Révélateur : les auteurs du nouveau Sdrif soumis à enquête publique doivent avoir une vision bien pauvre de la biodiversité et avoir un mépris total pour les travaux des champs sinon ils n’auraient pas laissé passer ces deux montages en page de couverture de leurs documents.


Sdrif : le temps du mépris
Que voit-on en effet sur la première ? une pelouse immense sans fleurs, d’où toute vie a été chassée à grand renfort d’engrais et de désherbants sélectifs où le gazon pourrait être remplacé par du gazon synthétique … Exit la pâquerette,la brunelle et la violette ou le pissenlit mais exit aussi le paon du jour, la belle dame, le flambé ou le vulcain ; exit toutes les abeilles sauvages. Cette pelouse à perte de vue est une véritable caricature, le contre-exemple parfait, tout ce qu’il ne faut pas faire si l’on veut favoriser la biodiversité, et donner le couvert aux pollinisateurs, papillons et autres insectes aujourd’hui menacés. Charmant avant plan pour les blocs de béton et autres tours qui constitueront la ville de demain, "dense" et "compacte", "intense" (sic) d'une densité "exigeante" et de "qualité" (sic) mais surtout invivable pour les gens comme pour les plantes et les bêtes.
Il y a bien des arbres mais devinez ce qui se cache dans ces arbres?

Sdrif : le temps du mépris
La seconde image le révèle : des maisons! En 2013, Duflot veut construire sur les toits. Son collègue, vice-président du Conseil régional chargé de l'aménagement du territoire , donc du Sdrif, semble admettre sans que cela ne lui pose de problème particulier qu'en 2030, on construise dans les arbres des maisons pour "Bobos". Et, il se prétend écolo, se fait élire comme tel ! C'est cela le développement durable et "robuste" de l'Île de France...
Et ce n'est pas tout ! Les communicants du Conseil régional qui ont fabriqué ce montage ainsi que les élus qui l’ont validé ont une vision bien cavalière de la façon dont on peut se comporter au milieu des champs. Il faut un total manque de respect du travail des agriculteurs pour aller s’asseoir sur leurs cultures pour consulter les messages de son ordinateur tout en laissant sa gamine les piétiner et les massacrer en y jouant au ballon. Tout ce que mériteraient ces urbains méprisants ou totalement ignorants, c’est de se faire expulser du champ avec en prime un bon coup de pied au c… Mais, en dehors de ces deux citadins malotrus et sans gêne, il n’y a pas d’agriculteur, ni dans le champ, ni dans le paysage, juste des poubelles !!! C’est dire… le cas que font de l’agriculture et des agriculteurs, les communicants du Conseil régional et les élus qui supervisent leurs productions. L’image qu’ils ont de la campagne, ce n’est pas celle d’un lieu où l’on travaille et produit les aliments mais celle d’une cour de récréation. Il ne faut donc pas s’étonner que ce Sdrif permette à Auchan de stériliser des hectares de terres arables pour construire un centre de shopping et de loisirs géant intitulé « Europa city » avec une piste de ski artificielle (!) et qu’il consacre le bétonnage d’une bonne partie du Plateau de Saclay. Tout cela avec sinon la bénédiction, du moins l’accord tacite des élus régionaux d’Europe Ecologie/ les Verts.

Mardi 4 Juin 2013 Commentaires (1)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes