures d’électricité. D’un coût exorbitant estimé entre 5 et 7 milliards d’euros, ils seront d’une façon ou d’une autre financé par l’augmentation de nos factures quoi qu’en dise la propagande d’EDF et d’ERDF.


 Il s’agit d’une technologie radiative potentiellement cancérigène qui pose d’énormes problèmes : surexposition aux ondes électromagnétiques avec son cortège de symptômes (maux de tête, insomnies, troubles cardiaques…), intrusion dans la vie privée, vulnérabilité aux cyberattaques, obsolescence programmée à court terme (durée du matériel de 10 à 15 ans), coupures inopinées, pannes et risques d’incendies.

L’Allemagne ne déploiera pas ces compteurs suite aux conclusions de l’étude du cabinet Ernst and Young. Il en est de même en Belgique. Ils sont en cours de démontage en Californie pour raisons sanitaires. À cause des milliers de plaintes dont ils sont l’objet le Québec revient sur leur généralisation d’abord imposée par la Province. Les abonnés peuvent faire jouer une « option de retrait » (Voir ici).
En France, la loi sur la transition énergétique rend-elle cette installation obligatoire ? Ce n’est pas certain, même si ERDF tente de faire comme si cela l’était tout en affirmant le contraire. On peut donc s’y opposer, individuellement ou/et collectivement. Les municipalités peuvent aussi agir en tant que propriétaires du réseau. Voir les modalités pratiques en fin de cet article centré sur Linky mais valant aussi pour Gaspar, le compteur Gaz que veut installer GrDF. C’est un compteur communicant du même type que Linky.

Des pannes à prévoir

Linky injecte un signal d’impulsions modulées en radiofréquences CPL (Courant Porteur en Ligne) g3 (63 kilohertz à 95 kilohertz) qui se superposent à la fréquence de 50 hertz du courant électrique. En injectant ces radiofréquences dans tous les câbles électriques, encastrés ou non, et dans les appareils, non prévus pour cela, le Linky a déjà provoqué des incendies, ainsi que des pannes à répétition : ordinateurs, télévisions, et matériel professionnel chez des commerçants.

Des craintes pour la santé des abonnés

Ce ne sont pas seulement les appareils électriques qui risquent de souffrir. Mais aussi les abonnés.

« Les premiers à avoir tirer la sonnette d’alarme sur les fortes perturbations qu’engendre le CPL et les “éventuels” risques sanitaires, sont les spécialistes radioamateurs qui connaissent fort bien les normes d’émissions imposées par l’ART, et qui ont vite constaté qu’une simple installation CPL chez un particulier (maison de 200m2) émet des ondes radio largement plus puissantes que ce qui est légal et autorisé pour la santé avec un émetteur radio. » Frédéric Bordage06/02/2009 ici

Les radiofréquences émises par chaque appareil domestique sont mesurables jusqu’à une distance de 2,50 mètres. Ces radiofréquences, réémises dans toutes les pièces des logements, y compris dans les chambres via les lampes de chevet, vont perturber le sommeil.

Un rapport canadien a mis en évidence un lien direct entre l’installation des compteurs à radiofréquences (smart grids ou smart meters) type Linky et l’apparition de nombreux symptômes d’électrosensibilité : outre les troubles du sommeil déjà cités, maux de tête, difficultés de concentration, nausées, vertiges…

Plus grave encore ces radiofréquences sont classées cancérogènes depuis 2011 par le CIRC (Centre International de recherche sur le cancer) et ni EDF, ni ERDF n’ont prévu de blinder nos lignes ce qui fait que tout le circuit électrique de nos maisons ou appartements, nos appareils ménagers, les prises, etc., vont émettre en permanence des rayonnements potentiellement cancérogènes.

On peut donc redouter qu’en France, consécutivement à l’installation et la mise en service des compteurs Linky, que les cas d’électrosensibilité, et les cancers, explosent, d’autant plus que le fonctionnement du Linky nécessite l’implantation de 700 000 antennes-relais supplémentaires, à hauteur d'homme, sur les postes de transformation d'EDF.

Il n’est pas inutile de rappeler que le Parlement a voté une loi dite « Loi Abeille » – du nom de son auteur, la députée Laurence Abeille – qui proscrit pour des raisons sanitaires les radiofréquences dans les locaux destinés à accueillir des enfants de moins de trois ans et les limite dans les écoles. De façon plus générale cette loi vise à modérer l'exposition aux ondes électromagnétiques, le déploiement des compteurs communicants l’augmente.

Votre porte-monnaie sera mis à contribution.

 Avec le compteur Linky la consommation mesurée et facturée augmentera entre 10 et 20 % car le compteur Linky mesure la consommation réelle des appareils électriques munis de moteurs (correction du déphasage), comme le lave-linge, l’aspirateur, les robots ménagers, l’outillage pour le bricolage, les ventilateurs, les climatiseurs, les pompes à chaleur, les appareils munis de transformateurs et/ou de batteries rechargeables -téléphone portable, ordinateur fixe et portable, imprimante, scanner, hifi, . En fait, presque tous les appareils électriques sont munis de moteurs, à l’exception de ceux qui produisent de la chaleur au moyen d’une résistance : radiateur (sans dispositif de ventilation), ballon d’eau chaude, four, plaque de cuisson, grille-pain, bouilloire, fer à repasser.) Quant aux ampoules « basse consommation » fluocompactes (Cosinus Phi de 0,5), leur consommation mesurée et donc facturée va doubler.

En outre d’après une étude menée par l’UFC-Que Choisir (ici) sur un panel de consommateurs, 37 % des ménages consomment au-delà de leur puissance d’abonnement. Les compteurs actuels supportent ces dépassements ponctuels sans disjoncter, Linky pas toujours. De nombreux usagers pourraient avoir à souscrire à une puissance plus élevée, donc à un abonnement plus cher !

Erdf précise que la dépose des anciens compteurs et la pose des nouveaux sera gratuite pour l’abonné. ErDF oublie de dire que le décret du 31 août 2010 relatif aux dispositifs de comptage sur les réseaux publics d’électricité prévoit que le financement de ces nouveaux compteurs le sera par les consommateurs via le TURPE (tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité) à raison de 1 à 2 euros par mois prélevés sur les factures d’électricité jusqu’à atteindre le coût du compteur Linky (de 120 à 240 euros). La CSPE (contribution au service public de l’électricité) servira aussi à financer ces appareils.

Votre vie privée est menacée

Aimeriez-vous que votre fournisseur d’électricité  sache combien de temps chez vous, on regarde la TV, on surfe sur internet ? Combien de douches sont prises? L’heure à laquelle vous vous êtes couché ? Celle à laquelle vous vous levez ? Et bien d’autre choses encore…. Aimeriez-vous que ces informations soient utilisées à des fins que vous ignorerez et pour lesquelles vous ne seriez peut-être pas d’accord ? C’est pourtant ce que pourra savoir et faire votre fournisseur d’électricité avec Linky. La Commission Nationale de l’Informatique et des Liberté (CNIL) a tiré la sonnette d’alarme. Elle indique qu’«une analyse approfondie des courbes de consommation pourrait permettre de déduire un grand nombre d’informations sur les habitudes de vie des occupants d’une habitation : heures de lever et de coucher, heures ou périodes d’absence, la présence d’invités dans le logement, les prises de douche, etc.».

On peut en dire autant du compteur Gaz que veut installer GrDF qui est un compteur communicant du même type que Linky.

Les maires et leurs conseils municipaux peuvent agir et l’abonné peut refuser la pose de ces compteurs

Un point important est à noter : ces compteurs seront la propriété de la commune…. s’ils sont installés.
Ce point avait fait débat mais il est maintenant certain. Ils appartiennent à la commune (ou à l’intercommunalité selon les cas) qui les concèdent à ERDF. Cela est d’ailleurs confirmé par Charles Antoine Gautier, chef du département Energie de la FNCCR (fédération nationale des collectivités concédantes et régies). Il a déclaré le 2 Décembre 2015 dans un entretien à Maire Info, le journal de l’AMF (association des maires de France), « les collectivités concédantes du réseau d’électricité sont propriétaires des compteurs actuels et des Linky qui commencent à se mettre en place. ERDF n’en est que le concessionnaire. » ici

Ceci implique que le Maire de la commune concernée (ou le président de l’intercommunalité selon les cas) a son mot à dire pour ce qui est de l’installation de ces compteurs. C’est ainsi que la commune de Saint-Macaire (Gironde) a refusé d’accueillir sur son territoire Linky et Gazpar au motif que ces boitiers communicants pourraient nuire à la santé des habitants de la commune.

Pour contrer le déploiement de Gazpar, le Conseil municipal de Saint-Macaire a rejeté à l’unanimité la demande de GrDF d’installer un « concentrateur » sur l’un des bâtiments de la commune. Le concentrateur est un appareil qui recueille les données envoyées par les compteurs Gazpar installés chez les particuliers. Sans cet appareil ces nouveaux compteurs ne servent plus à rien.

Il faut écrire au maire de sa commune et lui demander de soumettre au vote de son Conseil une résolution refusant jusqu’à plus ample informé, toute installation dans et sur les bâtiments communaux de compteurs linky ou gaspar et d’appareils annexes de recueil des données.

Cela dit, la collectivité territoriale concernée ne peut empêcher l’installation de ces compteurs chez les particuliers puisqu’ErDF ou Grdf traitent directement avec eux. Aussi le Conseil municipal de Saint-Macaire a envoyé une lettre à tous les habitants de la commune dans laquelle il les informe de son vote de rejet de ces compteurs communicants ainsi que des motifs le justifiant et les mets en garde en ce qui concerne la probable nocivité des ondes émises. En revanche, si la commune ne peut interférer dans la relation entre ErDF et ses clients, chaque abonné peut refuser la pose de ces compteurs. 
Il suffit pour cela d’envoyer une lettre de refus en recommandé avec accusé réception à ErDF en réponse à celle qu’il vous enverra pour vous prévenir de l’installation de ce compteur chez vous. Mais si l’abonné ne fait rien, cela revient à une acceptation tacite de la pose de ce compteur et de la modification du contrat qui va avec. On peut agir sans crainte car la loi sur la transition énergétique ne sanctionne pas le refus individuel de changer son compteur existant contre un Linky. Il faut le savoir même si ErDF prévoit de la contourner en intimidant ses abonnés.
Par exemple dans la plaquette écrite pour les maires à l’occasion du dernier congrès des Maires de France, en réponse à la question « Un client peut-il refuser la pose du compteur Linky ? » Erdf répond : « Non. Les compteurs sont des outils de comptage des consommations d’électricité ; ils font partie des biens concédés à ERDF par les collectivités locales. Le compteur n’appartient pas au client. Juridiquement, le client doit permettre à ERDF l’accès au compteur » (souligné par moi JFD) ce qui ne signifie pas du tout qu’il ait le droit de changer ce compteur sans son avis pour en installer un d’un autre type dont le  comptage numériquement connecté ajoute une fréquence à celle de 50 Hz de l’énergie électrique fournie contractuellement. Voir la lettre du maire de Varennes-sur-Seine s'opposant aux Linky et Gazpar avec un modèle de lettre pour les particuliers ici

Si les distributeurs de gaz ou d’électricité veulent tant forcer la main des usagers à leur détriment, c’est que l’économie qu’ils réaliseraient suite au déploiement de ces compteurs serait colossale. Il n’y aura besoin que de quelques agents qui relèveront rarement les consommations et sans qu’il soit nécessaire de déployer un réseau ou de louer les services d’un câblo-opérateur. Quant au prix exorbitant du déploiement de ces compteurs, il aura été payé par les abonnés !
 
Il faut se mobiliser pour obtenir au moins un moratoire pour le déploiement de ces compteurs tant que les dangers, risques et inconvénients exposés ci-dessus n'ont pas fait l’objet d’une expertise indépendante des pouvoirs publics, d’ErDF/EDF, des distributeurs de Gaz mais aussi des associations qui ont lancé les alertes concernant ces compteurs.

Pour agir et vous protéger de Linky, Gaspar et Cie, rendez vous sur ce site : http://refus.linky.gazpar.free.fr , vous y trouverez aussi une revue de presse avec des articles sur les déboires d’abonnés chez lesquels ce compteur a été posé.

Pour connaître la date de pose du nouveau compteur Linky dans votre ville prévue par ERDF http://www.erdf.fr/linky-bientot-chez-vous
 


Jeudi 21 Janvier 2016 Commentaires (4)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes