En France la haine du naturel et du sauvage d’une large partie du monde agricole s’exerce, ici contre le loup et leurs défenseurs, là contre les vautours et dans le massif du Bargy contre les bouquetins soit disant vecteurs de brucellose alors que le risque de transmission de la maladie des hardes sauvages aux troupeaux domestiques est infime. Bien plus, les massacres de bouquetins ordonnés par le préfet sous la pression des éleveurs et de leur syndicat la FNSEA ont toutes les chances d’être contre-productifs. Au lieu d’éradiquer la maladie, ils risquent de propager l’épidémie à des populations de bouquetins indemnes, en dispersant la population du massif. Interrompus pour l’instant, ils risquent de reprendre à tout moment.
Aux USA, dans le Montana, la brucellose est aussi l’un des motifs avancés pour le massacre de bisons du célèbre parc naturel du Yellowstone. Les administrateurs de ce parc veulent faire abattre au cours de cet hiver 1000 bisons soit 1/5 de l’effectif, réduisant la population de bisons du parc d’environ 5000 têtes à 3000.


Brucellose : l’alibi pour massacrer des animaux sauvages, bouquetins en France, bisons aux USA !
Les administrateurs de ce parc veulent faire abattre au cours de cet hiver 1000 bisons soit 1/5 de l’effectif, réduisant la population de bisons du parc d’environ 5000 têtes à 3000. Ce nombre n’a aucun fondement scientifique. Il ne correspond pas à la capacité de charge de l’habitat du bison dans le parc et ses alentours. De plus 3000 têtes est un effectif que les protecteurs de la nature trouvent «dangereusement bas» pour assurer la pérennité de ce troupeau survivant des grands massacres de bisons du dernier quart du XIXème siècle et qui est de surcroît un des seuls, sinon le seul des USA qui n’ait jamais été domestiqué et ne comporte pas d’hybrides avec d’autres bovins.

Dans cas du Parc du Yellowstone aux USA comme dans le cas du massif du Bargy en France, c’est également pour complaire au puissant secteur de l’élevage qui craint que les bisons atteints par la brucellose contaminent leurs troupeaux que sont planifiés de tels massacres qui vont coûter la bagatelle de 2 000 000 de dollars.

Comme dans le cas des bouquetins, le risque de propagation de la maladie est infime. Il n’y a aucun cas connu de transmission de la maladie d’un bison à un bovin ou à un ovin. Mais en hiver, lors de fortes chutes de neige les bisons en quête de nourriture ont tendance à sortir des limites du parc pour gagner des altitudes moins élevées où la couche de neige est moins épaisse ou absente. Les éleveurs les jugent indésirables car ils les considèrent comme des compétiteurs pour l’herbe vis-à-vis de leurs troupeaux. Ils sont donc farouchement opposés à l’augmentation du nombre de têtes du troupeau de bisons du Parc.

Pour ces motifs, il y a déjà eu des massacres d’ampleur de bisons dans ce parc notamment lors de l’hiver 2007 – 2008 où plus de 1 600 individus ont été tué au cours d’une campagne de « régulation » sévère. Ces campagnes ont lieu chaque année depuis 2000 date à laquelle l’état du Montana et le gouvernement fédéral ont conclu un accord pour faire diminuer le nombre de têtes du troupeau de bisons du parc dans le but de prévenir la diffusion de la brucellose. Pour ce motif officiel, 8 532 bisons originaires du parc de Yellowstone ont été abattus depuis 1985, selon le comptage du Buffalo Field Campaign, l’association qui défend les bisons et œuvre pour l’inscription du Bison américain des plaines (Bison bison L. subsp. bison) sur la liste des espèces menacées au même titre que son cousin le Bison américain des bois vivant principalement au Canada (Bison bison L. subsp. athabasca (S.N.Rhoads, 1897)).

Ces massacres annuels de plus ou moins grande importance sont donc légaux ! Mais ils pourraient ne plus exister si les éleveurs et les habitants du Montana se montraient plus conciliants et tolérants envers la vie sauvage. Ce qui n’est pas le cas. «S’il y avait une plus grande tolérance au nord du parc dans le Montana pour la faune sauvage, en particulier pour les déplacements en dehors des limites du parc des bisons comme d’autres animaux sauvages, il n’en serait plus question » selon Sandy Snell-Dobert, porte-parole du parc de Yellowstone.

Le Montana et le parc de Yellowstone sont bien loin du Massif du Bargy. Mais là-bas comme ici, c’est le même refus de faire de la place au sauvage qui s’exprime chez la plupart des éleveurs, ou du moins de leurs organisations.

Dans le Montana, les éleveurs ne supportent les bisons que dans les parcs nationaux et veulent les tuer dès qu’ils les quittent. En France, ils tolèrent les loups dans les zoos ou dans les « parcs de vision », ailleurs ils voudraient éradiquer l’espèce. Heureusement pour le loup, c’est une espèce protégée et même avec l’appui du gouvernement, ils n’auront pas sa peau. Malheureusement pour le bison sauvage, il est chassable toute l’année.

Pour agir :

Concernant les bouquetins du massif du Bargy.

La situation est incertaine. Les abattages ont été interrompus mais les recours pour faire suspendre les arrêtés autorisant l’abattage ont été rejetés par le tribunal administratif et le préfet semble bien déterminé à continuer le carnage.

Deux pétitions sont toujours d’actualité.
▪ La pétition lancée par Stelvio auteur du blog « Le bruit du vent » qui est à l’origine de la mobilisation en faveur des bouquetins du Bargy a reçu plus de 77500 signatures. Elle est accessible ici
▪ la pétition lancée le 8/10/2015 (voir le site de la Frapna ci-dessous) ou directement ici

De plus l’Aspas et la LPO ont besoin de témoins, sur place, qui se relayent jusqu’aux premières grosses chutes de neige, afin d’observer et de surveiller le massif, et de les alerter si quelque chose s’y passe. Les premières neiges sont arrivées samedi matin le 21/11/15 mais la surveillance est sans doute encore nécessaire (contact
ici)

Concernant les bisons:

▪Buffalo Field Campaign organise des campagnes en faveur du bison sauvage d’Amérique (des plaines Bison bison subsp.bison) pour son classement comme espèce protégée et contre les abattages prévus par le plan de gestion de la population du parc de Yellowstone. On peut participer à certaines d’entre-elles en ligne :

===========================

Sources :

Concernant les bisons du parc du Yellowstone :

- Ecowatch ici (en anglais US)
et ici (en anglais US)

- Buffalo Field Campaign ici (en anglais US)
- RT.com ici (en anglais US)

- en français on peut consulter un article du journal Le Monde (en « lecture zen ») ici

Concernant les bouquetins du massif du Bargy :

- Blog le bruit du vent (sur les bouquetins du Bargy) ici

- Frapna

Articles parus sur ce blog

- Bouquetins du Bargy : arrêtez le massacre ! ici
- Mais qui sont donc ces préfets ?? ici


Dimanche 22 Novembre 2015 Commentaires (0)
Profil
Jean-François Dumas
Jean-François Dumas
Dernières notes
Macron et le slime 04/06/2017
Recherche
Galerie
Tilleul Boulevard de la République
Square Pompidou
Cerisier Rue des Ormeaux
Boîte aux lettres, chemin de Pont haut, Colmars-les-Alpes (04)
Sans titre, chemin de Pont haut, Colmars -les-Alpes
Meurtrière, Colmars-les-Alpes