Beaucoup se sont gaussés du parachutage de Cécile Duflot de Villeneuve-Saint-Georges à Paris. Personnellement, je trouve une telle façon de se comporter condamnable, contraire à ce qui fut, naguère, l’éthique des Verts. Mais c’est un saut de puce à côté de celui de Jean-Marc Germain (PS) qui, propulsé du cabinet de Martine Aubry à Lille atterrit dans la 12ième circonscription des Hauts de Seine où il n’avait sans doute jamais mis les pieds et dont il ne devait connaître les villes, Clamart, Chatillon, Fontenay, Le Plessis que de nom… Et ce n’est même pas sûr !!!


Évidement la droite persifle !

À juste titre malheureusement. Ainsi Pierre-Henri Constant, l’un des UMP fontenaisiens tendance Pemezec, écrit-t-il sur son blog : « quelle politique de ralliement veulent-ils (le PS, ses dirigeants nationaux et locaux) créer autour d’un inconnu ? Comment ce Monsieur Germain, malgré les capacités qu’il a peut-être, pourrait-il comprendre les défis et les enjeux que nous vivons dans notre circonscription ? Connait-il seulement 10 habitants de Fontenay en dehors du petit cercle du microcosme politique local ? » Il a tout à fait raison…

Mais elle oublie Francine Bavay

Par contre Pierre-Henri Constant a tort d’en conclure que, seul le candidat de droite, Philippe Pemezec, maire du Plessis, connait le territoire de cette circonscription et ses habitants et que seul il mérite d’être élu. Il oublie la candidate d’Europe-Ecologie Les Verts, Francine Bavay. Avec son suppléant Vincent Gazeilles, conseiller général de Clamart, elle milite depuis longtemps sur cette circonscription. L’un et l’autre la connaissent aussi bien que le maire du Plessis. Si vous en voulez une preuve, lisez l’interview que Francine Bavay a donnée au Journal de Robinson

Élections législatives de Juin 2012 : parachutage d’un candidat PS dans la 12ième circonscription des Hauts de Seine. La droite jubile. Un peu vite, elle oublie la candidate écologiste.
Les problèmes d’urbanisme, de transports, d’emplois qu’elle évoque, les mauvais choix faits par le député sortant, J. P. Schosteck, maire de Châtillon et par P. Pemezec tant sur le plan national que local qu’elle condamne, les solutions novatrices qu’elle propose, tout cela le montre à l’évidence. C’est bien autre chose que de sourire aux gens qui vont faire leurs courses au marché le samedi ou le dimanche comme le fait P. Pemezec selon les dires de Monsieur Constant.
C’est autour de Francine Bavay que peut et doit se créer la dynamique réunissant la gauche et les écologistes qui sera susceptible de battre au second tour la droite extrême représentée par Philippe Pemezec. Il faut choisir Francine Bavay dès le premier tour, non seulement pour réaliser cette dynamique victorieuse que ne peut créer un parachuté fût-il du PS, mais aussi parce que comme le dit Francine : « nous avons besoin d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale, mais diverse, ce qui signifie qu’il faut assez de député-e-s écologistes pour peser sur les choix qui devront être faits. Grâce à ma candidature, les électeurs et électrices peuvent dès le premier tour voter pour « la gauche et l’écologie », et prouver qu’il n’y a pas besoin d’attendre que le PS laisse des circonscriptions à ses alliés » (souligné par moi, JFD). Lorsqu’elle fut vice-présidente diu Conseil Régional lors de la mandature précédente, Francine a fait un travail remarquable pour développer l’économie sociale et solidaire, secteur dont elle avait la charge. Nul doute qu’en tant que députée, ce sera aussi le cas. C’est elle qu’il faut choisir dès le premier tour le 10 juin prochain.

Jeudi 24 Mai 2012 Commentaires (0)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes