Lundi 21 janvier Pascal Canfin, ministre du « développement » était l’invité du 7/9, une émission sur France Inter. Pascal Canfin est membre d’Europe-Ecologie /Les Verts (EE/LV). Il devrait donc être écologiste. Il se dit tel. C’est un ministre dont beaucoup de gens ignorent l’existence. On ne l’entend guère. Cela vaut sans doute mieux car il tient de drôles de propos pour un écolo, mais peut-être pas pour un ministre qui tient à ne pas perdre son portefeuille dans le gouvernement Ayrault.


Un pacifiste qui va en guerre

Tout d’abord on relèvera une perle qui aurait mérité une « noix d’honneur » du Canard : « Ce n'est pas facile pour un écologiste, donc un pacifiste, de soutenir une intervention militaire. » Et il ajoute : « C’est une évolution dans la culture politique des écologistes » Non, pas des écologistes mais des cadres d’EE/LV qui ne sont plus pacifistes et n’ont plus grand-chose d’écologistes.


Un anti-nucléaire qui soutient Aréva et ses pratiques

On se scandalisera ensuite sur son attitude par rapport aux relations entre le gouvernement du Niger et Areva et sur son manque de soutien à l’Observatoire du nucléaire dans son procès avec cette entreprise.
Dans la bouche de quelqu’un qui se dit écologiste, ses propos sont tellement incroyables qu’il faut les avoir entendus pour être persuadé qu’il les a tenus. Voici donc la transcription du « meilleur moment » de l’émission fourni par Agora Vox. Les passages en gras seront l’objet d’un commentaire inséré à la suite de la transcription.

Stéphane Lhomme, directeur de l’Observatoire du nucléaire interpelle Canfin :
Bonjour, je suis directeur de l’Observatoire du nucléaire, et je rappelle que récemment la société nucléaire Areva, qui puise de l’uranium pour alimenter nos centrales nucléaires, au Niger, a fait un versement, un curieux versement, un curieux don, de 26 millions d’euros au budget du Niger. Et d’ailleurs dans cette affaire je suis poursuivi le 1er février en justice par Areva, parce que j’ai considéré qu’il s’agissait d’une manœuvre relevant de la corruption. Ca fait plusieurs fois que j’écris à Monsieur Canfin, dont ça relève évidemment puisque c’est le Développement. Alors la question : est-ce que cette façon d’Areva de verser 26 millions d’euros au budget du Niger, apparemment affectés en partie à l’achat d’un avion pour le Président du Niger, est-ce que d’après vous cela relève de la politique du développement, ou est-ce que cela relève d’une manœuvre relevant de la corruption comme j’ai porté l’accusation, et qui me vaut d’être trainé en justice par Areva ?

Patrick Cohen :
Stéphane Lhomme qui était candidat aux primaires présidentielles d’EELV.

Pascal Canfin :
Bonjour Stéphane(ricanements) Avec un score relatif !... Puisqu’évidemment Stéphane a des convictions, mais il a parfois tendance à les pousser un peu loin.
Areva est engagé dans un projet d’extraction de l’uranium au Niger, et l’Etat nigérien est actionnaire de ce projet. Il y a donc des relations entre actionnaires autour de ces projets. Moi ma position d’écologiste sur le nucléaire, elle est connue, on va pas y revenir. Maintenant
il se trouve que nous avons une activité… qu'Areva a une activité d’extraction.
La question est : est-ce que toute relation financière entre Areva et l’Etat du Niger est une forme de corruption ? Non ! Puisqu’ils sont actionnaires tous les deux dans un même projet. Et d’ailleurs c’est bien pour l’Etat nigérien, donc pour les nigériens, d’être actionnaire de ce projet,c’est quand même quelque chose que nous revendiquions à l’époque, donc c’est parfait. Y’a eu des accusations qui ont été portées, je ne vais pas les commenter puisqu’il y a une opération judiciaire en cours, il y a un procès le 1er février, donc j’ai pas de commentaires à faire là-dessus.
Ensuite sur la question de l’avion, d’abord c’est pas encore complètement factuellement avéré, mais imaginons que ça le soit. C’est une décision qui relève du gouvernement et de l’Etat du Niger. C’est-à-dire que dans le cadre d’un (pacte ?) (On ne distingue pas bien) d’actionnaires, Areva verse au budget du Niger, pas au compte privé du président, au budget du Niger, une certaine somme. Le Niger fait ce qu’il veut avec cette somme ! Si le président du Niger considère que sa priorité c’est d’acheter un avion pour assurer sa sécurité compte tenu de ce qui se passe chez ses voisins, c’est sa liberté ! » (Note d’Agora Vox : Le directeur de cabinet du président nigérien a tout de même parlé en conférence de presse le 14/1/13 non pas d’une « certaine somme », mais d’un « cadeau »).

  • «Il se trouve que nous avons une activité… qu'Areva a une activité d’extraction » : Canfin vend la mèche : il y a identification du gouvernement « nous » avec Aréva ; « nous » dit Canfin, ce qui signifie « lui aussi ». C’est superbe un écolo qui s’identifie à l’un des joyaux de la nucléocratie alors qu’il devrait être l’une de ses bêtes noires !!!

  • « c’est bien pour l’Etat nigérien, donc pour les nigériens, d’être actionnaire de ce projet » De qui Canfin se moque –t-il ? Comme le souligne le communiqué de soutien à l’Observatoire du nucléaire publié par le réseau « Sortir du nucléaire » : « Depuis des décennies, Areva fait miroiter la prospérité à un pays qui reste l'un des plus pauvres du monde en lui achetant l'uranium à un prix dérisoire tout en procédant à son extraction dans des conditions inacceptables pour les travailleurs. Quand Areva repartira, elle ne laissera derrière elle que des poussières radioactives, des milliers de tonnes de ferrailles contaminées et des nappes phréatiques épuisées et irrémédiablement polluées. Ce n'est pas en essayant d'écraser une organisation militante qu'Areva pourra faire disparaître ces faits », des faits que Canfin a, semble-t-il, oubliés… En tant que ministre du « développement », il devrait pourtant bien connaître ce dossier.
Pour se rafraîchir la mémoire, il devrait consulter celui établi par Sortir du nucléaire

  • « Ensuite sur la question de l’avion, d’abord c’est pas encore complètement factuellement avéré » : là encore, il vend la mèche. Il reconnait que « ça l’est un peu » mais cela ne le gêne pas : « Le Niger fait ce qu’il veut avec cette somme ! Si le président du Niger considère que sa priorité c’est d’acheter un avion pour assurer sa sécurité compte tenu de ce qui se passe chez ses voisins, c’est sa liberté ! » Et vive la Françafrique !
    Le peuple du Niger est parmi les plus pauvres. Son président achète un avion pour sa sécurité personnelle avec l’argent donnée par Areva. Canfin trouve cela normal : c’est sa liberté. De tels propos ne sont pas seulement scandaleux dans la bouche d’un ministre écologiste, ils sont scandaleux dans la bouche de n’importe qui.

Dans le genre « je m’aplatis devant le tandem Hollande/Ayrault, je dis et fais n’importe quoi pour garder mon poste de ministre » Canfin a nettement surpassé sa collègue Cécile Duflot et ses recettes de cuisine. Il ira avec ses chefs à Tombouctou…

Parmi ceux que les médias nomment les leaders d'EE/LV, Noël Mamère est l'un des rares à donner de la voix contre ce genre de reniement très domagable à l'écologie politique. Malheureusement comme le claironne Canfin, il est très minoritaire dans les instances dirigeantes du parti.


Vendredi 1 Février 2013 Commentaires (0)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes