Cet article est une contribution à une critique du véganisme à partir d’un point de vue écocentré. Les végans ont une haute considération pour eux-mêmes. Ils pratiquent la culpabilisation et la stigmatisation de ceux qui n’adoptent pas leur mode de vie ou osent le critiquer. Or du point de vue d’une « éthique de la terre » ce mode de vie n’est pas « juste ». C’est le but de cet article de le prouver.


Stop au bourrage de crâne : Le mode de vie végan n’est ni écologique, ni éthique !
Le véganisme est considéré par les végans, leurs théoriciens et leurs propagandistes comme le summum de la civilisation. Les adeptes du mode de vie végan seraient des personnes ayant atteint la perfection morale suprême alors que les végétaliens s’en rapprocheraient et que les végétariens seraient sur la bonne voie. Aux yeux des végans, les gens ordinaires, les omnivores, qualifiés de carnéistes seraient des personnes moralement médiocres qui se considéreraient suffisamment bonnes pour ne pas avoir à faire d’efforts supplémentaires pour devenir végétariens. Le véganisme serait une condition sine qua non de l’écologisme, l’élevage étant une des causes de la perte de la biodiversité, du réchauffement climatique, de la pollution et des pénuries en eau. Il serait le seul mode de vie qui permettrait de résoudre le problème de la faim dans le monde face à la croissance démographique.

C’est à une critique de la justification du véganisme par ces considérations écologiques que cet article est consacré. Pour l’essentiel je souhaite montrer que ces considérations sont spécieuses. Elles reposent sur la réduction de l’élevage à l’élevage industriel dans le cadre d’une agriculture productiviste et elles s’appuient sur un bilan mondial en faisant fi de situations régionales ou locales pourtant très contrastées, sur des confusions voulues ou non notamment en ce qui concerne l’usage de l’eau.
 Le véganisme généralisé aurait pour effet immédiat la fermeture des milieux et la disparition des prairies en France et en Europe au-dessous de la limite altitudinale des arbres. C’est à partir de la mise en évidence des  conséquences fâcheuses de cette disparition pour la biodiversité que je construirai cette contribution à la critique du véganisme.  

Avant de poursuivre, je souhaite mettre en garde sur trois points afin que les développements qui suivent ne soient pas interprétés de travers. Tout d’abord, les développements qui vont suivre ne valent pas pour les pelouses alpines, celles qui se déploient naturellement au-dessus de la limite altitudinale des arbres ou juste en dessous. Dans ces pelouses alpines, la transhumance d’immenses troupeaux de moutons est catastrophique pour les sols, la flore et la faune sauvage à cause de surcharge pastorale et d’absence de conduite de ces troupeaux trop souvent laissés seuls.

Ensuite, il n’est pas question de donner un blanc-seing à la profession qui trop souvent s’assoie sur les bonnes pratiques, ce qui se traduit par une exploitation trop intensive des prairies, une utilisation déraisonnée des antibiotiques et autres produits vétérinaires, un épandage d’engrais à des doses trop élevées, une mauvaise gestion des déchets, une insouciance du bienêtre animal et du sort des bêtes à l’abattoir, etc. …, bref par le sacrifice des bêtes et de l’environnement, par l’épuisement de la Nature et des salariés agricoles au profit de la sacro-sainte rentabilité qui bien souvent ne suit pas  malgré une productivité exacerbée et n’est donc pas au rendez-vous, du moins dans les filières traditionnelles.
Il faut toutefois reconnaître que les temps sont durs pour les paysans, le métier difficile, les intermédiaires voraces. Le libéralisme triomphant est incompatible avec une agriculture paysanne. Quant aux gens, ils préfèrent se ruiner en gadgets électroniques à obsolescence programmée plutôt que de payer à son juste prix une nourriture de qualité.

Enfin, cette critique du véganisme n’est nullement incompatible avec un combat pour le bien-être animal et contre la chasse loisir. Si l’hypothèse de Pierre Jouventin (2016) est correcte, nos ancêtres ont dû se résoudre à pratiquer l’élevage parce qu’ils étaient des chasseurs de gros gibiers trop efficaces. Cette efficacité s’était d’abord traduite par une abondante nourriture permettant à diverses espèces du genre Homo d’accroître leurs effectifs. Ensuite elle a  conduit à une pénurie de  gros gibiers jointe à une augmentation de bouches à nourrir. Pour sortir de cette impasse, quelques espèces au moins de ce genre Homo dont Homo sapiens ont  effectué la révolution néolithique, l’élevage se substituant à la chasse, le gros gibier étant devenu trop rare. Avec le développement de cet élevage comme source principale de protéines animales, la chasse s’est transformée peu à peu, notamment dans la civilisation occidentale, en un loisir.
Défendre un élevage raisonnable produisant des protéines carnées à consommer avec modération dans le cadre d’une alimentation équilibrée, c’est condamner la chasse car tuer le ventre plein, pour le plaisir est totalement injustifiable, totalement immoral. Chasse ou élevage, il semble que nous n’ayons guère eu le choix en des temps très lointains. Aujourd’hui, exceptées quelques populations reliques de chasseurs-cueilleurs que notre si belle civilisation ne manquera pas de finir d’exterminer, nous ne l’avons plus du tout, l’élevage est notre source quasi-unique de protéines carnées.
 

0.0 Nous sommes naturellement omnivores.

Pour faire oublier cette évidence, les végans s’attachent à démontrer que nous ne sommes pas des carnivores. Et de fait nous ne le sommes pas. Nos dents et les mouvements de nos mâchoires, notre estomac, notre intestin, nos processus de digestion et d'élimination sont ceux d'omnivores. Mais être omnivore, cela ne signifie pas physiologiquement que l'on puisse s'abstenir de  tout produit carné ou d'origine animale, n'en déplaise aux végans. On peut le faire certes, mais il sera alors nécessaire pour ne pas être carencé de recourir  à des substituts plus ou moins naturels pris sous forme de compléments alimentaires.

Tout bien considéré, il y a au moins un point commun entre les végans et les transhumanistes : les uns comme les autres refusent leur condition humaine,  soit qu’ils n’acceptent pas les « imperfections » et les limitations de leur corps biologique,  soit qu’ils n’acceptent pas leur statut d’organisme hétérotrophe. Purs esprits, immortels, se nourrissant de l’air du temps, voici leur idéal.

0.1 Les végans n’aiment ni la vie, ni la Nature en dépit de leurs déclarations.

Ce qu’ils aiment, c’est une vie édulcorée et une nature aseptisée, la seule que, citadins pour la plupart, ils fréquentent quotidiennement.  Pour aimer et défendre la vie, il faut accepter la mort, la sienne comme celle des autres qu’ils soient humains ou d’une autre espèce. Tel est le paradoxe de la vie sur Terre qui ne peut se perpétuer qu’ainsi. A défaut de le comprendre, il faut humblement l’admettre, sans vouloir rien y changer, car « La Nature en sait plus ».   

0.2 L’empathie est sans doute le ressort premier qui conduit les végans à condamner l’élevage et à refuser d’utiliser pour quelque usage que ce soit des produits d’origine animale. Éprouver de l’empathie pour des jeunes mammifères est une réaction naturelle : « comme il est mignon !» Cette réaction face au « mignon » faite pour déclencher le soin aux jeunes de notre espèce est génétiquement programmée et elle peut s’étendre aux jeunes d’autres espèces et même à des objets comme les doudous. Ceci est bien connu et a été analysé depuis longtemps par les éthologues (voir par exemple, inter alia, Lorenz, 1965). Les végans usent et abusent dans leur propagande de ces déclencheurs avec des photographies ou des photomontages de porcelets, petits veaux, poussins, etc... L’empathie des végans est sûrement moindre à l’égard d’une fourmi et pourtant, il a été établi que les individus de certaines espèces de fourmis se reconnaissaient dans un miroir, alors que de nombreux mammifères échouent à ce test. Ces fourmis ont donc une certaine conscience d’elles-mêmes. Je ne suis pas certain que les végans fassent beaucoup de cas de ces animalcules même si, par esprit de système, ils s’interdiront de manger des insectes et tenteront de donner mauvaise conscience à ceux qui le feront. Mais ils auront beaucoup plus de mal à y parvenir que lorsqu’il s’agit de veaux ou d’agneaux. Par parenthèses on notera que même le miel est prohibé dans un régime végan sous le prétexte ahurissant qu’il s’agit d’une exploitation des abeilles alors que pour les gens informés à l’esprit non déformé, il s’agit d’un cas typique de mutualisme ! (voir La cabane de Tellus)


1.1 Le véganisme, c’est la disparition des prairies permanentes et de leur cortège d’espèces associées  en plaine et moyenne montagne de l’Europe tempérée. Lorsque l’on se prétend végan ET écologiste, il faut s’inquiéter des conséquences  sur les écosystèmes de ce que l’on préconise. C’est sur l’une d’entre elles que je vais insister maintenant, la disparition des praires de fauche et de pâture dans une Europe où l’élevage aurait été supprimé. Cela concerne plus particulièrement les zones de moyennes montagnes européennes. Il s’agit de la fermeture des milieux  dans  ces zones.

1.2 L’agriculture et notamment l’élevage est en crise. C’est le moment choisi par les végans pour intensifier leur propagande et tenter de lui donner le coup de pied de l’âne. Si l’auteur de ces lignes est convaincu que bien des pratiques culturales ou d’élevage sont à revoir en Europe et dans les pays riches en général, il est en total désaccord avec l’objectif des végans : la disparition de l’élevage et de l’utilisation de tout produit d’origine animale.

1.3 L’élevage traditionnel raisonné de plaine et de moyenne montagne en plein air permet de garder des milieux ouverts, que ce soient des pelouses sèches ou des prairies humides avec leurs cortèges faunistiques et floristiques associés. Si tout le monde ou même seulement une grosse majorité de gens cessaient de manger de la viande ou des produits d’origine animale comme le lait ou le fromage, dans beaucoup de cas, notamment en dessous de la limite altitudinale de la forêt, le milieu se refermerait entrainant la perte d’un grand nombre d’espèces animales et végétales.

Par exemple, en Auvergne, ce sont les hêtraies et dans les parties les plus hautes les hêtraies-sapinières qui recouvriraient les volcans et les plateaux. On maintiendrait peut-être quelques troupeaux de moutons pour que les touristes puissent encore observer les formes de certains volcans remarquables, mais ce serait tout. Car que faire de ce que ces troupeaux permettent d’obtenir, les végans proscrivant l’utilisation du cuir, de la laine, du lait, du fromage et bien sûr de la viande. Les paysages des hauts plateaux de l’Aubrac, du Cézallier, du Cantal perdraient cette étrange beauté que leur confèrent  les prairies d’estive qui s’étendent à perte de vue. Dans un monde végan, il n’y aurait plus de vaches sur ces hauts plateaux (ou si peu) et donc, plus de prairie et guère d’humains.

1.4 En Europe une centaine d’espèces de papillons de jour sur les 380 recensées est menacée et de nombreuses espèces ont déjà disparu. Plus de 50% de ces espèces fréquentent tous les milieux herbacés : prairies mésothermophiles, gazons xérothermophiles, milieux herbacés mésophiles, prés à litières, etc. En France, sept sous-espèces fréquentant ces milieux sont éteintes. La première sous-espèce à s'éteindre est Lycaena dispar gronieri, disparue des marais de Saint-Quentin dans l'Aisne vers 1905; par la suite, six sous-espèces de Rhopalocères ont disparu ces dernières décennies parmi lesquelles Parnassius apollo francisi ; P. a. peyerirrwffi ; Pieris manni andegava ; Coenonympha oedipus sebrica ; C. Coe.herbuloti; Maculmea arion microchroa. (Guilbot, 1999 ; UINC et al. 2012).

Il n’y a pas que les papillons. Un grand nombre d’autres espèces d’insectes serait impacté. La disparition ou la régression des prairies permanentes se traduirait par un appauvrissement sensible de la biodiversité florale de ces zones, au moment même où des mesures sont prises pour faire en sorte de privilégier le pâturage extensif qui reste compatible avec une riche biodiversité. Celle-ci fournit en retour une meilleure nourriture aux bestiaux avec pour conséquence des fromages plus goûteux : « La gestion de la biodiversité constitue un enjeu majeur pour les exploitations. Elle y est de plus en plus fréquemment considérée non seulement comme une résultante du mode de conduite des parcelles, mais aussi vis-à-vis des services qu’elle rend aux activités d’élevage (Clergue et al., 2005) : qualité des produits animaux, valeur nutritive des fourrages, souplesse d’utilisation des prairies, etc. Sa préservation est désormais explicitement prise en compte dans l’attribution de la nouvelle prime herbagère agro-environnementale (PHAE 2), les éleveurs qui s’y engagent ayant l’obligation de respecter un certain pourcentage de leur surface en éléments fixes de biodiversité tels que les estives ou les haies. » (Dumont et al. 2007, p. 23).
 
Qui sait que la prairie pâturée entretenue par fauche ou par pâturage extensif est l’écosystème le plus riche en espèces au m2 (jusqu’à 89 espèces) ? Ce n’est que si on utilise une maille plus large de 100m2 que les forêts tropicales humides la surpasse (Dale-Harris 2013), (Mauchamp et al. 2012).

La disparition d’espèces d’insectes ou de plantes du territoire national ou européen ne semble pas gêner plus que cela les végans qui semblent être inconscients ou insouciants des conséquences que produiraient leurs choix alimentaires, vestimentaires et autre de n’utiliser aucun produit ou matière première d’origine animale, un choix qu’ils aimeraient bien voir généralisé, généralisation pour laquelle ils se livrent à une propagande active et pas toujours ni très éthique, ni très honnête.
 
1.5 Paradoxalement la disparition de races domestiques d’animaux ne les gêne pas non plus.

C’est pourtant ce qui se produirait inéluctablement si toute  une population cessait de s’alimenter avec des produits d’origine animale. Le cas des chevaux de trait est éclairant à ce sujet. L'arrivée du tracteur dans les années 1950 sonna le glas de nombreuses races de chevaux de trait. Les extinctions de ces races sont des pertes patrimoniales.

Certains végans, parmi les plus militants d’entre eux, tentent de passer sous silence cette conséquence fâcheuse : la disparition des animaux sur le sort desquels ils s’apitoient et tentent de nous faire verser une larme.

Sous la photo d’un joli petit cochon rose, on pouvait lire : « Si vous ne les mangez plus, ils ne les tueront plus », photo et légende, tweetées et retweetées par les végans. Je tweetais alors :
               « (Dumas Jean-François ‏@dumas_jf 29 mars @Muriel_F_Pacani @L214) Mais ils n'existeront plus non plus! Il faut le savoir. »
Ce qui me valut la réponse
               « (Muriel F ‏@Muriel_F_Pacani 30 ma.@dumas_jf @L214) Faire naître moins d'animaux issus de sélections génétiques artificiellement organisées par l'homme ne sera pas un mal. »
Curieuses réponse : ce n’est pas de « faire naître moins d’animaux… » qu’il s’agit, c’est de ne plus en faire naître du tout ou en nombre infime pour des fermes « à la Marie-Antoinette », ces « fermes » bidons que l’on installe dans les villes pour une occasion quelconque, avec quelques chèvres, poules, moutons que viennent caresser les enfants et se faire ainsi une idée fausse de l’élevage en confondant bétail et animaux de compagnie, confusion qu’exploiteront à merveille les végans pour leur propagande. Voilà donc une réponse bien rédigée pour cacher que l’enjeu, c’est la disparition de races, voire d’espèces domestiques ; réponse bien calculée aussi pour cacher que pour les animaux existant, cela signifiera un passage prématuré à l’abattoir, sauf pour quelques-uns que des associations pourront recueillir.
 
1.6 La reconquête des prairies permanentes par la forêt naturelle serait le meilleur scénario mais pas le plus probable.  

Dans le pire scénario et, hélas, le plus probable, ce serait des plantations de douglas ou d’épicéas, en rang d’oignons pour « valoriser » ces espaces laissés à eux-mêmes. C’est déjà ce qui se passe en raison de la déprise agricole ici ou là dans des secteurs où l’exode rural a été particulièrement sévère.

Remplacer les prairies par des champs là où la nature des sols le permet (cas de figure assez rare en moyenne montagne où la roche affleure, par exemple dans les « cheires » volcaniques du Puy-de-Dôme) entrainerait  un appauvrissement faunistique et floristique encore plus important. Comme je le développe en détail plus loin, pour ceux que les émissions de CO2 inquiètent, ce changement d’usage des sols entraînerait un déstockage massif de carbone. Et pourtant pour ne pas dépendre de l’import, il faudrait bien augmenter les surfaces labourées pour produire les graines et autres plantes du régime végan.

Ces scenarii plus ou moins catastrophiques ne sont pas de simples vues de l’esprit. En ce moment, il y a, comme chacun le sait, une crise de surproduction de lait avec baisse du prix de celui-ci aux éleveurs. Les troupeaux non seulement n’étant plus rentables mais devenant de plus une charge, beaucoup d’éleveurs sont contraints de les réduire. La vente des vaches laitières pour la boucherie a augmenté ces derniers mois. (La conversion en bio demande une trésorerie que tous les éleveurs déjà endettés n’ont pas.) On redoute une déstabilisation du marché de la viande bovine avec l’arrivée massive et prématurée de 800 000 vaches laitières à l’abattoir. Il faut d’ailleurs souligner que ce sont les petites exploitations paysannes qui sont touchées les premières et non les fermes-usines où les animaux sont traités comme des machines à fabriquer du lait.

Si en plus les gens se mettent à ne plus consommer de produits laitiers (lait, yaourts, beurre, fromage, …) l’hécatombe sera encore plus grande, y compris parmi les vaches laitières gestantes !

Ne plus boire de lait et ne plus manger de fromage, c’est condamner les vaches laitières à une mort prématurée. Les Bishnoïs qui se singularisent par un strict respect de tous les êtres vivants et pas seulement des animaux mais aussi des arbres et des plantes, boivent du lait de chèvre et font du fromage. Les animaux leur donnent leur lait mais inversement, il arrive que les humaines nourrissent au sein les faons orphelins. Ils sont plus cohérents et avisés que bien des végans de nos contrées.

2.1 Les végans et autres végétaliens utilisent abondamment dans leur propagande des arguments écologiques pour condamner la consommation de viande et de produits d’origine animale (lait et produits laitiers, œufs, miel…). Ils s’en vont répétant urbi et orbi que l’élevage qu’il soit laitier ou pour la viande est une catastrophe écologique. La production de viande et de lait  serait  responsable du défrichement des forêts au profit des pâtures et des cultures fourragères.  L’élevage aurait des impacts sur le changement climatique et la biodiversité. Il induirait aussi un gaspillage et des pollutions de l’eau.
Ce réquisitoire s’appuie essentiellement sur le rapport de la FAO de 2006 Livestock's long shadow, du moins sur les résumés et présentations de ce pavé relativement indigeste de 390 pages sans compter les préfaces, remerciements, les tables des matières, des tableaux, des figures, etc.  

2.2 Cependant les végans font une double confusion peut-être involontaire, plus sûrement voulue dans un but de propagande. Le rapport vaut pour l’ensemble des filières et cherche à dresser un panorama mondial tout en reconnaissant des situations contrastées. Ainsi ce qui vaudra pour l’Amérique latine par exemple, n’est pas automatiquement transposable à la France et à l’Europe. La seconde confusion consiste à mettre dans le même sac les différents types d’élevage en les réduisant aux élevages industriels.

2.3 Le rapport de 2006 de la FAO présente une analyse environnementale globale des systèmes d’élevages à l’échelle de la planète. Cette analyse met en évidence les conséquences néfastes écologiquement et le caractère non soutenable de l’élevage tel que pratiqué aujourd’hui. Il ne pourra  faire face à une demande mondiale de plus en plus grande en produits carnés (viande et lait) dont la FAO prévoit le doublement à cause de la croissance démographique, du développement de l’urbanisation et de l’élévation des revenus et donc du pouvoir d’achat dans les pays « émergeants » ou « en développement » ; élévation des revenus et du pouvoir d’achat se traduisant entre autres choses par la préférence accordée à la consommation de protéines d’origine animales.

On notera aussi que la FAO privilégie dans ce rapport comme dans les suivants (FAO, 2010) l’élevage industriel avec de grosses unités de production rationalisées (des usines à viande !) comme réponse possible à cette demande, mettant en exemple les élevages de volailles. Elle laisse aussi à penser que l’amélioration des races par la transgénèse sera un des moteurs des progrès technologiques futurs en la matière. Les experts de la FAO sont loin d’avoir une vision écologiste de l’état du monde en général et de l’agriculture en particulier.

2.4 La comparaison effectuée dans le rapport de 2006 de la FAO entre la quantité de GES émis par l’élevage avec celle dues aux transports montre qu’à l’échelle de la planète la première dépasse la seconde. Cette comparaison a fait couler beaucoup d’encre parce que la question du « réchauffement climatique » a réussi à occuper le devant de la scène en ce qui concerne les enjeux écologiques du siècle.

Mais quand on y regarde de plus près, on constate que le facteur principal d’émission dans le calcul de la FAO est la déforestation qui serait responsable de 34% des émissions. Il est évident que si ce facteur concerne les Pays d’Amérique Latine, il ne peut concerner les pays européens. Là encore selon les pays la situation va varier.
 
Stop au bourrage de crâne : Le mode de vie végan n’est ni écologique, ni éthique !

Stop au bourrage de crâne : Le mode de vie végan n’est ni écologique, ni éthique !
En ce qui concerne la France, les émissions  dues aux transports sont de loin plus importantes que celles émises par l’agriculture et la sylviculture comme le montrent les deux graphes ci-dessus, l’un en valeurs absolues, l’autre en pourcentage.

Lorsque l’on est au fait de la situation en France et en Europe, on est étonné de lire dans le rapport de 2006 que les systèmes de types pastoraux sont responsables de la dégradation de la biodiversité et de l’augmentation des GES à cause de la déforestation.  Vrai sans doute, globalement, à l’échelle mondiale, ce n’est pas le cas à l’échelle européenne.  En Europe et en France en particulier, c’est l’inverse : la régression de l’élevage de type pastoral notamment à cause de l’exode rural et de la déprise agricole a entraîné une reforestation (du moins des plantations de résineux qui ne mériteraient pas le nom de « forêt ») plus pauvre en biodiversité et peu efficace en tant que « puits de carbone ». 

Les prairies permanentes restantes qui représentent encore environ 1/3 de la Surface Agricole Utile (SAU) européenne sont conduites sans pesticides, avec peu d’engrais de synthèse. Non seulement elles permettent  la survie de nombreuses espèces et chaînes trophiques mais de plus les prairies permanentes sont des « puits de carbone » au moins aussi efficaces que les forêts exploitées qui n’en sont pas sur le long terme contrairement à l’opinion reçue et véhiculée par les forestiers productivistes (voir ici mon article sur les forêts puits de carbone).

2.5 C’est pourtant sur les dégâts de l’élevage sur la forêt Amazonienne au Brésil ou en Argentine que se focalisent les Végans.

Pour eux, ces dégâts sont causés indirectement par la consommation de viande dans l’UE et en France plus spécialement. On peut lire sur un site de propagande Végan ou végétarien  « L’Union européenne, dont la superficie des forêts augmente, est le 4e importateur de bovins derrière les USA, la Russie, et le Japon. En outre, 80 % des importations de bovins de l’UE viennent d’Amérique du Sud. Les Français sont les premiers consommateurs européens de viande bovine (FranceAgriMer, 2010). Ainsi la consommation de viande en Europe et en France est une cause de la déforestation en Amérique du Sud»

Manque de chance pour les auteurs de ce texte : les Français sont peut-être les premiers consommateurs européens de viande bovine mais en 2011, 75% de cette viande était d’origine française, 22% provenait de pays de l’UE, par ordre d’importance, Allemagne, Pays-Bas, Irlande, Italie et dans une moindre mesure Belgique, Espagne et Royaume Uni.  Seuls 2% étaient d’origine extra-européenne. En 2015 la part de la viande bovine consommée produite en France a augmenté et atteint 79% tandis que les 21% restant proviennent exclusivement de pays de l’UE (Barbin et al. 2010, 2011, 2015 ; Interbev 2016).

Il est donc faux de considérer que la consommation de viande bovine en France est cause de la déforestation amazonienne. Et l’argumentaire des végans visant à culpabiliser les omnivores français s’effondre. Ce qu’il faudrait plutôt accuser, c’est la culture du soja car là l’élevage UE n’est pas innocent mais il s’agit essentiellement des filières industrielles et plus particulièrement les filières industrielles volaillères et porcines comme nous le verrons plus loin.

2.6 Pour les rédacteurs du site Végan Viande info, en Europe, il ne faut pas regretter le remplacement des prairies par des forêts puisqu’une jeune forêt de hêtres va dans sa période de croissance stocker plus de carbone qu’une prairie. Peut-être, mais comme je l’ai déjà indiqué, il y a de grandes chances pour que ce soient des plantations à vocation commerciale d’épicéas ou de douglas (voire des cultures) qui remplaceront les prairies, et non des forêts de hêtres en libre évolution. Dans ce cas sur le moyen et long terme le changement d’usage des sols aura un bilan défavorable en termes de GES (Naudts et al. 2006). En outre dans le court terme, lorsqu’une forêt est plantée ou s’installe en remplacement d’une prairie, « le bilan est au mieux nul à défavorable en ce qui concerne l'évolution du stock de carbone à l'hectare, puisque le contenu en carbone d’une prairie (…) est le même que celui d'une forêt tempérée, en ordre de grandeur. » ainsi que le rappelle Jean-Marc Jancovici sur son site Manicore, ce carbone étant stocké dans le sol. Enfin, il n’y a pas que l’effet de serre à prendre en compte, il y a comme je l’ai souligné la biodiversité, les paysages, le facteur humain…

En France, c’est l’abandon des prairies permanentes qui serait pénalisant. D’ailleurs parmi les mesures destinées à atténuer les émissions de GES dues à l’élevage, il est recommandé en EU par les ingénieurs agronomes et les techniciens agricoles de pratiquer un élevage extensif sur des pâturages de longue durée pour éviter un retournement trop rapide des prairies qui déstocke le carbone (Pellerin et al. 2013). De nombreux auteurs ont étudié les processus de stockage du carbone dans les pairies pâturés et dans les exploitations agricoles consacrées à l’élevage notamment de bovins. (Soussana et al. 2004, 2007,  Martin 2011, Pellerin 2013, et les bibliographies associées ; pour le point de vue de la FAO, on consultera Gerber 2014).

Certes, les bovins rejettent du méthane (CH4), un gaz 23 fois plus puissant que le CO2 en potentiel de réchauffement global (PRG) mais d’une durée de vie plus faible : environ 12 ans contre 200 ans pour le CO2. Toutes activités confondues, l’agriculture est la principale source des émissions de  protoxyde d’azote (N2O) un composé stable au PRG de 298 (310 sur 100 ans) et dont la durée de vie est de 150 ans. Ces émissions proviennent de l’usage des engrais et de la gestion des déjections organiques (fumier, purin) mais en ce qui concerne l’élevage des bovins : « si les bovins paissent en pâturage, presque tous ces gaz peuvent être retenus dans le sol. » comme  le note l’étude des Amis de la Terre et de la Fondation Heinrich-Böll-Stiftung (2014) qui ne sont pas suspects de complaisance vis-à-vis des éleveurs européens.

Ces recherches et études ont des objectifs pratiques en sus de celui purement académique d’acquisition de connaissances : il s’agit tout d’abord de trouver des mesures permettant d’optimiser le bilan en GES de l’élevage notamment de bovins en pâturage, de rendre cet élevage compatible avec les objectifs de réduction des GES. Il s’agit ensuite de réhabiliter cet élevage aux yeux du public. Aucun de ces deux derniers objectifs ne saurait convenir aux végans puisqu’ils concourent à rendre cet élevage durable et acceptable socialement.

Comme bien d’autres pour d’autres causes,  les végans s’efforcent d’utiliser la lutte contre le changement climatique pour leurs propres objectifs. Selon eux la lutte contre le réchauffement climatique doit passer par le renoncement aux protéines carnées, donc la suppression de l’élevage.

Ce n’est pas l’avis des Amis de la Terre qui considèrent que modulo de bonnes pratiques, l’élevage est susceptible de participer à la limitation du réchauffement climatique : « Directement ou indirectement, le bétail est responsable d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Pourtant, agriculteurs et scientifiques affirment qu’avec une gestion appropriée le bétail ne serait plus un fardeau pour le climat. L’élevage des bovins ne doit pas forcément être nuisible au climat. La garde des animaux en pâturage est avantageuse : la transformation de champs cultivés en friches permet de retenir les plus grandes quantités de dioxyde de carbone dans les 30-40 premières années. On ne devrait pas sur-fertiliser ces prairies avec un trop grand nombre d’animaux ou de grandes quantités d’engrais chimiques, et laisser les systèmes de racines des plantes se développer sans contrainte. Les bovins rejettent du méthane : les fermes bovines et laitières dont les animaux produisent 28 % de ce gaz particulièrement nuisible au climat, sont souvent blâmées pour cette raison. Mais si les bovins paissent en pâturage, presque tous ces gaz peuvent être retenus dans le sol. Et les animaux ne devraient pas recevoir de céréales ou du soja comme aliment complémentaire. » (2014, p. p. 34 – 35). Pour une étude détaillée des mesures à mettre en œuvre dans les élevages bovins français pour limiter les émissions de GES, leur faisabilité technique et économique, on se reportera à Pellerin et al. 2013. Pour un panorama des mesures à prendre pour l’ensemble des filières selon les régions du monde, on se reportera à la synthèse de la FAO (Gerber et al. 2014). Passer  toutes ces mesures proposées et /ou déjà mises en œuvre au crible d’une vision écologiste excéderait notre présent propos.

 Il faut d’ailleurs noter que les préoccupations concernant tant la biodiversité que les émissions de GES ne sont pas toujours prises en compte de façon satisfaisante par les éleveurs – c’est le moins que l’on puisse dire, notamment dans l’élevage standard.
D’ailleurs défendre les agrosystèmes tels que les prairies permanentes et les prairies pâturées bocagères, ce n’est pas dédouaner les éleveurs et en particulier les fermes usines et l’élevage industriel, tout au contraire. « En évoquant le tapis de fleurs des prairies de notre enfance et le panachage de toutes teintes qu’offre leur diversité, du rose-violet des centaurées au jaune citron du salsifis, des prairies jaunies par le pissenlit au tapis plus délicat formé par les trèfles violets ou blancs, nul ne songerait à croire qu’elles sont menacées. Et pourtant elles le sont » (Jean-Jacques Bret, Directeur du Comité interprofessionnel du gruyère de comté, préface à Mauchamp et al. 2013 p.11). Comme l’écrit J. J. Bret deux dangers principaux la menacent : l’anthropisation et les pratiques agricoles courantes.

À ces dangers qui ont commencé à « écorner ce capital », on en voit poindre maintenant un nouveau : la propagande végan qui trouve un terrain favorable auprès des urbains ou des rurbains d’autant plus que les scandales des filières, tout type de viande confondu, conduisent à douter de la qualité sanitaire de produits dont on ne sait s’ils sont ou non falsifiés. De ce point de vue l’industrie de viande est à son corps défendant une alliée efficace des végans comme le sont les pratiques particulièrement ignobles et inacceptables qui ont cours dans beaucoup trop d’abattoirs, pour ne pas dire tous. Les éleveurs qui les couvrent ou qui les acceptent, scient la branche sur laquelle ils sont assis.


3 Pour les Végans l’élevage pollue l’eau de façon excessive.

Ils oublient de préciser qu’il s’agit d’un type d’élevage particulier : l’élevage industriel hors-sol. Celui-ci se développe aux dépends de l’élevage fermier traditionnel à cause de la concurrence mondialisée qu’instaurent les politiques libérales appliquées à l’agriculture en général et à l’élevage en particulier tandis que une grande majorité de consommateurs – mais pas tous – ne regardent que le prix. Le pouvoir d’achat en berne de ces derniers les poussent à des arbitrages budgétaires en défaveur de la partie consacrée à la nourriture tandis qu’est privilégiée le poste des loisirs – on va bronzer en hiver loin de l’Europe – et des gadgets électroniques – le téléphone portable dernier cri, l’ordinateur ultra puissant pour les jeux vidéo,  la montre connectée, etc., …, le tout rapidement obsolète pour des raisons techniques ou de mode.

Comme il a été bien montré par différentes études reprises par la FAO (2010), c’est avec l’élevage industriel que se pose avec acuité la question des effluents, lisiers notamment. La grande concentration d’animaux dans les élevages hors sols de l’élevage industriel entraine la production de grandes quantités d’effluents dont le stockage et le traitement posent problème alors qu’il n’offre plus de débouchés naturels à ces matières qui servaient à engraisser les prairies et les cultures dans les systèmes herbagés ou mixtes, les liens entre l’élevage et le sol étant rompu. « La dissociation physique entre l’élevage industriel et la ressource dont il dépend entraîne une rupture des transferts de nutriments entre la terre et le bétail. Il en résulte des problèmes d’épuisement des nutriments à la source (terre, végétation et sols) et des problèmes de pollution à l’arrivée (effluents d’élevage, de plus en plus rejetés dans les cours d’eau au lieu d’être rendus à la terre). L’ampleur du problème est illustrée par le fait que les quantités totales de nutriments présents dans les déjections animales sont égales ou supérieures à celles contenues dans tous les engrais chimiques utilisés chaque année (Menzi et al., 2009). » (FAO, 2010, p.62).

C’est la gestion des déjections qui occasionne de graves nuisances et pose des problèmes épineux en Europe et notamment en France. Il s’agit d’ailleurs moins de l’élevage bovin que l’élevage industriel des monogastriques hors sol, notamment porcins et volailles. Outre la pollution des nappes phréatiques, des cours d’eau et des rivages dont la Bretagne offre un bel exemple, ces déjections sont la source principale des émissions de protoxyde d’azote (N2O). Par contre, ces élevages d’animaux monogastriques produisent très peu de méthane. Il ne semble pas qu’en France, les agriculteurs de ces filières porcines et volaillères soient prêts à faire des efforts pour améliorer l’impact écologique de leurs exploitations. Ils n’ont de cesse au contraire de se plaindre d’un excès de règlements environnementaux.

Mais là encore, ce qui est en cause, c’est d’abord et essentiellement l’élevage industriel et non l’élevage labélisé AB ou Rouge et /ou AOP  ou biologique. On notera que ces filières labélisées ne sont pas en crise, la demande étant supérieure à l’offre pour certains produits comme les œufs ou le lait bio (ici)


4.1 Pour les végans la production de viande est excessivement exigeante en eau et pourrait entrainer des pénuries de la ressource.

En ce qui concerne l’utilisation de l’eau en élevage, les végans et autres propagandistes du régime végétalien comme certains « animalistes » rapportent qu’il faut 15 000 litres d’eau pour obtenir un kilo de viande bovine. Selon les textes cela varie entre 13 000 L/kg pour les plus basses jusqu’à 15 500 pour les plus hautes en passant par 15 415 (on admirera le "15" des "15 400" !) On trouve ces chiffres sur des sites végans ou végétariens, sur des sites écolos intoxiqués par la vulgate environnementale végane, mais aussi dans des journaux comme Libération ou Le Monde et pour ce dernier titre dans un article des « décodeurs » censés établir ou rétablir des vérités malmenées ! L’élevage menacerait les ressources en eau de la planète, l’élevage en général et l’élevage bovin en particulier.

4.2 Tous ces braves gens ne sont nullement étonnés de l’énormité du chiffre : 15 000 litres pour 1 kilo de viande !  Ils oublient tous de préciser qu’il s’agit d’une moyenne et surtout qu’il s’agit de 15 000 litres d’ « eau virtuelle » ! Peut-être certains d’entre eux ne le savent même pas.

Pour ceux qui l’ignoreraient précisons donc que l’ « eau virtuelle » est la somme de trois sortes d’eau : l’eau bleue, l’eau verte et l’eau grise. L’ « eau bleue », c’est « l’eau circulant sous forme liquide et prélevée dans les rivières, les eaux dormantes ou dans les nappes phréatiques pour les besoins des activités humaines » (Corson et al., 2013 p. 241) C’est l’eau qui est la matière première de l’eau du robinet. Pour ce qui concerne la filière bovine, elle sert dans l’étable ou au pré à abreuver les bêtes qui peuvent aussi en boire à la rivière ou dans les mares. C’est également celle qui est utilisée pour nettoyer les locaux de l’exploitation. L’eau d’irrigation des cultures fourragères qui nourrissent les animaux et l’eau nécessaire à la transformation de la viande sont aussi de l’eau bleue. La quantité d’eau consommée pour tous ces usages correspond en France à environ 3 à 4% des 15 000 litres d’ « eau virtuelle » estimés nécessaires pour obtenir 1kg de viande de bœuf.
Quant à l’eau grise, c’est la quantité théorique d’eau qu’il faudrait rajouter à une eau polluée pour qu’elle devienne conforme aux normes environnementales. Elle représente en France 3% des 15 000 litres d’ « eau virtuelle ».
Tout le reste des 15 000 litres, c’est de l’ « eau verte ». Comme l’expliquent bien Corson et al., 2013, l’eau verte est l’eau nécessaire pour la croissance des plantes. On considère qu’elle est égale à l’évapotranspiration réelle, c’est-à-dire, à la somme de l’évaporation des sols et de la transpiration des plantes poussant sur ces sols. En d’autres termes, pour ce qui est de l’élevage bovin, il s’agit du volume d’eau de pluie stocké dans le sol sous forme d’humidité et qui s’évapore des plantes et du sol des surfaces cultivées pour l’alimentation des bêtes et des surfaces pâturées par les troupeaux. Ce volume d’eau correspond donc principalement à l’eau de pluie réceptionnée par les surfaces d’élevage.

« Chapagain et Hoekstra (2004) ont été les premiers à additionner eau bleue, eau verte et eau grise pour obtenir ce qu’ils appelaient des flux d’eau «virtuelle » des produits agricoles. Graduellement, cette expression a fait place chez ces auteurs au terme « empreinte eau », le caractère virtuel n’apparaissant plus. Cette « empreinte eau » a été ensuite assimilée à la quantité d’eau nécessaire pour produire les denrées agricoles. » (Ibid., p. 241).

4.3 Il est bien évident que lorsque l’on parle d’eau sans précision, on entend ce terme dans son sens ordinaire, c’est-à-dire l’eau bleue. Par ailleurs la quantité d’eau verte dépend de trois facteurs : le climat de la région, le type de sol et le type de végétation. On comprend alors les écarts dans les évaluations selon la viande considérée. Lorsque l’on somme ces différentes catégories d’eau, il n’est plus étonnant qu’un kilogramme de viande de porc ne demande que 4 800 litre et un kilo de poulet 3 900 litre d’eau virtuelle, d’autant que la plupart des élevages de porcs et de volailles sont hors sol.

D’ailleurs, comme Interbev le remarque à juste titre – il faut le reconnaître – sur son site « si l’on inclut cette eau verte dans le calcul, on en vient à la conclusion qu’il faut diminuer les surfaces dédiées à l’élevage, ce qui conduirait paradoxalement à intensifier la production, élever les bovins en bâtiments et à cesser de les alimenter à l’herbe », cette forme d’élevage industriel hors sol qui est condamnable à la fois écologiquement, éthologiquement et éthiquement pour ce qui concerne le bien-être animal ; condamnation que ne partage d’ailleurs pas Interbrev et forme d’élevage pour laquelle, il semble que la FAO marque un certain penchant pour satisfaire dans le futur la demande des consommateurs d’une planète surpeuplée.

Il y a de bons arguments pour ne pas prendre en compte l’eau verte lorsque l’on cherche l’impact de l’élevage sur la ressource en eau douce comme on peut en prendre conscience à la lecture de l’article de Corson et al. 2013.

Ainsi, à l’échelle du bassin versant, l’utilisation d’eau bleue – quel qu’en soit l’usage – diminue la quantité d’eau douce disponible dans des proportions bien plus importantes que l’utilisation d’eau verte dont les effets sur cette eau douce sont très faibles.

Ensuite, pour un élevage consistant en un système de parcours extensifs, Pimmentel et al. 2003 ont  calculé une consommation d’eau verte et bleue de 200 000 litres/kg de viande bovine. Un tel système demande une grande surface et donc une grande quantité d’eau verte par kilo de viande. Comme le remarquent Corson et al. : « Si on généralise cette valeur, la consommation totale pour la production mondiale de viande bovine pendant un an, soit 80 millions de tonnes (en 2009), serait trois fois plus [élevée] que le prélèvement annuel d’eau douce pour toutes les activités humaines de la planète. »

Ils ajoutent : « En poussant à l’extrême ce mode de calcul, des bovins pâturant une grande surface de végétation de faible valeur nutritive (friches, broussailles) ou peu productive (zones arides, haute montagne) et ayant donc une faible vitesse de croissance auraient une consommation d’eau extrêmement élevée par kg de viande, alors que  la même surface sans animaux aurait une évapotranspiration comparable, et que la présence d’animaux a très peu d’impact sur une éventuelle pénurie d’eau. » (p. 245)

L’article cité met en évidence une grande variabilité dans les méthodes d’estimation ainsi que de grandes variations selon les systèmes de production considérés qui vont de 27 à 540 L d’eau bleue par kg de carcasse pour les bovins produits en Australie selon une estimation, 58 à 551 selon une autre. Variations selon aussi les pays : 77 L par kg au Pays-Bas et 873 L par kg en Inde. Dans cet exemple, c’est la différence d’efficacité alimentaire qui expliquerait l’écart.

Des méthodes de calcul qui n’aboutissent pas à des résultats identiques ou même semblables (voir le tableau comparatif dans l’article cité), des moyennes qui cachent de grandes diversités devraient rendre plus prudents en ce qui concerne l’utilisation de ces données dans la propagande qu’elle soit végane ou carniste !

Il n’en reste pas moins, en fin de compte, que c’est la consommation d’eau bleue qui est un critère simple pour évaluer la contribution des animaux d’élevage au risque de pénurie d’eau. En France, selon la norme ISO 14046 prenant en compte les prélèvements d’eau réels et leur impact sur le milieu, il faudrait 50 litres d’eau pour produire un kilo de viande bovine. Bien loin donc des 15 000 litres que dénoncent les sites végans, végétariens et aussi les grands quotidiens nationaux.

Le lecteur peut s’interroger sur l’intérêt des calculs des volumes d’eau virtuelle ou de l’empreinte eau. A quoi donc servent-ils ? Les calculs des quantités d’eau virtuelle pour la production de telle ou telle denrée ont d’abord eu pour but de mettre en évidence que les importations de produits agricoles permettent de compenser le faible potentiel des pays arides. Le concept d’ « empreinte eau » qui en découle permet d’estimer l’eau totale nécessaire aux productions agricoles d’un pays.

4.4 La consommation en eau bleue, la seule qui pourrait causer une pénurie si elle était excessive est donc, en fait, tout à fait raisonnable mais tout n’est pas réglé pour autant, voici pourquoi.

Sur un site l’évapotranspiration qui est la principale composante du flux de l’eau est, en général, peu dépendante de la quantité de biomasse produite sur le site. Il en résulte qu’un changement d’affectation des sols, par exemple la conversion d’une parcelle forestière en prairie, ne modifie pas le risque de pénurie d’eau. Cependant, ce n’est pas le cas avec la déforestation de forêts tropicales qui fait exception au cas général. Celle-ci diminue l’évapotranspiration. Elle diminue de ce fait l’humidité de l’air qui circule au-dessus de la surface défrichée et diminue les précipitations sur les régions situées en aval du courant d’air (d’après Corson et al., o.c.). (Pour plus de précisions se rapporter aux références qu’ils citent p. 242).
Or l’UE et la France en particulier importent massivement du soja du Brésil et d’Argentine pour engraisser bétails et volailles. Dans ces pays cette culture du soja pour l’exportation est avec l’élevage proprement dit les deux principales causes de la déforestation. Comme le note le WWF dans son rapport Viandes: un arrière-goût de déforestation  la culture du soja occupe plus d’un million de kilomètres carrés dans le monde et bien que d’importants progrès aient été réalisés en ce qui concerne la productivité, il reste que les surfaces de cultures se développent et continueront à se développer avant tout par la destruction de la végétation native sud-américaine.

5.1 Avec le soja d’importation on peut considérer que, à cause de ses importations massives de soja pour engraisser son bétail et ses volailles, la France porte une bonne part de responsabilité dans la déforestation amazonienne, des éventuelles pénuries d’eau douce qui peut en résulter et aussi et surtout des graves conséquences sociales, sociétales et ethnologiques qui l’accompagnent.

Il est très difficile d’avoir des chiffres précis concernant les importations totales de soja (graines, huile et tourteaux). Selon un responsable de la Confédération paysanne cité par L’expansion, L’express « Chaque année, l'Europe importe près de 40 millions de tonnes de soja et la France 4,5 millions de tonnes, dont plus de la moitié sont génétiquement modifiées ». Cette évaluation est cohérente avec un rapport du bureau d’étude « Consultants Naturels » sur ce sujet, jugé sensible par les auteurs du rapport.
La partie des  résultats publiée en ligne est  reprise sur de nombreux sites qui ne citent pas toujours leurs sources.

Selon ce rapport, sur les 4,7 millions de tonnes consommés en France en 2009, la quasi-totalité est importée (4,63 millions de tonnes). 3,1 millions de tonnes ont été consommés en tant que tourteaux par l’industrie de production de viande, soit 66% de la consommation totale française de soja. C’est la filière industrielle de la volaille se taille la part du lion. Ce soja provient surtout d’Amérique latine : du Brésil 68,10%, d’Argentine 9,39% en 2010. Ce soja est transgénique entre 70 et 80%. Depuis ce rapport, en se fondant sur les statistiques publiées par AGRIMER la tendance serait à la hausse en France, tant en production intérieures non OGM, qu’en importation OGM car il existe aussi une filière sans OGM pour l’agriculture AB mais elle s’approvisionne surtout en France et en Italie.

5.2 Ce n’est que depuis une trentaine années que les tourteaux de soja ont été introduits massivement dans l’alimentation du bétail, en remplacement des tourteaux d’arachide, utilisation qui s’est accrue ensuite à cause de l’interdiction des farines animales.

C’est la recherche d’une productivité toujours plus grande qui est une des causes de cette utilisation massive des tourteaux de soja pour doper en protéines l’alimentation du bétail et de la volaille. Ces rations sur-protéinées jointes à une sélection génétique des races donnent des poules qui pondent  250 œufs par an alors qu’elles n’en pondaient que 130 dans les années 20, des poulets prêts à consommer en cinquante jours au lieu de cent cinquante, soit trois fois moins de temps qu’au milieu du siècle dernier tandis que la production des vaches laitières a quadruplé : 8 000 litres de lait par an au lieu de 2 000.

La dépendance de l’élevage au soja comme l’absence d’autosuffisance de l’UE et en particulier de la France en matière d’oléoprotéagineux s’explique aussi historiquement  par les accords commerciaux internationaux et les orientations de la PAC. Les pays européens avaient choisi de continuer à se concentrer sur la monoculture céréalière. Ce que résume ainsi un document officiel de l’actuel  ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt : « « En Europe, la dépendance en protéines végétales importées est structurelle et repose sur des causes historiques issues en partie des accords commerciaux négociés dans le cadre du GATT dans les années 1960. En échange de droits protecteurs pour les céréales de l'Europe, les droits à l'importation des oléagineux et des produits de substitution aux céréales en Europe ont ainsi été abaissés. Cette dépendance a atteint dès les années 1970 des niveaux très élevés. Ainsi, la croissance de l'élevage européen, et donc de l'industrie de l'alimentation, s'est fondée sur une répartition mondiale des productions attribuant au continent américain la majorité de la production de protéines végétales et permettant à l'Europe d'instaurer initialement la préférence communautaire pour l'élevage et les céréales. » (Plan protéines végétales pour la France 2014 – 2020, p. 7) (Sur ce point voir aussi Billon et al., 2009, p. 11 qui cite Piro, 2006).

Le besoin d’aliments « complémentaires » ne cesse de croître avec la recherche incessante d’une productivité accrue pour une rentabilité maximale, l’envolée de la consommation de viande blanche et le développement  en France d’un élevage hors sol de bovins pour le lait avec notamment la ferme des « mille vaches » et pour la viande avec par exemple la ferme des « mille veaux », la recherche de débouchés à l’export pour des productions de plus en plus excédentaires de lait et de viande. Il est illusoire de croire que l’on pourra arriver à une autosuffisance en matière de soja étant donné la situation actuelle de l’élevage dominé par l’élevage industriel dans un cadre de politiques productivistes.

5.3 Cependant, même l’agriculture productiviste cherche des alternatives au soja. Ce n’est pas pour sauver la végétation amazonienne, les petits paysans brésiliens et argentins ou les peuples autochtones qui vivent en forêt mais parce que la consommation de soja par le bétail et les volailles rend l’élevage industriel dépendant des productions de pays tiers et d’un cours du tourteau de soja qui peut fluctuer considérablement d’un mois sur l’autre mais qui est globalement orienté à la hausse même s’il est en 2016 aux alentours de 400 USD (dollar US) la tonne  bien plus bas que son record historique de plus de 600 USD en Août 2012. Tous les analystes s’accordent pour considérer que malgré des fluctuations dues à divers facteurs dont l’abondance des récoltes variable d’une année sur l’autre, la tendance à la hausse de ce produit ne peut que se confirmer.

Un autre facteur joue aussi contre ces importations : la crainte que les consommateurs refusent des produits tels que viandes, œufs, lait issus d’animaux bourrés d’aliments OGM.

Il y a enfin un autre risque bien décrit dans le Plan protéines végétales pour la France 2014 – 2020 « Le marché mondial des protéines végétales est tendu en raison notamment de la forte demande de la Chine, qui concentre d'ores et déjà 60 % des importations mondiales de soja et qui tire les prix à la hausse. En effet, la convergence vers un mode de vie occidentalisé avec un régime alimentaire à base de protéines animales (viande bovine, lait), entraîne par ricochets en Asie des besoins importants en alimentation animale et en protéines végétales, importées d'Amérique (USA, Brésil, Argentine principalement). À terme, les flux d'exportation en provenance d'Amérique qui bénéficient actuellement à l'Europe pourraient être détournés au profit de l'Asie. » (p.7, je souligne).

C’est pourquoi le ministère a lancé ce plan pour viser notamment à une plus grande indépendance de la France en matière de protéines animales. Il s’agit de relancer la culture de certaines légumineuses comme la luzerne ou le pois, de trouver des variétés les plus adaptées culturalement et économiquement et de profiter de leur capacité à fixer l’azote pour les utiliser en plantes d’assolement en rotation des cultures.

Pour le poulet industriel dont la vie est brève et qui est élevé en grande partie avec du tourteau de soja, le remplacement de cette source de protéine est plus problématique car il  a  besoin  d’un  aliment  avec  une  densité  énergétique  élevée  et  riche  en  acides aminés. L’aliment ne doit cependant pas contenir des concentrations élevées de substances  antinutritionnelles présentes dans d’autres légumineuses. Le problème ne se pose évidemment pas pour les poulets élevés au grain !

5.4 Il ressort de cela que, même pour l’élevage conventionnel, il est possible et du point de vue même de l’agriculture productiviste, il est souhaitable de réduire, voire tarir les importations de soja. En d’autres termes si cet élevage est conjoncturellement lié à la production de soja en Amérique du Sud, il ne l’est pas intrinsèquement et il peut s’en affranchir, ce qui est d’ailleurs en cours aujourd’hui.

On ne peut donc s’appuyer sur les dégâts dus à la culture du soja au Brésil ou en Argentine pour condamner l’élevage en soi et militer pour sa disparition comme le font les végans. C’est l’élevage industriel tel que pratiqué aujourd’hui qui est, en la circonstance, écologiquement condamnable. Il est bien plus utile et efficace d’agir pour le transformer, sauf si l’on milite avec des arguments spécieux pour le véganisme. Le véritable terrain de lutte des animalistes devrait être ailleurs. Finalement, l’étude du cas du soja renforce la thèse que je soutiens ici, à savoir que l’écologisme ne peut avoir comme horizon le véganisme.

Bien sûr, on peut toujours dire : « arrêtons de manger des œufs, de la viande, du fromage, du beurre,  de boire du lait … » et le problème de la dépendance au soja de la France, de l’UE, de la Chine, de l’Inde, etc., sera résolu ainsi qu’une des causes majeures de la déforestation de la Forêt amazonienne aura disparu. Cette solution n’en est pas une, ni à court et moyen terme, ni même peut-être à long terme, puisque non seulement en France ou en Europe mais dans le Monde c’est exactement l’inverse qui se produit. Comme le rappelle Les amis de la Terre et al. (2014) « La croissance économique au sein du BRICS [Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du sud], le groupe formé des initiales des cinq plus grands pays émergents, se reflète dans leur consommation de viande » (p. 48). Ce sont plus d’un demi-milliard d’individus qui sont en mesure de satisfaire leur appétence pour des protéines animales.

Même si cette solution était efficace pour l’Amazonie, elle ne devrait pas être retenue puisqu’il existe d’autres solutions, notamment celle de retrouver une autonomie pour la production des matières premières agricoles. En effet, en ce qui concerne la France, j’ai montré au début de cet article que cet arrêt de l’élevage  entraînerait des bouleversements dans l’occupation des sols néfastes du point de vue des paysages et de la biodiversité à l’échelle du territoire hexagonal, même si cette biodiversité a été la conséquence des actions d’ancêtres défricheurs aux dépens de la naturalité des forêts en libre évolution. Faut-il ajouter les drames humains que cela entraînerait, notamment dans des régions où l’élevage est la principale et souvent la seule activité agricole ?

5.5 Sur ce sujet de l’utilisation des sols comme sur beaucoup, tout est une question de mesure, d’un équilibre entre la naturalité et la diversité des systèmes écologiques. Il est sans doute difficile d’établir quelle est la juste mesure mais il est certain que le véganisme est dans la démesure, exactement comme l’élevage industriel dans le cadre d’une agriculture productiviste dont il est une partie. Ce n’est pas aux scientifiques de décider quand il est juste pour un territoire donné de limiter au profit de systèmes agricoles ou agropastoraux l’évolution libre des forêts,  l’ensauvagement des friches et des terres en déprises. Il s’agit d’une question politique qui aujourd’hui est abandonnée aux mécanismes du marché, de la rentabilité et du profit dans le cadre de la mondialisation libérale.

6.1 Que l’agriculture productiviste soit dans la démesure, de cela les écologistes en sont convaincus. Mais que le véganisme le soit aussi, de cela il est sans doute nécessaire de les convaincre. C’est l’un des buts de cet article. Mais pour être complet il reste à établir factuellement, que d’autres systèmes sont possibles. Il est d’autant plus facile de le faire que ces systèmes existent et qu’il s’agirait de les développer et d’abord de les préserver. Dans les paragraphes qui suivent, je vais en mentionner quelques-uns.

6.2 Si l’on envisage la question à l’échelon mondial, un autre élevage existe depuis longtemps, un élevage de subsistance qui concerne des milliards de personnes «  dont certaines parmi les plus pauvres au monde, et qui dépendent de l’élevage de toutes sortes d’animaux domestiques, des poulets aux yaks, issus soit des élevages pastoraux, soit des systèmes agricoles mixtes. » (Les amis de la Terre et al., 2014, p. 59) Pour défendre ce mode d’élevage des associations de petits agriculteurs se regroupent de par le monde. Le véganisme et même le végétarisme ne peut que leur être étranger. D’ailleurs les associations véganes ne s’adressent pas à eux. Le véganisme est un luxe pour des gens en général aisés des pays riches.

6.3 Dans les pays riches aussi, l’élevage labélisé esquisse plus ou moins radicalement selon les labels une autre forme d’élevage respectueuse de la Nature et des animaux et cela même si certains labels se montrent assez peu contraignants voir pas du tout comme le label « viande française » qui s’applique à la quasi-totalité de la viande mise sur le marché en France. La lecture de son cahier des charges, montre que seule la traçabilité est concernée en dépit de la publicité faite autour.

Si avec tous ces labels, il s’agit avant tout de rassurer le consommateur, d’enrayer la baisse des prix et de trouver plus facilement des débouchés (Roche et al., 2000), le lien avec le sol presque toujours est rétabli, il l’est avec beaucoup de rigueur pour le label AOP et aussi, quoiqu’à un degré moindre, IGP. Presque tous les cahiers des charges des différents labels instaurent des limites à l’élevage industriel en ce qui concerne la taille des élevages (cas des volailles fermières), l’origine des aliments complémentaires et leur quantité, les traitements vétérinaires, etc... Ils comportent des exigences concernant le bien-être des animaux. Les plus exigeants sont incompatibles avec l’élevage industriel et le label bio ne peut être attribué à des produits du gavage que ce soit le foie gras proprement dit ou les autres morceaux des volailles gavées comme les magrets de canard.

Si l’on prend l’exemple de la viande bovine labélisée AOP « Fin gras du Mézenc » cela se traduit par une alimentation essentiellement à base de foins de la région de l’AOP pour l’hiver et d’herbe en pâture pour la belle saison : «  La ration de base des animaux est constituée exclusivement d’herbe pâturée ou de foin issus des prairies d’altitude décrites ci-dessus. Le foin et les compléments alimentaires sont distribués manuellement, ce qui correspond à une pratique traditionnelle de soins individualisés aux animaux. » Lors de la période d’engraissement, les compléments alimentaires strictement définis ne doivent pas dépasser une quantité précise : «La quantité maximum ne pourra excéder en aucun cas 700 g d’aliment complémentaire par 100 kg de poids vif de bovin et par jour avec un maximum de 4 kg par jour pour les génisses et 5 kg par jour pour les bœufs. »   Les aliments transgéniques sont exclus. La charge des pâtures est définie de manière stricte pour la préservation des prairies : «Le chargement total de l’exploitation ne peut excéder 1,4 d’unité gros bétail (UGB) par hectare de surface fourragère principale (SFP). La superficie des prairies de fauche et des pâtures est au minimum de 0,7 hectare pour chaque bovin destiné à la production de « Fin Gras » ou « Fin Gras du Mézenc ». Le cahier des charges du « Bœuf de Charolles » AOP présente des exigences analogues. Il faut souligner en outre que ce label ne peut être accordé que s’il s’agit d’une démarche collective d’un groupement conséquent d’éleveurs de la région géographique concernée, à la différence du label AB qui fait l’objet d’une demande de labélisation individuelle et qui peut être complémentaire à la labellisation AOP.

Pour les poulets fermiers élevés en plein air, l’exigence d’une nourriture non OGM n’est pas dans le cahier des charges communs à toutes les productions du label mais apparaît (ou non) dans les fiches produits particulières avec des règles plus contraignantes. L’engraissement doit se faire avec une ration comprenant en majorité des céréales : « Dans tous les cas, pour les pintades et chapons de pintades, le pourcentage de céréales et de sous-produits de céréales au stade de l’engraissement doit être supérieur ou égal à 70 %. Pour les autres volailles, ce pourcentage est porté à 75 % minimum au stade de l’engraissement. » Il s’agit d’un minimum et là encore des normes plus sévères peuvent être en vigueur dans les fiches produits.
Les règles qui concernent directement ou indirectement le bien-être de ces volailles, y compris lors de leur transport à l’abattoir et portant sur l’abattage lui-même sont strictes et détaillées dans le tronc commun.

6.4 S’il est assez facile de trouver des volailles fermières élevées en plein air, bio ou non, il est beaucoup plus difficile de trouver de la viande bovine bio ou AOP qui n’est produite qu’en d’infimes quantités. Même la viande bovine label rouge est relativement rare. En outre, il y a des différences de prix sensibles entre ces viandes et les viandes standard correspondantes qui les rendent inaccessibles à bien des bourses. Il s’agit de produits destinés à des gens relativement aisés soucieux de leur bien-être et de leur santé avant toute chose. Ils représentent néanmoins une autre forme d’agriculture qui serait plus accessible que l’on pourrait le penser s’il y avait une réorientation des subventions de la PAC, si le consommateur faisait les arbitrages budgétaires nécessaires et décidait de manger moins de viande mais de la viande de très bonne qualité.

Les laits, fromages, œufs bio, IGP ou AOP sont produits en de plus grands volumes et plus accessibles, y compris pour des familles aux revenus relativement modestes, à condition qu’il ne s’agisse pas de familles nombreuses.

Il faudrait aussi mentionner des circuits parallèles ou alternatifs (vente directe, AMAP, coopératives, autoproduction, …) qui échappent à la mainmise de l’agroalimentaire, de la grande distribution et représentent encore un autre modèle de production/consommation.

Toutes ces formes d’élevages développent des agrosystèmes complémentaires des écosystèmes naturels qui pourraient coexister harmonieusement avec eux pour une biodiversité riche, des paysages variés et plaisants, en France comme ailleurs selon les spécificités propres à chaque région du monde. Ce sont eux qu’il faut défendre au lieu de vouloir faire disparaitre toute forme d’élevage comme le voudraient les végans.

Il faut les défendre sans oublier de recontextualiser cette défense dans le cadre d’un rejet de la mondialisation libérale et des accords de libre-échange d’une part et d’un arrêt de la croissance démographique d’autre part.

6.5 Comme je l’ai rappelé en citant d’ailleurs des documents officiels, ce sont les accords du Gatt et les négociations dans le cadre de l’OMC qui ont conduit à la structuration d’une agriculture productiviste dominée par les grandes firmes de l’agroalimentaire et de la grande distribution. Outre les marchés non régulés induisant une concurrence féroce, c’est la nécessité de nourrir une population en croissance exponentielle qui pousse à rechercher une  productivité maximale des élevages et d’un rendement maximum des cultures au moins autant que l’appétence pour les protéines carnées des populations des pays émergeants voulant vivre à l’occidental.

On ne peut que s’accorder avec les végans sur un point : l’évolution actuelle de l’élevage industriel est un fléau pour la planète et il est  d’une barbarie inouïe envers les animaux de rente. Les lobbies de l’élevage industriel et des firmes de l’agroalimentaire veulent pourtant nous convaincre que l’élevage et l’agriculture paysanne, qu’ils soient  bios ou non, ne sont pas en capacité de satisfaire la demande en produits carnés de populations sans cesse plus nombreuses. Mais l’élevage industriel  le pourra-il lui-même ? Il semble impossible que l’agriculture productiviste actuelle, élevage compris puisse durer. Elle est trop gourmande en énergie.

7.1 Pour les végans, l’adoption d’un régime végan serait le seul durable et apte à vaincre la faim dans le monde, aujourd’hui comme demain : « Si nous utilisions les céréales produites pour nourrir les animaux d’élevages à des fins de consommation humaine, nous pourrions nourrir plus de 2 milliards d’êtres humains. De quoi éradiquer la faim dans le monde, et nourrir les 2 milliards d’humains qui devraient accroître la population humaine d’ici 2050. » Selon les végans, une alimentation à base de protéines carnées mobilise trop de surfaces de terre arable pour faire face à l’accroissement démographique de la population humaine terrestre ; un régime carné nécessitant sept fois plus de terres qu’un régime végan. Avec un hectare de soja il serait possible de nourrir 120 personnes alors que pour la même surface « un hectare de bétail » n’en nourrirait que quatre (cf. Végan Impact)

Même en admettant que la surface agricole nécessaire pour produire de la viande ou des produits laitiers soit plus grande que celle qui est nécessaire pour une production de céréales et légumineuses, il ne s’en suit pas que c’est un régime végan (sans lait, ni œufs) qui permettrait de nourrir plus de personnes.
Selon une étude parue dans la revue Elementa en Juillet 2016 (Christian et al. 2016), c’est un régime végétarien avec lait qui permettrait de nourrir le plus de personnes (807 millions) sur le territoire des USA. Viennent ensuite par ordre décroissant un régime végétarien avec lait et œufs (787 millions), un régime omnivore à 20% (769 millions), à 40% (752 millions) et seulement en cinquième position un régime végan (735 millions).

Ce paradoxe s’explique lorsque l’on considère qu’il faut prendre en compte non seulement les performances à l’hectare mais aussi la nature des surfaces agricoles disponibles. Or, toutes les parcelles consacrées au pâturage ne sont pas utilisables pour des cultures de soja ou de blé. Il en va de même pour les parcelles consacrées à la culture des plantes fourragères qui ne peuvent être toutes utilisées pour produire soja et blé, base de l’alimentation à la mode végane. Il en résulte qu’une population entièrement végane n’utilisera qu’une partie de la SAU (surface agricole utile), ce qui n’est pas le cas de celles qui seraient végétariennes ou qui sont omnivores au moins en partie.

En France on aboutirait sans doute à un résultat équivalent, les surfaces en herbe représentant 42% de la surface agricole (Mauchamp et al. 2012, p. 12). Au niveau mondial, les résultats seraient sans doute encore plus défavorables pour le régime végan, les pâturages et terres fourragères représentant 80% de la superficie agricole totale selon la FAO  (citée par Mauchamp et al. 2012, p.11).

7.2 De toute façon tous ces calculs restent hypothétiques.

Ils présupposent implicitement qu’il faut jouer sur la variable « régime alimentaire » alors que c’est sur la variable démographie qu’il faut faire porter avant tout l’effort même si la variable alimentaire de l’importance. Certes, il faudrait que les occidentaux mangent moins de viande et de meilleure qualité mais il est évident que sans une politique dénataliste au niveau mondial, la croissance démographique finira par avoir raison de l’espèce humaine.
Dès lors la question de l’élevage et de la nourriture des populations humaines ne se posera plus. En d’autres termes, s’il est évident que les occidentaux et ceux qui veulent imiter leurs travers mangent trop de viande, la survie de l’espèce et le maintien d’une planète habitable aux ressources suffisantes passent d’abord par la mise en œuvre urgente d’une politique antinataliste, sinon toutes les autres mesures, certes nécessaires, seront vaines.

En fin de compte, les végans en nous faisant croire que l’adoption d’un régime sans produit d’origine animale permettrait de nourrir une population humaine sans cesse plus nombreuse nous détourent des vrais problèmes en ce qui concerne, non pas la survie de la planète, mais celle de notre propre espèce sur cette planète et donc nous vouent à l’inefficacité.


8. Conclusion  

La viande synthétique fabriquée par de la culture cellulaire in vitro paraîtrait aux végans comme un substitut tout à fait acceptable si ce n’était son prix actuellement rédhibitoire ! Le véganisme, c’est l’univers des ersatz. Ersatz du cuir, de la laine, de la viande, du lait… Le végan est l’homme (au sens générique) moderne typique « séparé de la terre » décrit par Aldo Leopold dans L’almanach d’un comté de sable : « Si l’on pouvait remplacer les fermes par de la culture hydroponique, il trouverait cela très bien. Les substituts du bois, du cuir, de la laine et autres produits naturels de la terre lui conviennent mieux que la chose même. » Il n’est pas douteux que Leopold mettrait les « steak de soja » au goût de beefsteak dans le lot des substituts de l’homme « moderne typique » qui n’a plus de « relations  vitales » à la terre qui n’est pour lui qu’un « espace entre les villes ou poussent les récoltes » : « Lâchez le une journée dans la nature ; si l’endroit n’est pas un terrain de golf ou un «site pittoresque», il s’ennuiera mortellement » (p. 282). La nature comme terrain de jeu si possible sécurisé et aménagée, voici un autre substitut qui convient bien aux citadins parmi lesquels se recrutent principalement les végans.

Rappelons la maxime de l’éthique de la terre formulée dans la conclusion de l’Almanach d’un comté de sable : « Examinez chaque question en termes de ce qui est éthiquement et esthétiquement juste autant qu’en terme de ce qui est économiquement avantageux. Une chose est juste lorsqu’elle tend à préserver l’intégrité, la stabilité, la beauté de la communauté biotique. Elle est injuste lorsqu’elle tend à l’inverse. »
De l’examen du mode de vie végan effectué dans cet article et notamment des conséquences  de son refus d’utiliser tout produit d’origine animale, il ressort qu’il ne saurait satisfaire aux critères de la chose juste tels qu’énoncés dans ce texte d’Aldo Leopold qui est au fondement de l’éthique  écocentrée, la seule congruente avec un écologisme qui refuse d’être anthropocentré.  

……………………….

Annexes

A. Exemples d’anthropomorphismes délirants dans la propagande végane
Aujourd’hui, en éthologie la stricte « objectivité » n’est plus de mise mais cela n’autorise, ni ne légitimise  les délires anthropomorphiques que l’on peut trouver dans la littérature végane. 

 1 – Les végans ont vu des vaches qui pleuraient !

On raconte beaucoup de choses sur la cruauté de la production de lait. J’aimerai bien savoir dans quels troupeaux, on peut observer « les laitières pleurant pendant des jours en cherchant désespérément leurs petits » comme il est écrit par une végane anonyme sur un site que par charité je ne nommerai pas. Il y avait « La Vache qui rit » voici maintenant « les vaches qui pleurent » ! Dans le pire des cas, celui de sevrages brutaux qui tendent à disparaître, il s’agit de deux jours, au maximum au cours desquels la vache est un peu perturbée. Plus d’ailleurs ferait baisser ses performances, ce qui ne serait pas rentable ! Dans les cas où sont utilisées les techniques de sevrage « en douceur », il y a très peu de beuglements de la part des mères comme de celle des veaux, voire aucun.

Dans les élevages hors-sol en atelier, la séparation de la vache avec le veau est immédiate et systématique « pour accélérer la rotation des vêlages sans handicaper la production mais, au contraire, pour l’amplifier et la consacrer entièrement à la vente » (Baratay, 2012, p. 159) De plus comme le remarque cet auteur (ibid .)  « avec la sélection progressive de leurs aptitudes et de leurs tempéraments, les grandes laitières, comme la Prim’Hosltein, se montrent désormais moins attachées à leurs veaux et moins aptes à en prendre soin que les vaches allaitantes, se montrant même perturbées à devoir s’en occuper ».

Dans le cas du bio, en ce qui concerne les vaches limousines au moins, le sevrage en douceur est de rigueur. Et si le veau est engraissé au pré en compagnie de sa mère, la période de sevrage est voisine de la période « naturelle ».
Enfin, je signale que les vaches salers qui fournissent le lait pour le fromage éponyme « salers authentique » n’acceptent la traite que si leur veau commence la tétée, la termine et reste près d’elles pendant toute la traite. Elles donnent assez de lait pour nourrir le veau et faire le fromage. Dans tous les cas de sevrages tardifs, il n’y a pas de stress, ni de la mère, ni du veau.

En fait ces « vaches qui pleurent », l’auteure de la citation ci-dessus les a trouvées dans le texte d’un tract sur le site Vegan.fr qui l’a repris à une association végane US. Il faut citer le passage en entier car selon l’expression populaire, il vaut son « pesant de cacahuètes » de délire anthropomorphique, délire qui va crescendo comme chacun-ne pourra en juger : « Toutes réclament leur bébé en une langue universelle qui n’a pas besoin d’être traduite pour être comprise. Elles mugissent, pleurent et se désolent. Beaucoup d’entre elles, refusant d’abandonner la partie, continueront à appeler leur bébé nuit et jour, et retourneront encore et encore vers la place désormais vide.  Certaines arrêteront de boire et de s’alimenter, cherchant fiévreusement le petit disparu, ou glisseront dans un muet désespoir. Toutes se souviendront jusqu’à leur dernier soupir du visage, de l’odeur, de la voix, de la silhouette de chacun des bébés qu’elles ont porté pendant neuf mois, senti bouger en elles, mis au monde, léché, aimé, et qu’elles n’auront jamais pu connaître, nourrir, protéger, ou regarder grandir. »

Le vocabulaire employé pour narrer ce délire n’est pas choisi au hasard. Il s’agit de donner à voir la vache comme une mère éplorée à laquelle on a volé son enfant. On remarquera le mot « veau » n’apparait pas, remplacé par « bébé », dont les pauvres mères n’oublieront pas la voix !

Il ne faut pas faire d’anthropomorphisme même si la période de gestation d’une femme est la même que celle d’une vache. Ce qui est condamnable,  c’est la violence des élevages industriels et dans les élevages plus traditionnels, le surpâturage et l’exploitation sans limite tant du cheptel que de l’ouvrier agricole au nom de la rentabilité et d’une rationalité économique tout à fait déraisonnable qui s’efforce de bannir tout sentiment. Ne surtout pas faire du sentiment, c’est ce que recommandent fermement les ingénieurs agronomes aux éleveurs qui dans les petites structures pourraient se laisser aller à en faire vis-à-vis de leurs vaches qui ont des noms ; chose regrettable pour la bonne gestion du troupeau aux yeux de ces « experts », elle est capitale au contraire lorsqu’il s’agit d’un troupeau de salers à l’estive alors que le fromage est fait dans les burons, une pratique hélas en voie de disparition : merci l’Europe !

2 – L’insémination artificielle assimilée à un viol par l’association animaliste PETA

Dans un spot d’une minute réalisé par PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux) cinq femmes, filmées en noir et blanc, prennent la parole pour évoquer un viol : « Un homme me retenait pendant qu’un autre me touchait. J’étais tellement effrayée. Je ne comprenais pas ce que j’avais fait de mal. Après ça, j’avais le sentiment de n’être plus rien. Je suis tombée enceinte. Ils ont usé de mon corps pour gagner de l’argent (…) Je ressens tout et je me sens bonne à rien. Je suis comme vous mais différente », déclarent les actrices avant de présenter à la caméra la photographie d’une… vache.

Ce spot a provoqué un lever de bouclier parce que beaucoup de gens trouvaient qu’assimiler une vache inséminée à une femme violée était scandaleux pour les femmes et notamment les femmes violées en les animalisant. « Aucune victime d’agression sexuelle ne devrait avoir à subir cette comparaison entre leur traumatisme et celui d’un animal, nous avons déjà été déshumanisés », écrit une internaute citée par le journal 20 minutes.

La réaction est étrange. Ce n’est pas une femme qui est assimilée à une vache, mais l’inverse : c'est une vache qui est assimilée à une femme. Dans une projection anthropomorphique délirante, PETA projette sur une vache inséminée les sensations, émotions, sentiments et souffrances d’une femme violée.

L’association s’est défendue en expliquant que « reconnaître que les animaux sont victimes de sévices sexuels pour produire de la viande et des produits laitiers ne signifie pas nier la gravité des abus sexuels à l’encontre des humains ».

En assimilant l’insémination artificielle d’une vache à un viol de ladite vache, PETA assimile un acte vétérinaire, l’insémination artificielle avec un acte de zoophilie ; assimilation pour le moins étonnante.
C’est avec d’autres pratiques humaines qu’une comparaison aurait été plus appropriée. De telles comparaisons auraient  sans doute été perçues comme encore plus scandaleuses mais PETA n’aurait pas pu tirer profit du scandale puisqu’il n’y aurait pas eu de sévices à dénoncer dans cet acte vétérinaire.

En prétendant qu’il faut « reconnaître que les animaux sont victimes de sévices sexuels pour produire de la viande et des produits laitiers », l’association accuse les éleveurs et les vétérinaires de zoophilie, ni plus, ni moins. Il s’agit de pratiques condamnées par la loi française depuis 2004 (article 50 de la loi du 9 mars 2004) et on peut se demander pourquoi les professionnels mis en cause n’ont pas réagi face à une accusation semblable.

L’insémination artificielle n’est pas une forme de « sévices sexuels » et les vaches ne souffrent pas d’être inséminées. Si souffrance il y a, c’est de l’absence de taureau dans le troupeau qu'elle résulterait : la fréquentation de taureaux serait importante dans les troupeaux complets au pâturage selon Baratay, 2012 et pas uniquement pour « les aspects sexuels mais aussi pour des questions d’affinités et de collaboration » L’auteur constate aussi que « on ne s’est guère interrogé sur la frustration engendrée, qui est certainement forte même si l’accouplement pouvait être brutal et causer des infections » (p. 158). Ce qui serait cause de souffrance chez les vaches inséminées artificiellement, c’est qu’on les laisse sans un mâle dans le troupeau et qu’elles ne puissent s’accoupler, même si l’accouplement est du genre brutal. Nous voilà bien loin de la projection délirante de PETA.
 

Stop au bourrage de crâne : Le mode de vie végan n’est ni écologique, ni éthique !

B. Piqué sur Internet : Les végétaliens sont des passagers clandestins sur Terre.
« Manger végétalien, refuser l'élevage et donc le fumier, c'est être un passager clandestin. Le fumier des élevages nourrit mes légumes et moi ne je fais pas de mal aux bêtes »
Mais pas de panique, il y aura toujours des engrais chimiques.

C. Des faux steaks saignants, des carottes et betteraves fumées en guise de saucisson !
« Impossible Foods », voilà une entreprise qui mérite bien son nom : la Dépêche fr. du mardi 26 novembre rapporte qu’elle a « créé un burger végétarien à partir de blé, d'huile de noix de coco et de protéine de pomme de terre, en y associant une substance dénommée léghémoglobine (une molécule très proche de l'hémoglobine, mais présente exclusivement dans le domaine végétal), qui lui permet d'approcher l'aspect et le goût d'un steak saignant. »
Toujours selon cet article de La Dépêche, un concurrent, le tout aussi bien nommé « Beyond Meat » n’est pas en reste il fabrique « un hamburger végétal qui ressemble à la viande rouge, tant sur le plan visuel qu'au niveau du goût et de son comportement à la cuisson » Ce truc-là qui grésille dans la poêle est en vente pour les gogos dans les supermarchés bio US. Selon un site végan, le faux poulet de cette marque serait meilleur que le vrai. C’est possible si l’on compare avec du poulet aux hormones, aux os en caoutchouc élevé en batterie et gavé de soja transgénique.
Le journal mentionne également un restaurant de Greenwich Village à NY qui propose à son menu une assiette de charcuterie végétale où saucissons, jambons et terrines sont remplacés par de la carotte ou de la betterave fumée, du pâté de champignon, du chorizo de betterave.
Enfin pour clore cette revue du simili ou du faux, l’article signale l’ouverture aux USA de «boucheries» végétales qui vendent des imitations de salami, saucisses, boulettes de viande, « de rosbif ou encore de travers de porc ».   
C’est fou, finalement, ce que les végans aiment la viande. (ajouté le 30/11/2016)

 


Références

Association « Le Fin gras du Mézenc » http://www.aoc-fin-gras-du-mezenc.com/le-fin-gras/lassociation/

Association végétarienne de France s.d.,  Fiche déforestation   http://www.vegetarisme.fr/pourquoi-etre-vegetarien/environnement/deforestation/

Baratay E., 2012 Le point de vue animal – Une autre version de l’histoire, Le Seuil, Paris.

Barbin G., Champion F., Chaumet JM., Chotteau P., Lelyon B., Monniot C., Mottet A., Perrot C., Richard M., Trossat C., You G., 2010 Le marché mondial de la viande en 2010 Dossier Économie de l’Élevage n° 407 - Novembre 2010 https://observatoire-prixmarges.franceagrimer.fr/Lists/Liste%20des%20etudes%20autres/Attachments/71/IDEL_2010.pdf#page=1&zoom=100,-226,774

Barbin G., Champion F., Chaumet JM., Chotteau P., Lelyon B., Monniot C., Mottet A., Perrot C., Richard M., Trossat C., You G, 2011 Où va le bœuf ? Quel produit pour quel marché ?  Institut de l’élevage Dossier Économie de l’Élevage  n° 417 - Octobre 2011 http://idele.fr/fileadmin/medias/Documents/CR_1160034-Dossier_417_oct.pdf

Barbin G., Champion F., Chaumet JM., Chotteau P., Lelyon B., Monniot C., Mottet A., Perrot C., Richard M., Trossat C., You G, 2015 Où va le bœuf ? Vers toujours plus de transformation ! Institut de l'Elevage Dossier Économie de l’Élevage  n° 461 Octobre 2015

Bennassar B., Goy J. 1975 « Contribution à l'histoire de la consommation alimentaire du XIVe au XIXe siècle »  Annales. Économies, Sociétés, Civilisations,Volume 30, Numéro 2 pp. 402-430 DOI : 10.3406/ahess.1975.293615  www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1975_num_30_2_293615

Billon A., Neyroumande E., 2009. Vers plus d’indépendance en soja d’importation pour l’alimentation animale en Europe - cas de la France. Rapport ENESAD / WWF-Francehttp://www.luzernes.org/sites/default/files/2009_WWF_Enesad.pdf

Chabrat S., Baritaux V., Houdart M. 2014 « De la viande, du foin et un pastoralisme sédentaire - Le cas de l’AOP Fin Gras du Mézenc » Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 102-2 | 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014 ; DOI : 10.4000/rga.2422 ; http://rga.revues.org/2422

Cahier des charges « Bœuf de Charolles »  décret n° 2010-1033 du 31 août 2010 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Bœuf de Charolles » https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000022779624&dateTexte=20161109

Cahier des charges de l'appellation d'origine « Fin Gras» ou « Fin Gras du Mézenc »  décret n°2012-252 du 21 février 2012, JORF du 23 février 2012 Bulletin officiel du Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire n°9-2012 http://agriculture.gouv.fr/ministere/cahier-des-charges-du-21022012

Cahier des charges Label rouge Poulet blanc fermier – élevé en plein air, entier, découpes, frais ou surgelé – LA 17/87 Edition 05

Chapagain A.K., Hoekstra A.Y., 2004 « Water footprints of nations. Volume 1: main report », Research report séries no. 16. UNESCO-IHE:Delft.

Chambre d’agriculture d’Auvergne, 2015 Panorama des filières territorialisées et de qualité en Auvergne http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/diversification/Panorama_FQ.pdf

Christian J. Peters , Picardy Jamie, Darrouzet-Nardi Amelia F., Wilkins Jennifer L., Griffin Timothy S., Fick Gary W., 2016 « Carrying capacity of U.S. agricultural land: Ten diet scenarios », Elementa, Elementa: Science of the Anthropocene  4:000116. DOI: 10.12952/journal.elementa.000116. https://www.elementascience.org/articles/10.12952/journal.elementa.000116/


Conseil économique et social régional – Auvergne, 2010 L’agriculture en Auvergne : l’adaptation permanente d’une profession
Consultants naturels 2011  Étude de filière – Le soja en France http://consultants-naturels.fr/service/etude-de-filiere-le-soja-en-france/

Corson M. S., Doreau M. 2013, « Évaluation de l’utilisation de l’eau en élevage », INRA Prod. Anim., 26 (3), 239-248, http://prodinra.inra.fr/ft?id=AF799943-B96B-488B-8E1F-BFB7FA24B49C

Document INTERBEV 2016 « L’essentiel de la filière viande bovine française 2016 » http://www.interbev.fr/wp-content/uploads/2014/10/LIVRET-VIANDES-Bovine-2016-BD.pdf

Dale-Harris L. 2013 « Roumanie : un modèle de prairies productives » L’écologiste, n°40, Vol. 14 N°2, p. p. 27 – 28

Dumont B., Farruggia A., Garel J.P. 2007 « Pâturage et biodiversité des prairies permanentes », Renc. Rech. Ruminants, 14, 17 – 24. https://www.researchgate.net/publication/282708563_Paturage_et_biodiversite_des_prairies_permanentes

FAO, 2010  La Situation Mondiale de l'Alimentation et de l'Agriculture 2009, Le point sur l’élevage, Rome http://www.fao.org/docrep/012/i0680f/i0680f00.htm

FranceAgriMer, 2016  Bilans oléo-protéagineux provisoires 2015/16 actualisés et prévisionnels 2016/17 (21 septembre 2016) http://www.franceagrimer.fr/content/download/47491/454870/file/BIL-OLP-camp-C16-17%2004102016.pdf

Gerber, P.J.; Steinfeld, H.; Henderson, B.; Mottet, A.; Opio, C.; Dijkman, J.; Falcucci, A.; Tempio, G., 2014 Lutter contre le changement climatique grâce à l’élevage. Une évaluation des émissions et des opportunités d’atténuation au niveau mondial, FAO, Rome http://www.fao.org/3/a-i3437f.pdf

Gonon M. 1974 « Les Foréziens à table du XIIIe au XIVe siècle »» ALMA, Bulletin du Cange, 1973-1974, Vol. XXXIX, p. 23-37 http://hdl.handle.net/2042/3273

 Guilbot R. 1999, « Les insectes des prairies : un maillon essentiel de l'écosystème prairial », Fourrage 160 (1999), p.p. 403 – 416).

Institut de l’élevage, 2011 « Où va le bœuf ? Quel produit pour quel marché ? » Dossier Economie de l’élevage, n° 417, oct. 2011

Institut national de l’origine et de la qualité  Guides pratiques http://www.inao.gouv.fr/Espace-professionnel-et-outils/Produire-sous-signes-de-qualite-comment-faire/Guides-pratiques

Institut national de l’origine et de la qualité  2016 Guide de lecture pour l’application des règlements du RCE n°834/2007 et RCE n° 889/2008 version juillet 2016 http://www.ecocert.fr/sites/www.ecocert.fr/files/GUIDE-de-LECTURE-RCE-BIO_Juillet-2016_0.pdf

Jouventin P., 2016 L’homme, cet animal raté – Histoire naturelle de notre espèce, Editions libre & Solidaire, Paris.

Les Amis de la Terre, Fondation Heinrich-Böll-Stiftung (edits.) 2014  L’Atlas de la viande : la réalité et les chiffres sur les animaux que nous consommons (Version française) http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/latlasdelaviande.pdf

Lorenz K. 1965 Über tierisches und menschliches Verhalten. Aus dem Werdegang der Verhaltenslehre, München, (Trad. fr. Essais sur le comportement animal et humain – Les leçons de l’évolution de la théorie du comportement, Le Seuil, 1970)

Martin R., Gaurut M., Lardy R., Carrère P., Graux A.-I., Drouet J.L., Fiorelli J.L., Blanfort V., Capitaine M., Duretz S., Gabrielle B., Cellier P., Soussana J.-F. 2011, « Des modèles pour comprendre la réponse des écosystèmes prairiaux au changement climatique » Innovations Agronomiques 12, 97-108

Mauchamp L., Gillet F., Maly A., Badot P.M. 2012 Les prairies : biodiversité et service écosystémique, Presses universitaires de Franche-Comté

Ministère de l’environnement et du développement durable 2016 Chiffres clés du climat France et Monde Edition 2015  http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Chiffres_cles_du_climat_en_France_et_dans_le_monde_2015.pdf

Naudts K., Chen Y., McGrath M. J., Ryder J., Valade A., Otto J., Luyssaert S., 2016. « Europe's forest management did not mitigate climate warming », Science 05 Feb 2016 : 597-600.

Notices techniques Label Rouge http://www.inao.gouv.fr/Espace-professionnel-et-outils/Produire-sous-signes-de-qualite-comment-faire/Guides-pratiques/Notices-techniques-Label-Rouge

Patentreger B., Brezet G., Boisselet S., 2012 Viandes: un arrière-goût de déforestation, WWF http://www.wwf.fr/vous_informer/rapports_pdf_a_telecharger/forets/?1201/viande-soja-dforestation#

Pellerin  S.,  Bamière  L.,  Angers  D.,  Béline  F.,  Benoît  M.,  Butault  J.P., Chenu  C.,  Colnenne-David C.,  De  Cara  S., Delame  N., Doreau  M., Dupraz  P., Faverdin  P., Garcia-Launay  F.,  Hassouna  M.,  Hénault  C., Jeuffroy  M.H.,  Klumpp  K.,  Metay  A., Moran  D.,Recous  S., Samson  E.,Savini I., Pardon L., 2013. Quelle contribution de l’agriculture française à la réduction des émissions de gaz à effet de serre? Potentiel d'atténuation et coût de dix actions techniques. Synthèse du rapport d'étude, INRA (France)

Peters C. J., Picardy J., Darrouzet-Nardi A. F., Wilkins J. L., Griffin T. S., Fick G. W. 2016. « Carrying capacity of U.S. agricultural land: Ten diet scenarios » Elementa Science of Anthropocene 4: 000116. doi: 10.12952/journal.elementa.000116 https://www.elementascience.org/articles/116

Piro P., 2006. Résister à l’empire du soja. Faim Développement Magazine, (209-210), p.p.  14 – 37

Plouvier Liliane. « L'alimentation carnée au Haut Moyen Âge d'après le De observatione ciborum d'Anthime et les Excerpta de Vinidarius » Revue belge de philologie et d'histoire, tome 80, fasc. 4, 2002. Histoire medievale, moderne et contemporaine – Middeleeuwse moderne en hedendaagse geschiedenis. pp. 1357-1369 ; doi : 10.3406/rbph.2002.4672 http://www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_2002_num_80_4_4672

Roinsard A. (cord.) 2014, Alimentation des porcins en agriculture biologique, Cahier technique http://www.itab.asso.fr/downloads/porc-bio/cahier-porc-0.pdf

Roche B., Dedieu B., Ingrand S. 2000 « Analyse comparative des charges Label Rouge gros bovins de boucherie », 7e Journées 3R – 2000 – Questions techniques posées par les signes de qualité viande http://www.journees3r.fr/spip.php?rubrique150

SANNE E., BROUARD S., BOULLEAU T., 2013 Définition des stratégies et des actions à mettre en œuvre pour conforter les filières viande bovine du Massif Central – Partie 2 : des atouts en termes de potentiels de production vu au travers du cheptel bovin, Institut de l'Élevage –  SIDAM http://www.sidam-massifcentral.fr/wp-content/uploads/2013/01/2-vaches-et-potentiel-de-production.pdf

Steinfeld H., Gerber P., Wassenaar T., Castel V., Rosales M. , de Haan C.,  2006 Livestock's long shadow, FAO,Rome ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/010/a0701e/a0701e.pdf

Steinfeld H., Gerber P., Wassenaar T., Castel V., Rosales M. , de Haan C.,  2009 L’ombre portéede l’élevage ( trad. fr de FAO 2006)  FAO Rome ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/012/a0701f/a0701f.pdf

Solanet G., Levard L., Castellanet C., Feret S. 2011 L’impact des importations européennes  de soja sur le développement des pays producteurs du Sud, Campagne Alimenterre, Février 2011 http://141.105.120.208/dsc/wp-content/uploads/2014/04/L%E2%80%99impact-des-importations-de-soja.pdf

Soussana JF coord., 2004, « Sources et puits de gaz à effet de serre (CO2, CH4, N2O) en prairie pâturée et stratégies de réduction » Programme Gestion des impacts du changement climatique, Rapport final de la seconde tranche du projet, http://www.gip-ecofor.org/doc/drupal/gicc/6-01SoussanaRF.pdf

Soussana JF, Allard V et al. 2007 « Full accounting of the greenhouse gas (CO2, N2O, CH4) budget of nine European grassland sites» Agriculture, Ecosystems & Environment, Vol. 121, No. 1-2, p. 121-134

UICN, MNHN, OPIE, Société Entomologique de France, 2012  La Liste rouge des espèces menacées en France - Papillons de jour de France métropolitaine,  https://inpn.mnhn.fr/docs/LR_FCE/Dossier_presse_Liste_rouge_Rhopaloceres_metropole_Mars_2012.pdf

UICN France & MNHN, 2016, La Liste rouge des espèces menacées en France. Paris, France.
 http://uicn.fr/wp-content/uploads/2016/10/R%C3%A9sultats-synth%C3%A9tiques-Liste-rouge-France.pdf

Viande Info sd, L’élevage accentue l’effet de serre et la déforestation http://www.viande.info/elevage-viande-gaz-effet-serre
 
.............

• L’illustration au début de l’article est extrait de dessins sur le site de l’éditeur  « l’insomniaque ». http://www.insomniaqueediteur.org/category/plein-les-mirettes/galerie
• Illustrant les annexes, la photo (JFD) de ce troupeau pâturant dans une prairie semi-humide impropre à tout autre usage a été prise à proximité de l’étang de Pulvérières (63). La présence d’un taureau est une chose assez courante ici, à la limite de la chaîne des Dômes et des Combrailles.
 

Mardi 29 Novembre 2016 Commentaires (72)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes