EELV poursuit ses relations brouillonnes avec le PS tandis que celui-ci continue de réprimer les manifestations et militants écologistes. Les assignés à résidence et autres tabassés, embastillés lors de manifs ne lui diront pas merci.

Bien entendu, il n’est nullement condamnable de chercher à avoir des élus et faire avancer certaines réalisations et d’en payer éventuellement le prix. Encore faut-il que ce prix ne soit pas exorbitant et que cela ne vienne pas remettre en question des orientations fondamentales ou brouiller l’image de l’écologie politique.

Par ailleurs au cours de cette élection régionale, la montée – prévisible – du FN a conduit PS et EELV à des aberrations.
Faire barrage au FN, certes mais pas au prix d’un suicide politique régional et à celui d’un appel à voter pour des listes conduites par des candidats et avec des programmes qui ne valent pas mieux que ceux du FN. C’est dans cette stratégie stupide que le PS a entrainé bon gré, mal gré EELV.


Jean-Luc Mélenchon est la sagesse même en la circonstance, lorsqu’il déclare : « Dans ces deux régions (PACA et Picardie Nord Pas-de-Calais), où il n’existe plus de vote de gauche possible, je me garderai bien de donner des consignes » Et il ajoute : «Plutôt la droite que le FN ? A condition qu’il y ait une différence ! » Et il n’y en a guère !

Demain dans les hémicycles régionaux, d’accord sur le fond, droite extrême et extrême droite s’affronteront à coup de surenchères comme ils l’ont fait avant le premier tour et comme le font aujourd’hui à l’assemblée nationale PS et Droite sur les questions économiques et sur les questions de sécurité.

Tout d’abord Estrosi en PACA…

Aujourd’hui Estrosi fait des déclarations «light» pour s’assurer sinon les bonnes grâces ou au moins les suffrages des électeurs de gauche et des électeurs écologistes. « Je suis oiseau, regardez mes ailes » affirmait la chauve-souris de la fable. Hier, dans sa course à la surenchère avec le FN, c’était « Je suis souris, vive les rats ». L’homme affirmait avant le premier tour que la France devait faire face à des « cinquièmes colonnes » islamistes et qu'une « troisième guerre mondiale » était déclarée à « la civilisation judéo-chrétienne » par « l'islamo-fascisme » « à travers les cinquièmes colonnes » et ses réseaux « infiltrés dans nos caves, dans nos garages, dans les lieux clandestins ». Outre l’outrance du propos, faut-il rappeler la débauche de mesures sécuritaires qu’il proposait alors ?

Certes, ces mesures sécuritaires ne gênent sans doute ni le PS, ni le gouvernement, ni Hollande qui dérivent vers un état policier de la plus belle eau, siphonnant au passage la plupart des mesures sécuritaires du programme du FN. Mais qu’en est-il d’EELV qui se veut un parangon de la démocratie tout en votant l’état d’urgence, à l’ exception d’un ou deux députés! Je précise bien EELV et non les écologistes parce que je doute fort que beaucoup de ceux qui se présentent sous cette bannière le soient encore !

Il faut avoir perdu tout repère et tout sens politique pour appeler à voter pour un individu qui pratique l’écologie à la Maud Fontenoy (deuxième de liste dans le Var) qui vibre pour le gaz de schiste, les OGM, etc. ; pour un individu qui colporte que les loups ont été réintroduits dans le massif du Mercantour alors même qu’ancien président du Parc National il sait très bien qu’il n’en est rien. D’ailleurs, il veut la peau de ces prédateurs pour complaire aux chasseurs et aux éleveurs ovins. C’est ainsi qu’il propose dans son programme un «pastoralisme préservé du loup, par l'exigence d'une renégociation de la convention de Berne et l'autorisation des tirs de défense dans le parc national du Mercantour et celui des Ecrins »

Ces propositions hautement démagogiques bien à l’image du personnage ne choqueront certes pas le PS qui propose à peu près la même chose avec Le Foll et Ségolène Royal! De même d’ailleurs que la députée PS des Hautes-Alpes, Karine Berger connue pour ses positions anti-loups. Elle a soutenu les opérations d’effarouchement des loups dans la zone centrale du Parc Naturel des Ecrins. Elle a déclaré lors du congrès de la FDSEA des Hautes-Alpes que la présence du loup est incompatible avec le pastoralisme et dans un tweet, elle va même plus loin demandant carrément son éradication. Pour elle donc et ses amis, la proposition d’Estrosi n’a rien de scandaleux. Elle l’est et devrait être rédhibitoire pour un écologiste.

La région PACA est perdue. Ce n’est pas une raison pour voter Estrosi. Le choix entre la peste et le choléra n’en est pas un. Dans la nouvelle assemblée, il y aura l’une et l’autre et il n’y aura qu’eux. Bravo pour cette splendide manœuvre.

Xavier Bertrand dans le Nord Pas-de-Calais

C’est de la même eau ! Avant le second tour, c’était la surenchère par rapport à Marine Le Pen. Je cite Le Figaro qui n’est pas particulièrement gauchiste «Crise des migrants entre Londres et Paris, attaque du Thalys, blocage de l'autoroute A1 par les gens du voyage... rien n'échappe au député-maire de Saint-Quentin. » « Depuis plusieurs jours, Xavier Bertrand profite d'une actualité riche dans la région pour faire feu de tout bois. Après l'attentat déjoué du Thalys le 21 août dernier, près d'Arras, le maire de Saint-Quentin a préconisé lundi sur RTL d'incarcérer directement les individus dotés d'une fiche «classée S», comme l'était l'auteur présumé de l'attaque. Une réponse à Marine Le Pen, qui proposait quelques jours plus tôt d'expulser les étrangers fichés pour leurs liens avec l'islam radical. Il a exigé «le désarmement des gens du voyage» après le drame de Roye dans la Somme et le blocage de l'autoroute A1 le week-end dernier par une soixantaine de personnes. «Certains membres de la communauté des gens du voyage font peur parce qu'ils sont armés jusqu'aux dents avec des armes de guerre», a fait valoir le député maire de Saint-Quentin. Son affirmation s'est cependant trouvée rapidement nuancée par le témoignage de plusieurs gendarmes spécialistes recueillis par Le Figaro. » (02/09/2015 ici) Sur cette question, la différence avec Marine Le Pen n’est pas frappante.
Assez curieusement d’ailleurs, le programme officiel de cette dernière est muet sur la question des migrants qui s’entassent à Calais et elle a reconnu qu’elle ne pourrait pas faire grand-chose à ce sujet, en tant que Présidente de région, sous-entendu en tant que Présidente de la république, par contre… .

Sur les questions écologiques, ce n’est guère mieux et si l’on s’en tient aux programmes écrits, avec Bertrand, c’est pire ! En avant pour les grands travaux inutiles ! Bertrand est pour le Canal Seine Nord que financerait la Région s’il était élu. Or comme le dit très bien EELV «Les écologistes sont favorables au transport fluvial. Toutefois, le gigantisme du projet Seine-nord, son coût financier, son absurdité technique, son impact limité sur le transfert modal de marchandises et son impact plus probable sur la ressource en eau et la biodiversité des zones humides doivent nous conduire à inscrire ce projet parmi les grands projets inutiles, consommateurs massifs de crédits publics européens, nationaux et locaux au détriment des investissements nécessaires pour les transports de proximité et d’intérêt général. » (25avril 2014, pour une argumentation détaillée ici )
Par comparaison le FN qui est lui aussi pour la réalisation de Seine Nord ne s’avance pas sur son financement. Il est simplement écrit qu’ «il faudra rechercher des financements» pour ce canal.

Parmi les partis qui soutiennent la liste de Bertrand, il y a l’inénarrable CPNT (Chasse Pêche Nature Tradition) fondé par Hubert Fayard (bras droit de Bruno Mégret à la mairie de Vitrolles) et Franck Vidal. Frédéric Nihous, président de ce parti figure sur la liste de Bertrand. Ce sera lui qui aura la charge de la politique environnementale régionale car c’est à un chasseur que Bertrand veut confier cette politique. On peut craindre le pire, d’autant que Nihous est connu parmi les chasseurs pour ses postions extrémistes et intransigeantes grâce auxquelles il a obtenu ce poste de président de CPNT.

Bertrand ne tarit pas d’éloge sur la chasse. «Ne pas réduire les territoires de chasse, c’est protéger des milieux fragiles, c’est lutter pour la conservation de la nature par une utilisation durable. C’est transmettre la passion et transmettre la tradition» écrit-il dans son programme sans doute sous la dictée de Nihous. Pour lui, la chasse est une activité « traditionnelle » qu’il faut développer à ce titre. Les chasseurs régulent à titre bénévole la faune et… « la flore » (sic, p.106 de son programme logorrhéique). Il ne sera donc pas question de limiter la chasse aux oies, à la hutte. C’est avec ces « écologistes pragmatiques et de bon sens » qu’il compte réécrire le schéma de cohérence écologique qui doit se faire pour eux (p.107) Marine Le Pen quant à elle propose simplement dans son programme de «Favoriser un usage partagé et convivial de la nature : randonneurs, chasseurs, sportifs, professionnels. » ce qui ne mange pas de pain tant que l’on ne détaille pas. Elle veut aussi remettre à plat le schéma de cohérence écologique au motif qu’il a été établi sans concertation. Avec qui ? Les chasseurs ? Elle ne précise pas.

A part ces développements dithyrambiques sur la chasse et la pêche comme moyen de préserver la nature, aucun autre thème écologique n’est abordé dans le programme de Bertrand. Il semble ne pas avoir entendu parler de la transition énergétique, de la pollution… Marine Le Pen quant à elle, développe un chapitre intitulé « une région à la pointe de l’innovation écologique » qui comprend des mesures pour l’isolation des bâtiments, l’aide aux communes pour un éclairage public BC, le recyclage, la construction de maisons passives et le développement de moteurs à hydrogène… L’un et l’autre sont pour stopper l’implantation d’éoliennes terrestres ou offshore sur la région.

En ce qui concerne l’écologie, il n’y a aucune raison de voter pour Bertrand. Et les écologistes qui font campagne pour lui sous prétexte de barrer le FN font le lit d’un type qui se fiche de l’écologie et va livrer espaces naturels et campagnes aux chasseurs.

Naguère, La région Nord Pas-de-Calais avait une écologiste comme présidente. Depuis sa création cette région a toujours été à gauche. Le dernier président de la Picardie était aussi à gauche et les écologistes comme le PC bien implantés.
Comme dans le cas de la Région PACA, cette région est perdue aujourd’hui et elle l’était dès le premier tour. Que ce soit la droite extrême ou l’extrême droite qui soit aux manettes, cela ne fera guère de différence. En retirant sa liste, le PS a décidé de disparaître de la scène politique régionale, et il a contraint tous ceux qui ne pouvaient être élus qu’en fusionnant avec elle à la même disparition.

Le « désistement républicain » peut se comprendre lorsque l’on a affaire à une élection comme l’élection présidentielle. Dans le cas de régionales où s’applique une dose de proportionnelle, cette stratégie est stupide. Sans opposition de gauche ou écologiste, donc sans garde-fou et sans contrôle, droite extrême et extrême droite pourront faire ce que bon leur chantent.

Vendredi 11 Décembre 2015 Commentaires (0)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes